Survivre à votre camarade de chambre (et survivre soi-même par la même occasion)

Auteur: Claire Colvin

Nous revoilà en septembre et pour certaines d’entre vous, l’école supérieure ou l’université vous attend. Elle vous attend avec de nouvelles expériences, de nouveaux cours, de nouveaux amis et peut-être une nouvelle camarade de chambre ? De toutes les adaptations que la rentrée universitaire apporte, celle de vivre avec une autre personne est de loin la plus difficile. Comme c’est souvent le cas, les leçons les plus dures à apprendre sont souvent celles qui en valent le plus la peine. Vivre avec une camarade de chambre, qu’elle vous soit totalement inconnue ou que ce soit votre meilleure amie du lycée est une occasion incroyable d’apprendre. Appréhendez la situation ainsi et vous serez surprise de voir combien cela facilitera les choses. Pour profiter un maximum de votre nouveau mode de vie, soyez prête à :

À la recherche de  l'amour?  19 ans et 19 hommes plus tard

Besoin de vider ton sac?  Parler avec un mentor

  • Apprenez à vous connaître
    Personne d’autre que votre camarade de chambre ne sera un meilleur miroir de votre caractère . Comme elle vit avec vous 24h/24 et 7j/7, votre camarade vous verra au plus haut et au plus bas de vos forme et humeur. Vous êtes peut-être plus forte que vous ne le croyez ou peut-être avez-vous tendance à être égoïste. Une camarade de chambre ne se gênera pas pour vous le dire, ce qui est une bonne chose. Il y a des choses que vous faites sans le remarquer, des actes inconscients qui sont devenus une partie de votre personnalité. Profitez de cette occasion pour vous observer telle que vous êtes. Réjouissez-vous des points forts, prenez des mesures contre les points faibles. Socrate exhortait ses disciples à se connaître soi-même. C’est toujours un bon conseil. La façon dont vous traitez votre camarade en dit long sur votre façon de traiter les autres en général. C’est le moment idéal pour faire attention à cela.
  • Apprenez à partager votre espace avec une autre personne
    Il y a des chances pour que beaucoup d’entre vous prévoient de se marier un jour. Si vous démarrez un mariage en étant têtue et avec réticence, ça ne va pas être facile. Vivre avec une camarade est un avantage majeur pour réussir son mariage parce que ça vous apprend à vivre avec une autre personne. Je l’ai vite appris lors de ma première année. Vous ne pouvez pas rentrer dans votre chambre à une heure du matin, allumer la lumière et vous préparer à aller au lit sans égard pour votre camarade endormie, qui a un cours de laboratoire en biologie à 8 heures et qui ne va certainement pas aimer être réveillée au milieu de la nuit. C’est un changement d’état d’esprit que de commencer à penser à quelqu’un d’autre avant de faire quelque chose. Nous n’avons pas naturellement tendance à modifier notre comportement au bénéfice de quelqu’un d’autre, mais c’est un exercice utile. Aller à l’université, c’est avant tout élargir son horizon. Ça commence par apprendre à ne pas penser qu’à soi.
  • Apprenez à tenir un ménage
    Si vous partagez un appartement avec une camarade (ou même si vous ne partagez qu’une salle de bains), vous allez aussi devoir apprendre ce que ça veut dire que de tenir un ménage. Discutez avec votre camarade et décidez qui fera quoi. Faites-le dès le début de l’année universitaire – par exemple à la fin de la première semaine, plus tôt si vous le pouvez. Si personne n’a envie de récurer la baignoire, celle-ci sera drôlement appétissante d’ici avril. On peut en tirer l’enseignement suivant : si personne ne le fait, ça ne sera jamais fait. C’est comme les affiches que l’on voit accrochées partout dans les restaurants universitaires ” Votre mère ne travaille pas ici. Veuillez ranger votre plateau vous-même”.

    Établissez un roulement et efforcez-vous de vous y tenir. Croyez-moi qu’il y aura toujours d’autres choses à faire – des livres à lire, des dissertations à écrire. Si vous ne voulez pas vivre dans une porcherie, il faudra de toutes façons bien prendre le temps de le faire tôt ou tard (et c’est beaucoup plus facile tôt que tard). Bienvenue dans le monde des responsabilités, vous allez y être pour un moment. Est-il nécessaire de mentionner la facture de téléphone ?

  • Apprenez à demander et à donner de l’aide
    Il y aura des fois où vous ne pourrez vraiment pas tout faire toute seule. Avant d’être épuisée ou d’abandonner, apprenez à demander de l’aide. Tous les campus ont un système d’entraide, sous une forme ou sous une autre. Sachez où il se trouve et comment l’utiliser dès le début de l’année, avant que vous n’en ayez besoin. Nous vivons dans une ère où l’autosuffisance vient en option et demander de l’aide est considéré comme un signe de faiblesse, mais ça ne l’est pas. N’ayez pas peur de demander de l’aide et refusez de vous sentir coupable d’avoir demandé.

    Apprenez à demander de l’aide à votre camarade quand vous en avez vraiment besoin. Laisser quelqu’un vous aider est une façon de lui permettre d’apprendre à vous connaître. C’est une autre capacité que votre futur époux appréciera. Elle se sentira exclue et même mal aimée si vous refusez de la laisser vous aider. Un de mes amis regrettait que ” je le connaisse trop bien “. Être connu n’est pas une mauvaise chose. Nous avons tendance à éviter cela parce que nous avons peur de perdre le contrôle, mais vous ne pourrez jamais totalement accepter une autre personne à moins d’apprendre à vous ouvrir un peu. Le contraire est aussi vrai : quand votre camarade de chambre s’adresse à vous pour que vous l’aidiez, soyez celle qui se donnera beaucoup de mal pour l’aider. La dissertation peut attendre un peu. Ne sous-estimez jamais le pouvoir des petits gestes et prenez du temps pour les autres. C’est toujours un bon investissement, je vous le promets.

  • Apprenez à être souple
    Au bout du compte, tout est une question de souplesse. Décidez de ce qui est important et ne touchez pas au reste. S’il y a des choses que vous ne voulez pas que votre camarade touche, dites-le dès le début de l’année. Cela vous évitera à toutes les deux beaucoup de chagrin et des disputes plus tard. Si votre camarade fait quelque chose qui vous met hors de vous, dites-le lui (veuillez noter que j’ai écrit ” dites ” et non pas ” criez “). Ça lui donnera une occasion de s’excuser. Il y a de grandes chances pour qu’elle ne fasse jamais quelque chose avec l’intention de nuire. Autrement comment saurait-elle qu’elle a fait quelque chose de mal si vous ne lui dites pas ?

    Il y aura des choses sur lesquelles vous et votre camarade de chambre n’arriverez pas à vous mettre d’accord, il vous faudra alors vous y faire. Avant de conclure que votre camarade est impossible à vivre et d’entrer comme un ouragan dans le bureau des logements universitaires pour demander un transfert (dois-je vous rappeler que c’est souvent du temps perdu, car la plupart des bureaux des logements universitaires ne considéreront même pas de transfert durant le premier mois de l’année universitaire, en particulier pas pour des étudiants de première année) demandez-vous si vous êtes à l’écoute de votre camarade de chambre. Vous ne pouvez rien communiquer à quelqu’un sans écouter l’autre. Si vous n’êtes pas à l’écoute de l’autre, vous ne communiquez pas, vous ne faites que parler. Ce sont là deux choses complètement différentes. Les choses s’améliorent avec le temps.

La façon dont vous vous comportez avec votre camarade de chambre aura plus d’influence sur votre expérience universitaire que tous les cours, les nuits blanches et les mauvais cafés réunis. Certaines de mes anciennes camarades de chambre sont restées mes meilleures amies, d’autres non, mais j’ai appris des choses sur la vie et sur moi-même de chacune d’entre elles. Une de mes amies a quitté l’université pendant un an à cause de sa camarade de chambre et une autre est encore en vie grâce à la sienne. Pensez à l’influence que vous avez ou que vous aurez sur les gens avec lesquels vous partagerez votre “minuscule espace de vie “. Les gens sont différents. Vous ne pouvez pas changer votre camarade de chambre mais vous pouvez vous changer vous-même et il se peut bien que, ce faisant, vous appreniez quelque chose d’intéressant.

Print


Une réponse à “Survivre à votre camarade de chambre (et survivre soi-même par la même occasion)”

  • YEKPOGNI H. Emmanuel says:

    Salut, j’ai bcp apprécié vos conseils pour réussir à tenir la tête à tout ce qui pourrait porter à nuire à une vie en commun. Je suis un jeune homme et quoique je ne suis pas logé en cabine sur mon centre universitaire, je vie dans la même chambre que mon jeune frère Carmel qui rivalise avec moi en tout car apparamment il paraît mon grand-frère à première vue. Lui aussi à l’université. Emmanuel Hihoto YEKPOGNI Porto-Novo, BENIN.

Afficher vos commentaires