Aimer à l’exemple de Jésus-Christ : Partie 2

Auteur: AgapeFrance

DIEU NOUS ORDONNE D’AIMER

Un maître de la loi demanda à Jésus : « Maître, quel est le plus grand commandement de la loi de Moïse? » Jésus lui répondit : « Tu dois aimer le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de tout ton esprit. C’est là le commandement le plus grand et le plus important. Et voici le second commandement, qui est d’une importance semblable : tu dois aimer ton prochain comme toi-même. Toute la loi de Moïse et tout l’enseignement des prophètes dépendent de ces deux commandements.» (Matthieu 22.36-40)

« TU AIMERAS LE SEIGNEUR, TON DIEU »

Ce commandement, fort connu, soulève de nombreuses questions d’ordre pratique. En effet, que veut dire aimer Dieu? Comment pouvons-nous savoir si nous l’aimons suffisamment ou pas? Pourquoi Dieu demande-t-il notre amour? En a-t-il besoin?

Aimer comme Jésus : Est-ce possible?

Vous voulez changer? Parlez-nous-en!

Chacun sait que Dieu nous a créés par amour, voulant que chaque homme le connaisse et expérimente sa présence. Jésus ne disait-il pas : « celui qui m’aime sera aimé de mon Père, je l’aimerais et me ferai connaître à lui »? (Jean 14.21)

En fait, ce n’est pas Dieu qui a besoin de notre amour, mais nous qui avons besoin d’aimer Dieu de tout notre cœur, de toute notre âme et de tout notre esprit pour parvenir à une vie de plénitude. Lorsque Dieu nous demande de l’aimer et d’aimer notre prochain comme nous-mêmes, ce n’est pas lui qu’il cherche à satisfaire, mais les besoins les plus vitaux de notre être intérieur. Lui qui nous a créés sait de quoi nous sommes faits et ce dont nous avons besoin.

Ceci étant dit, comment est-il possible d’obéir à un tel commandement?

Comment puis-je savoir que j’aime Dieu de cette manière?

Lorsque le Seigneur nous demande quelque chose, il nous donne toujours la capacité de l’accomplir :

  • Tout d’abord, par le Saint-Esprit. Voilà une promesse à ce sujet sur laquelle nous pouvons nous appuyer : « Dieu a versé son amour dans nos cœurs par le Saint-Esprit qu’il nous a donné. » (Romains 5.5)
  • Deuxièmement, parce que Dieu nous a aimés le premier (I Jean 4.19). Si nous osons y regarder un peu attentivement, cet amour de Dieu envers nous saute aux yeux et nous confond. En effet, comment Dieu a-t-il pu m’aimer au point de donner son Fils à la croix pour moi (Romains 5.8)? Qu’ai-je fait pour mériter le titre glorieux d’enfant de Dieu (Jean 15.16)? Pourquoi me fait-il l’honneur de sa présence constante en moi par le Saint-Esprit (Romains 6.19)? Quel privilège d’avoir été promu « ambassadeur de la Bonne Nouvelle » (II Corinthiens 5.20)! Pourquoi me dispense-t-il si généreusement sa paix et sa joie dans la vie de tous les jours, renouvelant mes forces pour le servir? Oui, l’amour du Seigneur envers nous est inépuisable! Dieu nous le témoigne par les choses qu’il a faites et celles qu’il est encore en train de faire quotidiennement pour nous. Dans ces conditions, comment résister à tant d’amour et ne pas lui offrir le nôtre, en retour!

AIMER DIEU, LE PREMIER

Aimer Dieu est le premier de tous les commandements, car Dieu veut être placé en premier dans notre vie, au-dessus de toutes nos autres affections humaines,  même conjugales ou familiales. Pourquoi cela?

  • Parce que Dieu en est digne : « N’est-ce pas moi le Seigneur? À part de moi, il n’y a pas de Dieu. Un Dieu loyal, un Dieu qui sauve, il n’y en a pas, sauf moi. Gens du bout du monde, tournez-vous vers moi et vous serez sauvés. » (Ésaïe 45.21-22)
  • Parce que Dieu est la source de tout amour humain : « Que ta bonté est précieuse, ô Dieu! Les humains cherchent refuge sous tes ailes. Tu les combles des richesses de ta maison, tu les fais boire au fleuve de ta bonté. C’est chez toi qu’est la source de la vie, c’est ta lumière qui éclaire notre vie. » (Psaume 36.8-10)

Si nous aimons Dieu en premier, alors Dieu nous accordera la force d’aimer les autres de son amour agapé. Beaucoup passent à côté des relations humaines profondes simplement parce qu’ils ne placent pas Dieu en priorité dans leur vie.

Dieu est à la source de tout véritable amour. C’est en puisant en lui, en développant une relation profonde et vitale avec lui et lui d’abord, que nous enrichirons toutes nos relations humaines. Celui qui n’a pas appris à aimer Dieu et à le rechercher au-dessus de tout ne peut s’attendre à aimer les autres d’un amour agapé.

Jean, l’apôtre que Jésus aimait, le disciple de l’amour, a consacré de nombreuses pages de ses écrits à l’amour de Dieu envers nous. En voici quelques extraits, extraits qui nous révéleront à quel point cet homme avait sondé la profondeur de l’amour de Dieu :

«Voici comment Dieu a manifesté son amour pour nous : il a envoyé son Fils unique dans le monde, afin que nous ayons la vie par lui. Et l’amour consiste en ceci : non pas en ce que nous ayons aimé Dieu, mais en ce qu’il nous a aimés et a envoyé son Fils pour que, grâce à son sacrifice, nos péchés soient pardonnés.

Mes amis, si c’est ainsi que Dieu nous a aimés, nous devons nous aussi nous aimer les uns les autres. Personne n’a jamais vu Dieu; si nous nous aimons les uns les autres, Dieu demeure en nous et son amour se manifeste pleinement en nous.

Voici comment nous savons que nous demeurons en Dieu et qu’il demeure en nous : il nous a donné son Esprit. Et nous avons vu et nous vous proclamons que le Père a envoyé son Fils pour être le Sauveur du monde. Si quelqu’un déclare que Jésus est le Fils de Dieu, Dieu demeure en lui et il demeure en Dieu. Et nous, nous connaissons l’amour que Dieu a pour nous et nous y croyons.

Dieu est amour; celui qui demeure dans l’amour demeure en Dieu et Dieu demeure en lui. Si l’amour est parfait en nous, alors nous serons pleins d’assurance au jour du jugement, parce que notre vie dans ce monde est semblable à celle de Jésus-Christ. Il n’y a pas de crainte dans l’amour; l’amour parfait exclut la crainte. Ainsi, l’amour n’est pas parfait chez celui qui a de la crainte, car la crainte est en rapport avec une punition.

Quant à nous, nous aimons parce que Dieu nous a aimés le premier. » (I Jean 4.9-19)

Beaucoup d’entre nous croient satisfaire les exigences de Dieu par une bonne doctrine, par une vie conforme à l’éthique chrétienne ou en s’engageant dans des actions sociales. Pourtant, relisons les premiers versets du chapitre 2 de l’Apocalypse. Jésus s’y adresse à l’église d’Éphèse : « Je connais tout ce que tu as fait, je connais la peine que tu t’es donnée et la patience que tu as montrée. Je sais que tu ne peux pas supporter les méchants; tu as mis à l’épreuve ceux qui se disent apôtres et ne le sont pas et tu as découvert qu’ils sont menteurs. Tu as de la patience, tu as souffert à cause de moi et tu ne t’es pas découragé » (Apocalypse 2.2-3).

Quelle église modèle! Courageuse! Persévérante! Zélée! Tout chrétien voudrait s’entendre complimenter de la sorte par le Seigneur! Pourtant, quelque chose ne va pas et Jésus a un reproche très grave à lui faire : « Mais voici ce que j’ai contre toi : tu ne m’aimes plus comme au commencement. Si tu ne changes pas, je viendrai à toi et j’enlèverai ta lampe de sa place. » (Apocalypse 2.4-5)

Jésus adresse encore un message du même ordre à l’église de Laodicée : « Je connais tout ce que tu as fait, je sais que tu n’es ni froid ni bouillant! Combien j’aimerais que tu sois l’un ou l’autre! Mais parce que tu es tiède, c’est-à-dire ni bouillant ni froid, je vais te vomir de ma bouche! … Je corrige et je punis tous ceux que j’aime. Fais donc preuve de zèle et change de comportement. » (Apocalypse 3.15-16,19)

Sondons nos cœurs et évaluons quelle place nous accordons au Seigneur dans notre vie. Si ce n’est pas lui qui y tient la place d’honneur, empressons-nous de l’y remettre et demandons-lui de nous redonner l’ardeur de notre premier amour envers lui. Rien ne peut davantage honorer Dieu et le satisfaire que notre amour offert en retour du sien! Alors si nous aimons Dieu de tout notre cœur, de toute notre âme et de tout notre esprit, il nous sera tout naturel d’obéir aussi au second commandement : « Aime ton prochain comme toi-même. »

L’AMOUR POUR NOTRE PROCHAIN

L’apôtre Paul nous explique pourquoi le fait d’aimer notre prochain plaît à Dieu : « En effet, les commandements : ne commets pas d’adultère, ne commets pas de meurtres, ne vole pas, ne convoite pas… et tous les autres se résument dans un seul commandement : “Aime ton prochain comme toi-même.” Celui qui aime ne fait aucun mal à son prochain. En aimant, on obéit donc complètement à la loi de Dieu. » (Romains 13.9-10)

Dieu nous commande d’aimer les autres parce que cet amour est un témoignage de notre relation avec lui. C’est par l’amour que nous manifestons à autrui que nous pouvons démontrer notre appartenance à Jésus-Christ. « Je vous donne un commandement nouveau : aimez-vous les uns les autres. Il faut que vous vous aimiez les uns les autres comme je vous ai aimés. Si vous vous aimez les uns les autres, alors tous sauront que vous êtes mes disciples. » (Jean13.34-35)

Je voudrais à ce propos rapporter une anecdote intéressante qui m’est arrivée il y a quelques années. Invité à participer à une convention d’églises, je me retrouvai l’hôte du responsable d’une de ces communautés. J’étais un peu intimidé par ce nouvel environnement et les personnes inconnues dont je devais faire la connaissance. Au moment de passer à table, un coup de sonnette à la porte nous avertit d’une visite. Après quelques mots d’introduction, ce nouveau visiteur et mon hôte commencèrent à discuter de façon si chaleureuse que je crus avoir devant moi de vieux amis. La conversation était animée, mais bien vite, le visiteur nous quitta, nous laissant seuls pour le repas. Revenus en tête à tête, je m’informai auprès de mon hôte de son ami et ma surprise fut grande de l’entendre dire : « Ah, Jean! On me l’a présenté cet après-midi. En fait, c’est la première fois que je lui parle! » Et pourtant, sans qu’il n’y eût rien de feint ni de surfait dans leur relation, un réel courant d’amitié s’était établi entre eux. J’ai appris alors quel lien très fort pouvait lier les uns aux autres les enfants de Dieu, même lorsqu’ils se connaissent peu.

UN AMOUR QUI SE MANIFESTE

L’amour que Dieu nous demande n’est pas un amour de parade, fait de façade ou de belles paroles, mais un amour qui se donne, qui s’oublie, qui aide et compatit : « Si un homme qui est riche voit son frère dans le besoin, mais lui ferme son cœur, comment peut-il prétendre qu’il a l’amour pour Dieu dans son cœur? Mes enfants, il ne faut pas que notre amour consiste uniquement en discours et en belles paroles; ce doit être un véritable amour qui se manifeste par des actes. » (I Jean 3.17-18)

Dieu nous exhorte en tout temps à pratiquer la justice, à défendre la veuve et l’orphelin, à partager nos biens avec ceux qui sont dans le besoin, à annoncer la Bonne Nouvelle, à donner des paroles d’édification et de sagesse à ceux qui nous entourent. L’amour véritable est un amour en action. Le Seigneur a placé devant chacun de nous des œuvres préparées d’avance afin que nous les pratiquions. Faisons-lui confiance : il saura nous montrer quelles elles sont et comment nous avons à les pratiquer. Le chrétien se doit d’aimer son prochain, car il est une créature voulue par Dieu et créée, comme lui, à son image. Tout homme, quel qu’il soit, est aimé de Dieu au point qu’il a donné la vie de son Fils pour lui. À l’exemple du Seigneur, prenons la décision d’aimer tous les hommes comme il nous le demande et à expérimenter son amour et son pardon.

L’AMOUR POUR NOS ENNEMIS

Dans l’Évangile selon Matthieu, Jésus nous dit : « Vous avez entendu qu’il a été dit : “Tu dois aimer ton prochain et haïr ton ennemi.” Mais moi je vous dis : aimez vos ennemis et priez pour ceux qui vous persécutent, afin que vous deveniez les fils de votre Père qui est dans les cieux. Car il fait lever son soleil aussi bien sur les méchants que sur les bons, il fait pleuvoir sur ceux qui agissent bien comme sur ceux qui agissent mal… Si vous ne saluez que vos frères, faites-vous là quelque chose d’extraordinaire? Même les païens en font autant! » (Matthieu 5.43-45,47)

Oui, l’amour que Dieu attend de nous n’est pas un amour facile! Aimer ses ennemis, bénir et rechercher le bien de ceux qui nous haïssent n’est pas chose spontanée! Seul Dieu en est capable et chaque fois qu’il nous pousse à agir de la sorte, c’est vraiment la nature même de l’amour agapé, de cet amour parfait et sans condition que nous découvrons. Cet amour n’échoue jamais! Il est plus fort que la haine ou la violence, l’aveuglement ou le ressentiment. Il amène des hommes et des femmes endurcis à découvrir leur péché et à implorer le pardon de Dieu. Il est capable de résoudre tous les problèmes de la guerre, du racisme, des conflits sociaux. L’amour est le plus fort; il peut faire sauter tous les verrous; il est Dieu lui-même agissant dans le monde, car « Dieu est amour » (I Jean 4.8). L’amour est une puissance révolutionnaire; témoin de l’aventure survenue en Corée du Sud au responsable national de Campus pour Christ, le Dr Kim. À cette époque, la guerre entre la Corée du Nord et la Corée du Sud faisait rage. Des soldats communistes venant du Nord recherchaient activement les croyants de toutes religions pour les forcer à renier leurs croyances et à collaborer. Le Dr Kim, alors encore jeune, savait qu’un jour prochain, ils viendraient chez lui. Lorsque ce moment arriva, son épouse et lui-même étaient prêts, préparés par le Seigneur pour résister. Face à leur refus, les soldats s’emportèrent, les mirent en joue et repartirent, les laissant pour morts. L’épouse du Dr Kim fut effectivement tuée, mais lui survécut. Sortant de la maison, il se cacha plusieurs jours dans la campagne environnante. Il errait de-ci de-là, affamé et épuisé, n’osant pas revenir au village de crainte d’être abattu par l’un des soldats. Criant au Seigneur pour implorer son aide, il reçut de Dieu l’ordre de retourner vers les soldats assassins pour leur parler de lui et leur annoncer l’Évangile! Folie! Suicide! Pourtant, l’ordre était si précis qu’il ne put résister et fit ce que le Seigneur lui demandait : revenant vers ses bourreaux, prêt à être tué par eux, il leur parla de l’amour de Dieu, il leur annonça la Bonne Nouvelle du pardon en Jésus-Christ, leur disant, entre autres, qu’au fond de son cœur, il leur avait pardonné le meurtre de sa femme. Les soldats, abasourdis par une telle attitude, non seulement lui laissèrent la vie, lui donnèrent à boire et à manger, mais encore, pour plusieurs d’entre eux, crurent à Jésus et lui confièrent leur vie!

S’AIMER SOI-MÊME

Lorsque Jésus nous a demandé d’aimer les autres, il a précisé sa pensée en nous disant d’aimer notre prochain comme nous-mêmes!

Or que signifie s’aimer soi-même? Dieu désire-t-il que nous soyons tout préoccupés de nous-mêmes, recherchant notre plaisir et nos intérêts? N’y a-t-il pas contradiction entre « s’aimer soi-même » et « aimer notre prochain »? Non, pas vraiment! Car n’oublions pas que l’amour dont parle ici le Seigneur est un amour agapé, parfait, pur, inconditionnel. Dieu, qui nous demande d’aimer autrui de cet amour, nous demande aussi de nous aimer nous-mêmes! Les vérités de I Corinthiens 13, bonnes pour autrui, sont aussi bonnes pour nous-mêmes! Si Dieu est patient, bon et qu’il pardonne, il nous demande à nous aussi d’être bons envers nous-mêmes, d’être patients à notre encontre et de nous pardonner à nous-mêmes nos fautes. Évident? Sûrement pas! Je connais tant de personnes qui n’arrivent pas à s’aimer, qui ne peuvent accepter ce qu’elles sont, traînant de pesants fardeaux de culpabilité. D’autres refusent leur aspect physique ou leur handicap, d’autres encore développent de lourds complexes d’infériorité vis-à-vis de leur niveau intellectuel ou social.

À tous, c’est comme si le Seigneur disait : Je vous aime et je vous accepte tels que vous êtes. Vous aussi, vous devez faire de même et vous aimer tels que vous êtes.

L’AMOUR UNIFIE

L’amour, force révolutionnaire contre la haine et la violence, est aussi une puissance d’unité entre chrétiens. L’apôtre Paul associe souvent, dans ses textes, l’amour et l’unité : « Ayez par-dessus tout de l’amour, ce lien qui nous permettra d’être parfaitement unis » (Colossiens 3.14), ou encore : « Que nos cœurs soient remplis de courage pour que nous soyons unis dans l’amour. » (Colossiens 2.2.)

Seul l’amour agapé de Dieu peut briser les barrières accumulées par les différences humaines. Les chrétiens n’échappent pas à ces barrières et leur témoignage vis-à-vis du monde se trouve bien souvent brisé par leur morcellement et leurs divisions. Il est temps, grand temps même, de confesser la dureté de nos cœurs et de revenir à la source commune de notre amour, Jésus. L’amour de Dieu en nous, source de notre amour les uns pour les autres, peut soulager bien des tensions, aplanir bien des rapports difficiles et surtout, nous donner, ensemble, un témoignage beaucoup plus percutant.

NOTRE INCAPACITÉ À AIMER

Combien de fois avez-vous pris la résolution d’aimer quelqu’un qui vous semble antipathique? Y êtes-vous parvenu? Combien de fois avez-vous essayé de vous fabriquer un sentiment envers quelqu’un pour lequel vous n’aviez aucun « atome crochu »? Par nature, nous sommes incapables d’aimer ceux qui ne nous plaisent pas, ceux qui sont désagréables, coléreux, antipathiques, autoritaires… Par nature, nous ne sommes ni bons, ni patients, ni compatissants, mais plutôt durs, égoïstes et envieux. Il nous est impossible de manifester de l’amour agapé à qui que ce soit par nos propres efforts. Dieu, en fait, ne nous le demande pas, car il sait bien que tous ceux qui dépendent de leur propre nature ne peuvent plaire à Dieu. (Romains 8.8)

Par nos propres forces, nous ne pourrions jamais aimer les autres de la manière dont Dieu nous aime. Mais quand le Christ vient dans notre vie, Dieu nous donne la motivation et aussi la capacité d’être une autre personne. Il nous donne son amour pour les autres.

suite>

<<retour à l’index

D’après le livret How to Love by Faith, de Bill Bright

©1971,1981, Campus Crusade for Christ

© Texte : Équipe de Campus pour Christ — France, 1985

Adaptation : Dominique Frèrebeau et Annie Husson, 1984

Citations bibliques extraites de La Bible en français courant, édition de la Société Biblique française, 1982

Print


Aucun commentaire

Afficher vos commentaires