Vider le frigo

Auteur: sarah

viderfrigopar Sarah Hau, traduit de l’anglais par Marie-Agnès Van Peuter

Dernièrement, nous avons reçu à dîner la sœur de mon mari et son époux. J’ai timidement expliqué que le choix du repas était fait en fonction de ce que j’avais dans ma cuisine car je voulais utiliser tout ce qu’il y avait dans mes placards. Je ne veux pas dire par là qu’il s’agissait uniquement de champignons en conserve et de flan, bien que je n’aie pas fait du flan depuis mes douze ans, et puis tout le monde en a une boîte ou deux dans sa cuisine.

Nous avons mangé des brochettes de saumon (du saumon congelé), des bok choy miniature (choux) grillés et une tarte au fromage et aux cerises (deux de ces ingrédients étaient avec nous depuis un bon moment).

Pour mieux connaître Jésus : Développer sa relation avec Dieu

Des questions? Écrire à un mentor

Tout ça pour dire que ma belle-sœur m’a dit que je n’étais pas la seule à avoir ce besoin de vider les placards.  Il semblerait que la crise financière ait rendu à la mode ce que l’on appelle : vider le frigo.

J’ai donc décidé de m’y intéresser et tout en satisfaisant mon besoin de vider les placards, me mettre à cuisiner de façon créative et de façon plus équilibrée.  Une recherche sur Google m’a donné plein de blogs, de forums qui accompagnent des groupes dans cet exercice en leur permettant d’échanger des recettes, des menus, des expériences. J’ai commencé par « Un gros appétit” ( A Mighty Appetite, un blog du washingtonpost.com).  De là j’ai accédé à eG Forums où j’ai trouvé des super idées pour vider mon propre frigo, et mon congélateur, et mes placards.
Un gars du forum eG annonce :

“Si vous dépensez $100 par semaine en alimentation, cette expérience vous permettra de gagner $100 en moins de temps qu’il ne vous en faut pour dire ‘stimulus’. Si vous êtes chez vous 50 semaines par an et que vous répétez cette expérience tous les trois mois, vous réduirez vos factures en alimentation de 8 %.”

(Note de l’éditeur:  Voici un site semblable en  français qui s’appelle “La Cuisine du Placard” )
Cela me semblait être une bonne idée alors j’ai commencé par faire un inventaire de ce qu’il y avait dans ma cuisine :

De la poudre de noix de coco
Une boîte de pousses de bambou
Des pois chiches
3 paquets de flan à la vanille
Du chocolat en poudre
1 boîte de thon en miettes
1 sac de petits pois congelés
Moutarde de Dijon
1 paquet d’anis étoilé
1 grand sac de marshmallow

Cela ne représentait qu’un dixième de ce qu’il y avait dans notre cuisine. J’ai donc décidé de faire l’expérience pendant une semaine, en mettant des règles afin d’être certaine que nous ne finirions pas avec le scorbut.

Les règles
1.    Nous pouvions acheter de la viande et des légumes à condition que le repas soit constitué en majorité d’aliments déjà dans notre cuisine.
2.  Nous pouvions acheter de nouveaux ingrédients à condition que pas plus de deux nouveaux ingrédients soient nécessaires à la réalisation de la recette.
3.  Nous pouvions acheter les choses que nous utilisons régulièrement comme la crème, le lait de soja, les céréales, du café.

Pendant les sept jours qui ont suivi, avec l’aide d’internet,  j’ai créé des recettes pour la première fois, j’ai mangé des choses que j’évitais et j’ai découvert que nous n’avons jamais ‘rien à manger’. J’ai dépensé un total de 12.43 dollars canadiens en alimentation et je pense avoir économisé entre 40 et 50 dollars. J’ai été surprise de constater que mon alimentation était quand même variée, plus variée que la plupart des gens peuvent se le permettre.  Faire des économies était un avantage (mon économe de mari en est sûrement plus heureux que moi) mais apprendre à réfléchir autrement et à apprendre à apprécier ce que j’avais, était pour moi la vraie satisfaction.

Je suis encouragée à chercher comment encore mieux relever ce défi la prochaine fois que nous essayons. Peut-être que nous essaierons de cultiver nos propres légumes ce qui réduira nos achats ou faire don de l’argent que nous économisons à la banque alimentaire.  Quelqu’un a-t-il  déjà changé ses habitudes pour économiser de l’argent ou pour avoir un impact positif sur la société ?

Print


Aucun commentaire

Afficher vos commentaires