Le plaisir sexuel n’est pas juste une affaire d’hommes

Auteur: Sheila Wray Gregoire

Traduit de l’anglais par Jean-Hubert Fotso

Je veux essayer d’équilibrer un point qui, je pense, est souvent mal compris quand on aborde la question du mariage. Bon nombre de livres sur le mariage, et en particulier certains milieux chrétiens, insistent beaucoup sur l’idée que les femmes sont pratiquement seules responsables de la satisfaction sexuelle de leur mari. Elles sont censées comprendre que c’est un besoin chez lui, et doivent donc s’efforcer de le satisfaire.

J’en conviens dans une certaine mesure, et d’ailleurs, je l’enseigne souvent. Je ne pense pas que les femmes comprennent toujours que les hommes ont une perception très différente du sexe. Ils ont des instincts biologiques qui ne se manifestent pas de la même façon. Ils vivent souvent l’amour bien plus à travers le sexe que par une étreinte.

Alors, nous devons confronter nos peurs sexuelles, guérir de notre passé sexuel, et autant que possible nous libérer et prendre notre plaisir !

Trouver un équilibre

Mais. Et c’est là que je place un grand MAIS. J’ai lu quelques livres de la série Every Man’s Battle, et certains d’entre eux écrits pour les femmes m’ont singulièrement mis mal à l’aise. Si le sexe est sale, ou s’il est dégradant pour vous, ou si vous avez de nombreux problèmes sensibles qui doivent être résolus, vous n’êtes pas tenues de le satisfaire chaque fois qu’il le souhaite. Vous n’êtes pas un récipient. Le passage de 1 Corinthiens 7 qui déclare que le corps de la femme appartient au mari affirme également que celui du mari est à la femme. Par conséquent, s’il vous impose des pratiques que vous n’aimez pas, cela n’est pas acceptable.

Au début de mon mariage, les rapports sexuels étaient très difficiles. J’avais beaucoup de mal à faire confiance, et même des barrières physiques par rapport au sexe. Faire l’amour chaque fois qu’il le voulait, sans qu’il se soucie de mon état d’esprit, aurait été très pénible pour moi sur les plans psychologique et émotionnel. J’avais besoin d’être comprise. J’avais besoin d’amour, et d’un peu de liberté. Et quand j’ai commencé à recevoir toutes ces choses, la plupart des problèmes ont disparu (d’autres sont partis plus tard, mais là c’est toute une autre histoire).

Une bonne partie de la littérature chrétienne sur la question laisse penser que la femme doit essentiellement rechercher la satisfaction sexuelle de l’homme. Ainsi, nous devons faire des changements et lui procurer du plaisir. Utiliser de la lingerie. Faire ce qu’il veut. Je suis désolée, mesdames, mais je ne partage pas cet avis. Pas tout à fait.

Il faut deux personnes, et c’est là la bonne nouvelle

Oui, nous devons parler de lui. Oui, nous devons être sensibles au fait qu’il a probablement plus besoin de sexe que nous. Oui, nous devons prendre l’initiative. Mais quand nous abordons la façon de satisfaire sa libido, nous commettons la même erreur que le monde en ce qui concerne le sexe. Nous nous limitions au côté physique du sexe, en oubliant les liens spirituels ou émotionnels qu’il est censé comprendre.

Le sexe n’est pas uniquement physique. Il doit également être une façon intime de nous lier dans les autres domaines de nos vies. Si nous visons seulement la satisfaction de ses besoins physiques, alors nous aborderons le sexe de cette façon. Le sexe lui est consacré, et il faut le satisfaire, comme s’il est un animal. Le sexe n’est plus quelque chose qui vous unit, mais qui vous déshumanise presque. Et ce n’est pas ce que Dieu avait prévu.

Malheureusement, une partie de l’église pense de cette façon. Elle pense que nous devons l’aider dans ce domaine parce que nous avons été créées pour être son « aide », et que cela devrait être notre principale responsabilité. Mais si nous adoptons une telle attitude, nous passons à côté du potentiel que le sexe a de nous lier merveilleusement. Et nous pouvons ainsi faire beaucoup de mal à la sexualité des jeunes mariées.

Le sexe est merveilleux. Ce n’est pas un devoir à accomplir pour lui faire passer du bon temps. Le sexe est fait pour vous deux. Alors, plutôt que de penser à ce que vous vous ferez pour le satisfaire, considérez cela comme un voyage que vous entreprenez ensemble, au cours duquel vous découvrez mutuellement vos corps et vos personnes, en vous embrassant beaucoup et en vous regardant dans les yeux. Il ne s’agit pas seulement de le soulager, mais de construire des liens qui doivent vous unir. Ce lien ne naîtra pas si vous vous contentez de le satisfaire. Le sexe doit être un partage.

C’est une aventure à deux

Ensemble, vous devez décider de la fréquence. S’il le veut deux fois par jour, vous n’êtes pas obligée de le faire. Vraiment pas du tout. Je proposerais plusieurs fois par semaine, mais c’est à vous deux de décider. Et pendant que vous faites l’amour, assurez-vous de lui dire ce que vous voulez. Ne considérez pas cela comme une corvée, comme le décrit un grand nombre de ces livres.

Certains livres vous disent également que s’il est dépendant de la pornographie, vous pouvez briser cette dépendance en vous améliorant tout simplement. Si vous devenez plus sexy et plus expérimentée, il y perdra tout intérêt. C’est très mal connaître le fonctionnement de la sexualité de l’homme. S’il est dépendant de la pornographie, c’est parce qu’il est accro à un fantasme et à une image. Il n’est pas dépendant d’une relation. Et vous ne pouvez pas briser cette dépendance en devenant plus sexy et plus généreuse ; en fait, si vous le faites, vous ne ferez que renforcer cette dépendance parce que vous donnerez libre cours à ces fantasmes bizarres, et ainsi vous ferez partie désormais de son addiction à la pornographie.

Vous n’êtes pas responsable de sa dépendance à la pornographie, et des rapports sexuels fréquents n’apporteront aucune solution au problème. Il doit comprendre que cela est mauvais. Il doit se tourner vers Dieu et, ensemble, vous devez trouver un moyen de faire l’amour pour construire des liens spirituels, plutôt que de chercher la prochaine bizarrerie à pratiquer.

Je pense que ceci équilibrera les choses. Les femmes doivent s’efforcer d’améliorer autant que possible la vie sexuelle de leurs maris. Mais la qualité de la vie sexuelle ne dépend pas de la fréquence, mais de notre acceptation de tout qu’elle comprend, et cela inclut une intimité émotionnelle et spirituelle profonde. Travaillez à renforcer cette intimité, et le sexe s’en portera mieux. Aborder le sexe comme une corvée où vous devez faire semblant d’être surexcitée de crainte de frustrer votre mari ne contribuera qu’à nuire à votre propre sexualité. Vous vous sentirez vulgaire, utilisée et détestable. Ne tombez pas dans ce piège. Lancez-vous dans un voyage de découverte plaisante et mutuelle, et vous vous en porterez mieux.

Print


Une réponse à “Le plaisir sexuel n’est pas juste une affaire d’hommes”

  • AFREG says:

    Bonjour,

    Je me présente, je suis AFREG, le webmaster du http://www.pornodependance.com.

    Je voulais vous préciser qu’il est faux et dangereux de prétendre que lorsqu’un homme est dépendant à la pornographie, cela est dû à la qualité des rapports avec sa femme.

    La dépendance au porno est une véritable addiction, qui nécessite un suivi et un sevrage rigoureux. Et face à laquelle la compagne se sent très souvent impuissante.

    Si un porno addict se dit qu’il est dépendant à cause de sa femme, alors il va continuer à consommer, tout en blâmant son épouse. De la même manière que l’alcoolique, qui prétend boire à cause de tel ou tel raison. Cela n’aide personne, bien au contraire.

    Amicalement. AFREG.

    Mon site traite de la dépendance à la pornographie. En effet, une surconsommation de pornographie n’est pas sans séquelles. Elle entraîne une véritable addiction, et modifie la perception psychologique qu’ont les dépendants du sexe. La pornographie présente également une sexualité violente et phallocratique, niant la dimension affective du sexe. Elle s’étend aujourd’hui à travers notre société (dans le cinéma, la musique, la publicité, les magasines…), si bien que personne, pas même nos enfants, ne peut y échapper. Mon site propose un forum où les dépendants et leurs proches peuvent venir s’exprimer librement et s’entraider. Le tout est évidemment entièrement bénévole et gratuit.

    Merci ! AFREG

Afficher vos commentaires