Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien?

Auteur: William Lane Craig

« Selon la théorie du Big Bang, tout l’univers est entré en existence à un point précis d’un passé lointain. Tout défenseur d’une telle théorie, du moins s’il s’agit d’un athée, doit croire que la matière de l’univers est venue de rien et par rien. » Anthony Kenny

 

Vous êtes-vous déjà demandé d’où provient l’univers? Pourquoi tout existe plutôt que rien du tout? Les athées ont pour habitude de dire que l’univers est éternel, voilà tout. Pourtant, cette affirmation est assurément déraisonnable. Pensez-y ne serait-ce qu’un instant. Si l’univers n’a jamais eu de commencement, cela signifie que le nombre d’événements s’étant produits au cours de l’histoire de l’univers est infini. Cependant, les mathématiciens reconnaissent que l’existence d’un nombre de choses infini engendre certaines contradictions.

Stressé?  Pardonner, c'est bon pour la santé

Vous n'arrivez pas à pardonner? Parler à un mentor

Par exemple, que donne l’infini moins l’infini? Sur le plan mathématique, on obtient des réponses qui se contredisent elles-mêmes. Par exemple, si l’on soustrait tous les nombres impairs (1, 3, 5, etc.) de tous les nombres naturels (0, 1, 2, 3, etc.), combien de nombres vous reste-t-il? Un nombre infini. Ainsi donc, l’infini moins l’infini donne l’infini. Supposons toutefois que l’on soustraie tous les nombres supérieurs à  2, combien en restera-t-il? Trois. Ainsi donc, l’infini moins l’infini donne 3!  Il faut comprendre que dans ces deux cas, on a soustrait des quantités identiques à des quantités identiques, et que l’on a obtenu des réponses qui se contredisent elles-mêmes. En fait, on peut obtenir n’importe quel choix de réponse allant de zéro à l’infini!

Cela démontre que l’infini n’est qu’une idée dans votre esprit, et non quelque chose qui existe réellement. David Hilbert, peut-être le plus grand mathématicien que le XXe siècle ait connu, affirme :« L’infini ne se trouve nulle part en réalité. Il n’existe pas dans la nature et ne fournit aucun fondement légitime à la pensée rationnelle. Le rôle qu’il lui reste à jouer se résume à celui d’une idée.» Par conséquent, étant donné que les événements passés ne sont pas simplement des idées, mais sont réels, le nombre d’événements passés est nécessairement fini. La séquence des événements passés ne peut donc remontrer sans fin; l’existence de l’univers doit plutôt avoir eu un commencement.

Cette conclusion, des découvertes remarquables en astronomie et en astrophysique l’ont confirmée. Les preuves astrophysiques indiquent que l’univers a commencé à exister lors d’une grande explosion appelée « Big Bang » il y a environ 13,7 milliards d’années. C’est alors que l’espace physique et le temps furent créés, ainsi que toute matière et toute énergie existant dans l’univers.

Le physicien P.C.W. Davies explique que « l’entrée en existence de l’univers, comme l’indique la science moderne […] ne consiste pas uniquement à imposer un genre d’organisation […] à un état antérieurement cohérent, mais à amener littéralement à exister toute chose physique à partir de rien. » Le principe du Big Bang exige donc que l’univers ait commencé à exister et ait été créé à partir de rien.

Voilà d’ailleurs une idée très étrange pour l’athée. En effet, comme Anthony Kenny de l’Université Oxford le soutient : « Tout défenseur d’une telle théorie [celle du Big Bang], du moins s’il s’agit d’un athée, doit croire que la matière de […] l’univers est venue de rien et par rien. » Toutefois, cette idée ne tien certainement pas debout! De rien, il ne peut rien provenir. Dans n’importe quel autre contexte, l’athée reconnait ce fait.

Le grand sceptique David Hume a écrit : « Mais permettez-moi de vous dire que je n’ai jamais rien affirmé d’aussi absurde que la possibilité que quoi que ce soit puisse se produire sans cause. » Le philosophe athée contemporain Kai Nielsen donne cette illustration : « Disons que vous entendez un bruit fort et que vous me demandez : “Qu’est-ce qui a causé ce bang?” et que je vous réponds : “Rien, cela s’est tout simplement produit”, vous n’accepteriez pas une telle réponse. En fait, vous la trouveriez incompréhensible. » Or, ce qui est vrai du petit bang doit également l’être du Big Bang! Pourquoi donc l’univers existe-t-il, plutôt que rien, tout simplement? D’où vient-il?

Il doit y avoir eu une cause à l’entrée en existence de l’univers. Comme l’a dit le grand scientifique Sir Arthur Eddington : « Le commencement semble présenter des difficultés insurmontables, à moins qu’on le considère comme franchement surnaturel. »

Nous pouvons résumer comme suit notre argumentation jusqu’ici :

1. Tout ce qui commence à exister a une cause.

2. L’univers a commencé à exister.

3. Par conséquent, l’univers a une cause.

Compte tenu de la véracité des deux prémisses, la conclusion s’impose d’elle-même.

D’après la nature même du cas, en tant que cause de l’espace et du temps, cette cause surnaturelle doit être un être non causé, immuable, intemporel et immatériel qui a créé l’univers. Cette cause doit être non causée puisque, comme nous l’avons vu, il ne peut y avoir de cause remontant à l’infini. Elle doit être intemporelle et donc immuable — du moins sans l’univers — parce qu’elle a créé le temps. Étant donné qu’elle aussi créé l’espace, elle doit aussi transcender l’espace et donc être immatérielle plutôt que physique.

De plus, j’affirmerais qu’elle doit être également personnelle. Autrement comment se pourrait-il qu’une cause intemporelle donne lie u à un effet temporel comme l’univers? Si la cause était un ensemble de conditions nécessaires et suffisantes fonctionnant de manière mécanique, la cause ne pourrait jamais exister sans effet. Par exemple, l’eau qui gèle a pour cause la température devenant inférieure à 0 °C. Si la température avait été inférieure à 0 °C de toute éternité passée, toute l’eau de la terre serait gelée de toute éternité. Il serait impossible que l’eau se soit mise à geler il y a un certain temps (fini). Si la cause est présente de manière intemporelle, l’effet devrait donc aussi être présent de manière intemporelle. Le seul moyen pour que la cause soit intemporelle et que l’effet ait un commencement dans le temps, c’est que la cause soit un agent personnel qui choisit librement de créer un effet dans le temps sans condition déterminante antérieure. Par exemple, l’homme qui est assis de toute éternité pourrait choisir librement de se lever. Ainsi donc, nous aboutissons non seulement à une cause transcendante de l’univers, mais à son créateur personnel.

Cet article est extrait du livret Questions cruciales, disponible en format PDF en ligne, ainsi que dans notre magasin. Utilisé avec permission.
William Lane Craig est professeur de recherche en philosophie à Talbot School of Theology. Il a obtenu un doctorat en philosophie à l’Université de Birmingham, et un doctorat en théologie de l’Université Lugwig-Maximillans. Il a publié plus de 30 livres. Vous pouvez en connaître plus à son sujet en visitant son site.

D’autres articles par William Lane Craig:

Une vie authentique, un sens éternel

Jésus-est-il réellement ressuscité des morts?

Print


77 réponses à “Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien?”

  • Justicier says:

    @prézous

    Je n’ai pas encore terminer le très, très, très long texte du commentaire que vous avez écrit mais en le lisant, j’avais l’impression de lire un remake de la Bible revue et corrigée selon prézous

    Dans ce TRES long roman,j’ai appelé ça :

    “La nouvelle Bible revue et corrigée selon prézous”*

    Vous oubliez une chose toute simple. Il est pratiquement certain que,jusqu’à preuve du contraire, ce sont les hommes qui ont CREE et INVENTE l’idée d’un Dieu créateur de l’univers et non l’inverse.

    Mais je reviendrai en détail dans un prochain com. sur votre approche, car force est de constater qu’elle n’est malheureusement pas pertinente.

    Connaissant sa rigueur scientifique et son esprit d’ouverture, je suis certain et nul doute que Posta01 vous fournira pour sa part, une réponse scientifique, voir philosophique, beaucoup plus pointue et complète que la mienne.

    * Je me suis donc permis de l’annoter de la même façon que la Bible. Je transmettrai ce texte dans un prochain com. pour mieux s’y retrouver

    Bonjours à Posta01 toujours ecxellent

  • prézous says:

    bonjour a tous! ou bonsoir sa dépend .
    (le très,très,très long texte n’est pas complètement terminé. j’ai arreté avant ) alors oui bien sur justicier… D’abord on montre nos preuve comme quoi tous se qui existe ne peut étre la par hasard et maintenant on nous dit que Dieu n’est que le fruit de n’autre imagination.c’est tous comme le multivers,la théorie de l’évolution ect… je dirait .

  • Justicier says:

    @prézous

    “Dieu n’est que le fruit de n’autre imagination.c’est tous comme le multivers,la théorie de l’évolution ect… je dirait .”

    Non, car le fruit de l’imagination des hommes a été,par exemple, pendant des millénaires, pour les égyptiens que le Soleil était le Dieu “créateur”, Atoum-Rè, puisqu’il permettait par la chaleur qu’il dégageait aux hommes de se réchauffer et de faire “naître” et pousser la végétation (Osiris Dieu de la végétation)…avec l’aide de Noun l’océan primordial.

    Ces mythes et légendes ont ensuite été récupérées, reprises et compilées par écrits par les rédacteurs de la Bible et des livres dits saints, pour certaines, pratiquement in extenso, il y a 2000 ans

    Les théories que développent les scientifiques, mêmes les plus improbables, de nos jours, n’ont STRICTEMENT RIEN de divin ni de mythique ni de croyance, du fait que ces théories ne sont que des projections intellectuelles TOTALEMENT OUVERTES soumisses à l’expérimentation scientifique et IMPITOYABLEMENT mise à l’épreuve des FAITS, RIEN que des FAITS, sans aucun rapport avec des mythes et des croyances en des dieux qui elles sont par définition FERMEES, c’est à dire qui n’évoluent pas dans le temps.

    Ce ne sont que des “documents” de travail plus ou moins pertinents certes, mais RIEN de plus.

    Ce qui est aussi de plus en plus évident c’est que le chaos et le hasard sont bien les “maîtres” de l’univers.

    Globalement, on peut dire aujourd’hui que l’univers est en perpétuel “équilibre”
    ……instable

    On a encore beaucoup de mal a simplement imaginé que nous ne sommes pas nécessairement le summum du “produit” de l’Univers.

    Strictement rien en effet ne permet d’affirmer :

    1 ) que nous sommes seuls dans l’univers

    2 ) qu’il n’y a pas de vie, dans l’Univers, totalement différente de celle que nous connaissons sur Terre

    3 ) que des formes de vie soient plus “primitives”, soient beaucoup plus “évoluées” que la notre n’existent pas

    Il serait présomptueux aujourd’hui de prétendre que nous en savons suffisamment.

    Par contre nous en savons beaucoup, beaucoup, beaucoup plus que nos anciens.

    Et nous en apprenons TOUS LES JOURS un peu plus.

    Ceci dit, il est aussi vrai que des savoirs ont été, avec le temps, perdus, mais ceux ci sont en train d’intégrer nos connaissances actuelles par l’incessant travail de milliers et de milliers de chercheurs, d’archéologues, et….dans de nombreuses disciplines

    Les problèmes posés, par exemple, par la construction de la grande pyramide de Chéops et de ses secrets de fabrication qui sont en passe d’être dévoilés, sont fascinants.

    A bientôt pour découvrir votre “Bible” annotée.

  • Justicier says:

    @ prézous

    Ma deuxième remarque concernant votre interminable texte, et les citations qui y figurent c’est que écrire :

    “Il y a des scientifiques qui y croient et il y en a qui n’y croient pas”

    Ca, ça n’a STRICTEMENT RIEN de scientifique. Croire n’a rien de scientifique

    Que certains scientifiques soient croyants, oui c’est une chose.

    Mais qu’ils se laissent “dépasser” ou “enfermer” dans leurs propres croyances, c’est autre chose.

    Un scientifique par définition émet des hypothèses et il confronte ces hypothèses à la réalité ET CE SANS AUCUN A PRIORI, sinon, ce n’est plus un scientifique, c’est un croyant qui se laisse influencer par ses croyances.

    Pour ma part, je ne connais aucun scientifique sérieux qui croit que la Terre tourne autour du Soleil. Eh oui !!!.

    Par contre tous les astronomes et pas seulement eux bien entendu, disent CLAIREMENT et AFFIRMENT que la Terre tourne autour du Soleil et pas du fait qu’ils le croient, mais parce que cela a été démontré et vérifié scientifiquement.

    Un scientifique qui introduit la croyance dans sa sphère de compétence est par définition un “mauvais” scientifique.

    Un scientifique pense et réfléchi, il ne “croit” pas, son travail n’est pas de croire ou de ne pas croire.

    Par contre, oui, il peut avoir des intuitions, mais AUCUNE DES “LOIS” DECOUVERTES par les scientifiques ne sont dues à des croyances, absolument AUCUNE.

    De même aucun athée ne prétend croire que Dieu n’existe pas, pour la simple raison que athéisme n’est pas une croyance, c’est simplement le fruit de sa propre réflexion et de son bon sens.

    Un athée n’a pas de dogme et si par extraordinaire il s’avérait que l’hypothèse d’un Dieu créateur s’avérait vraie ( mais il y a très, très, très peu de chance que ce soit le cas) et bien l’athée reconnaîtrais SANS AUCUN PROBLEME SON ERREUR

    En revanche, aucun croyant lui, le Pape, par exemple, n’acceptera de reconnaître ne serait ce qu’une seconde, que l’existence d’un Dieu créateur n’est sans aucun doute qu’une hypothèse ( fausse, mais bon )

    Justicier

  • Justicier says:

    Voici la première partie de mon travail sur le texte de prézous

    La nouvelle Bible revue et corrigée selon prézous

    Acte I scène 1

    Gen. 1.1 – Il y a environ 15 milliards d’années, il n’y avait aucune étoile dans le ciel, et d’ailleurs il n’y
    avait même pas de ciel

    Ah bon !!! Comment pouvez-vous affirmer cela ? (Les références des sites S.V.P.)

    1.2 – Il existait seulement la boule de feu originelle.

    Si je puis me permettre, vous prenez les problèmes à l’envers, car là encore vous affirmez sans démontrez, mais bon….

    1.3 – Ensuite, il s’est passé quelque chose.

    Mais quoi, c’est passionnant ….et alors et alors….

    1.4 – Et l’espace d’un flash, tout a commencé soudainement à s’étendre.

    1.5 – Voici comment tout a commencé. Le premier instant d’existence, ce que l’on appelle
    aujourd’hui le Big Bang.

    Acte I scène 2

    Gen. 2. 1 – Au début du 20 ème siècle, les scientifiques pensaient que l’univers avait toujours existé.
    Ils pensaient que la matière et l’énergie étaient éternelles et avaient toujours été présentes.

    2.2 – Ce modèle cosmologique était appelé : « modèle état stationnaire ». Etat stationnaire car il était admis que l’univers n’évoluait pas.

    2.3 – Mais durant ces 100 dernière années, ce modèle fut écarté face aux preuves du contraire.

    2.4 – Les observations suggèrent maintenant que l’univers a eu un début entre environ 12 et 15 milliards d’années.

    2.5 – La première preuve du commencement de l’univers est l’expansion de l’univers.

    2.6 – Les chercheurs voulaient croire en un univers qui a toujours été là et sera toujours là, c’est à dire éternel.

    2.7 – Mais le fait que les galaxies de l’univers s’éloignent les unes des autres avec le temps implique qu’à un moment donné, il y a très longtemps, elles étaient amassées ensemble.

    2.8 – Cela implique que quelque chose a commencé à les faire bouger, et donc que l’univers avait une origine. Aujourd’hui, on appelle cela la théorie du Big Bang
    .
    2.9 – L’expansion de l’univers fut initialement découverte en 1929 par l’astronome Edwin Hubble, et cela constitue la première preuve que l’univers avait un commencement.

    2.10 – La deuxième preuve du commencement de l’univers est le fond diffus cosmologique.
    La découverte du fond diffus cosmologique porta un coup fatal à ceux qui croyaient en un univers éternel. Les partisants du Big Bang avaient gagné.

    2.11 – La dernière preuve que l’univers à une origine est la relative abondance des éléments légers.
    Il est évident maintenant que l’univers à une origine et les scientifiques ont dû l’accepter.

    2.12 – Et en réalité, même les équations de la relativité générale développées par Einstein montraient cela. En Effet, lorsqu’Einstein a établi ses équations de la relativité générale, elles montraient que l’univers devait avoir une origine mais Einstein n’a pas aimé cela. Il a donc rajouté ce qu’on appelle une constante cosmologique, pour s’apercevoir ensuite qu’elle n’était pas là et lorsqu’on a découvert l’expansion de l’univers, il supprima 4
    cette constance cosmologique, et a ensuite avoué que le fait d’avoir introduit cela avait été la plus grande erreur de sa carrière scientifique.

    2.13 – Mais lorsque ce modèle du Big Bang fut initialement proposé au début du 20 ème siècle, il fut reçu avec un grand scepticisme au sein de la communauté scientifique.

    2.14 – Car la communauté scientifique savait que si l’univers
    avait une origine, cela ouvrait les possibilités d’un éventuel créateur qui a initialement créé
    l’univers.

    2.15 – Vous êtes-vous déjà posés la question : « d’où vient l’univers ? », ou « pourquoi tout existe au lieu de rien ? ».

    2.16 – Les athées avaient l’habitude de dire que l’univers était juste éternel et sans cause.
    Par exemple Bertrand Russel, un célèbre athée a dit un jour lors d’une émissions radio :
    « L’univers est juste là, et c’est tout ».

    2.17 – Mais les preuves astrologiques indiquent que l’univers a commencé à exister durant une immense explosion (expansion) il y a environ 15 milliards d’années de cela.

    2.18 – Et la plupart des gens ne se rendent pas compte que non seulement toute la matière ainsi que toute l’énergie furent créées durant cet événement, mais aussi l’espace physique ainsi que le temps.

    2.19 – Ceci est important à savoir car cela implique tout comme disait l’astronome anglais Fred Hoyle que la théorie du Big Bang signifie que l’univers a été créé à partir de rien.

    2.20 – Maintenant cela doit être assez embarrassant pour les athées, tout comme nous le
    rappelle Anthony Kenny de l’université d’Oxford lorsqu’il dit : « un partisan de la théorie du Big Bang, du moins si celui ci est un athée, se doit de croire que l’univers est venu de rien et à partir de rien ».

    2.21 – Mais bien évidemment cela n’a aucun sens car à partir de rien, rien ne peut être produit.

    2.22 – Même certains philosophes athées reconnaissent cela comme David Hume par exemple
    qui a dit : « je n’ai jamais cru à la proposition absurde que quelque chose puisse surgir sans cause ». De même, P.J Zwart dans son article intitulé : « à propos du temps » a dit :
    « S’il y a bien quelque chose d’inconcevable, c’est bien le fait que quelque chose puisse surgir du néant ».

    2.23 – Donc d’où vient l’univers ? Pourquoi l’univers existe plutôt que rien ? Il a dû y avoir une cause qui a été à l’origine de la création de l’univers.

    2.24 – On peut résumer les arguments comme suit :

    1/ tout ce qui commence à exister a une cause.
    2/ L’univers a commencé à exister.
    3/ Par conséquente, l’univers a une cause.

    2.25 – Cela ne veut pas dire que cette cause est Dieu … Cela n’implique rien,

    2.26 – Cela implique seulement qu’il y a une cause à l’origine de la création de l’univers.

    2.27 – Mais allons un petit peu plus loin en se demandant quelle peut être la nature de cette cause, et si on réfléchit à la nature de cette cause par le biais d’une analyse conceptuelle, c’est à dire avec une pensée critique et en y réfléchissant bien, on arrive à une conclusion surprenante.

    2.28 – Avant de continuer, il est important de rappeler que le terme « boule de feu originelle » se réfère à l’univers primitif donc ne peut pas être la cause de l’univers.

    2.29 – Deuxièmement, rappelons que cette cause est forcément immatérielle et non soumise au temps et à
    l’espace étant donné que selon la plupart des scientifiques, la matière, le temps et l’espace ont été créés lors de la création de l’univers.

    Voir l’article de J. Richard Gott III, James E. Gunn, David N. Schramm, et Beatrice M. Tinsley « L’univers va t-il s’agrandir pour toujours ? » (paru dans Scientific American (Mars 1976 p.65).

    2.30 – Donc la cause de l’univers est forcément immatérielle et non soumise au temps et à l’espace.

    2.31 – Au-delà du temps et de l’espace. Maintenant il y a seulement deux choses qui peuvent rentrer dans cette catégorie.

    2.32 – Premièrement, cela peut être des objets abstraits, et deuxièmement, un esprit non physique. Donc on est confronté à deux points de vue.

    2.33 – Le premier prétend qu’au commencement il y avait l’énergie, des particules etc… et que tout a été généré à partir de cela, y compris l’information.

    2.34 – Le deuxième point de vue prétend l’inverse. Donc dans le premier point de vue, l’énergie vient en premier et la pensée en deuxième. Dans l’autre point de vue, la pensée vient en premier et l’énergie en découle.

    2.35 – Et il s’agit là de l’opposition entre le point de vue matérialiste (athée) et celui du théisme. Il s’agit d’un conflit entre ces deux points de vue, mais notez bien qu’il y a des scientifiques de chaque côté.

    2.36 – Alors quel est le meilleur candidat ? Concernant les objets abstraits, le problème est qu’ils sont déficients en causalité, c’est à dire qu’ils n’ont aucun pouvoir de causer quelque chose.

    2.37 – Comme par exemple le chiffre 1 ne peut rien causer.

    2.38 – La loi arithmétique très simple 1 +1 = 2 n’a jamais rien créé mais j’aurai bien aimé.

    2.39 – Cela n’a jamais fait rentrer de l’argent sur mon compte bancaire. Si je mets 1000 euros aujourd’hui à la banque et 1000 euros un autre jour, les lois arithmétiques vont très bien servir à expliquer que j’ai maintenant 2000 euros.

    2.40 – Mais si je ne mets pas d’argent à la banque et que je compte uniquement sur les lois arithmétiques pour causer de l’argent, je serai temporairement en faillite.

    2.41 – C.S Lewis, avec comme d’habitude beaucoup d’intelligence, avait compris cela il y a des années : « Les lois de la nature ne produisent aucun événement, elles décrivent juste les relations entre les évènements, une fois introduits par une cause.

    2.42 – Tout comme les lois arithmétiques décrivent toutes les relations entre les transactions monétaires, si seulement, bien entendu, vous disposez d’argent.

    2.43 – Ainsi, dans un sens, les lois de la nature recouvrent toute la sphère de l’espace et du temps, et dans un autre elles laissent apparaître l’univers tout entier.

    2.44 – Le torrent incessant des événements actuels, qui marquent la vraie Histoire, doit venir d’autre part.

    2.45 – Croire que les lois peuvent produire cela revient à croire que vous pouvez créer de l’argent juste en faisant des équations. Chaque loi stipule en dernier recours : « Si vous avez A, alors vous aurez B ». Mais d’abord il faut obtenir le A… et les lois ne le feront pas à votre place. » (C.S Lewis (Miracles p.93-94).

    2.46 – Maintenant on sait que certains scientifiques aiment développer des théories comprenant des lois mathématiques permettant d’expliquer des phénomènes naturels, ce qui permet d’établir des prédictions et cela a très bien marché jusqu’à présent.

    2.47 – Mais je pense que le plupart d’entre nous sommes conscients que ces lois mathématiques qu’ils découvrent ne peuvent rien créer, y compris l’univers.

    2.48 – Néanmoins Hawking pense que c’est le cas !Le professeur Stephen Hawking prétend que la science moderne a établi qu’il n’y avait pas besoin de Dieu dans l’explication de la création de l’univers. Dans son nouveau livre,

    2.49 – Hawking explique comment une théorie appelée « M-Théorie » peut expliquer comment le Big Bang fut la conséquence inévitable des lois de la physique.Selon lui, ce sont les lois de la physique et non la volonté de Dieu qui fournissent la vraie explication de comment l’univers est apparu.

    2.50 – Il prétend que le Big Bang est l’inévitable conséquence de ces lois physiques, je cite : « Du fait qu’il existe la loi de la gravité, l’univers peut et se créera lui même à partir de rien. ».

    2.51 – Maintenant un être supernaturel ou Dieu, est un être qui fait quelque chose. En rejetant un tel agent, Hawking attribue le pouvoir de création aux lois physiques, mais une loi physique n’est pas un agent (ne produit rien). Hawking commet ici une erreur en confondant deux types d’entités entièrement différentes : les lois physiques et un agent personnel.
    2.52 – Nos lois physiques sont des descriptions, généralement mathématiques, de ce qui se passe normalement sous certaines conditions données.Ceci est évident comme le premier exemple que Hawking donne dans son livre : le soleil se lève à l’Est. Mais cette loi ne crée pas le soleil, no la terre avec l’est et L’ouest.

    2.53 – Cette loi est descriptive et prédictive mais non créative. De même, la loi de gravitation de Newton ne crée pas la gravité ou la matière dans laquelle la gravité opère, et en réalité, cette loi n’explique même pas la gravité, tout comme Newton l’avait réalisé. Mais c’est pire encore. Les lois de la physique ne peuvent même pas causer quelque chose.

    2.54 – Les lois du mouvement de Newton n’ont jamais fait avancer une boule de billard toute seule. Seule une personne utilisant une canne, grâce à l’action de ses muscles, peut la faire avancer. Pour rendre les choses un peu plus claires, remplaçons par exemple l’univers par un moteur d’avion, et imaginez qu’on nous demande de l’expliquer.

    2.55 – Va t-on l’expliquer par un agent personnel comme son inventeur qui est Sir Frank Whittle, ou va t-on suivre la méthodologie de Hawking en rejetant l’agent personnel et en expliquant le moteur d’avion en disant qu’il est apparu naturellement grâce à des lois physiques ? Cela serait absurde ! Il est évident que l’on a besoin des deux niveaux d’explications pour donner une description complète.

    2.56 – Il est aussi évident que cette explication scientifique ne concurrence pas celle d’un agent personnel, mais les deux sont complémentaires l’une de l’autre. Il en va de même afin d’expliquer l’univers :

    2.57 – Dieu ne rentre pas en conflit avec l’explication de l’univers par les lois physiques, car Dieu est en réalité la base de toute explication, dans le sens où Il est l’ultime cause primaire, qui a permis d’avoir un monde qui peut s’expliquer par les lois physiques.

    2.58 – Il reste cependant certains points à éclaircir, car les lois physiques peuvent expliquer comment un moteur d’avion fonctionne, mais pas comment il est apparu en premier lieu. Le moteur d’avion avait besoin de l’intelligence et du travail créatif de Frank Whittle.

    2.60 – -Et si on y réfléchit un petit peu plus, les lois physiques + Frank Whittle ne peuvent pas produire un moteur
    d’avion à eux seuls, car Whittle devait disposer de matériaux et de la matière, deux éléments nécessaires à l’accomplissement de son travail.

    2.61 – La matière mesdames et messieurs est peut être une chose simple, mais elle n’est pas créée par des lois. Je vous soumets donc l’idée que le point de vue d’un athée, dans lequel des lois mathématiques engendrent toutes seules l’univers ainsi que la vie est de la pure science fiction. Idem pour la théorie de Peter Atkins, célèbre athée qui pense que l’espace-temps génère sa propre poussière en se créant lui-même.

    2.62 – Atkins surnomme cela le principe d’amorçage cosmique, ce qui se réfère à l’idée contradictoire
    d’une personne qui essayerait de se lever en prenant ses lacets dans ses mains

    2.63 – . Le philosophe Keith Ward a sûrement raison lorsqu’il dit : « la théorie sur l’univers de Peter Atkins est aussi contradictoire que le nom qu’il lui a donné », car il est impossible qu’une cause produise un effet sans que celle ci existe au préalable. Ward conclut en disant : « entre l’hypothèse de Dieu et celle du principe d’amorçage cosmique, il n’y a aucune concurrence ».

    2.64 – On aura toujours le droit de penser que des personnes ou des univers qui essayent de se créer eux-mêmes avec leurs propres amorçages sont pour toujours voués à l’échec.

    2.65 – Ce que tout cela démontre est peut être qu’une absurdité reste une absurdité même si celle ci provient de scientifiques célèbres.

    2.66 – Donc la seule alternative est un esprit non physique, ce que les théistes appellent Dieu, un esprit non physique, immatériel, en dehors du temps et de l’espace.

    2.67 – « Le commencement de l’univers a l’air de présenter des problèmes insurmontables à moins qu’on accepte de le voir comme étant clairement surnaturel ». Sir Arthur Eddington, The Expanding Universe p.178. Sir Arthur eddington (1882-1944) était considéré comme l’un des astrophysiciens les plus importants du début du 20ème siècle. « J’ai trouvé très improbable qu’un tel chaos puisse venir du néant. Il doit y avoir un principe d’organisation. Dieu pour moi est un mystère mais c’est l’explication du miracle de l’existence, à savoir
    pourquoi il y a quelque chose plutôt que rien ». Allan Sandage, Willford, J.N. Sizing up the
    Cosmos p.b9. Allan Sandage (1926-2010) est considéré comme le pionnier de
    l’astronomie moderne, il fut le premier à découvrir les quasars.

    2.68 – Très bien il existe un Dieu. Mais ensuite vous devez poser la question : « D’où vient t-il ? ». Ce n’est pas une question dont j’entends souvent la réponse.
    2.69 – Afin de réaliser qu’une explication est la meilleure, cela ne nécessite absolument pas d’avoir une explication de l’explication. Afin de reconnaître qu’une explication est la plus logique, vous ne devez pas être capable de donner l’explication de l’explication.

    2.70 – Mes amis, ceci est un point élémentaire dans la philosophie de la science.

    2.71 – Par exemple imaginons que des astronautes découvrent à l’arrière de la lune, un ensemble de machines
    perfectionnées qui n’ont pas été laissé par d’autres astronautes. Quelle serait alors la meilleure explication sur l’existence de ces machines ?

    2.72 – Ce serait bien évidemment des extra-terrestres qui auraient laissé ces machines sur place, et vous n’avez pas besoin d’avoir une explication sur qui sont ces extra-terrestres, ou d’où viennent-ils et comment sont-il venus ici, afin de reconnaître que la meilleure explication pour ces machines est une forme d’intelligence extra-terrestre.

    2.73 – Donc afin de reconnaître qu’une explication est la meilleure, vous n’avez pas à avoir une explication de l’explication. Et en réalité quand on y pense, si on devait avoir une explication de l’explication, cela nous conduirait à une régression infinie d’explication.

    2.74 – On aurait donc besoin de l’explication de l’explication, mais pour reconnaître cela comme étant le mieux, on aurait besoin d’une explication de l’explication de l’explication, et ensuite une explication de l’explication de l’explication de l’explication, et donc rien ne pourrait être expliquer.

    2.75 – D’après moi, l’un des plus grands clichés philosophiques démodés est la question : « Et qui a créé Dieu ? ». On entend cela tout le temps, et ils pensent que cela représente un coup de batte de baseball contre les théistes, mais cette batte est plutôt faite en mousse… et laissez moi vous dire pourquoi. Car si on se demande qui a causé la cause qui a causé l’univers, alors continuons :

    2.76 – Qui a causé la cause qui a causé la cause qui a causé l’univers ? Continuons encore : qui a causé la cause qui a causé la cause qui a causé la cause qui a causé l’univers ? Continuons : qui a causé la cause qui a causé la cause qui a causé la cause qui a causé…

    2.77 – Et cela continue indéfiniment en arrière. Mais à un moment donné, il y a forcément une cause qui n’est pas causée par une autre, ou sinon rien n’existerait aujourd’hui. Prenons par exemple une chaîne de dominos. Vous avez un domino qui en fait tomber un autre et un autre puis un autre etc… J’ai forcément besoin d’un premier domino, ou alors cette chaîne ne pourrait jamais commencer.

    2.78 – Donc dans le fond, dire « Qui a créé Dieu ? » ou « Qu’est ce qui a causé la cause de l’univers ? » revient à dire que l’on n’a pas d’univers…

    2.80 – Rappelez-vous de arguments que j’ai donné : N°1 : tout ce qui commence à exister a une cause, quelque chose ne peut pas apparaître à partir de rien. Mais si quelque chose est éternel et intemporel, alors cela ne rentre pas dans le premier argument, car cela n’a pas besoin de cause.

    2.81 – Et le concept de Dieu est un être éternel, qui subsiste par lui meme, et donc la réponse est que Dieu est simplement non causé par quelque chose car Il se suffit à lui même.

    2.82 – – Dites-moi Dr Craig, dans ce que vous dites, un point a été soulevé et fait l’objet d’une réfutation, et qui découle de la première loi de la thermodynamique, qui stipule que la matière et l’énergie ne peuvent pas être créées ni détruites mais seulement réarrangées.

    2.83 – – Oui ce qui est amusant à propos de cette objection est que ceci n’est pas une objection à l’existence de Dieu, mais cela serait une objection à la théorie du Big Bang concernant l’origine de l’univers.

    2.84 – Cela montrerait que la théorie du Big Bang est fausse, car selon cette théorie, toute la matière et l’énergie ainsi que le temps et l’espace ont été créés lors du Big Bang et ne sont pas conséquent par éternelles car ils n’ont pas toujours été là.

    2.85 – Donc si les gens qui prétendent que l’énergie et la matière sont éternelles avaient raison, alors cela
    impliquerait que tous les cosmologistes d’aujourd’hui qui croient en la théorie de Big Bang seraient alors en totale contradiction avec la première loi de la thermodynamique, et cela n’est pourtant pas le cas.

    2.86 – Alors pourquoi ? Et bien parce que les lois de la thermodynamique, et notamment la première loi appelée loi de la conservation de la matière et de l’énergie ne s’applique qu’après la création de l’univers.

    2.87 – Elle s’applique à chaque instant et à chaque endroit de l’univers à l’intérieur de celui ci, mais elle ne
    s’applique pas à l’origine de l’univers, raison pour laquelle les cosmologistes ne considèrent pas que la première loi de la thermodynamique viole ou contredit la théorie du Big Bang concernant l’origine de l’univers.
    2.88 – En réalité les athées qui mentionnent la première loi de la thermodynamique comme réfutation devraient plutôt se remémorer la deuxième loi de la thermodynamique qui stipule que dans un système fermé, les choses
    ont tendance à se dégénérer avec le temps, et du point de vue des athées, l’univers est juste un immense système fermé, parce qu’il constitue tout ce qui existe et qu’il n’y a rien en dehors de lui.

    2.89 – Et donc la deuxième loi implique qu’avec un temps suffisamment long, tout ce qui existe dans l’univers se dégraderait pour devenir dans un état de chaos et de désordre. Donc si l’univers a existé depuis l’éternité, comment se fait-il que l’on ne se retrouve pas dans un état de désordre thermodynamique ?

    2.90 – Et bien je pense que la meilleure réponse à cela est que l’univers n’a pas toujours existé, il a commencé à un temps très précis dans le passé dans un état entropique très faible, et l’horloge de la thermodynamique s’est mise à tourner depuis cela.

    2.91 – Donc les lois de la thermodynamique démontrent que l’univers ainsi que la matière et l’énergie ne sont pas éternelles mais ont un commencement absolu.

    2.92 – Afin de se rappeler des arguments une nouvelle fois, on a N°1 : tout ce qui commence à exister a une cause. N°2 : l’univers commence à exister. Et à partir de cela, on en déduit la conclusion logique que l’univers a par conséquent une cause.

    2.93 – Mais allons un petit peu plus loin en se demandant quelle peut être la nature de cette cause, et si on réfléchit à la nature de cette cause par le biais d’une analyse conceptuelle, c’est à dire avec une pensée critique et en y réfléchissant bien, on arrive à une conclusion surprenante.

    2.94 – Tout d’abord cette cause doit être unique, car si on se réfère au principe philosophique d’Occam’s Razor, qui stipule que l’on ne multiplie pas des entités sans nécessité, alors on conclut que cette cause doit être unique. Cette cause ne doit pas être causée par une autre, car on a deja parlé de l’absurdité d’une régression infinie de cause.

    2.95 – Cette cause doit être immatérielle car elle a créé toute la matière, qui est l’univers lui même. Et significativement mes frères et sœurs et amis, cette cause doit être personnelle.

    2.96 – La raison pour laquelle je dis cela est parce que, pour qu’une cause éternelle crée un effet fini, qui est l’univers qui a un début dans le temps, cette cause doit avoir choisi de créer l’univers, et un choix implique une volonté et une volonté implique d’avoir une personnalité.

    2.97 – Donc on vient là juste de résumer la vue traditionnelle à propos de Dieu, à savoir qu’un
    être transcendantal, immatériel, non causé par quelque chose et éternel existe.

    Acte I scène 3

    3.1- Des résultats étonnants ont été découverts ces 20-30 dernières années en astronomie et en physique quantique, qui ont suggéré que l’univers pourrait avoir un but et certains physicistes prétendent aujourd’hui que c’est le cas, et cela provient de la découverte de certains nombres fondamentaux en physique atomique.

    3.2 – Durant ces 40 dernières années, les scientifiques ont découvert et déterminé les valeurs de chacun de ces nombres fondamentaux

    3.3 – Ces valeurs sont équilibrées d’une telle façon qu’on les décrit aujourd’hui comme étant ajustés à la perfection. Il s’agit de nombres comme la masse et le poids d’un électron, le poids d’un quark, la force de la gravité, la force du champ eletro-magnétique etc… à peu près une vingtaine de nombres qui décrivent les paramètres de base ainsi que les caractéristiques de notre monde, mais personne ne sait pourquoi ces nombres ont ces valeurs si précises.

    3.4 – Maintenant il est facile de dire : « Et alors on s’en fiche, que la masse d’un électron soit un petit peu plus petite ou plus grande, cela changerait-il quelque chose ? ».

    3.4 – La réponse est oui ! Imaginez que vous avez 20 boutons que vous pouvez ajuster à votre volonté, et changer les valeurs de ces nombres comme vous voulez, et bien juste un minuscule changement dans les valeurs connues de ces nombres entrainerait la disparition du monde.

    3.5 – Parce qu’il s’avère et ceci est une découverte surprenante et inattendue que les lois de la physique, qui constituent la base élémentaire de ce monde, devaient être très spécifiques et ajustées très précisément afin d’avoir la possibilité de voir la vie apparaître.Par exemple les valeurs des masses des différentes forces physiques sont importantes, ainsi que les masses des particules subatomiques.
    3.6 – Ceci ne constitue qu’un exemple d’une longue liste de propriétés physiques qui semblent être des pré-requis à la constitution d’un univers permettant la vie. Si toutes ces propriétés étaient juste un tout petit peu différentes,
    alors la vie telle qu’on la connait ne pourrait pas exister.

    3.7 – Ceci est une conclusion très surprenante, mais c’est vrai et tous les scientifiques le reconnaîtront .Bernard Carr est un cosmologiste qui étudie comment les lois de la physique s’opèrent dans l’univers. Il prétend que ces lois sont ajustées d’une façon tellement délicate afin de permettre la vie, que c’est très peu probable que cela soit la résultat de la chance.

    3.8 – Bernard Carr croit que ces ajustements extrêmes soulèvent au moins la possibilité de l’existence de Dieu. « Voici un diagramme qui s’appelle la pyramide de la complexité. Cela représente les différentes structures de l’univers. Tout en bas nous avons les quarks qui forment les atomes qui eux forment les molécules, les molécules forment ensuite les cellules qui elles forment les organismes, et éventuellement on arrive au cerveau et à la conscience. C’est assez difficile d’estimer la possibilité que tout cela puisse exister, mais il est certain que s’il
    n’y avait pas cet ajustement si précis dans les lois physiques, alors cette pyramide de complexité ne pourrait pas exister. ».

    3.9 – Un exemple simple mais capital est de connaître d’où vient le carbone, car l’univers primitif de fabrique pas de carbone, mais seulement des éléments simples comme de l’hydrogène et de l’hélium, ce qui est assez ennuyeux lorsqu’on fait de la chimie. Alors d’où vient le carbone ? Et bien il y a seulement un endroit dans l’univers d’où il peut provenir, et il s’agit de l’intérieur des fourneaux nucléaires des étoiles, nous sommes faits de poussière d’étoiles, constitués à partir de cendres d’étoiles mortes.

    3.10 – Et bien il s’avère que le processus par lequel le carbone est fabriqué à l’intérieur des étoiles est un processus extraordinairement délicat, et à première vue on penserait que ce serait impossible. C’est
    seulement possible grâce à la grande quantité de l’effet de renforcement, qu’on appelle résonance dans le métier, ce qui rend le processus plus rapide que ce que l’on attendait.

    3.11 – Et cette résonance est là du fait de la précision extrême des lois de la physique nucléaire. Si ces lois étaient un chouia différentes, soit il n’y aurait pas de résonance, soit celle-ci serait au mauvais endroit. Ceci est un exemple très frappant, montrant à quel point l’univers doit être ajusté si précisément pour que l’on puisse y habiter.

    3.12 _ Leonard Susskind, theoretical physicist : Alors avec quelle précision ces nombres sont ils ajustés ? La plupart sont ajustés à 1 %, autrement dit si on les change seulement d’1 %, alors tout devient catastrophique, et les physiciens peuvent peut-être dire ici qu’il s’agit de chance.

    3.13 – Mais d’un autre coté il y a cette constante cosmologique qui est ajustée à 1×10 puissance 120 ! 120 décimales ! Personne ne pense qu’il s’agit là d’une accident. Ceci n’est pas une idée raisonnable que quelque chose soit ajustée à 120 décimales près juste par accident. Ceci est l’exemple le plus extrême des ajustements si précis des lois de l’univers

    .3.14 – Aucun force dans l’histoire de la cosmologie a été découverte avec une telle précision. La constante cosmologique se doit d’être fixée exactement à la bonne valeur sur un billion de billions de billions de billions de billions de billions de billions de billions de billions de billion., autrement l’univers serait tellement différent, que l’évolution de la vie y serait impossible.

    3.14 – Se demander si la constante cosmologique a pu être fixée à cette valeur si précise juste par chance n’est même pas une question à se poser.Ils sont nombreux à dire que finalement, quand on regarde l’univers, surtout à l’origine, et bien il ne peut pas être né par hasard, et que le hasard n’a aucun rôle, et que plus on remonte loin dans le temps, donc plus on remonte vers le Big Bang, plus on trouve univers qui est ordonné, réglé, ajusté.

    3.15 – Par exemple si l’on revenait juste une seconde après le Big Bang, à cet instant, le taux d’expansion et de la densité de la masse se devaient d’être ajustés ensemble de façon précise pour permettre à l’univers d’en arriver là.

    3.16 – Si à cet instant, le taux d’expansion de l’univers avait été un petit peu plus rapide juste d’1×10 puissance moins 15, l’univers se serait détruit sans former de galaxies. A l’inverse, si le taux d’expansion de l’univers avait été inférieur seulement d’1×10 puissance moins 15, eh bien la l’univers aurait atteint sa taille maximale et se serait ensuite effondré, et donc on aurait jamais eu l’univers qu’on a aujourd’hui.

    3.17 – Alors ajusté comment ? Et bien il existe ce que l’on appelle des paramètres Image : « Un Billion = 1000 Milliards (10 puissance 12) ».14cosmologiques, ce sont des grandes constantes, la constante de la vitesse de la lumière par exemple qui fait 300 000 km/s, 7 fois donc le tour de la terre en une seconde, il y a la constante de la gravitation, ce sont des chiffres, des données chiffrées, avec un zéro, une virgule et puis parfois des dizaines de décimales derrière la virgule. Et bien si on changeait simplement une seule de ces décimales sur une seule de ces vingt constantes, l’univers ne pourrait pas apparaître.
    3.18 – Et bien ça, ça signifie que le hasard n’a aucun rôle à jouer à l’origine de l’univers.

    3.19 – – Comment cette chance terrifiante a t-elle pu arriver ? – Bien évidemment la première explication qui vient à l’esprit est qu’il doit y avoir un ajusteur, un créateur ou Dieu, et bien sûr pour les gens qui croient en Dieu, l’idée que cet ajustement si précis soit une preuve de l’existence de Dieu est bien entendu merveilleuse.

    3.20 – Revenons maintenant sur le livre de Hawking « Le Grand Design » car comme tous les autres physicistes, Hawking est confronté à des preuves évidentes d’un design dans l’ajustement des lois physiques de l’univers. Il explique : « Notre univers et ses lois pointent vers un design, qui sont tous les deux établis sur mesure afin de supporter la vie, et étant donné que nous existons, cela laisse peu de place pour des altérations. Ceci n’est pas facile à expliquer, et soulève la question naturelle à savoir pourquoi c’est comme cela. La découverte récente des ajustements extrêmement précis de beaucoup de loi de la nature peuvent conduire certains d’entre nous vers la vieille idée que ce grand design est le travail d’un grand designer. Ceci n’est pas la réponse de la science moderne.
    Notre univers semble être un parmis de nombreux autres, chacun avec ses propres lois. » –
    Stephen Hawking.

    3.21 – Maintenant l’idée d’un grand designer est certainement vieille, mais le plus important est de savoir si elle est vraie. Simplement de dire que cette idée est vieille peut donner l’ironique impression que ce qui est vieux est nécessairement faux et que cela est dépassé.

    3.22 – Deuxièmement, cela peut donner aussi l’impression ironique que personne ne tient cette idée aujourd’hui, alors que certains parmi les plus grands scientifiques, notamment un gagnant du prix de nobel de physique, tiennent cette idée que Dieu existe

    3.23 – La conviction qu’il existe un Grand Designer est la plus grande conviction dans l’histoire de la pensée humaine. Cela ne prouve pas bien sûr que c’est vrai, mais cela signifie que cela mérite notre considération. Hawking va ici trop loin en prétendant que ceci n’est pas la réponse de la science moderne.
    Il y a des scientifiques qui y croient et il y en a qui n’y croient pas.

    3.24 – Mais sa réponse est ce qu’il appelle les multivers. Ceci est l’idée qu’il existe plusieurs scénarios et plusieurs univers (certains disent une infinité d’univers, peu importe ce que cela veut dire), et il peut donc se passer nimporte quoi dans nimporte quel univers, donc ce n’est pas surprenant s’il existe un univers comme le nôtre.

    3.25 – Evidemment si vous ne croyez pas en Dieu, et notamment si vous préféreriez que l’univers soit apparu par hasard sans l’intervention de Dieu, ces faits concernant les ajustements parfaits peuvent vraiment vous embarrasser, donc forcément il va y avoir des gens qui essayeront de réfuter cet argument concernant les ajustements parfaits.

    3.26 – Un moyen populaire d’essayer de réfuter cela est de prendre toutes ces données sur les ajustements,
    non pas afin de démontrer qu’il y a un Dieu qui a créé cet univers, mais plutôt d’émettre l’hypothèse que notre univers est un parmi beaucoup d’autres. Si vous pensez à un multivers (plusieurs univers), si vous pensez qu’il existe de très nombreux univers, vous pouvez peut être vous dire que l’un d’entre eux est donc forcément bien ajusté, et qu’il s’agit du nôtre car on a de la chance.

    3.27 – Cela s’appelle la théorie des multivers, et vous
    pouvez voir ici la couverture d’octobre 2005 du magazine « Astronomy »

    A suivre….

  • Justicier says:

    Ah oui, j’oubliais qu’appelez vous “chance” dans votre phrase :

    “Si vous pensez à un multivers (plusieurs univers), si vous pensez qu’il existe de très nombreux univers, vous pouvez peut être vous dire que l’un d’entre eux est donc forcément bien ajusté, et qu’il s’agit du nôtre car on a de la chance.”

    Par exemple ? les dinosaures qui ont vécu pendant plus de 165 millions d’années ont-ils eu plus ou moins de chance que nous ?

    Autre exemple ? Pour un habitant de la planète Terre AUJOURD’HUI, être né quelque part sur Terre c’est de la chance, si on meurs de faim ou si au contraire on est milliardaire ?

    Qui si ce n’est le hasard décide dans ces cas ?

    Justicier

  • prézous says:

    justicier
    dans cette phrase
    “Si vous pensez à un multivers (plusieurs univers), si vous pensez qu’il existe de très nombreux univers, vous pouvez peut être vous dire que l’un d’entre eux est donc forcément bien ajusté, et qu’il s’agit du nôtre car on a de la chance.”

    le fait que l’on parle de chance est ironique ! car les gens aime s’appuyait sur l’argument de la chance car la plupart ne veulent pas croire en un créateur supérieur et le plus souvent par orgueil après se n’est que mon avis. Ils ne veulent pas admettre qu’il y’a un être supérieure absolue voici la seule chose gênante mais encore une fois je suis d’accord se n’est que mon avis . quand on vois les resultats que donne Bernard Carr qui a montré sa pyramide de compléxité. Il prétend que ces lois sont ajustées d’une façon tellement délicate afin de
    permettre la vie, que c’est très peu probable que cela soit la résultat de la chance.( la suite et dans le texte interminable pour ma réponse sur la première phrase. )
    ” Bernard Carr croit que ces ajustements extrêmes soulèvent au moins la possibilité de l’existence
    de Dieu. « Voici un diagramme qui s’appelle la pyramide de la complexité. Cela représente
    les différentes structures de l’univers. Tout en bas nous avons les quarks qui forment les
    atomes qui eux forment les molécules, les molécules forment ensuite les cellules qui elles
    forment les organismes, et éventuellement on arrive au cerveau et à la conscience. C’est
    assez difficile d’estimer la possibilité que tout cela puisse exister, mais il est certain que s’il
    n’y avait pas cet ajustement si précis dans les lois physiques, alors cette pyramide de
    complexité ne pourrait pas exister. ».Un exemple simple mais capital est de connaître d’où vient le carbone, car l’univers primitif
    de fabrique pas de carbone, mais seulement des éléments simples comme de l’hydrogène
    et de l’hélium, ce qui est assez ennuyeux lorsqu’on fait de la chimie. Alors d’où vient le
    carbone ? Et bien il y a seulement un endroit dans l’univers d’où il peut provenir, et il s’agit
    de l’intérieur des fourneaux nucléaires des étoiles, nous sommes faits de poussière
    d’étoiles, constitués à partir de cendres d’étoiles mortes. Et bien il s’avère que le
    processus par lequel le carbone est fabriqué à l’intérieur des étoiles est un processus
    extraordinairement délicat, et à première vue on penserait que ce serait impossible. C’est
    seulement possible grâce à la grande quantité de l’effet de renforcement, qu’on appelle
    résonance dans le métier, ce qui rend le processus plus rapide que ce que l’on attendait. 13
    Et cette résonance est là du fait de la précision extrême des lois de la physique nucléaire.
    Si ces lois étaient un chouia différentes, soit il n’y aurait pas de résonance, soit celle-ci
    serait au mauvais endroit. Ceci est un exemple très frappant, montrant à quel point
    l’univers doit être ajusté si précisément pour que l’on puisse y habiter.
    puis.Leonard Susskind, theoretical physicist : Alors avec quelle précision ces nombres sont ils
    ajustés ? La plupart sont ajustés à 1 %, autrement dit si on les change seulement d’1 %,
    alors tout devient catastrophique, et les physiciens peuvent peut-être dire ici qu’il s’agit de
    chance. Mais d’un autre coté il y a cette constante cosmologique qui est ajustée à 1×10
    puissance 120 ! 120 décimales ! Personne ne pense qu’il s’agit là d’une accident. Ceci
    n’est pas une idée raisonnable que quelque chose soit ajustée à 120 décimales près juste
    par accident.Ceci est l’exemple le plus extrême des ajustements si précis des lois de
    l’univers.
    Aucun force dans l’histoire de la cosmologie a été découverte avec une telle précision. La
    constante cosmologique se doit d’être fixée exactement à la bonne valeur sur un billion de
    billions de billions de billions de billions de billions de billions de billions de billions de
    billions ( billions =1000 milliare )
    , autrement l’univers serait tellement différent, que l’évolution de la vie y serait
    impossible.

    2) Ensuite si vous voulez parlé de la chance des habitant de la terre comme dans votre question qui est “Pour un habitant de la planète Terre AUJOURD’HUI, être né quelque part sur Terre c’est de la chance, si on meurs de faim ou si au contraire on est milliardaire ?” bien sur cela n’est jamais de la chance de mourir de faim .mais si je devait répondre a votre question je devrait commencé a vous expliqué un peu la religion pour la quel je suis attiré mais je vous expliquerait tout sa plus tard car il y’a pas beaucoup de chose scientifique a dire pour l’expliqué ou pour répondre a cette question … On devrait je pense expliqué cela avec la religion en tout cas si vous voulez une réponse.( je précise que ma religion n’est pas le christianisme , le bouddhisme ou autre mais plutôt l’islam . ne vous fier pas a se que l’on voit a la télévision. ceci est fait juste pour que vous ayez du mépris envers l’islam. Mais se que font les gens de l’islam ET l’islam ne sont pas les méme chose du tout . ) mais je parlerait de tous sa plus tard bref .

    pour le moment je cherche plutôt a métre le reste de mon texte interminable comme vous le dite et je suis plutôt d’accord avec vous lol mais je pense qu’il est important de métre une grande partie de mes argument .

  • prézous says:

    maintenant la suite de ce fameux texte interminable !!!

    Sachez
    qu’il y a seulement 10 puissance 80 particules élémentaires dans l’univers tout entier. Il
    s’est passé seulement 10 puissance 16 secondes depuis le Big Bang. Il s’est passé
    seulement 10 puissance 139 évènements depuis le commencement de l’univers. Donc
    maintenant vous commencez à comprendre pourquoi le gens sont très sceptiques sur le
    fait que la vie ait pu apparaître par chance. Cependant vous avez sûrement entendu
    l’inverse… Est ce que quelqu’un d’entre vous connait une personne qui vous a dit que
    l’origine de la vie est apparue par chance ? Vous avez déjà entendu cela ? Ça m’est arrivé
    à moi l’autre jour,
    quelqu’un m’a dit : « Oui mais mais… », il voulait débattre avec moi sur les probabilités, et
    je l’ai remis simplement à sa place en lui disant : « Aucun scientifique sérieux ne pense
    que la vie est apparue par chance ».
    Une chance sur 10 puissance 164 ! La biochimie moderne a aussi dévoilé l’inimaginable
    complexité du design de la molécule d’ADN. La structure de la molécule d’ADN fut
    découverte par deux scientifiques, James Watson et Francis Crick en 1955. Leur
    découverte a démontré que la vie était beaucoup plus complexe que ce qu’on avait
    auparavant pu imaginer. Francis Crick lui même, un auto proclamé évolutionniste, qui a
    reçu le prix Nobel pour cette découverte, a été ensuite amené à avouer qu’une structure
    telle que l’ADN ne pouvait pas être apparue par chance. Le professeur anglais Anthoy
    Flew de l’université de Reading était l’un des plus grands partisans de l’athéisme de ces
    50 dernière années et l’auteur de plus de 30 livres. Son premier débat avec l’ancien athée
    C.S Lewis en 1950 à Oxford en Angleterre fut la première fois qu’il avança ses arguments
    en faveur de l’athéisme. Il a ensuite écrit un article intitulé : « Théologie et falsification ».
    L’article est devenu l’un des articles philosophiques les plus publiés dans le monde entier
    durant la moitié du siècle dernier, et un appui fondamental pour tous les athées et
    agnostiques qui avançaient des idées évolutionnistes. Mais maintenant ce sont les
    progrès dans la science qui ont fait changer la pensée de Flew et de certains scientifiques.
    Lors d’une récente réunion à l’université de New York, Flew changea sa position et croit
    désormais en Dieu comme étant le créateur de l’univers. Felw présenta plusieurs
    découvertes scientifiques afin d’expliquer son changement de pensée. Mais il s’agit de la
    retranscription du code de la vie, écrit dans la molécule d’ADN, et la transcription de l’ADN
    en ARN et de l’ARN en protéines, ainsi que du processus de repliement de protéine, qui
    constituent le meilleure argument selon Flew. Antony Flew – 2004 : « Je pense que les
    découvertes sur l’ADN ont démontré une complexité si incroyable dans l’arrangement afin
    de permettre de produire l’être humain qu’une intelligence a forcément dû être impliquée
    afin de faire fonctionner ensemble tous ces divers éléments chimiques extraordinaires ».
    Lorsque vous observez l’ARN, en tant que chimiste, vous êtes tout simplement en pure
    admiration devant une telle molécule si merveilleuse, ainsi que devant sa complexité et sa
    structure si magnifique, et vous vous posez inévitablement la question : « Comment est-ce
    possible que cette structure soit apparue ? Comment la chimie a t-elle pu produire ça ? ».
    La structure de l’ARN paraît simple, mais les apparences peuvent être trompeuses.
    Chaque bloc la composant est constitué de 2 parties : une molécule de sucre et une base
    azotée. Les chimistes ont trouvé qu’ils étaient capables de créer les bases azotées, et
    lorsqu’ils ont réalisé qu’ils pouvaient aussi faire les sucres, ils se sont dit qu’ils devaient
    pouvoir joindre les 2, donc ils ont essayé pendant plusieurs années pour s’aperçevoir que
    c’est en réalité chimiquement impossible. Bien évidemment, une telle structure n’aurait
    jamais pu se former par chance. La théorie de l’évolution, qui prétend que la vie est le
    résultat de simples coïncidences et de hasard, est impuissante pour expliquer quoi que ce
    soit devant l’extraordinaire complexité de l’ADN.
    Dr Jonathan Sarfati, Physical Chemist : « Certains évolutionnistes disent que notre ADN
    est 98 % similaire par rapport à celle des singes, et que ceci est seulement une petite 27
    différence. D’autres disent, et ceci est plus proche de la réalité, que la similitude n’est pas
    plus de 95 %. Mais étant donné que chaque humain possède 3 milliards de lettres
    d’information ADN dans chaque cellule, même une différence de 2 % représente 60
    millions d’erreurs dans l’information. Bien entendu, i ne s’agit pas d’erreurs mais
    d’informations supplémentaires équivalant à 20 livres de 500 pages. Un designer commun
    est une bien meilleure explication concernant la similitude entre l’ADN humain et celui des
    signes. Tout comme un architecte utilise les mêmes matériaux de base pour différents
    bâtiments, on ne devrait pas être surpris si Dieu utilise les mêmes caractéristiques ou
    design pour plusieurs espèces. Après tout, 50 % de notre ADN est similaire à celui des
    bananes, mais cela ne veut pas dire que nous sommes à moitié banane. ».
    Tous les détails physiques et physiologiques d’un être humain sont codés dans cette
    double hélice. Toutes les informations de notre corps, de la couleur de nos yeux à la
    structure de nos organes internes, ainsi que la forme et la structure de nos cellules sont
    programmés dans des sections appelées gènes dans l’ADN. Le code de l’ADN est
    composé d’une séquence de quatre différentes bases. Si on représente chacune de ces
    bases avec une lettre, l’ADN peut être relié à une base de données faite d’un alphabet
    composé de quatre lettres7
    . Toutes les informations à propos d’une chose vivante sont
    stockées dans cette base de données. Si vous trouviez une ancienne tablette en argile
    avec d’étranges lettres dessus abandonnée sur le rivage, vous ne pourriez pas la lire, à
    moins que quelqu’un est décodé le code, mais vous auriez au moins su que ces lettres
    représentent un langage, même si vous ne connaissez rien à propos de l’auteur ou de sa
    civilisation8
    . Un langage est reconnaissable, même si on ne peut pas le lire. Prenez par
    exemple le code morse qui comporte trois différentes parties : des points, des tirets et des
    espaces. Ces trois différentes parties se combinent pour former des lettres, et il existe 26
    lettres dans le langage anglais qui se combinent pour former environ 400 000 mots. Ces
    mots peuvent bien sûr être combinés en une infinité de phrases ou de séquences. Il y a
    des preuves que l’ADN représente un langage : quatre unités de base appelées
    nucléotides, qui se combinent pour former 20 acides aminés. Et à partir de ces 20 acides
    aminés, le corps forme environ 100 000 protéines. Mais si vous ne pouvez pas lire le code
    de l’ADN, il possède quand même toutes les caracteristiques d’un langage. Un langage
    que les biologistes viennent juste de commencer à décoder. Chaque minuscule cellule de
    notre corps renferme environ un mètre d’ADN compacté, 3 milliards de nucléotides ! La
    7
    Image : A C G T.
    8
    Image : Disque de Phaïstos.28
    similitude entre l’ADN et le langage humain est troublante. En plus des codes, les deux
    utilisent les mêmes techniques pour compresser, accéder, réarranger, copier et transférer
    de l’information. L’ADN a l’air de représenter un langage : le langage de la vie. Un auteur
    invisible, Le créateur des cieux et de la terre, a laissé un témoignage de son existence
    dans l’ADN de toute chose vivante. L’information qui est stockée dans l’ADN pointe vers
    un designer possédant une intelligence. Alors pourquoi je dis cela ? Cela a un rapport
    avec ce que l’on connait de la structure de cause à effet de notre monde. Notre héros local
    ici à Seattle Bill Gates a dit que l’ADN était comme un programme d’ordinateur, seulement
    beaucoup plus complexe que n’importe quel programme déjà créé. Et ceci est une
    remarque très intéressante car on sait que des programmes ne peuvent que venir de
    programmeurs. Et en réalité, on sait d’un point de vue général que de l’information, que
    celle ci soit dans un programme d’ordinateur, dans es hiéroglyphes, dans un gros titre de
    journal, ou bien dans un bloc note ou dans un livre, une information provient toujours
    d’une source d’intelligence, donc lorsqu’on trouve de l’information dans l’ADN, la façon la
    plus logique de comprendre les choses est que celle ci provient aussi d’une source
    d’intelligence.
    Dû à ce manque de connaissance scientifique à l’époque de Darwin, la théorie imaginaire
    de l’évolution n’était pas du tout perçue comme étant une idée farfelue. Les thèses de
    Darwin avaient un impact important sur les cercles scientifiques de son époque.
    Néanmoins, Darwin était quand même soucieux. Dans le chapitre « difficultés à propos de
    la théorie », il écrivit : « si on arrivait à démontrer que nimporte quel organe complexe
    existait, ne pouvant pas avoir été formé par des petites modifications successives, alors
    ma théorie s’effondrerait complètement » (The origin of species, p.189).
    Laurence Tisdall, President, Creation Science Association Quebec : « En ce qui me
    concerne, je suis là ce matin pour vous annoncer Michael et Jason, l’évolution est morte et
    je vais vous dire pourquoi, et en tant que scientifique, c’est la science qui dit cela.
    L’évolution est morte du fait du concept appelé « serie de gènes minimum ». Les
    scientifiques ont pris un mycoplasme (un genre bactérien) qui est le plus petit organisme
    vivant qui existe, il possède 468 gènes et rappellons qu’un gène est un complexe
    protéique qui peut comporter 1000 ou 10 000 acides aminés… Ok donc il possède 468
    gènes et depuis 2000, on a essayé de les reduire, car si l’évolution est vraie, il nous faut
    pouvoir commencer avec zéro gènes pour en produire plus par la suite, si vous voulez
    passer de l’hydrogène à l’être humain. Donc on a essayé de les réduire, et en 2000 ils ont 29
    publié qu’en théorie on ne pouvait pas aller en dessous de 200 gènes, et le 6 janvier 2006
    dans le magazine « Nature », ils ont dit qu’en réalité, on ne pouvait pas aller en dessous
    de 397 gènes. Donc pour résumer, la cellule, et c’est ma spécialité en tant que scientifique,
    a besoin d’un certain nombre de composants spécifiques pour pouvoir fonctionner. Vous
    avez une membrane mais ensuite il vous faut alimenter la membrane, donc il vous faut
    des mitochondries, il faut aussi un moyen pour marquer les protéines, il faut l’ADN… donc
    on a besoin de 397 choses minimum, et la production d’énergie nécessite à elle seule 6
    gènes donc s’il en manque un seul, la cellule n’est plus alimentée… ».
    La peur de Darwin s’est avérée être vraie peu après sa mort. Les lois sur l’héritage
    découvertes par le botaniste hongrois Gregoire Mendel ont provoqué l’effondrement des
    allégations de Lamarck et de Darwin. La science de la génétique, qui s’est développée au
    début du 20 ème siècle, a prouvé qu’il ne s’agissait pas des caractères acquis, mais
    uniquement des gènes, qui étaient transmis aux générations suivantes. Cette découverte
    a démontré qu’un scénario suggérant que des caractères acquis transmis d’une
    génération à une autre pouvait générer des espèces différentes était impossible.
    Autrement dit, il n’y avait aucune variation héréditaire possible dans le mécanisme de
    sélection naturelle de Darwin. En conséquence, la théorie de l’évolution avancée par
    Darwin s’est écroulée au début du 20 ème siècle. Tous les autres efforts par les
    évolutionnistes au 20 ème siècle n’ont abouti à rien si ce n’est confirmer que le
    mécanisme de sélection naturelle n’avait aucun pouvoir d’évolution. Un célèbre
    évolutionniste, le paléontologue anglais Colin Patterson a admis ce fait lorsqu’il a dit :
    « personne n’a jamais produit une espèce par le moyen de sélection naturelle, personne
    ne s’en est même approché, et la plupart des discussions du néo-darwinisme est à propos
    de cette question » (BBC Cladistics March 4, 1982). Lorsqu’il est devenu évident que le
    mécanisme de sélection naturelle proposé par Darwin n’avait aucun pouvoir d’évolution,
    les évolutionnistes ont dû introduire un changement fondamental dans la théorie. En plus
    du concept de sélection naturelle, ils ont rajouté un second mécanisme appelé mutation.
    Les mutations sont des altérations ou distorsions qui se créent dans l’ADN d’un être vivant,
    la plupart du temps dues à des effets externes comme les radiations ou des actions
    chimiques. La théorie de l’évolution prétend donc maintenant que les êtres vivants se
    différencient les uns des autres et se sont développés par le biais de mutations. Ceci ne
    peut pas être vrai car les mutations ne font qu’endommager l’information présente dans
    l’ADN, et ne génèrent que des effets négatifs sur un être vivant. Aucune mutation
    bénéfique n’a été observé jusqu’à présent dans la nature ou en laboratoire. Étant donné 30
    que les mutations n’ajoutent pas de nouvelles informations génétiques, il est impossible
    pour un être vivant de développer de nouveaux organes à travers des mutations.
    – Y a t-il de la nouvelle information qui est générée ? Voilà ce à quoi les
    évolutionnistes doivent répondre. Ils doivent prouver l’existence d’un mécanisme capable
    de produire de la nouvelle information génétique qui n’a jamais existé, afin de produire ces
    structures de plus en plus complexes. – Oui et de l’information qui n’a jamais existé
    auparavant. – Oui de l’information inexistante au préalable. Car au temps où selon eux il y
    avait juste une cellule qui ensuite a donné naissance à toute cette diversité, il n’existait
    aucune information génétique pour la peau, les cheveux, le cœur, le cerveau etc…, donc il
    faut bien générer de l’information, selon eux. Maintenant Dr. Warner Gitt est un spécialiste
    dans l’information génétique, car vu qu’on parle d’information, autant aller voir ce que dit
    un spécialiste en la matière. Il a écrit un livre sur le sujet appelé : « Au début était de
    l’information », et dans son livre il dit ceci : « un système de code est toujours le résultat
    d’un processus mental, cela requiert une source d’intelligence ou inventeur. On devrait
    insister sur le fait que la matière est incapable de générer n’importe quel code. Toutes les
    expériences démontrent qu’un être ayant une pensée et qui volontairement exerce son
    propre choix ainsi que sa propre cognition et créativité est requis. ». Il poursuit en
    disant : « il n’y a aucune loi naturelle connue, aucun processus connu, et aucune
    séquence d’évènements connue qui peuvent causer de l’information à émerger tout seule
    à partir de la matière » (In the beginning was information, p.64, 67, 79 & 197).
    Raison pour laquelle Richard Dawkins, l’un des plus grands partisans de la théorie de
    l’évolution de notre époque, hésite lorsqu’on lui demande de citer un seul exemple d’un
    processus qui augmenterait l’information génétique.
    -Professeur Dawkins, pouvez vous nous donner un exemple d’une mutation génétique, ou
    alors d’un processus d’évolution qui pourrait augmenter l’information génétique dans le
    génome9
    ?
    La verité est si évidente : la vie possède un design tellement complexe qu’il est impossible
    qu’elle soit apparue par hasard. [Dawkins:] « Et je suppose que cela est possible car si
    vous regardez les détails de la biochimie et de la biologie moléculaire, vous pourrez peut
    être trouver une signature de la part d’un designer. ». Attendez une seconde, Richard
    9
    Image : Dawkins regarde en l’air pendant environ 8 secondes.31
    Dawkins pense que la théorie du dessein intelligent peut être légitime ?
    – Il s’appelle Richard Dawkins, il est sans doute l’athée le plus connu et convaincu
    dans le monde. Je ne sais pas comment on peut reconnaître cela mais peut être qu’on lui
    demandera. Alors dites-moi quel est le problème à croire en un Dieu, peu importe de quel
    Dieu il s’agit ? – Je pense que c’est faux et qu’il s’agit d’une question de croyance sans
    aucune preuve.
    [Dawkins:] « Et je suppose que vous pouvez trouve des preuves (pour l’existence d’un
    créateur), car si vous regardez les détails de ce que nous montrent la biochimie et de la
    biologie moléculaire, vous pourrez peut être trouver une signature de la part d’un
    designer. » Attendez une seconde, Richard Dawkins pense que la théorie du dessein
    intelligent peut être légitime ? « Et ce designer peut tout à fait être une intelligence
    supérieure qui viendrait d’autre part dans l’univers. ».
    Au 20 ème siècle, la théorie de l’évolution n’a pas seulement été réfutée par la science de
    la biologie moléculaire, mais aussi par la paléontologie, qui représente la science des
    fossiles. Une preuve souvent citée pour l’évolution est le registre des fossiles, car selon la
    plupart des textes de biologie, les fossiles montreraient l’évolution graduelle du simple au
    complexe, sur des centaines de millions d’années, mais un nombre croissant de
    scientifiques disent que cette histoire dans les livres de biologie est incomplète, et même
    mensongère, car elle ignore un événement extraordinaire dans l’histoire de la vie appelé
    « l’explosion cambrienne ». Le couche terrestre la plus ancienne dans laquelle des
    fossiles d’êtres vivants ont été découverts est celle de l’époque cambrienne, qui remonte
    entre 500 et 530 millions d’années. Dans les couches plus anciennes que la cambrienne,
    aucun fossile n’a été retrouvé excepté quelques peu nombreux minuscules organismes
    unicellulaires. Dans la période cambrienne en revanche, de nombreuses espèces sont
    apparues soudainement, plus de 30 espèces invertébrées tel que des méduses, étoiles de
    mer, trilobites, et des escargots sont apparus brusquement.
    Dans la théorie de Darwin, si vous vous rappelez des branches de l’arbre de Darwin, où
    vous avez l’ancêtre commun en bas et les différentes espèces d’animaux modernes en
    haut des branches, vous auriez donc une forme pour commencer qui diverge ensuite
    graduellement vers d’autres formes, et ensuite encore d’autres formes jusqu’à arriver au
    différents groupes d’espèces majeures d’aujourd’hui. Le problème avec l’explosion 32
    cambrienne est que toutes ces grandes différences apparaîssent ensemble et au même
    moment avec aucun preuve qu’elles descendent d’un ancêtre commun. ». Certains
    rapports théoriques ont relaté les nouvelles recherches du scientifique chinois J.Y Chen,
    un paléontologiste de renommée internationale qui travaille à l’institut de paléontologie et
    géologie à Nenjing en chine. Les découvertes de Chen dans le domaine des fossiles ont
    fait trembler les fondations scientifiques. Situé dans la région de Yunnan dans le sud de la
    chine, J.Y Chen possède quelques uns des fossiles les mieux préservés au monde datant
    de l’ère cambrienne. « Le darwinisme explique seulement peut être qu’une partie de
    l’histoire de l’évolution. Selon Chen, les fossiles qu’il a découvert ont retourné l’arbre de
    Darwin de haut en bas. L’arbre de Darwin est en réalité un cone renversé, nos recherches
    nous ont permis de conclure vraiment de manière inattendue que les lignées d’espèces
    majeures ont commencé au début de l’époque cambrienne, donc la base de l’arbre est
    large et il se resserre graduellement, donc l’arbre de Darwin est quasiment retourné. »
    Cette situation réfute avec certitude la théorie de l’évolution car Darwin a écrit dans
    l’origine des espèces : « Si de nombreuses espèces appartenant au même genre ou à la
    même famille sont réellement apparues soudainement, alors ce fait serait fatal à la théorie
    de l’origine avec des modifications lentes à travers la sélection naturelle » (The origin of
    species p.302). Ce coup fatal qui effrayait tant Darwin provient de la période cambrienne
    et directement de l’origine du registre des fossiles. Aucun reste de fossile supportant
    l’évolution n’a été trouvé lors des fouilles conduites dans les quatre coins de la planète. Le
    professeur Roberto Fondi est un spécialiste en paléontologie. Il enseigne au département
    des sciences de la vie et de la terre à l’université de Sienne en italie. « Vous serez sans
    doute surpris d’apprendre que les suppositions fondamentales sur lesquelles se basent la
    pensée évolutionniste ne sont absolument pas confirmées par la paléontologie. Tous les
    groupes biologiques, des bactéries en passant par les algues vertes à l’être humain,
    apparaîssent brusquement dans le registre des fossiles sans aucun lien qui les relient
    ensemble. Pourquoi alors tant de gens pensent que les fossiles prouvent l’évolution ? ».
    Car la théorie de l’évolution est présentée aux jeunes comme étant un fait qui a été soit
    disant prouvé depuis tellement longtemps, donc ensuite ils pensent que c’est ridicule de la
    remettre en question.
    « – Alors quelle est la vérité ? Et bien il existe un livre d’histoire du passé et il s’agit des
    couches terrestres et des fossiles qui s’y trouvent, donc c’est aux paléontologues de lire ce
    livre et de donner la réponse. – Et qu’est ce que vous lisez dans ce livre professeur ? – La 33
    réalité est qu’après environ deux siècles d’intenses recherches, les preuves
    paléontologiques en faveur de l’évolution ne sont pas seulement rares mais aussi très
    contestables. Si l’évolution a réellement eu lieu, alors les preuves devraient être en grande
    abondance et incontestables. Les musées déborderaient de fossiles qui montreraient
    clairement les transitions entre les divers groupes biologiques. Néanmoins ce n’est pas le
    cas. De plus, il n’y a aucune indication que cela changera dans le futur. Ces très peu
    nombreux fossiles qui soit disant constituent des preuves de l’évolution, tels que les
    amphibiens « ichtyostega » et « seymouria », le reptile « prognognoptocus », l’oiseau
    « archaeopteryx », et le singe australopithèque « homo habilis », sont très loin d’être
    convaincants. ». Confrontés à ces réalités rendues évidentes par le registre des fossiles,
    les évolutionnistes ont dirigé toute leur attention sur la revendication que l’homme a évolué
    à partir du singe. 6500 différentes espèces de singes ont déjà vécu jusqu’à présent, et la
    majorité d’entre elles sont éteintes (disparues). Les crânes de ces espèces disparues, à la
    fois petits et grands, constituent une grande ressource pour les évolutionnistes afin
    d’exercer leur imagination librement. En arrangeant les crânes de ces espèces de singes
    disparues, du plus petit au plus grand, en ajoutant en plus dans le lot des crânes de races
    humaines disparues, les évolutionnistes ont concocté le scénario de l’évolution humaine.
    Le rôle le plus important de ce scénario a été donné à l’espèce de singe disparue appelée
    « australopithèque »
    10. Le premier fossile d’australopithèque fut découvert en 1924 par un
    paléontologue appelé Raymond Dart. Depuis cela, les évolutionnistes ont prétendu que ce
    singe disparu dont le nom veut dire « le singe soudain » est une créature ressemblant aux
    humains. Cependant, lorsqu’on compare les os de l’australopithèque avec ceux d’un
    chimpanzé, il semble y avoir très peu de différences entre les deux. Face à ce fait, les
    évolutionnistes ont émis l’hypothèse que l’australopithèque a marché verticalement sur
    ces deux pieds différemment des autres singes. Néanmoins, deux anatomistes de
    renommée mondiale, Sally Zukerman et Charles Oksnard ont réfuté cette allégation. Pour
    faire simple, l’australopithèque (lucy) avancé comme étant l’ancêtre de l’homme par les
    évolutionnistes est simplement une espèce de singe disparue. D’un autre coté, les fossiles
    qui sont inclus par les évolutionnistes sous des classifications imaginaires, tel que « Homo
    Erectus », « Homo Ergaster », ou encore « Homo Sapiens archaïque » appartiennent en
    réalité à différentes espèces humaines. Lorsque ces fossiles sont examinés, leurs
    squelettes ont l’air d’être essentiellement les mêmes que les personnes qui vivent
    aujourd’hui. Les seules dissimilitudes sont des petites différences au niveau de la structure
    du crâne, mais des différences comme celles ci peuvent se trouver dans différentes races
    10Image : «Australopithecus afarensis. 3-4 million years ago ».34
    humaines vivantes aujourd’hui. Le célèbre paléontologue évolutionniste Richard Leakey
    admet que les différences entre les crânes classifiés comme étant des « Homo Erectus »
    et ceux des hommes modernes sont minimes : « Ces différences ne sont probablement
    pas plus prononcées que ce que l’on voit aujourd’hui entre les races séparées
    géographiquement des humains modernes » (The making of mankind, London : Sphere
    Books, 1981, p.62). La seule défense restante des évolutionnistes face à toutes ces
    preuves scientifiques allant à leur encontre, est juste une chose : la propagande11. La
    théorie sans fondement de l’évolution est imposée sur la population par le moyen de
    dessins imaginaires qui apparaissent dans les revues évolutionnistes. Dans ces dessins,
    des créatures aux corps poilus et aux caractéristiques simiènnes sont agrémentés de tons
    humains pour donner l’impression que ces mi-hommes mi formes transitionnelles vécurent
    à un moment donné. De temps à autre, ces dessins présentent des scènes de la vie
    sociale de ces créatures. Ces dessins trompeurs sont introduits dans un ordre particulier
    afin d’imposer le scénario de l’évolution dans le subconscient de la société. Même dans
    les revues scientifiques les plus réputées, ces créatures apparaîssent fréquemment sous
    forme de reconstitutions, et des arbres généalogiques imaginaires sont construits par leur
    inspiration. Le pouvoir imaginaire des évolutionnistes ne se limite pas exclusivement à des
    dessins, car il tourne aussi des films dans lesquels des créatures mi homme mi formes
    transitionnelles jouent. Néanmoins, tout cela n’est que pure tromperie, car les seules
    preuves qu’ils ont ne sont généralement pas plus que quelques petits bouts d’os et de
    crânes, donc les poils, peaux, nez, oreilles, lèvres ou d’autres caractéristiques faciales
    d’un être vivant ne peuvent pas être déterminées par des restants d’os. Mais les
    évolutionistes façonnent toutes ces caractéristiques du visage alors qu’il n’y en a aucune
    trace dans les fossiles. Tout cela dans le but de servir les objectifs de leur théorie, et ils
    produisent des reconstitutions imaginaires dans leurs ateliers. Earnst Hooten de
    l’université d’Harvard affirme que ces reconstitutions n’ont aucune valeur scientifique.
    « Vous pouvez modeler aussi facilement sur un crâne néandertalien les caractéristiques
    d’un chimpanzé que les traits d’un philosophe. Ces reconstitutions des supposés anciens
    types d’homme ont très peu voire aucune valeur scientifique et sont là simplement pour
    tromper le public. » (Up from the ape, p.332). Les évolutionnistes vont tellement loin dans
    le domaine de la tromperie qu’ils vont même jusqu’à inventer différents visages pour le
    même crâne. Le fossile « Zinjantrophus », ayant donné naissance à pas moins de 3
    reconstitutions en tous points différentes est un exemple célèbre qui montre l’obstination
    des évolutionistes dans la production de ces fausses reconstitutions. Mais les
    11Image : Couvertures traitant de l’évolution pour National Geographic, Scientific American et Time.35
    évolutionistes ne font pas que dessiner ou modeler des ruses, car par moment ils font des
    contrefaçons délibérées. La plus célèbre de ces fraudes a été celle du fossile Piltdown
    introduit en 1912 par l’évolutionniste Charles Dawson. Ce fossile fut présenté comme la
    forme transitionnelle la plus importante entre l’homme et le singe, et a été exposé dans les
    musées pendant plus de 40 ans. Des experts ont réexaminé le fossile en 1949 et se sont
    aperçus qu’il s’agissait d’une fabrication qui avait été produite en attachant une dent
    d’orang-outan sur un crâne d’humain. Une autre forme transitionnelle fabriquée par les
    évolutionnistes était l’homme du nebraska. Elle a été inventée en 1922 en s’appuyant sur
    fossile composé d’une seule dent. Les évolutionnistes n’ont pas oublié de lui donner un
    nom latin ostentatoire, comme « Hesperopithecus haroldcookii », et de dessiner des
    dessins imaginaires en relation avec. Il a été très vite découvert que la dent qui avait été la
    source d’inspiration pour l’homme du nebraska appartenait en réalité à un cochon sauvage.
    De nombreux autres fossiles qui ont été présentés comme preuves par les évolutionnistes
    ont été discrédités les uns après les autres. L’homme de Néandertal a été présenté
    comme preuve en 1856, mais discrédité en 1960. L’homme de Piltdown a été présenté
    comme preuve en 1912, mais discrédité en 1953. Zinjantrophus a été présenté comme
    preuve en 1959, mais discrédité en 1960. Le ramapithèque a été présenté comme preuve
    en 1964, mais discrédité en 1979.
    En dépit de tous ces faits, ces crânes sont toujours présentés au public à travers les
    médias, mais aussi dans certains lires évolutionnistes comme étant des faits scientifiques.
    Dans de nombreux pays, une grande partie de la population suppose que la théorie de
    l’évolution est un fait prouvée. Un grand nombre de ces soit disant preuves de l’évolution,
    dont la plupart ont été discréditées par les évolutionistes eux-mêmes, sont toujours
    présentées aux enfants à l’école comme étant les ancêtres de l’homme. En réalité, la
    vérité que les évolutionnistes essayent si durement de renier et de cacher est à la vue de
    tout le monde. Les espèces sont apparues soudainement et parfaitement sur la terre, c’est
    à dire qu’elles ont été créées. Le Créateur divin, qui a le pouvoir sur toute la nature, a créé
    toutes les espèces, avec leurs caractéristiques uniques et parfaites. Ce Créateur divin
    s’appelle Allah. Le Seul et Unique Vrai Dieu. Il est le Seigneur des Cieux et de la Terre et
    de tout ce qu’il y a entre eux.
    « Ce système si merveilleux (l’univers) ne peut que provenir de la volonté et de
    l’omnipotence d’un être intelligent et suprême » – Isaac Newton (Principes mathématiques
    de la philosophie naturelle 1687).36
    « Lorsqu’on est confronté à une telle merveille qui est l’univers, on se doit de demander
    pourquoi et non simplement comment. Les seules réponses possibles sont religieuses…
    Je trouve le besoin de croire en Dieu lorsque je regarde l’univers et ma propre vie. » –
    Arthur L. Schawlow (Prix Nobel de physique en 1981)

  • Justicier says:

    @ prézous

    Si vous souhaitez que l’on puisse réellement vraiment débattre, vous devriez si je peux me permettre, mieux “structurer” vos commentaires, car il y a tellement à dire….

    Dans vos premières réponses, je remarque

    1 ) que vous n’avez pas d’objections sérieuses au fait que ce sont bien les hommes qui ont créé l’idée d’un Dieu créateur et non l’inverse. On peut même dire que cette idée s’impose de plus et personne ne semble remettre en cause cette évidence…

    2 ) que vous ne pouvez pas comparer l’idée de la création par les hommes d’un Dieu créateur à celle de n’importe quelle théorie scientifique pour la simple et bonne raison que celles-ci sont soumises à l’IMPITOYABLE examen de l’expérimentation scientifique et sont donc TOTALEMENT contrôlables PAR TOUS et sont appelées à évoluer.
    Les “croyances” ne sont JAMAIS soumises et pour cause à cette expérimentation scientifique. C’est particulièrement révélateur du peu de crédit qu’on doit leur accorder.

    Supposons en effet que je vous dise que je crois dur comme fer au Père Noël. Vous aurez beau me dire que celui ci n’existe pas, si je veux y croire rien ne m’empêchera de le faire.

    Par contre, si j’ouvre une école qui enseigne que le Père Noël existe, vous seriez logiquement en droit de me dire que c’est une fumisterie, car il n’existe pas réellement.

    3 ) Concernant la chance, vous raisonnez à l’envers. La question n’est pas en effet de déterminer si par exemple vous avez eu la “chance” de naître sur Terre en attribuant cette “chance” à l’existence d’un Dieu créateur qui vous aurait créé.

    La seule question qui se pose c’est que quelque soit l’endroit où j’aurais pu éventuellement apparaître RIEN ne permet de dire si cela aurait été mieux ou pas ET SURTOUT SUR QUELS CRITERES….d’appréciation.

    Chacun est là où il est, point, ce n’est le choix de PERSONNE et encore moins le choix d’un Dieu quelconque…..

    En clair, chercher un “déterminisme” personnel ou collectif est une pure absurdité.

    Par contre, on peut faire de la “prospective” sur l’évolution des choses.

    Ainsi, il est aujourd’hui absolument certain que le soleil, par exemple, aura un fin dans un délai de plusieurs milliards d’années.

    Mais d’ici là il peut s’en passer des choses qui peuvent contrarier cette fin “prévisible”.

    Il n’y a donc pas de déterminisme automatique sur le sort REEL du soleil.

    De même et malgré une connaissance de plus en plus pointue des mécanismes déterminant le climat, il est parfaitement impossible de prévoir très exactement l’évolution de celui ci sur plusieurs semaines. Même un Dieu créateur quelconque ne sera parfaitement incapable de le faire.

    La météo est par définition l’exemple même des aléas constant de la nature et du hasard qui y règne. Personne ne peut prédire quoique ce soit de façon certaine et absolue

    Je le répète, ce que l’on doit retenir et apprendre en observant l’univers c’est qu’il est en définitive en perpétuel bouleversement et en “équilibre” instable.

    Mais ceci ne signifie pas que des “îlots” de stabilité de très longues durées n’existent pas pour TOUTES les composantes de l’univers de la plus infime particule qui peut avoir une “durée” de vie ultra courte jusqu’au plus longue période de vie pour une autre.

    Rien n’est jamais TOTALEMENT stable dans l’univers…

  • posta01 says:

    Bonjour Justicier, bonjour Prézous, (et tous les autres passionnés)

    Le printemps serait-il propice à une réflexion sur nos origines, et plus largement celle de l’Univers ?

    C’est du moins ce que me suggère ce long réquisitoire de Prézous (de la science avec des vrais morceaux de religion dedans !) contre une théorie naturaliste de l’Univers.
    Je profite également de ma visite pour remercier Justicier qui entend débattre sur le terrain de la rationalité, seul fondement envisageable si on ambitionne de comprendre la nature ultime de la réalité.
    Je ne reviendrai pas sur les bases épistémologiques qui définissent ce qu’est une démarche scientifique ni sur la théorie de l’évolution qui ne fait plus débat dans ses grands principes depuis les années 1940.
    Je ne ferai pas non plus référence à ce que la mécanique quantique appliquée à la cosmologie nous suggère (théorie quantique de la gravitation) et dont le concept de multivers est une conséquence théorique directe.
    Tous ceux qui désirent parfaire leurs connaissances dans ce domaine ont tout loisir de le faire,
    même si, comme répondit en substance à un journaliste Richard Feynmann qui reformula la physique quantique avec son intégrale des chemins: « Plus on étudie la mécanique quantique, moins on la comprend. »

    Ce domaine n’est effectivement pas le plus simple à aborder mais il existe néanmoins de nombreux sites dédiés sur cette vaste branche de la physique à même de révolutionner notre vision de la réalité.

    Je constate simplement que sur ce terrain qu’est la mécanique quantique, les théistes n’ont pas grand chose à dire ! Est-ce de l’ignorance ou bien ont-ils une explication plus convaincante à fournir pour expliquer ce qui relève de faits expérimentaux ???

    Dans l’attente de vous lire, je pense qu’il est intellectuellement plus honnête de rationaliser son ignorance (attitude préconisée par la zététique) plutôt que d’en faire la base d’un paradigme (créateur divin) par définition indécidable.

  • Justicier says:

    Bonjour posta01,

    Tout d’abord merci de ta remarque sur la nature de mon intervention.

    Je ne suis pas pour ma part un scientifique bardé de diplômes et je ne prétends donc pas bien sûr donner des “leçons” à qui que ce soit. Par contre, je suis un autodidacte passionné et enthousiaste de TOUTES les sciences. Je suis pour le partage universel des connaissances et l’accès gratuit pour TOUS A TOUS LES SAVOIRS.

    Tout le monde SANS EXCEPTION doit pouvoir selon moi s’instruire et se cultiver TOUTE SA VIE gratuitement.

    Je pense que chaque être humain qui a accès au savoir et qui cherche simplement à comprendre le monde qui l’entoure SANS utiliser le prisme déformant des “dogmes religieux” est un pas de plus pour l’avenir et le devenir de l’Humanité toute entière.

    On peut penser que c’est une “philosophie” de vie, mais c’est pour moi absolument indispensable.

    Pour moi les livres dits saints (Le Talmud,la Bible et le Coran) ne sont que des témoignages écrits et en définitives que des compilations de croyances ancestrales, rédigés PAR, et exclusivement par les hommes,jusqu’à preuve du contraire, sur ce qu’ils pensaient de l’univers qui les entoure tels qu’ils imaginaient son fonctionnement.

    Leur contenu est, certes important, mais ils doivent être d’abord étudiés SCIENTIFIQUEMENT au même titre que tous les autres mythes et croyances ancestrales.

    La chape de plomb que fait peser encore aujourd’hui les dogmes religieux est le plus puissant frein qui s’oppose à l’évolution positive du monde.

    Certes chacun est parfaitement libre de croire à ce qu’il veut, mais personne n’a le droit d’enseigner comme des vérités ses croyances…

    Je trouve pour ma part que tout scientifique sérieux NE DOIT PAS MELER ses propres croyances au champ de ses recherches….sauf à être d’abord un croyant avant d’être un scientifique objectif.

    La croyance est par définition irrationnelle

    Aucune croyance n’a JAMAIS abouti à une découverte scientifique majeure.

    Une intuition, une idée, une hypothèse, à la limite une intime conviction qui doivent, elles, IMPERATIVEMENT être confrontées au crible de l’expérimentation scientifique, oui.

    Combien de temps encore, par exemple, va-t-on laisser enseigner comme des vérités, par les “fous” de Dieu, que l’Univers a été créé en 6 jours….?

    Combien de croyants de toutes les religions le croient parce que leurs religions leur enseignent cela ?

    Concernant “l’accessibilité” de certains “concepts” mathématiques qui ne sont pas forcément évident à “expliquer” ne doit pas être un repoussoir.

    Or ces formules mathématiques ne sont en dernières analyses que l’expression des “équilibres” ou des déséquilibres CONSTATER dans l’univers et dont le développement logique et même parfois basique peut aboutir à des découvertes majeurs.

    La célèbre formule E=Mc2 est a cet égard un modèle du genre

    Ce sont des clés qui ouvrent des cheminements complexes ou mêmes évidents qui soudain apparaissent comme tels.

    La loi sur les probabilités ont des développements mathématiques tellement complexes, que n’importe quel quidam qui ne suit pas précisément leur cheminement est très vite perdu dans un dédale de chiffres et de signes pour lui totalement incompréhensible.

    Or même celle là, “l’entropie de Shannon” par exemple :

    H(\mathbb P_1) =

    -\sum_{i=1}^n p_i \log_2(p_i) et H(\mathbb P_2) =

    -\int_{\mathbb R}f(x)\ln(f(x))dx.

    n’exprime en dernière analyse qu’une “égalité” VERIFIEE, entre plusieurs concepts mathématiques aléatoires.

    L’entropie de Shannon est utilisée pour numériser une source en utilisant le minimum possible de bits sans perte d’information

    Ces équations déterminent la quantité d’information nécessaire pour qu’un récepteur puisse déterminer sans ambiguïté ce que la source a transmis. Plus le récepteur reçoit d’information sur le message transmis, plus l’entropie (incertitude) vis-à-vis de ce message décroît. En particulier, plus la source est redondante, moins elle contient d’information. En l’absence de contraintes particulières, l’entropie est maximale pour une source dont tous les symboles sont équiprobables.

    L’entropie de Shannon est utilisée également en imagerie (médicale ou spatiale) à la base de la théorie de l’information Mutuelle (Mutual Information (MI)). Elle permet notamment de recaler deux images différentes l’une sur l’autre en minimisant l’entropie des deux images. En pratique cela permet de comparer les scanners d’un patient A quelconque avec un patient de référence B. Enfin, en génétique, l’entropie de Shannon permet de repérer sur un chromosome les portions d’ADN contenant le plus d’information.

    On admettra ici volontiers qu’il est parfaitement impossible sans une formation mathématique approfondie pour un individu de maîtriser ces “concepts” pourtant relativement simples au départ.

    Et pourtant ceci ne signifie EN AUCUN CAS comme semble le penser les déistes, qu’un créateur quelconque aurait “imaginé” toutes ces équations………

    Elles sont simplement que l’expression “mathématique” d’un équilibre entre plusieurs systèmes que le cerveau humain a “modéliser”. Un point c’est tout.

    Les seuls créateurs de ces “équations” sont les hommes et leurs cerveaux.

    On est certes, encore TRES TRES loin de connaître ne serait ce que la structure générale de l’univers, même si des pas de géants ont été réalisés en particulier dans les derniers 100 ans.

    Mais ce qui est par contre, SUR ET CERTAIN, c’est que les “conceptions” bibliques de l’Univers qu’avaient nos ancêtres, SONT COMPLETEMENT et TOTALEMENT dépassées, même si certains veulent absolument y rester accrochées

    Justicier

  • posta01 says:

    Bonjour à tous,
    Du nouveau concernant la question:
    “Pourquoi il y a-t-il quelque chose plutôt que rien ?

    Lien:
    http://www.larecherche.fr/idees/entretien/edgard-gunzig-creer-univers-a-partir-rien-01-04-2002-70487

    Bonne lecture.

    posta01

  • à ton avis says:

    Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ?

    Question absurde car s’il n’y avait rien, on se poserait cette autre question : Pourquoi y a-t-il rien plutôt que quelque chose ?
    Bon s’il n’y avait rien, évidemment il n’y aurait pas d’intelligence, pas de conscience et donc personne pour se poser cette fichue question.
    Mais merde, pourquoi les Schtroumpfs sont bleus ? S’ils étaient verts on se dirait, mais pourquoi ils sont verts bordel ? Voilà quoi qu’on y fasse, on se pose toujours la question du “pourquoi c’est comme ça ?” Alors qu’il y ait une réponse (cause) ou pas, on s’en fou… le problème c’est qu’on (les humains intelligents et conscients) se pose toujours cette putain de question insensée… (comme si on était jamais satisfait ? ou parce que notre imagination nous le permet ?) bref c’est comme ça, c’est humain, alors passons au 2eme point.

    Admettons qu’on veuille répondre à cette question. Il faut définir le “quelque chose” et “le rien” et d’autres notions.
    Je ne vais pas commencer à argumenter mes propos, je n’ai pas envie d’étaler mes années d’études scientifiques, mes années de questionnements et de raisonnements existentiels qui se sont fait de façon rationnelle et scientifique en passant par de nombreuses remises en questions. Je vais vous dire ce que je pense et ce que je crois être le plus vrai (oui c’est prétentieux), il n’y a pas de preuve à tout ce que je vais affirmer, ce ne sont que déductions logiques que je trouve quand même plus vraisemblables que les croyances en dieu ou qu’à d’autres idéologies (mêmes scientifiques).

    – Le rien n’existe pas et il n’y a pas de création de quoi que ce soit (la création étant l’apparition de quelque chose à partir de rien, mais le rien n’existe pas). Il n’y a que des transformations (Lavoisier aussi le disait mais on s’en fou car ses propos ne sont pas une preuve, mais je sais que c’est vrai)

    – Le temps n’existe pas (dans l’absolu), ni l’éternité, ni le présent etc… (ce sont des foutues abstractions ou illusions de notre imagination) il émane quand il existe des relations entre certaines choses que l’on observe, mais il reste imaginaire (on parle alors de durées, de temps relatif…ok ça existe mais de façon relative, pas absolue)

    – L’espace n’existe pas (dans l’absolu), ni les dimensions. Mêmes conneries que le temps et là ce sont en plus des concepts mathématiques que certains extrapolent à la réalité et en font donc une mauvaise interprétation. De même que le temps, l’espace émane quand on peut observer des relations entre certaines choses (on parle de forme, de courbure, de distance…ok ça existe mais de façon relative, pas absolue)

    – Les notions d’infini et de fini n’existent pas non plus, là encore dans l’absolu car elles s’appliquent principalement (dans le problème que nous traitons) par rapport au temps ou à l’espace qui eux n’existent pas dans l’absolu. En effet je ne parle pas de masse de quoi que ce soit qui pourrait être infinie selon certaines théories, je parle du temps et de l’espace.
    Par exemple pour l’espace : “infiniment grand ou petit” et pour le temps : “éternité” (temps infini). Ces notions n’ont un sens que lorsque nous concevons le temps et l’espace comme un moyen d’interprétation de la réalité. Mais nous nous trompons déjà en pensant la réalité comme un espace-temps (oui c’est utile et ça marche en mathématiques, en relativité, mais tout ceci n’est qu’un outil pour comprendre la réalité, ça n’est pas la réalité). J’espère me faire comprendre par cette nuance car là est tout le problème de l’existence de ces notions (qui sont toutes imaginaires et pas réelles). Quand je dis imaginaire, je dis propre à notre imagination.

    Exemple : Si “l’éternité” existait, alors nous ne serions pas là, car il aurait fallu attendre un “temps” “infini” avant que nous existions et nous ne serions donc jamais apparus, or nous sommes là !

    Ceci peut paraître juste mais c’est dans l’absolu faux, car quand nous n’étions pas là, la notion d’attente n’avait pas de sens, elle n’existait pas, et donc la notion d’éternité non plus. Alors il a très bien pu se passer toujours quelque chose, de façon indéfinie (indépendamment de notre conscience car elle n’existait pas) jusqu’au moment où nous somme apparus ! Je ne sais toujours pas si cet exemple vous parle, mais je ne peux pas faire mieux.

    Bref pour comprendre la question “Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ?” il faut je pense prendre du recul en admettant tout ce qui est au-dessus. C’est le seul moyen que j’ai trouvé en tout cas. Oui c’est prétentieux… Le problème existentiel qu’on se pose, il est dû à des fausses idées que l’on se fait de la réalité, aux mauvais concepts que nous utilisons tous les jours, même inconsciemment, dont je viens d’énumérer (temps, espace, infini…) qui sont forgés dans notre cerveau, par notre éducation (ce qui est normal) mais il faut savoir s’en dépêtrer et les relativiser ! Ces notions sont le fruit de notre conscience et de notre imagination. Je me répète oui…

    – Il nous reste la notion de matière (énergie), la masse, les particules élémentaires, les forces et interactions et tout ce qu’on ne connait pas, matière noire, énergie sombre peut-être, et autres…
    J’appelle ça le “quelque chose” dans la question existentielle dont nous discutons, la seule chose qui existe dans l’absolu (pas quelque chose qui émane de notre imagination, comme le temps et l’espace, mais qui est réel). La science pourra peut être nous en dire plus (MQ, RG, ou autres à venir).

    Ce quelque chose est ce dont notre univers est fait pour l’instant. Cela a pu être différent avant le bigbang (si la théorie est vraie) ou ça le sera peut-être dans 40 000 milliards d’années, et nous pouvons tout imaginer comme différents états possibles (successions d’univers, multivers etc…).
    Mais nous en sommes là, à cet état de l’existence, entre deux transformations surement. Cet état de l’univers permet notre existence, notre conscience et notre questionnement, c’est peut être le seul état qui le permet !

    Voilà nous y sommes, nous avons la réponse à notre question ultime : Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ?

    Car il y a toujours quelque chose.

    (indépendamment du temps et de l’espace que notre conscience imagine) et ce quelque chose actuel (notre univers) nous permet de nous poser cette question.

    • Bonjour “A ton avis”,

      Vous commencez par “Question absurde” avant de développer des considérations sur le temps, l’espace, l’infini qui sont des plus pertinentes. (tous ces concepts ne seraient que des modalités psychologiques nous permettant d’appréhender ce qu’on appelle le réel, ou plus modestement les phénomènes qui constituent notre Unviers)
      Je partage entièrement même s’il est vrai que cette approche relève encore de en grande partie l’ordre de “l’intuition” scientifique. (il n’est pas exclu que de futures confirmations expérimentales de la théorie des cordes pourraient valider cette thèse)

      Néanmoins, il reste une difficulté, en effet: à la question “Pourquoi existe-il quelque chose plutôt que rien ?”
      vous concluez par: “Car il y a toujours quelque chose.”

      Reconnaissez que ce n’est pas le mot “toujours” qui évite la justification tautologique !
      C’est un peu comme dire “Dieu existe parce que Dieu est un être nécessaire.” (argument ontologique)

      Et même si la question était reformulée comme suit, son sens premier (pourquoi) resterait inchangé:
      “Pourquoi existe-t-il toujours quelque chose ?”

      En fait, si absurdité il y a, celle-ci tient moins à la cause hypothétique de l’existence des choses qu’à la formulation de la question, en effet; si la réalité de “quelque chose” suppose son “existence”, le fait d’être de quelque chose suppose le “quelque chose”. Les deux notions sont en fait confondues. Elles sont simplement portées au plan linguistique par deux termes différents. (verbe “exister” et substantif “quelque chose”)
      Par conséquent, dire qu’un objet “existe” n’est donc rien d’autre qu’un pléonasme, et dire que “quelque chose” n’existe pas n’a pas de sens. (puisque “quelque chose” suppose nécessairement le fait d’être)

      On ne devrait donc pas dire “Il n’y a rien dans verre” (puisque “rien” est précisément la notion qui précise le fait de ne pas être)
      “rien” ne peut donc pas être dans le verre ! Non, on devrait dire “Le verre est vide de toute chose.”
      On rejoint là la conception bouddhiste de vacuité… Pour les connaisseurs.

      On voit là toute la difficulté de poser la question de façon judicieuse. Pour ma part, je l’aurais formulée ainsi:
      “Qu’est-ce que l’être ?”
      Et Ici, la physique quantique a des choses à nous dire sur l’ontologie !

      Lien
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Ontologie_%28philosophie%29#Ontologie_analytique

      Dans l’attente de vos pertinentes remarques.

      Rodolphe (posta01)

  • à ton avis says:

    Salut posta01,

    Je suis d’accord avec ce que tu dis, sur les concepts qui nous permettent d’appréhender le réel et sur la tautologie de la question :
    il y a = exister = quelque chose (pléonasme dans la question)
    Et dans la réponse :
    “toujours” présuppose la conception du temps par un être conscient.

    A la question “Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ?”
    On peut répondre simplement : “parce qu’il ne peut y avoir que quelque chose” ou bien “parce qu’il y a quelque chose” ou bien “parce qu’il y a” = “parce qu’il existe”.

    Pour la notion du vide, ça ne pose pas de problème, le vide c’est quelque chose.
    Reste la notion “d’être”, je ne vois pas (encore) ce que c’est (la définition) et pourquoi on se poserait cette question “qu’est-ce que l’être” ?

    Pour l’ontologie physique (avec la MQ) ça a l’air intéressant.
    La matière dont je parlais (l’énergie) n’existerait pas non plus dans l’absolu alors, et donc le quelque chose n’existe pas dans l’absolu (indépendamment de notre conscience) et donc il n’existe rien dans l’absolu ? mais le rien n’existe pas relativement à nous (la conscience).

    Un peu comme l’œuf et la poule, la conscience crée l’existence, et l’existence crée la conscience. Sans existence (monde réel) il n’y aurait pas de conscience possible (idée matérialiste car la conscience est matérielle, faite d’atomes, cerveau…).
    On vit dans un monde quantique ? une superposition d’un état conscient (observateur) et d’un état existant ?

    Bref on reste sur notre faim… il a quelque chose et on en est conscient.

  • @ Salut “A ton avis”

    Si la question ainsi formulée “Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ? ” intègre bien un pléonasme (exister  quelque chose ) c’est bien la réponse qui invoque la nécessité d’être qui est tautologique : “parce qu’il ne peut y avoir que quelque chose” ou bien “parce qu’il y a quelque chose” ou bien “parce qu’il y a” = “parce qu’il existe”.
    En effet, la nécessité n’est pas une propriété des choses ou du fait d’être mais une conséquence de l’interdépendance entre plusieurs choses qui interagissent. En d’autres termes, la nécessité est le résultat d’une relation entre les phénomènes.
    En conséquence, on ne peut justifier “le fait d’être” ou “quelque chose” (pour éviter le pléonasme) par l’idée de nécessité.
    Par exemple, on ne peut pas expliquer le fait que la pomme tombe en invoquant le fait qu’il ne peut en être autrement.
    Un autre exemple est celui de l’argument ontologique censé être une « preuve” de l’existence de Dieu” que j’évoquais dans mon dernier message.
    (puisque la nécessité d’être n’est pas une propriété de l’objet considéré, Dieu en l’occurrence, il n’est pas légitime de postuler son existence à partir d’une propriété qui n’existe pas !
    C’est pour cette raison que je propose de reformuler par « Qu’est-ce que l’être ? » ou « qu’est-ce que le fait d’exister ?») ce qui renvoie directement à la question : « Qu’est-ce que la réalité ? »
    Or, c’est précisément le rôle de la science (et particulièrement la MQ) que d’investir la réalité au niveau le plus fondamental.
    Ce que je veux dire par là, c’est que la question posée dans sa forme initiale entend enfermer la problématique dans la philosophie ou la métaphysique alors qu’à mon sens, il n’en est rien.

    Donc , si on retient la question sous la forme « Qu’est-ce que la réalité ? » on peut d’emblée constater que le principe anthropique (dans sa version faible) nous livre déjà un élément de réponse car en effet, si l’Univers n’était pas biophile et n’avait pas produit l’intelligence et la conscience, jamais nous ne nous serions posé la question !
    Cette remarque suffit donc à souligner l’intérêt d’avoir reformulé la question car elle nous invite à considérer une définition de la réalité qui va bien au-delà de notre compréhension actuelle de l’Univers. (modèle insatisfaisant du Big Bang car incomplet)
    Je pense là à une nouvelle physique qui s’annonce, la théorie des supercordes, les multivers…

    A+

    Rodolphe (posta01)

  • à ton avis says:

    Bonjour,

    Pour conclure sur la formulation de la question initiale, oui la question contient un pléonasme et la réponse est une tautologie. D’accord quand tu dis aussi que la notion de nécessité n’est pas une propriété mais une conséquence de l’interdépendance.

    « En conséquence, on ne peut justifier “le fait d’être” ou “quelque chose” (pour éviter le pléonasme) par l’idée de nécessité. […] C’est pour cette raison que je propose de reformuler par […] “Qu’est-ce que la réalité ?” »

    Je vois pourquoi on est amené à se poser cette question “qu’est ce que l’être” = “Qu’est-ce que la réalité”. Je suis donc d’accord pour dire que c’est à la science et plus particulièrement à la physique quantique de tenter de répondre à cette question.

    A propos du principe anthropique faible, oui c’est sûr si nous n’étions pas là nous ne nous poserions pas la question. Cela me fait penser à ce petit débat (vidéo), où l’on parle du principe anthropique, des multivers… (enlever les espaces dans l’url)

    www . canal-u . tv/video/universcience_tv_la_webtv_scientifique_hebdo/l_univers_a_t_il_des_limites.11215

  • à ton avis says:

    CEt aussi cette conférence récente sur le principe anthropique et sur la question dont nous discutons ici : (enlever les espaces dans l’url)

    www . canal-u . tv/video/cerimes/le_principe_anthropique_science_ou_pas.12301

  • Bonjour “A ton avis”

    Merci pour les liens. J’ai regardé ça cet après-midi.
    http://www.canal-u.tv/video/cerimes/le_principe_anthropique_science_ou_pas.12301

    Bonne vulgarisation sur un principe qui, comme un des intervenants le rappelle à juste titre, n’en est pas vraiment un, mais plutôt un constat, un indice à partir duquel les principes fondamentaux à l’oeuvre dans l’Univers restent à découvrir.

    Cordialement.

  • Nous signalons le site “Foi raisonnable” (http://foi.raisonnable.free.fr) qui est consacré à la présentation de la traduction française du livre “Reasonable Faith” de William Craig.

  • Bonjour,

    Permettez-moi de douter de l’expression “Foi raisonnable”
    Je pense honnêtement qu’aucune foi ne saurait être raisonnable par définition !

    Cordialement.

  • Justicier says:

    Il est plus raisonnable de penser que de croire

    Il n’est donc pas raisonnable de croire “aveuglément” avec foi…

    Pour chacun, la seule croyance “raisonnable” car acceptable c’est la croyance en soi même.

  • prézous says:

    mais regardez le premier lien aussi est interressant

  • Charly says:

    BlaBlaBla…
    Que de blavardages inutiles et abscons surtout.
    Pouquoi s’opposer dans des certitudes dogmatiques de toutes parts ? à quoi cela sert-il ? et à qui ?
    Vos discours creux ne servent à rien ni à personne.
    Vos affirmations contradictoires vous desservent.
    Soyez plus performant.
    Agissez enfin !

    Charly, ennuyé.

    • kao says:

      As-tu un avis sur la question au moins ? Si oui ça m’intéresse, même si c’est contraire à ce que je pense, ça me servirait moi et peut-être d’autres lecteurs si tu veux savoir ^^
      On dirait que tu penses qu’il n’y a aucune solution ou que toi seul détiens la vérité ? En parlant de dogme, les gens ayant répondu ici n’ont pas tous exposé leurs pensées de façon dogmatique. D’autre part, partager des opinions et de nouvelles idées permet de répondre surement plus justement au problème posé et de se remettre en question de temps en temps.
      Il n’est pas plus inutile de tenter de répondre à cette question que d’écrire sans essayer d’y répondre. Qu’entends-tu par “agissez” ?
      Allez, fais nous rêver !

  • G=gravitation? says:

    Bonjour , Bonsoir

    Les questions sur l’origine de la vie sont malheureusement des question sur lequel les gens ne prenne plus le temps pour y réfléchir avec cette excuse comme quoi ils n’ont pas le temps ou alors tous simplement parce qu’il disent ne rien en avoir a faire .

    Pour je trouve ici interressant de se demandé d’ou vien l’univers et comment la vie peut il apparaitre dans cette univers .
    c’est vrai ! qui ne s’est jamais posé la question de ” comment le premiere homme et il apparu sur terre ?
    personnellement je me pose une question qui peut paraitre ridicule car les gens ne voie pas vraiment se que je veut dire par cette question . et il croient que cette question et ridicule car ma question est :

    Comment les êtres vivants ont-il pu obtenir leurs yeux ? je comprendrait que la plupart des gens ne réfléchissent pas assez pour y répondre intelligemment . réponde la réponse simplement la plus ridicule :

    Ben on as des yeux parce que l’on est né avec ect … quand c ‘est comme cela je ne m’attarde pas avec ce genre de personne car sa serrait pour moi une perte de temps et d’energie .

    c’est vrai pourtant! demandé vous comment les etre vivant on t’il pu obtenir cette organe formé de telle maniere qu’il reçois la lumiere et la renvoie sur la rétine en un seule poin de façon a se que l’image soie envoyé ( au coeur : regardé les recherche sur le coeur : le cerveau du coeur ) et aux cerveau sou forme d’information électrique .

    comment cette oeil fait de façon si intelligente peut t’il apparaître sans l’aide d’intelligence préalablement présente ( comme voudrait le faire croire la théorie de l’évolution . ) . Est ce des chose qui ne réfléchisse pas et qui ne voie pas et qui n’on aucun conscience … qui se son dit ( quel ironie si vous comprenez ) tien il me semble que la lumière existe alors tien on va se transformé en oeil pour voir.

    mais d’autre question me vienne comme comment l’oiseau a t’il obtenu ces aile ?

    c’est-il dit tien je pense pouvoir plané si je me transforme avec deux membre plat de chaque coté parfaitement symétrique ( d’ailleurs j’y reviendrait après sur la symétrie ) et avec euu … ben tien on va mètre pourquoi pas des plumes .enfin on va pas refaire l’anatomie complète de l’oiseau y’a tellement a dire ( comme sur tout les autres anatomie d’ailleurs )…

    maintenant parlons des animaux contenant du venin comme les serpents .

    comment on t’il obtenu le recette de leur poison ? c’est pas comme si c’est béte savais comment crée tout seul un liquide qui par le suite un fois injecté dans le corp d’une de leur proie pouvez la tué … a moin que se soit peut étre un serpant a lunette scientifique qui a fait des année d’étude trouvé la recette de sont fameux venin et qui aprés avoir trouvé la recette c’est confronté aun nouveau probléme .

    comment m’en servire … bizarre

    maintenant penchons nous sur la question de la symétrie sur le étre vivants . comment expliqué que sans l’aide d’intelligence on somme belle est bien symétrique . c’est question pas beaucoup de gens se les posent car il se retrouve tout les jour confronté face a cette banalité de comment nous somme .

    comment aussi expliqué l’apparition de la conscience ou de la vie

Afficher vos commentaires