Le 24 juin : du solstice, à la Saint-Jean, à la Fête nationale du Québec

Auteur: Anne-Marie Montgomery

Lorsque les missionnaires chrétiens du Moyen-Âge ont introduit l’Évangile en Europe, ils ont choisi de transformer les fêtes païennes en fêtes chrétiennes plutôt que de les rejeter carrément. En agissant de cette façon, l’Église espérait transformer tranquillement la société sans causer de rupture avec le passé de ces peuples.

C’est ainsi que la fête du solstice d’été devint la célébration de la Saint-Jean Baptiste, tout comme le solstice d’hiver marque la fête de Noël.
C’était logique de faire du solstice d’été la fête de Jean-Baptiste, puisque Jean-Baptiste naquit six mois avant Jésus et joua un rôle capital dans la confirmation de Jésus comme Messie. (Pour une exploration plus détaillée de sa vie et de son ministère, vous pouvez lire les premiers chapitres de l’Évangile de Luc

Le bonheur vous échappe? Comment être heureuse pour la vie

Vous voulez en parler? Écrire à un mentor
ou regarder le film Jésus.)

Pendant des siècles, le 24 juin fût célébré comme fête religieuse par les Français et les Canadiens français de foi catholique.  Mais voilà que le 24 juin 1834, le sens de cette fête se trouve modifié par un groupe de soixante personnes conviées à un banquet par un journaliste pour discuter de l’avenir du peuple québécois. Ce petit groupe de personnes suggère de faire de la Saint-Jean-Baptiste une fête à caractère sociopolitique, une célébration de l’identité canadienne-française. L’idée se répand sous l’influence de la société Saint-Jean-Baptiste, créé par ce même groupe.

En 1925, la Saint-Jean-Baptiste est déclarée congé férié au Québec. Son sens sociopolitique prend de plus en plus le dessus sur son sens religieux, surtout après la Révolution tranquille, qui voit le pouvoir ecclésiastique diminuer de beaucoup dans la province.

Ce n’est que le 11 mai 1977 que le gouvernement du Québec déclare le 24 juin la Fête nationale du Québec. Ce changement de nom vient indiquer officiellement sa transformation de fête religieuse à fête sociopolitique qui invite aujourd’hui les Québécois et Québécoises de tout arrière-plan à se réjouir ensemble!

Print


Aucun commentaire

Afficher vos commentaires