Aimons-nous les uns les autres

Auteur: Winnie Wei Li

avec Alli Vail

Je suis née en Chine. Ma famille n’avait pas de religion. Le marxisme nous dominait et était partie intégrante de notre être et présent en toutes choses. C’était considéré comme allant de soi. J’ai été éduqué dans le marxisme dès mon premier jour d’école, mais je n’y croyais pas du tout. Je me souvenais simplement de ce que mes parents m’avaient dit: “On ne peut compter que sur soi-même.” La vie n’était pas facile en Chine. Tous les membres de ma famille travaillaient dur et étudiaient fort, dans l’espoir d’un futur dont nous rêvions la nuit.

Comme mes parents s’y attendaient, j’ai terminé l’université avec succès puis obtenu un bon emploi. Je démarrais dans un monde où les gens se préoccupaient de l’expansion de l’économie. Les gens se battaient pour de bons emplois et de bons revenus. Pour beaucoup de gens, l’argent était devenu la chose la plus importante.

Dieu m'aime-t-il? Un dialogue sur Dieu et l'amour

Comment expérimenter son amour? Écrire à un mentor
Les riches jetaient des regards chargés de mépris sur les pauvres et les forts escroquaient les faibles. J’ai appris à dire de bonnes choses sur les gens, mais les mots ne venaient pas de mon cœur. Un jour, je me suis rendue compte que j’étais devenue comme les gens qui m’avaient toujours dégoûtée. Et j’ai commencé à me détester.

Je me sentais parfois en pleine confusion, fatiguée et sans but.

J’avais l’impression d’être au bord d’un désastre imminent. Les gens ne pouvaient-ils pas vivre en paix avec des cœurs purs? Les gens ne pouvaient-ils pas s’aimer les uns les autres? Cela semblait facile à dire, mais je savais qu’il fallait une force particulière pour que cela puisse se réaliser. Et je n’avais pas cette force. Je me posais des questions sans trouver leur réponse. Une fois, j’en ai parlé avec ma mère, mais elle m’a répondue: “Tu as trop de besoins. C’est normal. C’est la vie.”

Mon mari et moi avons émigré au Canada en juillet 2001. Nous sommes restés trois mois à Toronto, jusqu’à ce que mon mari trouve un travail à Edmonton. Nous ne savions même pas où cela était, Edmonton! Bien que cela soit difficile de s’implanter dans un nouveau pays, nous avons eu la chance de nous faire de merveilleux nouveaux amis. C’est grâce à leur aide généreuse que nous avons réellement commencé à vivre au Canada, juste après notre arrivée à Edmonton. Parmi tous nos amis, Jack et Carol sont les plus proches.

Dès que je les avais rencontré, je m’étais sentie à l’aise avec eux, comme si nous nous connaissions depuis toujours. Je savais néanmoins qu’il y avait une frontière invisible entre eux et nous, qui, selon la culture chinoise, nous empêchait de devenir amis. Mais nous sommes quand même devenus amis! Plus nous devenions proche, plus ils me surprenaient. Ils vivaient si simplement et avaient des cœurs si aimants! On pouvait voir la paix et le bonheur sur leurs visages. Comment faisaient-ils pour vivre ainsi? Je voulais connaître la raison de cette paix et de ce bonheur. Et pour la première fois, j’ai commencé à penser à ma vie.

Jack et Carol m’ont fait découvrir la Bible. Au début, je l’ai uniquement considérée comme un bon moyen d’améliorer mon anglais. Mais, à ma grande surprise, j’y ai trouvé la réponse aux questions que je me posais. Jack et Carol vivent dans l’amour et la paix parce qu’ils ont de la force en eux. Et cette force vient de Jésus-Christ.

Je me suis tout d’un coup rendue compte que la frontière invisible qui existait entre eux et moi était la même que celle qui existait entre Dieu et moi.

Un soir, alors que nous étudions la Bible avec eux comme d’habitude, j’ai lu ces paroles: “Voici, je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui, je souperai avec lui, et lui avec moi.” (Apocalypse 3:20). J’ai fermé les yeux et j’ai senti la présence de Jésus. Je pouvais entendre sa voix! Alors, j’ai invité Jésus dans ma vie. Quand j’ai reçu l’amour de Christ, je me suis sentie sainte, forte, joyeuse, et j’ai su qu’une nouvelle vie avait commencé pour moi. J’ai maintenant la paix dans le cœur. Je ne suis plus perdue et je me sens libre.

Et vous? Vous sentez-vous seule? Avez le cœur en paix?

Vous pouvez recevoir Christ dès maintenant par la foi, au moyen de la prière.

Prier, c’est tout simplement parler à Dieu. Dieu connaît votre cœur, et il est plus soucieux de l’attitude de votre cœur que des mots que vous utilisez. Voici une prière que nous vous suggérons :

Seigneur Jésus, je veux te connaître personnellement. Merci d’être mort sur la croix pour mes péchés. Je t’ouvre la porte de ma vie et je te reçois comme Sauveur et Seigneur. Prends la direction de ma vie. Merci de pardonner mes péchés et de me donner la vie éternelle. Fais de moi la personne que tu veux que je sois.

Cette prière exprime-t-elle le désir de votre coeur? Vous pouvez la prier dès maintenant, et Jésus-Christ viendra dans votre vie comme il l’a promis.

Une vie nouvelle

Si vous avez invité Jésus-Christ à entrer dans votre vie, remerciez souvent Dieu à ce sujet. Remerciez-le également parce que Christ ne vous abandonnera jamais et parce qu’il vous a donné la vie éternelle. Alors que vous en apprenez plus sur votre relation avec Dieu et combien il vous aime, vous vivrez la vie pleinement.

Print


Aucun commentaire

Afficher vos commentaires