Le témoin dirigé par le Saint-Esprit : Partie 1

Auteur: AgapeFrance

AYEZ LA CERTITUDE D’AVOIR CONFIÉ VOTRE VIE À JÉSUS-CHRIST

Ce premier point pourra paraître étonnant à certains lecteurs qui ont à cœur de devenir des témoins de Jésus-Christ : pourtant, il est essentiel. En effet, peut-on communiquer à d’autres ce qu’on n’a pas soi-même reçu ou ce dont on n’est pas sûr? Qu’est-ce qu’être chrétien? Être né dans une famille chrétienne? Assister aux réunions d’une église? Suivre une bonne morale? Est-ce une question d’émotions? Non, être chrétien, c’est bien autre chose : c’est avoir confié la direction de sa vie à Jésus-Christ et avoir une relation vivante avec lui.

John Wesley a fait à ce sujet une expérience fort intéressante. Torturé par le salut de sa propre âme, il consacra plusieurs années de sa jeunesse à l’évangélisation des Amérindiens. Mais, il le reconnut plus tard, à cette époque, il n’était pas chrétien. Il le comprit en lisant un jour la préface de l’Épître aux Romains de Martin Luther. Alors, tout s’éclaira et John Wesley lui-même raconte dans son autobiographie ce qu’il comprit pour la première fois à ce moment-là : « Je me rendis compte que maintenant, je faisais confiance au Christ et au Christ seul pour mon salut; je reçus la certitude qu’il avait effacé mon péché, même le mien, et qu’il me libérait de la loi du péché et de la mort. » Cet homme avait fait des efforts fantastiques pour gagner le salut de Dieu à force de bonnes œuvres. Mais ce jour-là, il avait reçu la certitude de son salut par la foi.

Fatigué? Stressé? Abandonnez-vous entre les mains de Dieu

Besoin d'en parler? Écrire à un mentor

PAR LA FOI SEULE

Très nombreuses sont, en France et dans le monde francophone, les personnes faisant la même expérience que celle de John Wesley à ses débuts. Essayant de gagner le salut de Dieu par leurs propres forces en accomplissant de bonnes œuvres, elles n’ont aucune assurance, car elles n’ont pas encore découvert qu’il suffit de confier la direction de sa vie à Jésus-Christ pour être sauvé.

« C’est par la grâce de Dieu que vous avez été sauvés, au moyen de la foi.  Ce salut ne vient pas de vous, il est un don de Dieu; il n’est pas le résultat de vos efforts, et ainsi personne ne peut se vanter. » (Éphésiens 2.8-9)

À ce propos, j’aimerais vous raconter l’expérience qui est arrivée un jour au responsable de notre mouvement :

Hans, un jeune suisse qui venait de confier sa vie à Jésus-Christ, écrivit à ses parents pour leur faire part de sa foi nouvelle. Ceux-ci répondirent aussitôt qu’ils désiraient rencontrer notre responsable.

Durant la conversation, le père de Hans déclara : « Je cherche Dieu depuis des années, mais je ne l’ai pas encore trouvé. Je suis passé par une période d’athéisme qui ne m’a pas satisfait; puis nous nous sommes plongés, ma femme et moi, dans l’étude de plusieurs religions, mais nous n’avons pas trouvé de réponse. Il y a quelque temps, nous avons commencé à lire le Nouveau Testament et cela nous a fait du bien. Nous sommes parvenus à la conclusion qu’il existe une relation entre Jésus-Christ et le fait de connaître Dieu. Nous désirons savoir ce que vous avez expliqué à Hans. »

Pouvez-vous imaginer la joie de notre responsable à qui était ainsi offerte l’occasion d’annoncer Jésus-Christ à ce couple préparé par Dieu? Il dessina un cercle avec MOI au centre, puis expliqua : « Pour devenir chrétien, vous devez confier personnellement la direction de votre vie à Jésus-Christ, c’est-à-dire vous soumettre à lui et désirer le laisser régner sur votre vie. La Bible dit : “Cependant, quelques-uns l’ont reçu et ont cru en lui; il leur a donné le droit de devenir enfants de Dieu.” (Jean 1.12) Jésus a déclaré : “Je me tiens à la porte et je frappe; si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui, je souperai avec lui et il mangera avec moi.” (Apocalypse 3.20) »

Mais le père de Hans répliqua : « Monsieur, je demande déjà à Jésus d’entrer dans ma vie et cela plusieurs fois par jour. »

Cette réponse mit notre responsable dans l’embarras. Que pouvait-il répondre à cela? Que devait faire ce couple qu’il ne faisait déjà? Alors, cette merveilleuse promesse de l’Écriture déjà citée précédemment lui revint à l’esprit : « C’est par la grâce de Dieu que vous avez été sauvés, au moyen de la foi. Ce salut ne vient pas de vous, il est un don de Dieu; il n’est pas le résultat de vos efforts, et ainsi personne ne peut se vanter. » (Éphésiens 2.8-9)

« Voyez-vous », poursuivit-il, « lorsque nous demandons à Jésus-Christ d’entrer dans notre vie, c’est à notre foi qu’il répond, non à nos formules. Vous pourrez inviter mille fois Jésus à entrer dans votre vie; tant que nous ne le ferez pas avec la foi qu’il va effectivement le faire, sur la base de sa promesse, il ne viendra pas… Puis-je vous suggérer d’inviter une nouvelle fois Jésus à entrer dans votre vie, mais, cette fois, en croyant à ses promesses où il dit : “si quelqu’un ouvre la porte, j’entrerai” (Apocalypse 3.20) ou encore “il a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu à ceux qui l’ont reçu et ont cru en lui” (Jean 1.12)? »

Entendant ces explications, le père de Hans s’appuya contre le dossier de son fauteuil et éclata de rire. Il venait enfin de trouver Dieu, qu’il cherchait depuis tant d’années. La réaction de la mère de Hans fut semblable à celle de son mari. Voilà comment ce couple confia, ce jour-là, la direction de leur vie à Jésus-Christ, ce qui les transforma complètement.

 

LA NOUVELLE NAISSANCE

Nicodème était un chef des juifs, un brillant érudit et un homme d’une grande ferveur religieuse. Selon les ordonnances de la tradition juive, il priait sept fois par jour : trois fois chez lui et quatre fois à la synagogue. Cependant, il remarqua dans la vie de Jésus quelque chose qu’il n’avait jamais expérimenté lui-même.

Nicodème dit à Jésus : « Maître, nous savons que Dieu t’a envoyé pour nous enseigner; car personne ne peut faire des miracles comme tu en fais si Dieu n’est pas avec lui. »

Jésus lui répondit : « Je te le déclare, c’est la vérité : personne ne peut voir le royaume de Dieu s’il ne naît pas de nouveau. »

Nicodème lui demanda alors : « Comment un homme déjà âgé peut-il naître de nouveau? Il ne peut pourtant pas retourner dans le ventre de sa mère et naître une seconde fois? »

Jésus répondit : « Je te le déclare, c’est la vérité : personne ne peut entrer dans le royaume de Dieu s’il ne naît pas d’eau et de l’Esprit. Ce qui naît d’un père humain est humain; ce qui naît de l’Esprit est esprit. » (Jean 3.2-6)

 

UNE VIE TRANSFORMÉE

Vous-même, peut-être, n’avez-vous jamais expérimenté la joie du salut en Jésus-Christ? Il se peut que la réalité de la présence de Jésus-Christ n’apparaisse pas dans votre vie ou que vous n’ayez jamais expérimenté la joie, l’assurance et l’émerveillement de sa présence en vous. Peut-être êtes-vous un membre actif de votre église, menant aux yeux de vos proches une vie conforme à la morale et à la religion, croyant en Jésus-Christ de façon intellectuelle depuis des années, mais n’ayant jamais expérimenté la nouvelle naissance dont parle le Seigneur, n’ayant jamais été transformé par lui.

Imaginez-vous une chenille : ce n’est qu’une sorte de ver couvert de poils qui se traîne dans la poussière. Attachez-lui des ailes de papillon, elle n’en deviendra pas un pour autant! Pourtant, un jour, une métamorphose extraordinaire va se produire : tissant autour d’elle un cocon, elle s’envolera quelques jours plus tard vers le ciel, étant devenue un magnifique papillon. Une nouvelle créature est née, nouvelle créature n’ayant plus de points communs avec la précédente qui rampait dans la poussière. Sur le plan spirituel, c’est la même chose qui doit
nous arriver : une métamorphose semblable à une recréation, qui se produit lorsque nous invitons Jésus-Christ à entrer dans notre vie afin d’en devenir le Maître.

UN ENGAGEMENT DE TOUT NOTRE ÊTRE

Devenir chrétien implique un engagement de toute notre personnalité : notre intelligence, notre volonté et nos sentiments. Le mariage offre un parallèle intéressant à ce sujet, car il est plus que la simple intervention de l’intelligence et des sentiments des deux époux. Il est aussi affaire de volonté, car il implique un choix délibéré de leur part. Ce n’est qu’après le « oui » dit dans un libre consentement et devant témoins, de l’un à l’autre, qu’ils deviennent définitivement mari et femme devant la loi.

Il en est de même de notre relation avec Dieu. Croire intellectuellement que Jésus est le Fils de Dieu ou qu’il est mort pour nos péchés sur la croix ne suffit pas. Personne ne peut devenir chrétien sans recevoir le don de la grâce et du pardon de Dieu, c’est-à-dire Jésus-Christ lui-même, par une décision personnelle, un acte délibéré de sa volonté accompli une fois pour toutes.

« Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique » (Jean 13.16). Quelle est votre attitude lorsque l’on vous offre un cadeau que vous désirez? Vous l’acceptez bien sûr et vous remerciez la personne qui vous en a fait don.

Qu’avez-vous fait du don de Dieu offert en Jésus-Christ? L’avez-vous reçu? Avez-vous jamais confié personnellement la direction de votre vie à Jésus-Christ? Peut-être n’en êtes-vous pas sûr. Dans ce cas, arrêtez-vous un instant et faites-le maintenant, car Jésus vous dit aujourd’hui : « Écoute, je me tiens à la porte et je frappe : si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui. » (Apocalypse 3.20)

Alors, si les lignes suivantes expriment le désir de votre cœur, faites-en votre prière :

« Seigneur Jésus, je te remercie de ton amour et de ce que tu es venu dans le monde pour mourir pour moi. Je reconnais que j’ai dirigé jusqu’à présent ma propre vie et qu’ainsi j’ai péché contre toi. Je veux maintenant mettre ma confiance en toi, t’accueillir dans ma vie, t’en donner toute la direction. Merci de me pardonner mes péchés. Fais de moi la personne que tu veux que je sois. Merci Seigneur d’avoir répondu à ma prière et d’être maintenant dans ma vie. »

Accueillez Jésus-Christ dans votre vie. Puis, fondé sur l’autorité émanant de sa promesse, croyez qu’il est venu habiter en vous comme il l’a promis. La manière la plus simple d’exprimer votre foi à ce sujet est de le remercier comme vous l’avez fait à la fin de la prière ci-dessus.

 

UNE CERTITUDE INDISPENSABLE AU TÉMOIGNAGE

« Dès que quelqu’un est uni au Christ, il est un être nouveau : ce qui est ancien a disparu, ce qui est nouveau est là. Tout cela vient de Dieu, qui nous a réconciliés avec lui par le Christ et nous a confié la tâche d’amener d’autres hommes à être réconciliés avec lui. » (II Corinthiens 5.17-18)

Après avoir accueilli Jésus-Christ dans votre vie, ne l’insultez pas en renouvelant une nouvelle fois votre demande. En effet, vous pouvez être sûr qu’il a répondu à votre requête si vous l’avez exprimé avec foi. Ne redemandez pas, mais remerciez-le souvent d’avoir répondu à votre prière et d’être maintenant dans votre vie.

« Mais », me direz-vous, « n’est-il pas présomptueux de notre part d’affirmer que désormais nous sommes chrétiens et sauvés pour l’éternité? »

Non, ce n’est pas présomptueux, mais nécessaire, indispensable au développement futur de notre vie de foi et de notre témoignage. En effet, cette certitude ne vient pas de nous, elle n’est pas fondée sur nos œuvres ou nos mérites, mais sur la seule base des promesses de Jésus-Christ et de la Parole de Dieu.

Relisons à ce sujet ce que nous dit, avec force, la Bible :

« Je vais être avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde. » (Matthieu 28.20)

« Je donne la vie éternelle à mes brebis, elles ne mourront jamais et personne ne les arrachera de ma main. » (Jean 10.28)

« Je ne te laisserai pas, je ne t’abandonnerai jamais. » (Hébreux 13.5)

« Dieu nous a donné la vie éternelle et cette vie est en son Fils. Celui qui a le Fils a la vie; celui qui n’a pas le Fils de Dieu n’a pas la vie. Je vous écris cela afin que vous sachiez que vous avez la vie éternelle, vous qui croyez au nom du Fils de Dieu. Voilà pourquoi nous avons une pleine assurance devant Dieu. » (I Jean 5.11-14)

Ne doutez plus. Appropriez-vous cette certitude fondée sur le roc de la Parole de Dieu. Ainsi affermi, ni les émotions du moment, ni les épreuves par lesquelles vous passerez n’ébranleront votre conviction. Bénéfique pour votre croissance dans la vie chrétienne, cette certitude est indispensable pour apporter un témoignage solide et cohérent à ceux qui vous entourent. En effet, peut-on témoigner avec force de ce dont on n’est pas sûr pour soi-même? Mais maintenant que vous avez acquis cette certitude, vous allez pouvoir la communiquer à d’autres…

< précédent <index> suivant>

 

D’après le livre :

How to Witness in the Spirit

de Bill Bright©1972, 1981, Campus Crusade for Christ

© Texte : équipe de Campus pour Christ — France, 1984

75, rue Étienne Richerand 69003 LYON

Adaptation : Dominique Frèrebeau et Annie Husson

Print


Aucun commentaire

Afficher vos commentaires