40 ans, le début ou la fin

Auteur: Nathalie Peatier

40ans

J’ai eu 40 ans récemment. « Et alors? », me direz-vous ?

Il y a dix ans, je vous aurais fait la même remarque. «Quarante ans», vous aurais-je dit, «c’est un anniversaire comme un autre, c’est le cours normal de la vie». Entre nous, je trouvais du plus grotesque, tous ces journaux et magazines qui parlaient du « démon de midi », et du plus grand ridicule ces gens, hommes et femmes, qui envoyaient balader une vie construite au prix de beaucoup d’efforts, pour repartir à zéro avec un nouveau mari (ou femme) de nouveaux enfants , un nouveau boulot et/ou une nouvelle maison.

Oui mais voilà, depuis, j’ai eu 40 ans. Je dirais même que dans ma tête, j’ai 40 ans depuis le jour où j’ai soufflé mes trente-neuf bougies.  Alors je n’ai pas changé de mari, mais en voyant l’échéance fatidique arriver, j’ai quand même fait un troisième enfant.

Le bonheur vous échappe? Comment être heureuse pour la vie

Vous voulez en parler? Écrire à un mentor
Pas seulement parce que si on a de jeunes enfants on est forcément jeune, bien sûr, mais les années passant m’ont forcée à prendre une décision quant à faire un bébé de plus ou pas. Quoique on en dise, il y a des choses qu’on ne peut remettre éternellement, même si certains prétendent que la vie commence à 40 ans.

Alors 40 ans, c’est le début ou la fin ?

Moi je prétends que 40 ans, c’est le début ET la fin.

Comme je l’ai déjà dit, malgré les progrès de la médecine, on n’est plus la même qu’à 20 ans. Esthétiquement, il faut faire avec les petites rides qui parsèment notre visage, et certaines parties de notre anatomie ne sont plus aussi fermes qu’on aimerait. Bien sûr, si on est des adeptes de la méthode « Jane Fonda », on peut toujours espérer faire illusion quelques années de plus, mais quand on a trois enfants à la maison, un travail et des relations à entretenir, il n’est pas toujours évident d’ “assurer ” au niveau “body building “.

On devrait pourtant être musclée, nous les femmes modernes, vu qu’on passe son temps à courir…après le temps, mais cela ne se voit guère malheureusement.
Et puis la société n’est pas d’une grande aide dans le cas qui nous préoccupe. Si vous recherchez un emploi, ou voulez vous réorienter professionnellement, on vous fait comprendre que vous atteignez la limite d’âge. Ce n’est pas moi qui me l’imagine, puisqu’une enquête récemment faite en France rappelle que les employeurs considèrent qu’à 40 ans une femme est vieille (45 pour un homme, vive l’égalité !).

Alors non, contrairement à tous ceux qui l’affirment, je ne crois pas que la vie commence à 40 ans.

Et pourtant !

Il y a tellement de choses que l’on peut (re)commencer à cet âge là. D’une part, pour celles qui ont commencé jeunes leur famille, les enfants sont plus autonomes et nous laisse plus de temps disponible. Il peut être alors plus facile de se redécouvrir entre époux et faire des balades à deux en « amoureux ».

C’est aussi encore le moment de se lancer dans de nouvelles aventures. Nous avons toutes des dons, et la maturité nous aide souvent à les découvrir. Avec du travail, des cours et de la persévérance, une nouvelle voie peut s’ouvrir.

J’ai commencé d’écrire à l’approche de la quarantaine, et je ne crois pas que ce soit un hasard. J’ai aujourd’hui vécu beaucoup plus de choses et d’expériences, bonnes et mauvaises, qu’à 20 ans. J’ai donc forcément plus de choses à dire et à partager.

Quelques années en plus nous permettent souvent de mieux nous comprendre les uns les autres. L’expérience de la vie est un bien précieux que rien ne peut remplacer ou acheter. Il est bien dommage que notre société n’en reconnaisse que très rarement sa valeur.
Heureusement Dieu, Lui, voit les choses de manière différente. Il nous a créé pour une vie éternelle, et quand on a l’éternité devant soi, on est rarement pressé. Il sait que si on apprend à l’écouter, chaque année passée n’est pas une perte, mais un gain. La sagesse, même si ce n’est pas automatique, vient le plus souvent au fil du temps et est un atout essentiel pour faire de bons choix dans la vie.

D’ailleurs, il suffit de penser à Monet, qui a achevé de peindre sa célèbre série des « nénuphars » à plus de quatre-vingt-cinq ans pour se convaincre qu’il nous reste de beaux jours devant nous !

La Bible aussi est pleine de serviteurs de Dieu n’ont vu leur ministère devenir actif qu’à un âge mûr et parfois même avancé. Moïse avait 80 ans quand Dieu l’a appelé à prendre du service. Noé n’était pas non plus de première jeunesse quand il reçut l’ordre de construire son arche. Quant à Abraham, il avait 75 ans quand Dieu l’appela à changer radicalement de vie.

Dieu ne nous évalue pas avec les critères du monde. Il est tout puissant, et en s’appuyant sur lui, on peut tout recommencer quelque soit notre âge. Alors, si l’on marche dans ses pas et qu’on sache l’écouter, 40 ans pourrait finalement bien marquer le début d’une nouvelle vie…

 

À lire aussi :

Métamorphose ultime

Vie nouvelle en Jésus-Christ

Print


Une réponse à “40 ans, le début ou la fin”

Afficher vos commentaires