Pourquoi est-il si difficile de pardonner?

Auteur: Lynette Hoy

pardonnerLes comportements humains suggèrent que les gens sont “programmés” à se venger dès qu’ils sont blessés par une autre personne. Notre fierté et notre amour-propre ont été offensés. Nos attentes et nos rêves ont été déçus. Nous perdons quelque chose qui a pour nous beaucoup de valeur. Nous voulons compenser les dommages.

Mais il y a aussi d’autres choses qui bloquent notre motivation à pardonner. Les croyances ou pensées automatiques nous empêchent de pardonner. Nous nous disons que nous ne voulons pas pardonner parce que l’autre n’acceptera jamais les responsabilités de ce qu’il a fait ou que nous serions hypocrite si nous pardonnions sans le ressentir ou encore que seul les faibles pardonnent.

De victime de guerre à ambassadrice de la paix : Phan Thi Kim Phuc

À la recherche de la paix intérieure? Parler à un mentor

Les explications d’une attitude peuvent également être un empêchement. Quand quelqu’un nous blesse, nous avons tendance à lui trouver des raisons internes. Nous argumentons en disant que c’est une question de personnalité ou de caractère. Nous nous disons: “cette personne est seulement étourdie ou négligente” ou “cette personne ne m’apprécie pas” ou “il ou elle l’a fait exprès”. Nous les jugeons durement.

Mais quand c’est nous qui faisons du mal ou du tord ou qui décevons quelqu’un, nous avons tendance à nous trouver des excuses à cause d’éléments extérieurs. Dans ces cas-là nous disons: “Mon enfant à mis en désordre” ou “Il y avait un accident sur l’autoroute”. Nous avons tendance à nous mettre hors de cause et à nous donner la permission de fauter.

C’est ce que les psychologues appellent “l’erreur d’attribution fondamentale”. Nous attribuons l’entière responsabilité ou blâmons les autres pour leurs comportements alors que nous justifions nos actions négatives en terme de facteurs situationnistes. Autrement dit, ce n’est pas notre faute parce que…

Il est important de noter que l’acceptation et la compréhension d’un erreur de comportement ne soulage pas la personne offensée de la responsabilité morale. Pardonner à quelqu’un n’annule pas les conséquences de ses actes. L’objectif consiste à développer l’empathie et le pardon et à se montrer plus réaliste devant les événement blessants depuis leurs points de vue. Cela implique de penser le meilleur des gens au lieu de sauter dans des conclusions sévères sur leurs intentions et leurs caractères.

Le manque d’empathie (l’empathie est la voie psychologique qui permet de pardonner aux autres) pour les autres est aussi une des raisons pour lesquelles nous ne pouvons pas pardonner. Nous pouvons développer l’empathie pour les autres en commençant à changer notre mode de penser. Il est impossible de savoir exactement pourquoi l’autre a agit comme il l’a fait. Faîtes de la place pour la grâce.

Quand avez-vous été capable d’avoir de l’empathie pour quelqu’un qui vous avait fait mal? Demandez-vous si vous voulez que les choses aillent mieux ou moins bien. Le pardon a un grand impact sur notre santé et sur nos sentiments. Pardonner concerne moins l’autre personne que nous-même. Pardonner nous fait du bien, mais les choses nous en empêchent si souvent! Pensez à une fois où vous avez eu besoin de pardon.

Ne laissez pas le ressentiment vous emprisonner à vie. Cela vous détruirait, vous et vos relations. Lewis Smedes a écrit: “Pardonner libère le prisonnier… et permet de découvrir que le prisonnier c’était vous.” Laissez aller la peine. Donnez-la à Dieu. Car Dieu seul comprend plus que personne au monde la peine et l’humiliation que vous ressentez. Jésus a eu plus de peine et d’humiliation et s’est senti plus rejeté que quiconque.

Laisser aller vos peines n’arrive souvent pas du jour au lendemain. Cela prend du temps, mais en le faisant, vous découvrirez que cela en valait bien la peine. Demandez à Dieu de vous donner la grâce de pardonner.

devo-interact-icon-42x42Vous avez de la difficulté à pardonner? Vous aimeriez en parler? Si vous aimeriez poser une question, ou si vous désirez simplement parler avec quelqu’un de ce que vous vivez, n’hésitez pas à communiquer avec l’un de nos mentors en ligne. Vous pouvez faire appel à ce service à tout moment. À la réception de votre message, un mentor vous répondra, et vous pourrez continuer le dialogue aussi longtemps que vous voudrez. Ce service est gratuit, confidentiel et libre de jugement. Tous les mentors sont des bénévoles formés qui offrent une certaine expérience de la vie. La communication se limitera à ce dialogue avec un mentor; nous ne vendrons pas vos coordonnées à une tierce personne. Vous n’avez qu’à cliquer pour commencer le dialogue.

À lire aussi :

Pardonner, c’est bon pour la santé

Aimer à l’exemple de Jésus-Christ

© copyright 2003 Lynette Hoy, NCC, LCPC

Print


5 réponses à “Pourquoi est-il si difficile de pardonner?”

  • ouimais says:

    Bonjour,
    je sais pas si le rédacteur réponds aux commentaires, mais je vais quand même m’exprimer là-dessus comme dans un bon racontage de vie à la doctissimo.
    Je ne suis pas chrétienne, mais je suis croyante. Je considère le pardon et la miséricorde nécessaire pour le bien de tous, pour l’être pardonné comme pour celui qui pardonne. Mais dans mon cas personnel, bien qu’étant plutôt empathique et sensible à la détresse des autres, et donc pleine de volonté pour pardonner, je n’y parviens pas.
    J’ai vécu une enfance assez mitigée. je ne la dirais pas “malheureuse”, mais disons que ce que j’ai subi m’a imposé un repli sur moi-même certain, je suis quelqu’un de très pudique sur mes émotions et j’ai une peur phénoménale de me livrer et d’être blessée.
    Je suis la cadette d’une famille nombreuse, et tout a assez mal commencé pour moi. On dirait le début d’un mauvais conte, mais en fait rien d’aussi dramatique. Nos parents on fait de leur mieux pour nous élever, point d’injustices de leur part, bien que mon père ait été trèès absent depuis ma naissance à cause d’obligations. Le problème venait de mes soeurs ainés, trois, et d’une moindre intensité de mon grand frère. Tous étaient particulièrement impitoyables avec moi, j’étais tout le temps humiliée, mise à l’écart, violentée, moquée, tapée sans aucun motif, j’étais le point qui les soudaient tous entre eux. Ils prenaient plaisir (surtout mes deux plus grandes soeurs, les deux autres suivaient docilement) à me faire du mal.
    Aujourd’hui nous avons grandis, nous avons tous dans les vingts ans, mais à part avec mon frère, et la plus jeune de mes grandes soeurs, un certain malaise demeure dans la famille.
    J’essaie de me dire, que tout ça s’est passé quand on était petits (enfin l’ainé me cherchait il y a encore 2 ans, et aujourd’hui très rarement), et que je devrais pouvoir tirer un trait dessus et leur excuser et dissiper tout ce mal être mais je n’y arrive pas.
    Tout d’abord, aucunes jamais ne s’est excusées. L’ainé vit dans son appart depuis bientot 2 ans dans la même ville, mais je n’ai jamais été chez elle. Ma mère m’en veut pour ça, elle voudrait que l’on soit plus soudés et aimants les uns des autres et me tient responsable de notre écart. Et cela me frustre, parce qu’entre ma soeur et moi, il n’y a que profonde haine et superficielle rigolade. Je lui en veux à mort, mais tous nient leurs actes (maintenant qu’ils réalisent qu’à l’âge adulte on a une relation pourrie) ou les minimisent ou encore préfèrent accabler l’ainé, comme si elle était la seule fautive. Je trouve ça rageant.
    Je ne sais pas que ressentir ni comment réagir. S’il faut que je fasse semblant. S’il faut que je les pardonne. Je n’y arrive pas. Et je suis incapable de mettre le sujet sur la table du genre “et tu sais tu as fais de moi ta victime avant, je pense qu’on devrait en parler! ” , je me hais d’avoir été aussi faible et de l’être toujours. Je les hais de me sentir aussi frustrée.
    J’ignore quoi faire, car comment pardonner quand le seul justificatif de l’autre était la méchanceté bête perpétuée sur près de deux décennies? Pardonner quand l’autre n’a pas d’excuses et surtout ne s’excuse pas est-il possible?
    S’il vous plait, toute réponse est la bienvenue, il s’agit de famille très proche et j’en souffre toujours.

    • caroline says:

      en effet c’est très difficile de pardonner à sa famille lorsqu’on a été profondément blessé. ma mère est une personne qui ne s’excuse jamais et en plus nie tout ce qu’elle a pu faire. il n’y a aucune discussion possible. J’ai 39 ans et j’aimerais qu’on se conduise comme des adultes face à des adultes mais ce n’est pas possible avec elle ni avec mon père d’ailleurs et c’est dur mais l’important c’est d’arriver à comprendre qu’on y est pour rien.

  • daniel says:

    je compati a votre horible etat interne , moi je m etais fais attrapper par me mere le jour ou je decouvris mon corps , et la sexualité ,elle n avais pas trouvé mieux que de raconter cela en pleine reunion de famille devant cousins et cousines , ce jour la je l ai maudite et declarée mon ennemie pour la vie tellement je me sentais baffoué et humillié ,,donc apres des années d auto punition qui m on conduit jusqu aux portes de l homosexualité avant de faire un pas ireverssible , j ai eu le privilege de rencontrer le SEIGNEUR JESUS , CAR CROYANT MAIS PAS RELIGIEUX IL M ARRIVAIS DE PRIER OU PLUTOT DE PARLER A ?? DIEU , ET CE JOUR LA JE LUI AI DEMANDÉ DE M AIDER ,JE LUI AI PERMIS DE REGARDER MA VIE ,ET QUE S IL ETAIs LE DIEU d amour d agir … et c est ce qu il a fait !oui il la fait !les occasions de pardonner se sont presenté a moi sans effort presque naturellement , apres cela ,je suis devenu CHRETIENS , JE LUI AI DONnÉ CARREMENT TOUTE MA VIE POUR QU IL LA CHANGE ,CA AUSI IL LA FAIT ;JE VIS HEUREUX DEPUIS LE 28 JUILLET 1983 J AI 58 ANS ,JE MENDORE EN PAIX ET JE ME LEVE EN PAIX .SOYEZ BENIS ET BON COURAGE .PS LA PORTE QUI CONDUIT A DIEU s appelle JESUS-CHRIST ,IL N EST PAS LOIN DE VOUS .

  • Seb says:

    Bonjour ouimais. Jai beaucoup été touché par ton histoire. J’espère que ça s’est arrangé depuis. Ce qui réassort de ton expérience c’est que tu tiens malgré tout a t famille. Je te conseillerai de jouer carte sur table. Sils sont assez cobs et quils ne s’excusent pas. Au moins tu sauras que tu as toujours eu raison et tu vas arrêter de te torturer. Tu trouveras d’autres proches, amis.. Ce qu’ils t’ont fait n’est pas pardonnable selon moi car j’ai aussi du mal a Pardonner. Mais tu dois le faire, pour toi. Pour avoir la paix. Pour ça ils doivent t’aider sinon ça serait hypocrite de faire semblant ou de pardonner ce qu’ils n’ont pas admis. Bon courage.

  • caro says:

    J’ai fait une grave erreur, pour beaucoup ça ne peut être rien, mais durant 1 an et demi je ne me suis pas respectée ni assez aimé moi-même, et je me deteste pour ça de m’avoir fait subir ça. Je leur en veux à eux mais beaucoup beaucoup plus à moi alors que c’est de leur faute première, mais j’ai laissé faire et accepter d’en être spectatrice, accepté souffrir en silence, mais j’ai le retour du baton, je ne peux plus, plus le temps passe et plus je découvre que dans l’histoire au-dela d’avoir souffert je me suis fait du mal à moi, je me suis oubliée et ne me le pardonne pas, je m’en veux à moi, je me deteste. Ca n’est pas simple de se pardonner à soi et de pardonner aux autres. Mais avec le temps ça ira mieux, beaucoup de temps. Ne nous oublions pas dans chaque chose.

Afficher vos commentaires