Les mensonges que croient les femmes: Vérité ou conséquences

Auteur: Nancy Leigh DeMoss

traduit de l’anglais par Isa Martinetto

« Devenez un violoniste de classe internationale. »

« Apprenez à jouer du piano instantanément! »

« La santé instantanée en un coup de baguette magique! » (Publicité pour un appareil de cuisine)

« Perdez 4 kg en 10 minutes. Un exercice facile à faire, même en pyjama! »

« Elle donne une telle paix d’esprit qu’elle devrait être remboursable par la sécurité sociale. » (Publicité pour une voiture bien connue)

« Paraissez et sentez-vous plus jeune en quelques minutes par jour… La clé pour une vie plus saine et plus heureuse. » (Publicité pour une salle d’ionisation, prix indiqué : 3999,95 $)

À la recherche du bonheur durable? Découvrir la voie de la joie


Des questions au sujet de Dieu? Parler avec un mentor

Notre culture est criblée par la tromperie. On la trouve partout, comme nous le voyons dans ces annonces publicitaires improbables. Il est quelquefois assez simple de discerner le vrai du faux (comme pour la réclame pour devenir un violoniste de classe internationale instantanément). Malheureusement, la plupart des supercheries ne sont pas si facilement détectables.

La tromperie dans la publicité répond à nos envies naturelles en tant qu’être humain. Nous voulons croire que d’une façon mystérieuse, ces kilos superflus pourraient disparaître en seulement 10 minutes – sans sueur, sans discipline, sans coût, sans effort et sans douleur. Voilà pourquoi nous achetons les pilules amincissantes, les boissons de régime et les appareils d’exercice vendus au téléshopping.

Tout a commencé au jardin…

Un être malin et fourbe dont l’intention était de changer les pensées d’Adam et d’Ève vis-à-vis de Dieu et de ses plans, a inventé la première campagne publicitaire. L’objectif de Satan était d’établir un gouffre entre Dieu et ses créatures. Il savait très bien que l’homme et la femme ne croiraient pas quoi que ce soit qui paraisse être en opposition directe à Dieu. En revanche, il aurait à les duper subtilement, à les tromper, à les séduire en leur proposant quelque chose qui semblait raisonnable, désirable et pas entièrement anti-Dieu.


Satan trompa Ève à travers un savant mélange de purs mensonges, de demi-vérités et de faussetés déguisées en vérité. Il a commencé par planter la semence du doute dans son esprit à propos de ce que Dieu avait dit. (« Dieu a-t-il réellement dit? » [Genèse 3:1]).

Puis il l’a conduite à être négligente envers la Parole de Dieu et lui a suggéré que Dieu avait dit quelque chose qu’en réalité il n’avait pas dit.

Dieu avait dit : « Vous ne mangerez pas du fruit de l’arbre. » Toutefois, Ève cita Dieu disant : « Vous ne le toucherez pas » (v. 3).

Satan a trompé Ève en remettant en cause la bonté, l’amour et les desseins de Dieu. « Dieu a-t-il réellement dit : Vous ne mangerez pas de tous les arbres du jardin? », a-t-il demandé. Cela voulait dire : « Dieu a-t-il mis des restrictions à votre liberté? Il semblerait qu’il ne veut pas votre bonheur. »

La vérité c’est que Dieu avait dit : « Vous êtes libres de manger de tous les arbres du jardin [2.16] — sauf un. »

La vérité est que Dieu est un Dieu généreux.

Dans tout ce jardin immense, Dieu avait mis seulement un interdit : « Ne pas manger de l’arbre de la connaissance du Bien et du Mal. » De plus, la seule restriction que Dieu avait imposée était dans l’intérêt du couple et devait leur garantir une bénédiction et un bonheur à long terme.

Dieu savait que lorsqu’ils auraient touché à cet arbre, ils mourraient, que leur relation avec lui serait coupée, et qu’ils deviendraient esclaves — de Satan, du péché et d’eux-mêmes.

Le Serpent trompa aussi Ève en lui mentant sur les conséquences de sa désobéissance. Dieu avait dit, « car lorsque vous en mangerez vous mourrez certainement » (2.17).

Satan s’opposa en disant : « Vous ne mourrez point; » (3.4). Il contredisait catégoriquement ce que Dieu avait dit.

Le diable séduisit Ève en lui faisant miroiter toutes sortes d’avantages.

o        Si seulement elle mangeait du fruit défendu (3.5), il lui promettait qu’un monde de connaissances et d’expériences s’ouvrirait à elle (« Vos yeux s’ouvriront »).

o        Il lui assura qu’elle serait l’égale de Dieu — cela voulait dire qu’elle pourrait être son propre Dieu (« Vous serez comme Dieu »).

o        Pour finir, il lui promit qu’elle serait capable de décider pour elle-même ce qui était bon ou mauvais (« Connaissant le bien et le mal »).

o        Dieu avait déjà dit à Adam et Ève ce qui était bon ou mauvais, mais Satan dit, en réalité : « C’est son opinion; vous avez le droit d’avoir votre opinion. Vous pouvez prendre vos propres décisions en ce qui concerne le bien et le mal »

o        Satan trompa Ève en la poussant à prendre une décision en fonction de ce qu’elle voyait ou de ce que ses émotions et son raisonnement lui disaient être juste, même si c’était contraire à ce que Dieu avait dit à leur couple.

o        « La femme vit que l’arbre était bon à manger et agréable à la vue, et qu’il était précieux pour ouvrir l’intelligence; elle prit de son fruit, et en mangea. » Genèse 3.6

Ève mordit dans le fruit, mais à la place des récompenses promises, sa bouche fut remplie de vers – de honte, culpabilité, peur, et répugnance. On lui avait menti; elle avait été trompée.

Le maître des supercheries

En tant que Pasteur puritain Thomas Brooks l’expose ainsi :

Satan promet le meilleur, mais donne le pire; il promet l’honneur et donne la disgrâce; il promet le plaisir et donne la douleur; il promet le profit et donne la perte; il promet la vie et donne la mort. Depuis ce temps jusqu’à maintenant il a utilisé la tromperie pour gagner notre affection, influencer nos choix, et détruire nos vies. D’une manière ou d’une autre, tous les problèmes que nous avons dans ce monde sont le fruit de sa tromperie — le résultat d’une croyance envers ce qui n’est pas vrai. Satan agite la promesse reluisante de la « vraie vie »; il sait toutefois que ceux qui répondront à son offre mourront certainement. (Proverbes 14.12).

Alors pourquoi nous laissons-nous tromper par lui et tombons-nous dans ses pièges?

Une des raisons est qu’habituellement Satan n’apparait pas sous  la forme d’un serpent — il vient plutôt déguisé sous la forme d’un Best Seller du New York Times, d’un magazine à la mode, d’un film ou d’une émission télévisée, ou d’une chanson classée au palmarès. Il peut aussi se faire passer pour un proche ou un ami qui donne des conseils sincères, un thérapeute, ou même un auteur, un prédicateur, ou un conseiller chrétien.

Indifféremment de la source immédiate, chaque fois que nous recevons des données qui ne sont pas compatibles avec la Parole de Dieu, nous pouvons être sûrs que Satan est en train d’essayer de nous tromper et de nous détruire.

Ce que nous lisons ou entendons ou ressentons peut paraître juste, mais si c’est contraire à la Parole de Dieu, ce n’est pas juste. Si seulement nous pouvions voir que le fruit interdit, celui qui semble si mûr et si sucré en premier, nous conduira finalement toujours à la mort et à la destruction.

De l’esclavage à la liberté

La plupart d’entre nous se trouvent enchainés d’une façon ou d’une autre, car nous avons écouté, cru et agi sur des mensonges. Comment être délivré de l’esclavage et commencer à aller vers la liberté avec des résultats concrets dans nos vies?

Voici trois pas à garder en tête quand nous commençons à nous occuper précisément de ces mensonges qui nous ont rendus esclaves et de la Vérité qui nous libère.

Identifier la zone de servitude et de comportement pécheur. Par chance, vous connaissez déjà certains de ces liens. Mais il y en a peut-être d’autres qui ne sont pas si évidents.

Demandez à Dieu de vous montrer ces zones spécifiques où vous n’êtes pas libres. Les Écritures disent : « L’homme est esclave de ce qui domine sur lui » (2 Pierre2.19). Quels sont les domaines dans votre vie où vous ne vivez pas la liberté comme un enfant de Dieu?

Êtes-vous lié physiquement (goinfrerie, troubles alimentaires, dépendance…)?

Êtes-vous lié émotionnellement (angoisses, peur, dépression, troubles émotionnels chroniques)?

Êtes-vous lié sexuellement (masturbation, pornographie, luxure, fornication, homosexualité)?

Êtes-vous vous lié matériellement (dépense compulsive, avarice, pingrerie)?

Avez-vous une habitude qui vous fait pécher (colère, mensonge)?

Êtes-vous lié par le besoin de reconnaissance, une timidité excessive, ou un bavardage excessif?

Souffrez-vous d’une dépendance à la télévision ou aux romans à l’eau de rose?

Dieu peut vous éclairer sur d’autres domaines ou vous êtes esclaves.

1. Une fois que vous avez identifié ces domaines, n’essayez pas juste de les éliminer. En fait, vous avez peut-être déjà essayé de vous débarrasser de ces choses, avez échoué et avez été tenté d’abandonner. Si vous voulez vous débarrasser de baies toxiques dans votre propriété, vous n’allez pas simplement toutes les récolter. D’autres, plus nombreuses, vont repousser. La seule façon de s’en débarrasser définitivement c’est d’arracher le buisson et ses racines. Voilà pourquoi le prochain pas est si important.

2.     Identifiez le mensonge à la racine de votre comportement. Quel mensonge avez-vous écouté et cru qui vous a poussé à agir de la sorte pour vous retrouver esclave? La réponse à cette question peut ne pas vous paraitre évidente de prime abord – les racines sont en principes cachées sous terre et le mensonge est trompeur de par sa nature même. Nous avons besoin du Seigneur pour nous aider à voir que ce que nous avons cru n’est pas vrai. Une fois que vous identifiez ces mensonges en particulier, que faire alors?

3.     Remplacez le mensonge par la vérité. Satan est un ennemi puissant. Sa plus grande arme est la tromperie. Ses mensonges sont puissants. Mais il y a quelque chose de plus puissant que les mensonges de Satan – et c’est la vérité. Une fois que nous avons identifié les mensonges qui nous ont poussés dans l’esclavage et que nous nous sommes repentis de croire à ces mensonges, nous avons une arme efficace pour vaincre la tromperie — l’arme de la vérité.

4.     Chaque mensonge doit être confronté à la vérité correspondante. Là où nous avons écouté, cru et agi selon le mensonge, nous devons maintenant croire, méditer et agir selon la vérité. Voilà comment nous sortirons de l’esclavage vers la liberté, par la puissance de l’Esprit de Dieu. Comme Jésus l’a déclaré, « c’est la vérité qui nous rend libres » (Jean 8:32).

A lire aussi:  Savoir qui nous sommes

La vérité qui nous libère

Print


Une réponse à “Les mensonges que croient les femmes: Vérité ou conséquences”

  • KONE says:

    je suis tellement concernée par ces choses,mes problèmes sont : les excès de table,la masturbation,la pornographie,le besoin constant d’être estimée(considérée,aimée,désirée),les films à l’eau de rose,la colère,le bavardage excessif,je ne sais plus comment me débarrasser de tout ça.

Afficher vos commentaires