Miroir, miroir: apprendre à aimer ce que je vois

Auteur: Tonya Hagey

mirmoirmiroirNe soyez pas découragée, vous êtes à la hauteur!

Quand vous regardez dans le miroir, que voyez-vous? La danseuse Tonya Hagey l’a scruté suffisamment souvent pour savoir que la relation qui existe entre une femme et un miroir peut être dérangeante. Après des années de pratique, elle a trouvé grâce dans ses imperfections et force dans la réflexion de son âme.

Un groupe de femmes en collant et justaucorps dans une pièce dont les murs en miroir ne pardonnent rien – vous pouvez presque entendre les dialogues intérieurs derrière les coups d’œil critiques et comparatifs. C’est la vie des danseuses, et quelque fois leur pire cauchemar.

Le visage dans le miroir

La relation entre la danseuse et le miroir est tumultueuse; une bataille constante entre les critiques constructives et les sarcasmes démoralisants. Dans leur quête pour des renvois d’images plus fines, les danseurs sont connus pour développer des habitudes auto-destructrices.

De victime de guerre à ambassadrice de la paix : Phan Thi Kim Phuc

À la recherche de la paix intérieure? Parler à un mentor
Etant danseuse moi-même, je sais comment cette glace réfléchissante peut être à la fois une amie fidèle et une ennemie trompeuse. Pendant les répétitions, il y a des fois où mon reflet semble se moquer de chaque mouvement, de chaque courbe. Et puis à d’autres moments l’image que me renvoie le miroir me remplie d’appréciation et d’étonnement sur la manière dont mon corps s’étire, se courbe et investit l’espace.

Au cours des dix années de ma carrière de danseuse, à la fois comme exécutante et comme enseignante, j’ai découvert une clé importante sur le développement des danseurs. Les grands danseurs ont un certain degré de liberté et de présence qui dépasse la technique. Cela advient quand la relation entre le danseur et son miroir change radicalement. A l’entraînement, le miroir est un outil nécessaire qui donne des retours sur l’alignement et les positions. Mais la danse atteint un niveau supérieur quand le danseur arrive à voir à travers le miroir, au-delà du guide extérieur en deux dimensions et dans une multi dimension de soi.

Apprendre à me voir

Quand j’ai été capable de découvrir mon vrai moi, bien au-delà de la réflexion du miroir, j’ai enfin été bien dans ma peau. D’un coup, ma danse a commencé à émaner d’une source interne et profonde. A ce moment-là, le miroir est devenu secondaire, et même obsolète. J’en étais arriver à accepter et à aimer mon véhicule, mon corps, et j’étais capable de danser de l’intérieur vers l’extérieur. J’ai été témoin et j’ai expérimenté une grande force, de la beauté et de la liberté dans cette découverte, mais sans avoir d’abord connu les ténèbres d’une perspective déformée.

Je crois que nous sommes souvent victimes de notre propre manque d’amour-propre. Quand nous ne nous aimons pas nous-même, ceux qui nous entourent ont tendance à moins nous respecter, ce qui en retour nous fait perdre le respect pour nous-même dans une spirale descendante de haine de soi.

Mon propre manque de respect de soi fait surface dans mon incapacité à dire non. J’ai commencé à accepter de plus en plus “d’opportunités” et à avoir de moins en moins de temps pour prendre soin de mon corps, de mon âme et de mon esprit. Je mangeais toujours à toute vitesse, je manquais toujours de sommeil et je dansais de longues heures avec des maux de dos qui ne faisaient qu’empirer. Je négligeais des relations importantes et je n’avais jamais de temps pour lire, écrire ou prier. J’en arrivais même à éprouver du ressentiment pour la danse, qui était pourtant une des plus grandes joies de ma vie.

Par dessus-tout, j’avais du ressentiment contre moi-même. Loin de me sentir belle, j’étais épuisée, malheureuse et dispersée. A la fin, j’ai craqué. Il semblait que je n’avais pas assez de sommeil et de temps pour moi seule. J’ai laissé tombé presque tous mes engagements et je n’arrivais même pas à retourner les appels téléphoniques. J’affrontais la nécessité de réaliser qu’il était vraiment temps que j’apprenne à m’aimer et à me respecter.

Comment réparer un cœur brisé?

J’ai rapidement compris qu’il était crucial de créer un endroit protégé où je pourrais tenter de me redécouvrir. Je devais poser des limites de protection autour de mon fragile amour-propre et choisir de m’isoler de ceux qui menaçaient mon sens de ma propre valeur et du respect. Graduellement, j’ai commencé à réinvestir dans les relations importantes de ma vie, en reconnaissant tout le rôle qu’elle avaient pour m’aider à me refaire une santé et tout un style de vie. J’explorais ce qui nourrissait, et même réconfortait, mon corps, mon âme et mon esprit.

Je mis une priorité à défier mon esprit et à trouver du temps pour que mon âme grandisse. Je me re-consacrais à prendre soin de mon corps, ce qui avait en même temps un impact profond sur ma santé mentale et émotionnelle. Je m’offrais des bains aux bougies aussi souvent que j’en avais besoin. Je choisissais de porter des vêtements dans lesquels je me sentais fabuleuse. Je visitais des musée. Je lisais de bons livres. Je pris des cours de gym et fit de longues marches. Je commençais à écrire mon journal. J’écoutais mes morceaux de musique préférés. Je m’achetais des fleurs. Je me suis inscrite à un cours de poésie dans une université locale.

Et au milieu de tout cela, j’ai commencé à me trouver, et à la fin à m’aimer.

Il ne s’agit pas seulement de moi

Et puis, au cours de ce cheminement, j’ai trouvé que m’aimer devenait du nombrilisme et du narcissisme quand cela se limitait à moi. Alors qu’un véritable amour équilibré de tout mon être résultait d’un amour sain pour le monde extérieur. C’est devenu comme un flot, un cycle, qui me nourrissait et jaillissait pour alimenter ceux qui m’entouraient. Et je crois que c’est cela l’essence de la vraie beauté.

Toutes les femmes, qu’elles soient danseuses ou non, font face à cette subtile relation avec elles-mêmes. Des idéaux culturels outrageux ont placé des attentes irréaliste et malsaines sur les femmes. Mais nous pouvons regarder à travers l’image que le miroir renvoie, découvrir et apprendre à aimer tout notre être si beau. Nous sommes tellement plus qu’une simple apparence!

Nous avons besoin de reconnaître et d’apprécier nos multiples dimensions, en portant une attention égale à notre bien-être intellectuel, spirituel et physique. Nous sommes unique et nous avons la permission de nous aimer. La prochaine fois que vous rencontrez votre image dans un miroir, regarder ce qu’il y a derrière ce reflet: le potentiel de force, d’amour et de liberté. Avez-vous des difficultés à vous accepter? Vous demandez-vous d’où est censé venir votre valeur? Quand on vous demande de parler de vous, vous servez-vous de votre qualification professionnelle? Vous définissez-vous d’après vos relations – d’épouse, de mère, l’amante ou d’amie? Pensez-vous à vos succès, à vos échecs, à vos rêves, à votre passé? Tout cela fait partie de vous, car vous êtes plus que ce que vous faites, plus que ce que vous possédez ou que là où vous vivez. Vous êtes une femme que Dieu aime.

Vivre avec espoir

Si vous recherchez la paix, il y a moyen d’équilibrer votre vie. Personne n’est parfait ou vie parfaitement. Mais chacun de nous a la chance d’expérimenter la grâce parfaite à travers une relation personnelle avec Dieu par son fils, Jésus-Christ.

Vous pouvez recevoir Christ dès maintenant par la foi, au moyen de la prière.

Prier, c’est tout simplement parler à Dieu. Dieu connaît votre cœur, et il est plus soucieux de l’attitude de votre cœur que des mots que vous utilisez. Voici une prière que nous vous suggérons :

Seigneur Jésus, je veux te connaître personnellement. Merci d’être mort sur la croix pour mes péchés. Je t’ouvre la porte de ma vie et je te reçois comme Sauveur et Seigneur. Prends la direction de ma vie. Merci de pardonner mes péchés et de me donner la vie éternelle. Fais de moi la personne que tu veux que je sois.

Cette prière exprime-t-elle le désir de votre coeur? Vous pouvez la prier dès maintenant, et Jésus-Christ viendra dans votre vie comme il l’a promis.

Une vie nouvelle

Si vous avez invité Jésus-Christ à entrer dans votre vie, remerciez souvent Dieu à ce sujet. Remerciez-le également parce que Christ ne vous abandonnera jamais et parce qu’il vous a donné la vie éternelle. Alors que vous en apprenez plus sur votre relation avec Dieu et combien il vous aime, vous vivrez la vie pleinement.

Print


Aucun commentaire

Afficher vos commentaires