La puissance des encouragements

Auteur: Jeanne Zornes

encouragementJ’ai découvert la puissance des encouragements à travers les pires moments de ma vie. J’avais trente ans, j’étais célibataire et je dépensais mes maigres économies à étudier la théologie. Je devais me battre contre la maladie, faire des réparations incessantes sur ma voiture et assister à la lutte de mes parents contre le cancer et les problèmes cardiaques.

Et puis un matin, un de nos professeur osa se montrer vulnérable et nous demanda de prier pour lui parce qu’il faisait face à un problème insurmontable. Nous étions poussés à l’action. Et plusieurs d’entre nous devinrent les membres anonymes du “Comité de Barnabas”

Aimer comme Jésus : Est-ce possible?

Vous voulez changer? Parlez-nous-en!
, appelé dans la Bible “l’homme qui encourage” (Actes 4:36). Pendant tout le semestre, nous lui avons envoyé des mots d’encouragement (accompagnés de petites cadeaux tel un bon chocolat) pour lui rappeler que le Comité Banabas priait pour lui. Et nous avons fait la même chose pour des profs qui traversaient des périodes difficiles.

Et c’est en aidant ces enseignants que j’ai compris la vérité de Proverbes 11:25, qui dit: “Celui qui arrose sera lui-même arrosé”. Bien que mes problèmes étaient toujours présents (en fait ils s’accrurent quand mes deux parents moururent), le fait d’aider les autres m’a permis de rester centrée sur l’amour et le pouvoir de Dieu.

Au fil des ans, quand  je racontais cette histoire, j’ai entendu parler d’autres personnes qui avaient aussi formé d’autres “Comité Barnabas”. Et ils obtenaient le même résultat: Dieu les encourageait et les remplissait de joie alors qu’ils s’occupaient des autres.

Encourager, c’est bien plus que des prières et des petits mots. Dieu peut nous utiliser par beaucoup de façons, qu’elles soient verbales, émotionnelles, pratiques  ou spirituelles. Même le grand professeur de Bible F.B. Meyer (1847-1929) avait remarqué une fois que s’il pouvait recommencer sa vie, il passerait plus de temps à encourager les autres.

Nous pouvons encourager les autres de huit manières différentes:

Aide verbale

1. Parler. Proverbes 16:24 nous dit: “Les paroles agréables sont un rayon de miel, douces pour l’âme et salutaires pour le corps“. Elevez quelqu’un en lui disant combien vous appréciez une certaine chose positive en lui. Quand j’étais en train de vendre sept propriétés, que je n’en étais qu’à la moitié et que j’étais découragée, un voisin m’a aidé rien qu’en me disant: “C’est toujours si propre et si bien arrangé chez vous!” Quand c’est approprié, partagez un passage biblique qui vous a vous-même aidé à traverser une période difficile.

2. Ecrire. N’avez-vous pas remarqué à quel point les lettres des apôtres du Nouveau Testament étaient encourageantes pour les églises? Les nôtres n’ont pas besoin d’être aussi longues, une simple carte postale suffit. Mais un mot disant “Je m’intéresse à vos problèmes” ou “Je prie pour vous” signifiera beaucoup pour une personne seule, en deuil ou découragée par les frasques d’un membre de sa famille, par le chômage ou des problèmes de santé. Soyez créatif avec votre famille, par exemple en écrivant “je t’aime” sur l’emballage d’un goûter ou d’un déjeuner.

Aide émotionnelle

3. Présence. Le psaume 34:19 nous dit que le Seigneur est proche de ceux qui ont le cœur brisé, mais il nous envoie bien souvent quelqu’un de sa part. Rappelez-vous l’observation des sociologues, que seulement un quart de la communication est verbale. Même quand nous ne savons pas quoi dire, le fait d’être là est encourageant.

4. Toucher. Pendant son ministère sur la terre, Jésus touchait souvent les gens, mêmes les “intouchables” de l’époque qui étaient les lépreux et les femmes qui saignaient. Les scientifiques ont maintenant démontré les effets bénéfiques du toucher, mais Dieu le savait déjà depuis longtemps! Toute la gamme entre la légère pression sur le bras et l’embrassade chaleureuse montre que vous vous souciez de la personne.

Aide pratique

5. Aider. On se sent quelquefois comme un paquebot de grande ligne chargé de passagers qui aurait besoin d’un remorqueur pour le guider jusqu’à la sécurité du quai. Ceux qui aident utilisent des compétences ordinaires pour encourager les autres. Ils cousent ou raccommodent, font les travaux difficiles ou les courses, bercent le bébé d’une jeune mère, emmènent une personne invalide chez le médecin ou arrivent avec un vieux camion pour aider quelqu’un qui déménage.

6. Donner. Dans Proverbes 21:26, nous lisons que “le juste donne sans parcimonie“. Les “donneurs” reconnaissent les situations où l’argent, la nourriture, les vêtements ou le prêt d’un équipement encourageront. Certains donnent simplement la beauté, comme un bouquet des fleurs de leur jardin dans un vase “qui n’a pas besoin d’être rendu”.

Aide spirituelle

7. Hospitalité. Cette aide est mieux définie par son mot grec “philoxenia”, qui signifie littéralement “amour fraternel des étrangers”. Ainsi compris, cela change le “divertissement” habituel en un amour si simple de l’autre, car il pourvoit un repas ou un lit au nom du Christ. Cette aide s’adresse à ceux que les circonstances de la vie rendent “étrangers émotionnels”, comme ceux qui souffrent de mariages brisés, de problèmes financiers ou de problèmes physiques.

8. Prier.Vous nous assistez vous-mêmes de vos prières“, écrit Paul dans 2 Corinthiens 1:11. Quelles que soient les circonstances, nous pouvons – et nous devons – prier. Kenneth, victime d’un infarctus, ne peut plus bouger que ses yeux. Mais plusieurs pasteurs lui envoient leurs requêtes de prières. Notez les besoins de prières dans un petit carnet et faites-en le suivi par une carte ou un coup de téléphone.

Laissez Dieu vous montrer quel “ministère” d’encouragement vous convient le mieux. Ensuite faites-le. Tout simplement. Vous serez élevée en élevant les autres pour Lui.

Print


Aucun commentaire

Afficher vos commentaires