Il ne brisera pas le roseau qui se ploie

Auteur: Paula Friedrichsen

Kim* enfile sa chemise de nuit préférée et se faufile sous les draps dans l’attente d’une bonne nuit de sommeil. Elle se tourne vers son mari pour lui souhaiter bonne nuit. Ron la prend dans ses bras et l’embrasse tendrement sur le cou. Kim, l’estomac noué, se détache doucement de son étreinte en disant qu’elle est fatiguée et a mal au dos. Cela fait des semaines qu’ils n’ont pas fait l’amour, mais Kim ne peut pas s’empêcher de refuser les avances de Ron.

Ce n’était pas toujours comme ça…

Kim a marié Ron lorsqu’elle était jeune adulte. Il était un gars solide, tendre, et au début, leur vie sexuelle était riche et épanouie. Mais tranquillement, Kim s’est trouvée de moins en moins intéressée au sexe et parfois même révulsée par ses relations sexuelles avec son mari. Les souvenirs d’un membre de la parenté qui l’avait agressée lorsqu’elle était enfant ont ressurgi avec force

Vous aimeriez être formé comme disciple?

Adressez-vous à l'un de nos mentors
. Même si elle n’avait jamais complètement oublié ces souvenirs, son mariage semblait les avoir ramenés à son esprit.

C’est pendant qu’ils luttaient avec ce problème que Kim et Ron ont confié leur vie à Jésus et ont commencé le cheminement qui transformerait leur vie. Même si la vie de Kim s’est trouvée beaucoup transformée une fois qu’elle est devenue chrétienne, ces sentiments face aux relations sexuelles n’ont pas changés du jour au lendemain.

Avec le temps, Kim a découvert que Dieu voulait guérir cette dimension de sa relation avec Ron.
Elle a crié vers Dieu pour lui parler de ses difficultés dans ce domaine et avec l’aide de l’Esprit Saint, elle a commencé à suivre la voie de la guérison (présentée ci-dessous). Le fardeau de ces souvenirs pénibles s’est levé et sa révulsion envers l’acte conjugal s’est dissipée. Dieu l’a libérée! Elle a pu pardonner son agresseur, oublier la souffrance de l’agression et retrouver le plaisir dans son intimité physique avec son mari, tout comme Dieu l’a voulu.

Les conséquences de l’agression sexuelle

L’agression sexuelle qu’une femme a vécue pendant son enfance influence le cœur et la pensée de l’adulte qu’elle devient, et cela la rend incapable de se donner entièrement à son mari. Elle peut même se sentir violée par son mari chaque fois qu’ils font l’amour. Même si elle sait que c’est tout à fait naturel pour son mari de vouloir cette intimité physique avec elle, son cœur lui dit qu’il la viole. Il se peut même qu’elle se dise : « Il veut ça de moi! Mais ne comprend-il pas comment je me sens face à cela? »

Une femme agressée dans l’enfance ou l’adolescence n’est pas à l’aise avec sa sexualité. Elle a de la difficulté à comprendre le dessein de Dieu pour cette dimension de sa vie de couple. Elle va parfois se soumettre à l’acte par devoir ou pour garder la paix, mais elle ne fait pas l’expérience de la beauté et du plaisir qui accompagne l’acte. Elle ne ressent que la laideur d’être maltraitée.

Si je viens de décrire votre vécu, je veux vous dire que je compatis avec vous dans votre souffrance. Mais je veux que vous sachiez que vous pouvez guérir, d’une guérison réelle, profonde et permanente.

La voie de la guérison

Comme pour toute œuvre de Dieu dans notre vie, nous devons participer dans le processus de guérison. Pour Kim et d’autres femmes, il y avait des étapes à suivre pour guérir pleinement.

Étape 1 : Se tourner vers Celui qui guérit

Kim a commencé à guérir dans la prière. Elle a crié à Dieu en lui demandant de venir guérir sa vie sexuelle. S’il est vrai que plusieurs actions peuvent aider une femme à guérir de la douleur de l’agression sexuelle, seul Dieu peut restaurer complètement et en permanence son identité sexuelle. Mon pasteur enseigne souvent que Dieu prend pour lui-même toutes les grandes tâches pour qu’il en reçoive la gloire. «Lorsque Dieu vient nous porter la vie, la guérison et l’espoir, nous venons vers lui pour le louer et le remercier.»

En Ésaïe 42.3, nous découvrons le cœur de Dieu pour tous ceux qui souffrent de circonstances injustes : « Il ne brisera pas le roseau qui se ploie et il n’éteindra pas la flamme qui faiblit, mais il établira le droit selon la vérité. » Une des plus belles façons que Dieu établit le droit est en guérissant l’opprimé. Il offre la liberté et la guérison à tous ceux qui le lui demandent. Il est bon… Il est fidèle… et ses miséricordes durent à toujours!

Étape 2 : Choisir de pardonner

Tôt dans sa vie chrétienne, Kim a compris qu’elle devait pardonner au membre de sa famille qui l’avait dévastée pendant son enfance. La décision de pardonner était capitale pour la guérison de Kim. C’est cette décision qui a ouvert la porte à la restauration de son mariage.

On ne peut pas guérir de l’agression sexuelle si on ne pardonne pas à l’agresseur. C’est plus qu’une bonne idée — c’est le portail vers la liberté. Dans son livre, Getting Over the Blues (Surmonter la dépression), Leslie Vernick écrit ceci (notre traduction):

“Dieu sait que le péché nous détruit. Ce n’est pas le péché contre nous qui donne le coup fatal. C’est plutôt notre réaction à ce que nous avons souffert. Notre colère mène à la dépression, l’amertume, la pitié de soi, le ressentiment : toutes ses réactions nous empoisonnent, corps et âme. Une personne trouve la guérison en passant par un processus de guérison : en recevant le pardon et en l’offrant. C’est pour cela que Dieu insiste tant sur le pardon. Il ne veut pas que le péché vienne détruire notre vie.”

Parfois, nous refusons de pardonner ceux qui nous ont offensés parce que nous avons l’impression que l’agresseur ne le mérite pas et que nous rendons les choses trop faciles pour lui, lui donnant carte blanche pour pécher de nouveau. Au contraire, en lui pardonnant, nous le laissons entièrement entre les mains de Dieu : c’est alors à lui de punir ou de pardonner selon sa volonté (voir Romains 12.17 –21). En pardonnant à l’offenseur, nous arrêtons de nous fier à notre capacité à exiger la justice pour nous fier plutôt au Dieu fidèle et juste, qui agira pour nous.

Étape 3 : Ne plus se voir comme victime

Dans son livret, God’s Complete Provision for Healing the Pain of Past Childhood Sexual Abuse (La provision parfaite de Dieu pour guérir des agressions sexuelles de l’enfance) Jan Fletcher écrit:

“Si vous êtes victime, vous recevez la sympathie des autres, et cela est réconfortant. Il se peut que vous trouviez cela tellement réconfortant que vous vouliez continuer à en jouir. Il y a un temps et lieu pour la consolation, surtout lorsque la douleur a été infligée par d’autres. Mais il faut s’assurer de ne pas se promouvoir comme victime pour éviter de régler ses problèmes. “

Un grand obstacle à une vie sexuelle épanouie dans le mariage, c’est cette mentalité de victime. Lorsqu’une femme se perçoit comme victime, elle demeure une enfant blessée dans ses pensées. Elle peut donner l’apparence d’être adulte, mais à l’intérieur, elle est cette petite fille fragile, violée. Il faut beaucoup de courage pour décider de ne pas demeurer victime. Mais lorsqu’une femme choisit de laisser le passé derrière elle et d’accueillir la guérison de Dieu, Dieu vient à sa rencontre pour la libérer.

Lorsqu’une femme mariée se perçoit comme victime, son mari est alors perçu comme soignant. Elle exige des soins particuliers. C’est vrai qu’elle a parfois besoins de soins particuliers pendant un certain temps. Mais, tôt ou tard, elle doit répondre aux besoins de son mari. Il a besoin d’un partenaire, d’une amoureuse qui l’aime passionnément. Il a besoin de jouir du corps de sa femme librement, sans se sentir coupable. En fin de compte, pour vivre un mariage sain, les deux partenaires doivent jouir du corps de l’autre sans ressentir de crainte, de culpabilité ou de honte.

Avec l’aide de Dieu, Kim a commencé à se voir comme une adulte forte, autonome, une amoureuse passionnée de Ron, son partenaire, son amie. Lorsqu’elle se trouvait tentée de reprendre son ancien rôle de victime blessée, fragile et désintéressée, elle a choisi de résister à de telles pensées et d’aller de l’avant. Comme le dit Leslie Vernick dans The Emotionnally Destructive Relationship (La relation destructive), « Nous apprenons à vivre différemment en vivant différemment, et non en songeant à vivre différemment. »

En vivant sa nouvelle identité d’épouse forte, adulte et libre de jouir de sa sexualité, Kim a pu délaisser de plus en plus sa vieille identité de victime blessée et sans défense.


Guérir de l’agression sexuelle est complexe : cela exige un plan d’action, du temps et de la patience de la part des deux partenaires.
Voici d’autres conseils qui peuvent aider les personnes agressées à guérir et à assumer pleinement leur sexualité.

  • Se faire suivre par un thérapeute chrétien
  • Trouver des partenaires de prière de confiance qui les soutiendront dans leur cheminement
  • Prier ensemble comme mari et femme pour la guérison de leur vie sexuelle

*Les noms ont été changés pour préserver l’anonymat du couple
À lire : Enfance déchirée. Espoir pour les victimes d’agression sexuelle durant l’enfance (relié) de Dan Allender (Auteur), Antoine Doriath (Traduction).

Aimeriez-vous de l’aide pour guérir de blessures passées? Nous vous invitons à parler à un de nos mentors en toute confidentialité.

Print


3 réponses à “Il ne brisera pas le roseau qui se ploie”

  • Marilou says:

    Bonjour,
    ce texte tombe dans une période ou je suis en pleine dépression (pb de boulot, pb de couple…),je me suis remariée depuis 5ans (d’un homme lui aussi divorcé) et qd j’ai quitté ma région, j’ai connu une grande déception car, mon mari ne s’occupait pas de moi, aucun respect de ma personne, donnant raison à ses enfants (jeunes adultes) sur moi, j’étais comme une servante qui devait lui faire son repas, le ménage… et tout accepter mais, n’étant plus une enfant et que j’ai du caractère, ça ne passait pas. Aussi, quand je lui demandait pourquoi il s’est marié, il me répondait “c’est juste pour la libido” car, étant chrétien il ne pouvait rester sans et, que ça passait avant tout.Ptt que ça m’a ramené à l’abus que j’avais eu ds l’enfance et depuis ça ne va + sr ce plan, je ne veux plus que mon corps soit un objet. Je fais des efforts mais, sans plus.

  • THIAFFEY says:

    bonjour,
    dans votre article vous conseillez de se faire suivre par un thérapeute chrétien, comment peut on avoir les coordonnées d’un thérapeute chrétien ?
    d’avance merci

  • Owens says:

    Bonjour,
    Je recherche également un thérapeute chrétien. Merci à vous

Afficher vos commentaires