Recherche femmes belles

Auteur: Claire Colvin

Avec ses 1m70 talons compris, Danielle s’était toujours sentie trop grande pour être belle. Comme elle avait grandi en Chine, on lui avait appris qu’une belle femme est polie, délicate et modeste. Mais pas grande.

Je mesure 1m80 et j’ai grandi en Angleterre. Quand j’ai entendu l’histoire de Danielle, cela m’a fait sourire. La norme des mannequins est de mesurer au moins 1m83. Et nous voilà toutes les deux, à deux opposés du globe, mettant notre taille dans la catégorie des problèmes.

Quand ma famille a déménagé au Nigeria, mes cheveux très blonds ont fait sensation. De retour en Angleterre, je me suis sentie tout à fait banale, alors que soudainement, du point de vue africain, j’étais belle. Ma mère raconte comment des étrangers venaient juste pour me toucher et me caresser les cheveux. Et quand elle leurs disait que je m’appelait Claire, ce qui signifie “lumière”, ils répondaient souvent: “Ah, comme ses cheveux!”

Pour mieux connaître Jésus : Développer sa relation avec Dieu

Des questions? Écrire à un mentor

La beauté serait-elle quelque chose d’exotique, quelque chose que nous ne pouvons pas voir nous-mêmes? Les standards de beauté sont-ils nécessairement selon l’idéal occidental? Les films, la télévision et les publicités ont essayé de nous inculquer qu’il n’y a qu’une seule manière d’être belle, en étant jeune, belle et très, très mince. Ces critères disqualifient environ 99% de la population mondiale.

En protestation contre les idéaux d’Hollywood, The Body Shop a organisé une campagne en 1997 avec le slogan: “Il y a trois billions de femmes dans le monde qui ne ressemblent pas à des mannequins de mode et seulement huit qui le sont.”

C’est quelque chose que nous savons parfaitement bien dans nos têtes, mais que nous avons du mal à croire de tout notre cœur. Nous ne ratons pas une occasion de ne voir que les culottes de cheval, les rides et les cheveux crépus. On nous dit bien: “La beauté est dans le regard de celui qui regarde.” Pourquoi donc l’oublions-nous quand nous nous regardons dans un miroir? Devrions-nous ajouter: la beauté est dans le regard de celui qui regarde, sauf quand c’est moi qui regarde?

Dans le but de devenir conforme à cet idéal, on est poussé jusqu’aux plus grandes extrémités. Dans beaucoup de pays, énornément d’argent y est consacré, car même dans des pays où la pauvreté est très grande, les femmes sont prêtes à des mesures extrêmes pour obtenir le look “adéquat”. Par exemple aux Philippines, les fausses dents sont monnaie courante. Un dentiste local se souvient que quand c’est devenu à la mode dans sa ville, il a reçu beaucoup de commandes d’appareillages dentaires.

Bizarre? Ou tout simplement le genre de chose que l’on fait à la poursuite de la beauté et en fin de compte de l’acceptation? On s’épile, on se rase, on se couvre de fibre élastique et on porte des chaussures inconfortables. Nous savons que les talons hauts occasionnent de sérieux problèmes de dos, de jambes et de pieds, mais nous continuons à en porter. Nous nous sommes convaincues nous-mêmes que paraître un peu plus mince, un peu plus grande et un peu plus maigre en vaut la peine.

Voici notre logique: Etre belle veut dire avoir de la valeur.

Le Docteur Alberto Salinas, après 15 ans de pratique en chirurgie esthétique, commente: “La moitié de mes patientes ne veulent pas se sentir mieux, elle veulent juste paraître mieux.”

Quelque soient les critères de la beauté, cela ne devrait pas donner tant de travail.

Après de années de lutte et d’efforts pour ces idéaux impossibles, j’en suis finalement arrivée au point de m’aimer pour qui et comment je suis. La beauté est ce que mon père voit quand il regarde sa femme qu’il a épousé 32 ans plus tôt. C’est ce que je vois dans les gens que j’aime. C’est ce que j’apprends à voir dans le miroir. Et oui, c’est beau.

Print


Aucun commentaire

Afficher vos commentaires