La gloire de l’épuisement

Auteur: Anne Bersot

Se reposer ne sert à rien, d’ailleurs on vous l’a souvent répété: « les forces se renouvellent pendant la marche ». Faites-vous partie des acharnés qui considèrent avec consternation le repos comme une perte de temps, de la paresse, ou une activité peu spirituelle ? Alors je vais vous raconter une petite histoire :

Les apôtres avaient reçu une mission formidable, et franchement, ça dépassait tout ce qu’on peut imaginer. C’était une mission à impact puissant, déterminante pour le Royaume de Dieu, et pas vraiment du superflu : Jésus les envoie par équipes de deux propager son enseignement, et faire la même chose que lui. Ils partent seuls, sans Jésus, pour la grande aventure. Ils prêchent et les gens se convertissent en foule, ils chassent les démons avec puissance et autorité, imposent les mains aux malades et les guérissent (plutôt gratifiant et exceptionnel comme travail, la crème de ce que l’on peut faire dans le service de Dieu).

Fatigué? Stressé? Abandonnez-vous entre les mains de Dieu

Besoin d'en parler? Écrire à un mentor

Quand ils rentrent, enthousiasmés par ce qu’ils ont vécu, encore pleins de l’adrénaline des grands moments, ils entourent Jésus pour lui raconter leurs exploits. Je les imagine bien, enthousiastes, fascinés, heureux, tout excités de leur aventure, assommant le Seigneur d’un flot de paroles émerveillées, « Lui racontant TOUT ce qu’ils avaient fait, et TOUT ce qu’ils avaient enseigné. » (Marc 6:30).J’imagine qu’ils devaient s’attendre à ce que leur maître leur dise quelque chose du genre : « Super les gars, vous avez fait du bon travail, c’est formidable, continuez, allez y ! ». A la place de ça, Jésus dans toute sa sagesse, leur dit posément : « Venez à l’écart dans un lieu désert, et REPOSEZ-vous un peu. Car il y avait beaucoup d’allants et de venants, et ils n’avaient même pas le temps de manger » (Marc 6 :31).

Travailler pour le Seigneur, ou pour autre chose d’ailleurs, s’épuiser à la tâche dans toutes sortes d’activités, de camps de vacances, de campagnes d’évangélisation, des tournées de chorales, c’est très bon, efficace et utile. Il y a dans le peuple chrétien des armées de personnes zélées, ne comptant ni leurs forces, ni leur fatigue, ni leurs besoins basiques comme de se nourrir convenablement et se retirer au calme pour reposer leurs corps épuisés. Ils font du travail formidable, mais quand on leur dit « reposez-vous », la réponse est souvent « pas le temps, trop de choses à faire ». Ils se sentiraient presque coupables de s’arrêter un peu. Après un été de dur labeur, ils reprennent le travail dans la foulée, sans s’être reposés. Vous connaissez certainement ce dicton « Qui veut aller loin ménage sa monture » Eh bien l’attitude de Jésus dans cette histoire nous montre que c’est, à ses yeux, non seulement une nécessité, mais même une obligation. Il FAUT s’avoir s’arrêter, se retirer au calme, sans ordinateur et sans téléphone (dans un lieu désert), prendre le temps de manger correctement et dans le calme. Les périodes de repos font partie de votre service et des attentes de votre maître. Si vous ne vous reposez pas, vous lui désobéissez et vous mettez votre précieuse santé en danger.  Même Jésus a été fatigué et a pris un temps de repos : dans Jean 4, on le trouve se reposant au bord du puits, pendant que les disciples vont chercher à manger.

Il n’y a aucune gloire dans l’épuisement au travail. Si vous ne savez pas vous arrêter, non seulement vous êtes potentiellement en état de désobéissance, mais c’est autre chose qui vous arrêtera et vous vous en mordrez les doigts. On ne fouette jamais un cheval épuisé.

Print


Aucun commentaire

Afficher vos commentaires