Guérir de son passé sexuel : partie 2

Auteur: Barbara Wilson

Partie 1

Les mauvais traitements d’ordre sexuel, sous toutes leurs formes, viennent nuire à notre vision du sexe, de nous-mêmes, des autres et de Dieu. Pour guérir de ces effets, nous devons adopter la vision de Dieu à notre sujet et au sujet du sexe. Dieu est l’auteur du sexe. Il a voulu que ce soit une expérience bonne, pure, agréable. Mais lorsque le sexe devient une source de douleur et de souffrance, nous ne pouvons plus le voir selon l’optique de Dieu. Il nous est impossible de le voir comme une bénédiction de sa main.

Si nous voulons guérir de notre passé, si nous voulons jouir de l’intimité physique et affective que Dieu désire que nous connaissions au sein du mariage, il est essentiel que nous adoptions l’optique de Dieu concernant le sexe.

La science et le Dieu personnel : La conciliation est-elle possible?

Tu veux en parler? Écrire à un mentor
Les relations sexuelles du passé ont établi des liens entre nous et nos partenaires;  nous avons donc besoin de nous fier à Dieu, en lui demandant de nous libérer de ces liens, afin que l’effet de l’hormone responsable de la création de ce lien puisse être entièrement rétabli. Ainsi, nous pourrons vivre un lien unique et profond avec notre conjoint. La guérison vient restaurer toutes nos relations, parce qu’elle vient premièrement restaurer notre relation avec nous-mêmes. Une fois en paix avec nous-mêmes, nous pouvons vivre en paix avec les autres.

Premiers pas vers la guérison

Ces dernières années, j’ai eu le privilège de voir Dieu guérir des centaines de personnes de leur passé sexuel. Dieu m’a dirigé dans la rédaction d’une étude biblique de 12 chapitres pour guider les gens dans ce processus de guérison.  Si Dieu est en train de ramener à vos pensées des expériences passées dont vous avez besoin de guérir, je veux vous encourager à vous joindre à ces centaines de personnes, qui, tout comme moi, ont suivi ces pas vers la guérison :

 1. Guérir de toutes ses blessures passées

 2. Vivre son deuil

 3. Reconnaître les mensonges ancrés en soi et s’en libérer

 4. Se libérer de tout lien sexuel malsain

Guérir de toutes ses blessures passées 

 Nous sommes conscients de certaines des blessures liées à notre passé sexuel,  mais plusieurs demeurent inconscientes jusqu’à ce que nous demandions à Dieu de nous révéler tous les effets que ce vécu a sur nous aujourd’hui. Lorsque nous invitons Dieu à nous révéler comment notre passé nous a blessés, il est alors libre de nous guérir de ces blessures. Le premier pas dans ce processus, et le plus difficile, est de reconnaître pleinement tout ce que nous avons vécu. Souvent, suite à une agression ou un traumatisme, nous oublions les détails de l’événement. Mais Dieu connaît tous les détails de notre histoire. Lorsque nous l’invitons à le faire, il peut nous la révéler. (Voici un exercice à faire pour découvrir les effets de ces événements.)

Vivre son deuil

La perte de sa virginité avant le mariage, que ce soit par force ou par choix, est une perte réelle. Malheureusement, beaucoup d’entre nous ne se permettent pas de vivre le deuil de cette perte. Dans leur livre, How People Grow,  John Townsend et Henry Cloud écrivent ceci : « Le deuil est la souffrance qui guérit toute autre douleur. C’est la douleur la plus importante de toutes. » [1]

Parce que beaucoup d’entre nous se sentent responsables de cette perte, nous avons souvent l’impression que nous ne méritons pas le droit d’en vivre le deuil. Mais le fait est que nous avons le droit de le vivre, et que nous devons le vivre. En fait, Dieu le vit avec nous. Il partage notre souffrance et porte notre fardeau. Dans le Psaume 56.8, David nous dit même que Dieu prend note de toutes nos larmes : « Mes larmes, tu les gardes dans ton outre. Leur compte est inscrit dans ton livre. » Lorsque nous acceptons de vivre notre deuil, Dieu peut alors nous consoler et nous restaurer. Voici un exercice qui peut vous aider à vivre votre deuil.

Reconnaître les mensonges ancrés en soi et s’en libérer

Pendant des années, j’ai pensé que la honte qui me remplissait venait de Dieu. J’étais certaine qu’il était déçu de moi. Bien que je lui aie demandé pardon à multiples reprises, cette honte ne m’a pas quittée. Mais lorsque j’ai invité Dieu à me guérir, j’ai découvert que son optique de moi différait grandement de mon optique de moi-même. C’était son ennemi qui me remplissait de honte, et non pas lui.

Grâce à la mort de Jésus sur la croix à la place et mon accueil de son pardon parfait, Dieu ne me voyait pas comme pécheresse injuste. Il me voyait plutôt telle que j’étais dans mon union avec Jésus – sainte, juste, irréprochable, pardonnée, sans faute. Je vivais autrefois selon les mensonges de l’ennemi. Une fois que j’ai compris la vérité, l’ennemi ne pouvait plus me retenir captive par ses mensonges. Voici un exercice qui nous aide à découvrir l’optique de Dieu concernant le sexe :

Se libérer de tout lien sexuel malsain

Les liens qui s’établissent pendant l’acte sexuel ne sont pas seulement physiques, mais aussi affectifs, spirituels et intellectuels. Cela inclut le lien qui s’établit à cause des produits chimiques et hormonaux libérés pendant l’acte.  Nous aimerions croire qu’il suffit de rompre la relation pour nous libérer de ses liens, mais le fait est que seul Dieu peut rompre ce lien qui nous unit à l’autre dans l’acte sexuel.

La Bible dit que ce lien est un mystère. En autres mots, elle est inexplicable, surnaturelle, produite par Dieu. Il est donc logique que seul Dieu puisse nous en libérer parfaitement. Pendant cette étape, nous demandons à Dieu de nous révéler toute personne avec laquelle nous avons établi un lien sexuel, et nous en dressons la liste. Ensuite, nous passons par chaque nom ou événement (si nous ne connaissons pas le nom de la personne), en priant que Dieu nous délivre du lien qui s’est créé entre nous et cette personne à tous les niveaux : physique, affectif, spirituel, intellectuel. Voici un exercice pour vous guider dans la libération de tout lien sexuel.

Une très bonne nouvelle…          

L’ocytocine est la super colle de Dieu, qui se libère chez l’homme ainsi que chez la femme lorsqu’il y a excitation sexuelle ou orgasme. La multiplication de partenaires sexuels fait diminuer la quantité d’ocytocine libérée pendant l’acte, en sorte que, plus nous avons eu de partenaires, moins le lien qui se créé entre nous et notre partenaire présent est fort. Cependant, j’ai de bonnes nouvelles à annoncer! Selon les études, lorsque nous guérissons de notre passé sexuel, notre cerveau s’en trouve guéri aussi, ce qui nous permet de libérer de l’ocytocine de nouveau. Dieu n’est-il pas bon? Même si notre capacité à libérer l’ocytocine a été grièvement réduite par nos expériences sexuelles passées, Dieu peut nous guérir et restaurer le niveau d’ocytocine qui se libère, ce qui rend de nouveau possible la création d’un lien profond avec notre partenaire.

En Joel 2.25, nous lisons cette promesse : « Oui, je vous dédommage pour les années qu’ont dévorées les sauterelles. » Dieu promet de nous restaurer, et cette restauration inclut la restauration du niveau d’ocytocine libéré pendant l’acte.

J’aimerais terminer cet article par quelques mots d’encouragement. Il est vrai qu’il n’est pas facile de guérir, et que cela ne se passe pas du jour au lendemain. En fait, cela peut être assez pénible, et prendre plus de temps que prévu. Mais je peux vous promettre que cela en vaut la peine. Je ne voudrais jamais retourner à ce que j’étais avant que Dieu vienne me guérir : fragile, remplie de honte et brimée spirituellement, émotionnellement et physiquement.

 Pendant 25 ans, la honte m’a hantée. Mais il y a 8 ans, Dieu m’a restauré, et c’est alors que j’ai vraiment commencé à vivre… C’est alors que je me suis retrouvée enfin libre. Quelle joie! Je ne l’échangerais pour rien au monde. Et je ne suis pas seule. Toute personne qui a eu le courage de confier son passé à Dieu, malgré les difficultés, n’a jamais dit qu’elle aimerait retourner à ce qu’elle était avant.

Je prie qu’aujourd’hui, vous direz oui à Dieu et prendrez les premiers pas vers une vie de liberté. Vous ne le regretterez pas, je vous l’assure.

Si vous aimeriez en parler en toute confidentialité, vous pouvez vous adresser par courriel à l’un de nos mentors bénévoles. C’est un service tout à fait gratuit.

Parler à un mentor

Demander la prière

Retour à la première page

Cet article fait partie d’une série d’articles sur l’agression sexuelle:

À lire aussi :

Il ne brisera pas le roseau qui se ploie

Embrasse-moi encore

J’aime mon mari, mais je n’aime pas le sexe

 

[1] Dr. Henry Cloud and Dr. John Townsend, How People Grow, 2001, Zondervan Publishers, Grand Rapids, Michigan. Pg. 206.

Vous trouverez peut-être ces livres anglais utiles :

 The Invisible Bond

 Kiss Me Again:  Restoring Lost Intimacy in Marriage

Break Free From Your Sexual Past; A Study of Freedom, Forgiveness, Healing and Hope (Middle English Edition)

Wounded Heart Hope for Adult Victims of childhood sexual abuse 

The Wounded Heart Workbook: A Companion Workbook for Personal or Group Use

Print


Aucun commentaire

Afficher vos commentaires