Dix aides pour affronter la ménopause

Auteur: E. Conrad Hicks et Valerie Otto

10aidesPar E. Conrad Hicks, Jr., M.D. and Valerie Otto

De nos jours, les femmes qui entrent en ménopause sont en meilleure santé, se sentent plus jeune que leur âge et mènent plus souvent une vie active avec carrière que les générations précédentes. Il ne fait néanmoins aucun doute que pour beaucoup de femmes cette période peut être une période d’inconforts et de confusions, gâchée par des poussées de chaleur, des maux de tête, des dépressions, des troubles du sommeil et de la fatigue, ainsi que par une baisse d’amour propre et une perte d’intérêt pour le sexe.

Voici dix suggestions importantes qui vous aideront à accompagner plutôt qu’à redouter cette période de votre vie.

1. Il n’y a aucune raison de souffrir.

Pour mieux connaître Jésus : Développer sa relation avec Dieu

Des questions? Écrire à un mentor
Si vous êtes une femme, vous allez passer près du tiers de votre vie en pré ou post ménopause. Considérant tout ce que vous avez déjà traversé dans votre vie, il n’y a pas de raison de “se débarrasser” des inconforts de la ménopause. Les américains trouve normal et responsable de prendre des médicaments contre les douleurs articulaires, les problèmes cardiaques et vasculaires et le diabète.

Alors, pourquoi ne pas dépister et traiter les symptômes et les changements qui accompagnent la ménopause? A côté des traitements hormonaux, il existe maintenant des tas d’autres options disponibles et les médecins font de nos jours une médecine globale qui permet de trouver ce qui est le plus efficace pour chaque femme, que cela inclue un traitement hormonal ou pas. Un des derniers produits recommandés est un mélange de plantes.

2. Il n’y a pas de solution unique, il n’y a que « votre » solution. Vous pouvez croire que les traitements hormonaux sont une “fontaine de jeunesse” ou “une fontaine du diable”. Franchement, ce n’est ni l’un, ni l’autre. Informez-vous de tout ce qui existe et allez consulter un médecin. En alliant ouverture d’esprit et communication, vous trouverez ensemble ce qui sera le mieux pour vous. Il existe différentes approches, des médicaments traditionnels aux tisanes, en passant par l’acupuncture et la méditation, etc., qui réussissent sur beaucoup de femmes.

3. Mettez à jour votre prise de vitamines. Si vous avez pris les mêmes vitamines pendant des années, il est temps de revoir le dosage. Les femmes de la cinquantaine ont des besoins spécifiques et devraient prendre de la vitamine E, des acides foliques et des vitamines B6, D et C, ainsi que du calcium et du magnésium. Les acides gras essentiels Oméga 3 sont aussi très importants et se trouvent en comprimés ou en gélules de foie de morue.

4. Les hormones sont affectées par le stress et par notre alimentation. A mesure que la production des ovaires en œstrogène, progestérone et testostérone diminue, les glandes adrénalines, les muscles et le cerveau se mettent à produire un pourcentage de plus en plus élevé d’androgènes qui se transforment en faibles oestrogènes. Un régime équilibré accompagné d’une attitude positive ont montré aider à cette transformation. De plus, les symptômes de la ménopause sont connus comme ayant des “détonateurs” tels que l’alcool, la caféine, le sucre et les plats épicés. Nous devrions donc les éviter ou en diminuer la prise. Les sucres lents devraient provenir des pains complets, des graines et des légumes. C’est aussi une bonne idée d’éliminer ou de réduire autant que possible le stress, qui augmente le nombre de symptômes ou accentue leurs effets.

5. Il y a plus qu’un dérèglement hormonal. Bien souvent, ce dérèglement hormonal est accompagné d’un dérèglement émotionnel. Comme le fait remarquer Christiane Northrup, M.D., il est caractéristique que les femmes emploient la plupart de leur énergie à prendre soin des autres. A l’approche de la ménopause, cette énergie se retourne habituellement vers elle-mêmes. Les femmes font souvent le bilan de leur vie et de leurs relations et recherchent le support, la compréhension et l’encouragement de ceux auxquels elles ont donné pendant tant d’années. Prenez garde à ne pas demander aux autres de deviner vos pensées. Au contraire, faites attention à vous exprimer soigneusement. Si nécessaire, consultez un thérapeute.

6. Régime, ou comment tirer le meilleur partie des six lettres de ce mot. Vous avez peut-être l’impression que vos habitudes alimentaires n’ont pas changé, ou même que vous mangez moins, et vous vous apercevez pourtant que vous prenez du poids. Le taux de ralentissement du métabolisme des femmes de la cinquantaine est de 10 à 15 pour cent. Le corps stocke alors  l’énergie sous forme de graisse. Et comme le taux d’œstrogènes diminue, l’appétit accroît. Cette prise de poids s’en va généralement après la ménopause, quand le métabolisme se stabilise de nouveau. Entre temps, maintenir le niveau de sucre dans le sang tout au long de la journée en mangeant des petits repas a tendance à aider la plupart des femmes ménopausées. Le truc, c’est ne pas trop manger le soir, parce que la métabolisme est plus rapide le matin. Mangez moins d’hydrates de carbone et des protéines à chaque repas.

7. Exercice sur toutes les listes. Des exercices d’aérobic réguliers aident à diminuer les symptômes de la ménopause. Ils aident aussi à maintenir le cœur en bonne santé, ou à l’améliorer, ainsi qu’à augmenter le métabolisme. Des exercices de poids ou un entraînement de résistance vont aider à préserver la solidité osseuse. Il existe maintenant tellement de façons de prendre de l’exercice! Di tai-chi aux cours de gym, ce qui importe est de trouver ceux que vous aimez le plus.

8. Hormones et libido. Une déficience en oestrogènes ou en progestérones peut entraîner une sécheresse vaginale ou une étroitesse du vagin, ce qui rend les relations sexuelles moins agréables, voire pénibles. Le niveau des testostérones baisse aussi pendant la ménopause et peut occasionner ainsi une perte de désir sexuel, une baisse d’énergie et ce que l’on appelle généralement une baisse du bien-être sensoriel général. La plupart des physiciens prescrivent une crème contre la sécheresse vaginale et l’étroitesse du vagin. De la même manière, s’il est trouvé un faible taux de testerons, il est aisé de le corriger par des suppléments hormonaux. De surcroît, la combinaison d’herbes pré-citée améliorera la sécheresse vaginale et l’étroitesse du vagin.

9. Vous pouvez conserver une peau resplendissante. Tout d’abord, si vous fumez, voici une bonne raison d’arrêter. En effet, fumer abîme et ride la peau. (Les fumeuses vont aussi avoir une ménopause plus précoce.) Prenez soin d’avoir un nettoyant pour votre visage sous forme de crème, parce que le savon et les gels ont tendance à assécher la peau des cinquantenaires. Faites un gommage et un masque par semaine, mais pas le même jour. Enfin, prenez un supplément vitaminé sous forme d’oméga 3 que l’on trouve dans l’huile de lin ou dans l’huile de foie de morue. Il est aussi important de prendre des vitamines C et E, ainsi que la coenzyme Q10. Et il est essentiel à votre peau et à votre corps de boire de l’eau et de manger des fibres.

10. Garder votre esprit éveillé et votre cœur solide. Plus les recherches sur les liens entre problèmes cardiovasculaires et œstrogènes avancent, plus il est constaté que la protection que les œstrogènes auraient sur les problèmes cardiovasculaires serait aléatoire et dépendrait de chaque individu. En fait, un traitement d’œstrogènes ne devrait pas être prescrit aux femmes ayant un historique familial comportant des maladies

cardiovasculaires. Quand à la tête, il est difficile de savoir si “les oublis et les confusions” sont causées par les hormones ou par l’âge. Nous ne savons toujours pas si il existe des liens entre oestrogènes et maladie d’Elsheimer, mais il semble qu’un minimum d’œstrogènes est essentiel à certains mécanismes de mémoire. Il a été aussi remarqué que de bonnes habitudes de vie saine aident à améliorer les fonctions de mémoire. Manger au moins 5 portions de fruits et de légumes par jour, additionnées de vitamine B et E, de zinc et de beaucoup d’antioxydants tels que la vitamine C, peut aider, mais en faisant attention de choisir une bonne marque et de rechercher des extraits standards.

Que vous ayez ou non des symptômes de ménopause, cela est une bonne idée de prendre soin de votre santé. Bien que la médecine moderne ait maintenant presque doublé notre longévité, nos corps subissent de profonds changements biologiques. L’importance d’une bonne relation âme/corps ne peut pas être sous-estimée, et choisir d’affronter ce qui vous attends est une première étape importante. Choisissez une approche des symptômes de la ménopause qui vous convienne et qui soit efficace sur vous vous aidera à passer du temps sur les aspects positifs de ce changement, au lieu d’en subir les souffrances inutiles. Cette période est une bonne occasion de faire les adaptations qui vous assureront des années à venir dont vous pourrez profiter pleinement. Vous le méritez bien!

La ménopause vous décourage? Vous aimeriez en parler? Pourquoi ne pas vous adresser à l’un de nos mentors?

À lire aussi :

Bonne santé : corps, âme et esprit

Réduire son stress

Print


10 réponses à “Dix aides pour affronter la ménopause”

  • zhora says:

    du grand n’importe quoi…

  • marie says:

    Les médias nous donnent souvent le reflet d’une femme resplendissante à la cinquantaine. Je peux vous dire que c’est un enfer. Pour moi, c’est la totale, cancer du sein à 48 ans, ménopause artificielle induite par la chimio qui a entrainé des symptomes brutaux : insomnie, angoisses, crises de larmes, suées épouvantables. 5 ans plus tard, je déguste actuellement au niveau des douleurs articulaires, je marche comme une mémé de 90 ans. J’en ai tellement marre que par moment je voudrais m’endormir pour toujours et ne jamais plus me réveiller….

    • carole says:

      je te comprend moi je suis a boute moi aussi je suis sur tellement medicament et en plus la la menopause il ne trouve pas pourquoi je souffre avec tans douleur. je dort plus , pas capable de travailler et sexuellement bon ben jai plus lenvie . je suis a boute . je men vais voir un gyno et apres si ya rien dautre qui ce produit de positif je ne si pas ou si plus quoi faire – les chaleu metouffe a un point je panique , je pleur , mal partout , jai la phybromylagie probleme de glande

  • christine dit says:

    soyons vigilantes et combatives,c’est simple il faut rester actives et ne pas s’écouter,vous savez fixer le ciel cinq secondes et sourire.Sourire à la vie,et se ressaisir,certaines personnes ont besoin de plus de temps,mais le plus important c’est de savoir que l’on arrivera à gérer cette nouvelle étape parce que l’on a assurer bien pire dans nos taches de mère et de femme.

  • carole says:

    les femme comme moi 46 ans et 6 mois menopause et le bouffeeeeee chaleur qui me tue et surtout la douleur des os …….. aider nous ont a besoin savoir ou aller et quoi faire pour etre mieux et surtout quoi manger et quoi eviter …

  • berger says:

    moi 55 ans aucun traitement sport, marche, vélo et surtout tout va mieux depuis que je suis devenue végétarienne. et pas de pain, pas de lait de vache qui fatigue et engorge l’organisme à remplacer par lait d’avoine, de soja (bio) brebis chèvre. puis riz complet enfin, tout complet!lentilles, quinoa, pois fève etc….

  • berger says:

    avant je me trainais comme une vieille à 48/50 ans, même mes enfants ne me reconnaissent plus aujourd’hui

    • Francine says:

      Jai 50 ans et je souffre de ma ménopause jai pris des hormaones 1 ans et quand jai vue mon médecin apres un ans que je prennais des hormones les éffets étais moin bon il fallais en prendre des plus forte je me suis dit hooooooo non jarrete tout sa. Je vais affronter ma ménopause meme si je souffre l enfer 🙁 JAI LA MÉNOPAUSE AU MAX ET ELLE AURAS PAS LE DECU SUR MOI 🙂

  • Barbara says:

    La première bouffée de chaleur est apparue en voiture à 39 ans, je m’en rappellerai toujours, je me suis dis c’est quoi, je me sens mal, je vais avoir un accident, puis j’ai ouvert en grand la fenêtre en roulant et c’est parti aussitôt. Ça a durée au moins trois ans, la nuit, la journée, l’horreur, la sueur. Puis ça c’est terminé. Je n’en ai plus une seule 9 ans après la première. Maintenant, je ressens la peau du visage sèche, donc je badigeonne matin et soir d’huile de jojoba. La nouveauté c’est la perte d’appétit. Je n’arrive plus à trouver du plaisir à manger, c’est pas inconfortable et ça m’évite la peur de grossir mais je ne suis pas habituée encore. Moi, qui mangeait plutôt par plaisir que par faim, je n’ai plus de plaisir dans les aliments, c’est juste pour donner du carburant maintenant, ça n’a pas la même saveur.
    La fatigue, un nouveau boulot qui avant m’aurait pas fatiguée plus que ça, m’épuise, il m’arrive de me coucher à 20 h 30 morte de fatigue, ça c’est un problème la fatigue, je pense qu’une grande part provient du genre d’activité professionnelle que j’ai actuellement, quand j’aurai terminé ce job on ferra bien si ce n’était que ça.
    Bilan c’est quand même pas la joie, on se sent vieille, teinter ses cheveux blancs ne masquera pas l’âge et les douleurs.

  • aicha kassoun says:

    MOI j ai 53 ans ça commencer il y a un an la ménopause
    le pire c est l’humeur j’étais trop ennervè
    plus les bouffées de chaleur INSOMNIES et meme des crises d angoisse
    par la suite mal aux os surtout le dos je suis fumeuse ça doit pas arranger les choses
    j ai fait tous les examens scanner densité des os échographie des reins j ai tous fait mais rien je me dit qu avec cette ménopause on n a plus d hormone pas trop de défenses ca fait peur donc a la moindre douleur je me fait du souci j envisage le pire enfin c est que le début ça dure 10 ans a ce qui parait trop anxieuse
    que faire prendre son mal en patience si ce n est que ça ca va il y a des maladies plus grave

Afficher vos commentaires