Encore digne : survivre aux relations sexuelles en dehors du mariage

Beaucoup de chrétiens savent que Dieu ne classe pas un type de péché comme étant meilleur ou pire que d’autres. Il n’y a pas d’échelle de valeurs qui met certaines choses comme le mensonge ou le vol dans une catégorie et le meurtre et l’adultère dans une autre. Tout péché est péché, et nous sommes tous pécheurs aux yeux de Dieu. J’ai trouvé, cependant, que le péché sexuel, et notamment le sexe en dehors du mariage, cause des blessures qui peuvent engendrer une culpabilité très profonde et tenace. Mais pourquoi est-ce le cas?

Voici ma réflexion à ce sujet :

Pardonner l'impardonnable : l'adultère

Besoin d'en parler? Écrire à un mentor

J’ai menti dans ma vie. J’ai embelli les histoires et j’ai caché la vérité. Cela peut vous sembler banal, mais je ne peux pas nier que j’ai pratiqué le mensonge. Mais je n’aimerais pas être traitée de menteuse, et je ne pense pas que d’autres le voudraient non plus. Il m’est aussi arrivé d’être très en colère, de perdre mon sang-froid et de dire des choses grossières pour me venger des autres. Cependant je ne me considère pas comme étant une personne colérique. Ces péchés ne me définissent pas.

Le sexe me semble différent. Une fois que j’ai eu des relations sexuelles avant le mariage, je ne pouvais plus me dire vierge. Cela m’a donné l’impression que j’étais devenue quelqu’un de moins précieux qu’avant. À mes yeux, il s’agissait d’un acte qui redéfinissait ma valeur et qui n’était pas rachetable.

Jusqu’à mes 17 ans, j’étais naïve et assez innocente concernant les choses sexuelles; c’était un domaine inconnu pour moi. Mais malheureusement, cette année-là, j’ai subi une agression sexuelle. C’était une introduction brutale et malsaine au sexe. Cela a commencé par une agression verbale qui s’est vite transformée en une attaque physique et violente. Par conséquent, les premières images de sexe qui ont été imprimées sur mon esprit ont été des images de peur, de suffocation, de brutalité, de laideur. Cette agression a eu des effets persistants que je n’ai découverts que quelques années plus tard, lorsque j’étais engagée dans une relation. Mon petit ami mettait de la pression sur moi pour avoir des rapports sexuels, et j’ai finalement cédé. C’est alors que tous les sentiments de peur, de contrainte, de culpabilité et d’indignité ont refait surface. À ce moment-là, non seulement savais-je que je n’avais pas réussi à vivre comme Dieu le voulait, mais je pensais ne jamais pouvoir mériter un mari chrétien.

 Quand j’ai rencontré mon futur mari, j’ai vu rapidement quel homme bon et pieux il était.

Il était un leader spirituel accompli; il était vierge. J’aimais tout de lui, mais je pensais que je n’étais pas digne de vivre une relation avec lui. Alors, quand le jour est venu de lui dire que je n’étais pas vierge, les faussetés remplissaient ma tête plus que jamais :

Tu ne le mérites pas; il ne sera pas capable de le supporter; votre vie sexuelle ne sera pas sainte; il mérite mieux; le sexe ne pourra pas être bon…

Cette nuit-là a été extrêmement douloureuse pour moi, tout comme l’ont été les jours à suivre. Il n’a pas trouvé cela simple de me faire confiance, et je sais que certaines pensées ont effleuré son esprit, pensées qui ressemblaient aux miennes : il se demandait si je le méritais; il craignait que le sexe entre nous ne soit pas le don merveilleux de Dieu qu’il s’était toujours imaginé. C’était un temps douloureux pour nous parce que les faussetés et les peurs ont influencé nos attitudes et nos discussions. Mais Dieu nous enseignait; il nous émondait et il nous purifiait de plus en plus, jusqu’à ce que l’amour et la confiance soient restaurés. Dans 1 Jean 4:10-12, l’apôtre Jean dit : « Ceci est le véritable amour. Ce n’est pas nous qui avons aimé Dieu, mais c’est qu’il nous a aimés et a envoyé son fils en sacrifice pour ôter nos péchés. Puisque Dieu nous a beaucoup aimés, nous devrions aussi nous aimer. Personne n’a jamais vu Dieu. Mais si nous nous aimons les uns les autres, Dieu demeure en nous, et son amour est parfait en nous. » Il continue de nous transformer jusqu’à ce que cela soit vrai en nous.

Avec le temps, mon futur mari m’a pardonné, et notre amour s’est approfondi de plus en plus. Nous avons fini par nous fiancer. Dieu a fait des choses incroyables en nous alors que nous nous préparions pour le mariage. Il a commencé à me convaincre que la pureté est rachetable, qu’il rend les cœurs plus blancs que la neige, et qu’aucun péché n’est au-delà de sa grâce. Romains 8:38 dit que « … ni la mort, ni la vie, ni les anges, ni les dominations, ni les choses présentes ni les choses à venir, ni les puissances, ni la hauteur, ni la profondeur, ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu ». Il n’y a rien que nous puissions faire qui enlève — ou même réduise — son amour pour chacun de nous.

Nous sommes humains, nous ne sommes pas parfaits et nous ne le serons jamais en ce monde. Dieu n’en aura jamais fini avec notre transformation ici-bas. Dieu nous accorde immédiatement le pardon et la purification de nos péchés aussitôt que nous le lui demandons, si nous nous fions au sacrifice de Jésus sur la croix pour nos péchés. Cependant, cela peut nous prendre du temps pour nous sentir pardonnés et purifiés, même lorsque nous le sommes. Mais Dieu est bon; il nous fait passer par un processus de guérison, et nous rappelle à lui si nous nous en éloignons.

Cela a pris trois ans, mais j’ai délaissé la croyance que je serais toujours impure pour accueillir avec confiance le fait que Jésus m’avait pleinement pardonné et m’avait purifiée. Jamais je n’aurais pensé que je serais mariée à un homme merveilleux qui m’aime malgré mon passé; qui m’aime pour qui je suis. J’ai reçu l’amour que chaque fille espère connaître.

Mais plus important encore, je me sens de nouveau pure et aimée par Dieu grâce à Jésus.

Lire l’histoire de son mari

Print


Aucun commentaire

Afficher vos commentaires