Vers une communication efficace

Auteur: Christine Callaway

Bla, Bla, Bla! Trop souvent, nos paroles ne communiquent rien de significatif. La communication, la transmission d’information d’une personne à une autre, fait tellement partie de notre vie courante que nous la pratiquons sans trop y réfléchir.

Nous pouvons dénigrer les autres par nos paroles. En fait, les problèmes de communication sont une des causes premières du divorce. Elles sont aussi la cause de nombreux problèmes dans notre vie professionnelle et personnelle.

Avec un peu de pratique, nous pouvons apprendre à mieux communiquer et améliorer ainsi nos relations avec notre famille, nos amis et nos collègues de travail.

Voici quelques principes à mettre en pratique lorsque nous parlons avec les autres :

1. Réfléchir avant de parler

Nous disons qu’il faut tourner sept fois sa langue dans sa bouche. Il est si facile de mal parler. Il ne faut jamais oublier que nos paroles ont la capacité de guérir ou de blesser. Une fois qu’elles se sont échappées de notre bouche, nous ne pouvons pas les reprendre. Réfléchissons avant de parler!

Le sexe sans risque : Est-ce possible?

Tu veux en parler? Écrire à un mentor

2. Si vous avez une plainte à exprimer, exprimez-la clairement, avec un but précis en tête. Donnez-vous comme objectif la recherche d’une solution, et non pas l’expression de votre mécontentement. Essayez la technique « sandwich ». Offrez un compliment sincère, exprimez votre requête ou votre suggestion, et offrez un autre compliment sincère. Il est essentiel que les compliments soient sincères, car la flatterie hypocrite fait plus de tort que de bien.

3.  Demandez la permission de l’autre avant de parler des problèmes qui vous tracassent. Demandez-leur si le temps est opportun à cela. Vous ne savez pas dans quel état cette personne se trouve. Si leur journée a été difficile, il se peut que vous ne fassiez qu’ajouter à leur stress en choisissant ce moment précis pour leur parler.

4. Écoutez aux problèmes des autres, sans offrir de conseils. Lorsque quelqu’un partage son problème avec vous, rappelez-vous qu’il ne s’agit pas là d’une invitation à résoudre son problème ou à offrir vos conseils, à moins qu’il ne vous demande de le faire. Souvent, une personne veut partager son problème, non pas pour que vous puissiez lui offrir des conseils, mais plutôt pour qu’elle puisse réfléchir tout haut à ce problème.

5.   Posez des questions. Invitez la personne à évaluer les choix possibles, offrir son opinion ou exprimer ses sentiments. Veillez à poser vos questions de telle façon que vous n’influencez pas leurs réponses par votre langage corporel, votre ton de voix ou votre façon de formuler les possibilités.

6.  Accordez à votre auditeur le temps qu’il faut pour répondre à votre question ou réagir à votre affirmation, sans rien ajouter. N’oubliez pas que le silence est d’or, et qu’une communication efficace comprend l’écoute autant que le partage. Attendez la réponse de l’autre avant de poursuivre le dialogue.

7.  Éliminer toute distraction. Toute source de distraction rend la communication plus difficile. Il est donc important de s’assurer que le téléviseur et la radio sont éteints et que toute autre source de distraction est enlevée, surtout lorsque l’on s’adresse à une personne âgée qui souffre peut-être de démence ou de surdité.

Le langage corporel

S’il est vrai que nous devons choisir avec soin nos paroles, il ne faut jamais oublier qu’elles ne forment qu’une petite fraction de notre message, soit environ 20 %. Notre ton de voix et notre langage corporel, incluant notre posture et la distance à laquelle nous nous tenons de l’autre, viennent beaucoup influencer la portée de nos paroles. Les gens se souviennent de notre posture et de notre ton de voix bien longtemps après avoir oublié nos paroles.

L’écoute

L’écoute est tout aussi importante que le partage. Une bonne écoute est un art qui exige d’entendre bien plus que les simples paroles. L’art d’écouter, tout comme l’art de partager, peut s’apprendre avec la pratique.

1. Il est important d’écouter à ce qui est dit, mais il est peut-être plus important encore d’écouter à ce qui n’est pas dit. Observez bien la personne qui parle : que vous communique son langage corporel? Quel ton de voix utilise-t-elle? Qu’évite-t-elle de dire?

2.  N’interrompez pas la personne qui parle. Lorsque vous interrompez quelqu’un, vous dites : «Ce que j’ai à dire est bien plus important que ce que vous dites.» Il est important d’accorder toute notre attention aux propos de l’autre, sans réfléchir à ce que nous dirons en réplique. En écoutant sans planifier nos prochaines paroles, nous communiquons que nous accordons plus d’importance à l’autre qu’à nous-mêmes.

3. Accordez toute votre attention à la personne qui parle. Arrêtez de texter, laissez de côté votre livre, éteignez la télé, cessez de regarder tout autour de vous. Lorsque nous sommes distraits, nous pouvons facilement manquer ce qui se dit, et ne comprendre qu’en partie le message qui nous est communiqué.

4.   Reformuler ce que vous croyez avoir entendu. Cela ne prend qu’une minute de reformuler le message que vous pensez avoir entendu, et cela évite les malentendus. Cela peut vraiment aider à clarifier la communication si nous prenons le temps de dire simplement, « Si je te comprends bien, tu me dis que… »

En apprenant l’art de la communication efficace, nous éviterons les malentendus, exprimerons plus clairement nos pensées, influencerons les opinions des autres en présentant les faits, offrirons des directives claires, et plus important encore, nous améliorons nos relations avec les personnes qui nous sont chères.

À lire aussi:

Dix conseils pour l’écoute active efficace

L’art de décider ensemble

 

Print


Aucun commentaire

Afficher vos commentaires