Choisir l’avortement

Auteur: Rusty Wright

Lorsque je l’ai rencontrée à un congrès des médias, elle était si vivante, si engagée et engageante, une femme attrayante au beau sourire et aux yeux pétillants. Je n’aurais jamais pu deviner l’angoisse et la souffrance qu’elle avait vécues par le passé. C’est une histoire à déchirer le cœur.

Elle m’a raconté comment quelques choix qu’elle avait faits tôt dans la vie l’avaient affectée. Comme beaucoup de femmes, elle s’était trouvée avec une grossesse non désirée qui exigeait une décision difficile de sa part.

C’est un choix que des millions de femmes de par le monde affrontent chaque année. Voici quelques questions que vous vous posez sûrement si vous vous retrouvez dans cette situation : Comment allez-vous prendre soin du bébé? Le père acceptera-t-il sa part de responsabilité? Que diront vos parents? Comment la naissance d’un enfant influencera-t-elle votre carrière? Votre vie sociale? Votre désir de vous marier un jour?

Votre conjoint vous a déçu? Que faire maintenant?

Parlez-en, en toute confidentialité

Mettre fin à la grossesse pourrait éliminer de telles complications et simplifier la vie.

Luana s’est trouvée devant cette décision à trois reprises. La première fois, elle n’avait que dix-sept ans. Chaque fois, elle a décidé de mettre fin à sa grossesse. Elle avoue que ces expériences demeurent gravées à sa mémoire.

« Je me trouvais étendue sur la table en métal, sans anesthésie contre la douleur » raconte-t-elle. « Je regardais le plafond en souhaitant me retrouver ailleurs. La procédure semblait durer une éternité et la douleur était intolérable. Aucun anesthésique n’aurait pu calmer la douleur que je vivais dans mon cœur et dans mon esprit. »

« Les médecins ont utilisé la méthode par aspiration pour mes trois avortements. Je pouvais entendre — du fait du changement de la teneur du son que faisait l’aspirateur — chaque fois que la machine expulsait de mon utérus une partie du corps de mon enfant. Chaque fois que je me levais pour voir ce qu’ils mettaient dans la jarre qui contenait les morceaux de mon bébé, ils me repoussaient sur la table. Jusqu’à aujourd’hui, ce son de succion me hante. »

« À la fin de la procédure, on me laissait dans une salle d’attente avec d’autres femmes. On me donnait une tasse de jus en me disant que je pouvais retourner chez moi dans une vingtaine de minutes si je me sentais bien. Je leur disais que je me sentais bien, quand en fait, je ne m’étais jamais sentie en pire état. Je voulais simplement fuir ce lieu. Je suis rentrée chez moi en saignant profusément. La douleur était intense. J’ai téléphoné à la clinique pour demander de l’aide, mais ils m’ont dit que ce n’était pas leur problème et qu’il fallait plutôt que je fasse appel à mon médecin de famille. »

Selon Luana, ce n’est que plus tard que le fait qu’elle ne verrait jamais ces enfants, qu’elle ne les tiendrait jamais dans ses bras, a commencé à l’affecter profondément. La colère et la dépression se sont installées en elle. L’appel à l’alcool et à la drogue l’a poussé à trois tentatives de suicide. « Ma vie était en désordre », avoue-t-elle, « à cause de mes choix. »

Après quelques années, elle a fait un choix différent qui a transformé sa vie : elle a découvert le Dieu qui pardonne et s’est confiée à lui. Elle s’est mariée et a essayé de fonder une famille, pour découvrir que les avortements l’avaient rendue infertile. « La bombe à succion avait détruit mes tubes et mes ovaires. » En fait, elle a dû passer par une hystérectomie à cause de la destruction causée par l’aspirateur.

Sa foi et l’assurance du pardon de Dieu l’ont aidée à surmonter son cauchemar. Elle dit qu’une déclaration écrite par un des disciples de Jésus décrit bien son expérience : « Celui qui est uni au Christ est une nouvelle créature : ce qui est ancien a disparu, voici : ce qui est nouveau est déjà là. »

Aujourd’hui, Luana se dédie à aider les gens à comprendre les conséquences de choix comme ceux qu’elle a faits. Elle a le désir passionné d’offrir de l’espoir à ceux qui n’ont plus d’espoir dans la vie.

L’avortement est bien entendu un sujet très controversé, qui soulève des questions d’ordre politique, médical, légal, social et philosophique. Au sein de tout cela, il ne faut pas oublier l’apport précieux que nous offrent les histoires vécues.

Cette histoire vous a touchée? Vous aimeriez en parler en toute confidentialité?  Si oui,  nous vous invitons à profiter de notre service gratuit de mentorat en ligne. Parfois, c’est simplement plus facile de parler de tels sujets de façon anonyme…

Rusty Wright est auteur et conférencier de renommée mondiale. Il détient un baccalauréat en science (psychologie) de l’université Duke et une maîtrise en théologie d’Oxford.  www.RustyWright.com

Print


Aucun commentaire

Afficher vos commentaires