En quête d’approbation

Auteur : Howard Marsh

par Howard Marsh–traduit de l’anglais par Alix Rouvinez

Ma vie entière peut être décrite comme une quête d’approbation et de validation.  Ayant immigré en plein cœur de mon enfance, je fus vite désavantagé dans la pratique des sports canadiens.  Je trouvai le réconfort dans le groupe militaire des cadets et les accomplissements « intellos ».  La réalité des finances familiales et mes expériences positives dans le corps militaire canadien réduisirent mes options d’éducation au choix suivant:  Programme de Formation des Officiers de la Force Régulière.  Je rejoignis l’armée canadienne en 1965.

Le début de la quête

Depuis mon arrivée au Canada, j’ai toujours réagi en fonction de la validation que je recevais de la part de mes amis.  Ma sécurité et mon bonheur étaient fondés sur l’approbation de mes amis, sur mes réussites personnelles, et sur le regard des autres sur moi comme étant un homme bien.  J’avais les yeux fixés sur l’obtention d’un diplôme universitaire, un grade d’officier, et une épouse aussi jolie qu’il se devait.  Tous ces buts augmentaient en fait mon désir d’approbation.

La compétition

Plus tard, je fus choisi pour participer à un échange régimentaire (où un pays envoie un de ses officiers dans le régiment d’un autre pays allié en échange d’un de leurs officiers pour une période prédéterminée).  Lorsque j’arrivai en Allemagne, je me sentis perplexe lorsque je constatai que mon supérieur immédiat n’était pas un officier britannique, mais un Américain chrétien zélé.  Il excellait sur le plan académique, sur le plan athlétique et sur le plan militaire, et je me sentis dévalorisé et ne méritant pas la validation des autres en comparaison. J’étais déterminé à ne pas être comme cet Américain.

Mon commandant m’emmena écouter un orateur qui expliqua qui était Jésus.  Il expliqua qu’en croyant en Jésus, je deviendrais un enfant de Dieu.  Cela s’avéra critique et thérapeutique pour moi, car je souffrais de privation émotionnelle dans ma relation avec mon père: je ne peux pas vraiment l’expliquer pleinement, mais je ressentis comme un vent qui soufflait continuellement derrière moi, comme pour me révéler la présence de Dieu.

L’acceptation des autres

Très peu de temps après, mon supérieur vint me rendre visite à la maison.  Je donnai mon accord pour prier d’accepter Jésus Christ dans ma vie.  Je confessai chacun de mes péchés de façon spécifique et lorsque je le fis, il me sembla que la réalité physique du lieu où je me trouvais disparu.  C’était comme si une lumière glorieuse grandissait progressivement en intensité et remplissait la pièce.  Tous ne doivent pas forcément connaître la même expérience pour en arriver à la foi, mais pour une raison ou pour une autre, Dieu jugea bon de me révéler sa présence de cette façon.  Tous les doutes que j’avais jamais eus disparurent.  Jésus Christ était effectivement mort pour moi et mes péchés sur la croix, et était ressuscité le troisième jour.  Jésus était le Fils de Dieu.  La Bible, toute la Bible, était vraie.  Je crus qu’à travers Jésus Christ, je pouvais bâtir une relation avec Dieu et obtenir l’acceptation totale de ma personne.

Les vingt années qui suivirent seraient vues comme une histoire de réussite personnelle à travers le regard du monde et la façon dont il mesure le succès.  Mais bien que zélé et actif dans mon service envers Dieu, pour être honnête, je laissai le succès et l’ambition prendre la place d’une idole dans ma vie.  Mais Dieu m’aime tellement qu’il me permis de vivre une crise qui servit à corriger cela.  Cette crise m’apprit à toujours dépendre de Dieu en tout, et avant tout.

En 1995, je subis une opération chirurgicale pour une tumeur au cerveau.  Les docteurs n’étaient pas très confiants et m’apprirent que j’avais 30% de chances de survivre.  Les prières offertes pour moi dans la foi me donnèrent l’assurance que je vivrais, et ce fut le cas, bien que ma condition après l’opération n’eût rien pour me plaire.  C’est un miracle que ma capacité à parler, à avaler, à marcher, à voir, et ma dextérité, me revinrent.  Ma guérison fut si rapide que je réussis le test de condition physique militaire et que je pus ensuite prendre ma retraite.

En Christ il n’y a véritablement pas de crainte de la mort.  Et le meilleur dans tout cela, c’est que Dieu m’aime.  Je suis un enfant de Dieu.  Ma quête d’acceptation a pris fin.  J’ai largement assez d’approbation et d’acceptation pour le restant de mes jours.

Votre quête à vous

Si vous êtes vous aussi en quête d’approbation et d’acceptation, mais qu’il vous semble que vous ne pourrez jamais satisfaire les attentes changeantes des uns et des autres, vous n’êtes pas seul.  Tout le monde souhaite être accepté et aimé.  Nous avons tous goûté au rejet des autres et nous essayons tous d’éviter cette sensation à tout prix.  Dieu vous accepte comme vous êtes, sans égard aux sentiments de dévalorisation que vous pouvez entretenir à propos de vous-même.  Il a envoyé son Fils Jésus-Christ pour mourir pour vos péchés.  La quête est terminée.  Le Christ vous offre une relation avec Dieu et l’acceptation totale en tant qu’enfant de Dieu.

Vous pouvez recevoir Christ dès maintenant par la foi, à travers la prière. Prier, c’est simplement parler à Dieu.  Dieu connaît votre cœur et ne se préoccupe pas autant de votre choix de mots que de l’attitude de votre cœur.  Voici une suggestion de prière:

Seigneur Jésus, je veux te connaître personnellement.  Merci d’être mort sur la croix pour mes péchés.  Je t’ouvre ma vie et je te demande d’en devenir le Sauveur et le Seigneur.  Dirige ma vie.  Merci de me pardonner mes péchés et de me donner la vie éternelle.  Fais de moi la personne que tu veux que je sois.

Cette prière exprime-t-elle le désir de votre cœur ?  Vous pouvez la prier dès à présent, et Jésus-Christ viendra dans votre vie, comme il l’a promis.

Print


Tags: , , , , , , , ,

Courriel Imprimer

Aucun commentaire

Afficher vos commentaires

Invitation au dialogue

Sondage

Croyez-vous aux récits de la naissance de Jésus trouvés dans la Bible?

  • Oui (57%, 228 Votes)
  • Non (28%, 111 Votes)
  • En partie (8%, 33 Votes)
  • Je ne sais pas (7%, 28 Votes)

Total des votes: 400

Loading ... Loading ...