On n’est plus au lycée

Auteur: Justine Hwang

Tu peux vivre le passage à l’université sans problème à condition que tu sois mis au courant des quelques différences avec le lycée (l’école secondaire).

Voici quelques nouveautés auxquelles tu devras faire face :

Personne pour vérifier ta présence en cours. Sauter des cours peut te rendre très dépendant des autres et c’est très préjudiciable pour ta moyenne générale. Mais si tu assistes aux cours magistraux et si tu participes activement, il te sera facile d’apprendre la matière et de connaître les attentes de ton prof.

Des effectifs supérieurs pour moins d’attention en classe. Personne n’ira voir si tu es perdu à moins que tu ne demandes de l’aide. Tire profit des TP (ou Travaux pratiques que tu fais en classe) et trouve-toi un tuteur. Soit accueillant envers la personne assise à côté de toi afin de trouver un éventuel partenaire pour étudier. Ou alors joins-toi à un groupe d’étude.

Qui est Jésus? Le connaissez-vous?

Des questions? Parlez-nous-en!

La prise de notes. Les notes prises à la va-vite ne sont pas aussi faciles à comprendre qu’au lycée. Apprends donc à prendre tes notes correctement.

Des horaires plus légers, mais beaucoup plus de travail à faire en dehors des cours. Les cours au lycée incluent généralement du temps pour faire ses devoirs et réviser. À l’université, on suppose que tu es capable d’organiser ton travail toi-même (les révisions, lectures, dossiers, rapports de TP). Organise ton temps de façon à étudier chaque jour un peu. Et suis ton emploi du temps à la lettre!

Un travail à fournir plus ardu. Tu devras prendre en charge davantage de matières (avec des devoirs plus difficiles), et ceci, pour un laps de temps plus court. Mets en pratique dès aujourd’hui des méthodes de travail efficaces. Découvre ton mode d’apprentissage et tes points forts. Apprends à écrire correctement tes dossiers et tes rapports de TP.

On veut la substantifique moelle de ton cerveau! Contrairement à la plupart des cours que tu avais au lycée, à l’université, tu auras à faire un usage actif de ton esprit critique. Il te sera demandé de comprendre le « pourquoi du comment » et d’être capable de débattre sur les implications ou la signification d’un cours donné, et non plus simplement de mémoriser et régurgiter tes leçons.

Un éventail de travaux plus large. On peut te donner des choses à faire des mois à l’avance! Si tu attends la dernière minute pour commencer, ça peut se révéler catastrophique. Organise-toi pour toujours mettre en priorité tes lectures et tes TP et ne tarde pas pour te lancer sur des projets de plus grandes envergures. Impose-toi des échéances intermédiaires dans ton travail.

Plus de choix à faire. Alors que tu devras encore suivre un tronc commun pendant ta spécialisation, dans la plupart des cas, tu auras aussi beaucoup d’occasions de faire des choix. Prends des cours dont tu ignorais même l’existence lorsque tu étais au lycée (au secondaire). Découvre quels sont ceux qui te plaisent. Tire profit des cours de pratiques.

Des nouvelles opportunités. L’université offre plus d’ouvertures et d’occasions pour faire de nouvelles expériences, ce qui va te permettre de mieux te connaître. De nombreuses activités extrascolaires te seront proposées. Implique-toi sur le campus. Fais-toi de nouveaux amis. Profite de tous les apprentissages ou stages coopératifs qui te seront offerts.

Plus de liberté et de responsabilités pour moins de temps disponible. En plus de tout ton travail à la fac, tu seras responsable de ton appartement, de la nourriture, de la lessive, du ménage, des factures, de l’argent et de la vie en commun. La détermination de ce qui est prioritaire et une bonne organisation de son temps t’apporteront une vie ordonnée et un succès sans failles.

Apprendre la vie. Adopte un comportement positif face à l’apprentissage. Si au lycée (l’école secondaire), tu avais une attitude de « monsieur je sais tout », l’université sera un excellent endroit pour te rappeler qu’il y a toujours un domaine où on peut s’améliorer.

Droits d’auteur © iamnext.com

Traduit par Aurélien Hathout

Print


Aucun commentaire

Afficher vos commentaires