Le témoin dirigé par le Saint-Esprit : Partie 2

Auteur: AgapeFrance

PRÉPAREZ-VOUS À RENDRE TÉMOIGNAGE

Rendre témoignage de notre foi en Jésus-Christ est une mission de la plus haute importance. Allons-nous l’entreprendre sans préparation? Vous mettriez-vous au volant d’une voiture sans avoir appris les règles du Code de la route et la maîtrise de votre véhicule? Non, car il s’agit à ce moment-là d’une question de vie ou de mort pour vous-même, mais aussi pour vos passagers et les autres usagers de la route. Ainsi donc, qu’en est-il de votre vocation de témoin de la vérité en Jésus-Christ?!

« Il est mort pour tous afin que ceux qui vivent ne vivent plus pour eux-mêmes, mais pour celui qui est mort et revenu à la vie pour eux. Ainsi, nous ne considérons plus personne d’un point de vue purement humain. Même si, autrefois, nous avons considéré le Christ d’un point de vue purement humain, maintenant, nous ne le considérons plus de cette manière. » (II Corinthiens 5.15-16)

Aimer comme Jésus : Est-ce possible?

Vous voulez changer? Parlez-nous-en!

Au sujet de cette préparation à entreprendre pour rendre témoignage, quel conseil nous donne la Parole de Dieu? Regardons ce qu’en dit l’apôtre Pierre : « Honorez dans vos cœurs le Christ, comme votre Seigneur. Soyez toujours prêts à répondre à tous ceux qui vous demandent des explications au sujet de l’espérance qui est en vous. Mais faites-le avec douceur et respect. » (I Pierre 3.15-16)

Deux volets sont à noter dans cette recommandation de l’apôtre :

  1. Le premier aspect de notre préparation doit être spirituel. Pour rendre témoignage à Jésus, il nous faut le connaître bien sûr, mais aussi l’honorer, faisant de lui notre Maître dans le quotidien de notre vie, ne laissant aucun péché non confessé s’accumuler entre lui et nous, nous assurant d’être en tout temps remplis du Saint-Esprit et disponibles à sa direction.
  2. Le second volet de cette recommandation de l’apôtre est, quant à lui, beaucoup plus pratique. Il concerne notre préparation intellectuelle, matérielle au témoignage. Il aborde toutes les questions que nous nous posons, en fait, si souvent, lorsque nous pensons à notre responsabilité de témoin : « À qui puis-je témoigner? »« Que dois-je dire? », et surtout, « Comment le dire? ». « Quelles explications donner pour ne pas brusquer mon interlocuteur, mais au contraire l’aider à progresser dans sa compréhension du pardon reçu en Jésus? »

Pas facile en effet… Aucune de ces questions ne peut être prise à la légère par celui qui a à cœur d’être sérieux et conséquent devant Dieu face à sa responsabilité de témoin.

Abordons donc, sans plus tarder, chacun des deux aspects de cette préparation :

 

PRÉPARATION SPIRITUELLE

« Honorez dans vos cœurs le Christ, comme votre Seigneur. »

ASSUREZ-VOUS QU’IL N’EXISTE AUCUN PÉCHÉ CONSCIENT ET NON CONFESSÉ DANS VOTRE VIE

S’il y a dans votre vie une attitude ou une action qui déplaît à Dieu, elle bloquera votre communion personnelle avec lui. Jésus ne pourra plus vivre et aimer à travers vous en toute liberté et vous perdrez, à coup sûr, votre puissance dans le témoignage. Il nous faut vivre dans la lumière de Dieu si nous voulons être nous-mêmes témoins de cette lumière autour de nous. Mais attention, pas d’introspection dans ce domaine! Il ne s’agit pas de nous condamner ni de nous culpabiliser vis-à-vis de ce problème. C’est pourquoi il ne nous semble pas inutile de revenir sur quelques petites explications concernant la confession et le pardon.

N’AJOUTEZ RIEN AU SACRIFICE DE JÉSUS

Jésus-Christ est venu sur cette terre pour mourir pour nous. Il est mort sur la croix pour nos péchés une fois pour toutes. En conséquence, aucun autre sacrifice n’est nécessaire pour le pardon de nos péchés (I Pierre 3.18, Hébreux 7.27).

Nous ne pouvons rien ajouter à ce que Jésus-Christ a fait pour nous sur la croix. Nos larmes, nos supplications, nos pénitences ne peuvent rien ajouter à son sacrifice complet et parfait. La seule chose à faire de notre part pour que la mort de Jésus sur la croix prenne tout son sens dans notre vie, c’est de confesser nos fautes à Dieu et d’accepter son pardon total pour nos péchés grâce au sacrifice de Jésus.

« Si nous confessons nos péchés à Dieu, nous pouvons avoir confiance en lui, car il agit de façon juste : il pardonnera nos péchés et nous purifiera de tout mal. » (I Jean 1.9)

ACCORDEZ-VOUS AVEC DIEU

Que veut dire le mot confession? Dans le texte biblique original, il s’agit du mot homologeo, qui veut dire s’accorder avec, se mettre d’accord avec quelqu’un. Confesser ses péchés à Dieu, c’est donc se mettre d’accord avec lui en ce qui concerne nos fautes. Comment cela est-il réalisable dans la pratique?

  • En premier lieu, reconnaissez, sans fard ni prétexte, que ce que vous avez fait, dit ou pensé est mal aux yeux de Dieu. N’épiloguez pas sur la gravité de votre faute vous cherchant de faux prétextes pour vous excuser. Dieu est saint : le péché est très grave à ses yeux. Il ne peut supporter aucun péché… mais il aime le pécheur! Jamais il ne vous rejettera vous-même, car il vous aime. Ce n’est que votre péché qu’il rejette et dont il veut vous libérer. Ne tombez donc pas dans l’introspection et la culpabilité… mais lorsque le Saint-Esprit vous convainc d’une faute, si minime soit-elle, reconnaissez-la devant Dieu afin de vous accorder avec lui.
  • Deuxièmement, acceptez le pardon total et définitif que Dieu vous accorde pour ce péché grâce au sacrifice parfait de Jésus à la croix. N’ajoutez rien à ce que Jésus a déjà accompli pour vous, mais plutôt remerciez-le de ce pardon qu’il vous accorde ainsi librement. Quelle libération de la culpabilité!
  • Enfin, repentez-vous! Changez d’attitude vis-à-vis de cette action, cette attitude ou cette pensée que vous venez de confesser. Prenez vraiment conscience de la gravité des conséquences qu’elle entraîne et prenez la décision, devant Dieu et avec son aide, de ne plus la reproduire.

Certains diront : « Je n’ai pas besoin de confesser mes péchés puisque le Christ me les a déjà pardonnés! Autant donc, vivre comme je le désire et faire ce que je veux. »

Une telle attitude est tout à fait contraire à l’enseignement de la Bible. Dieu ne pourra jamais se servir d’une telle personne. Si nous refusons de confesser nos péchés à Dieu et de nous détourner de ce qui lui déplaît, nous ne pouvons pas rester en communion avec lui… et bien vite la culpabilité et la frustration nous écraseront.

UNE PREUVE TANGIBLE DE NOTRE AMOUR AUTHENTIQUE POUR LE SEIGNEUR

« Mes enfants, je vous écris afin que vous ne péchiez pas. Mais s’il arrive à quelqu’un de pécher, nous avons un avocat auprès du Père : Jésus-Christ, le juste. Car Jésus-Christ s’est offert en sacrifice pour que nos péchés soient pardonnés, et non seulement les nôtres, mais aussi ceux de tous les hommes.

Si nous obéissons aux commandements de Dieu, alors nous savons que nous connaissons Dieu. Si quelqu’un affirme : “Je le connais”, mais n’obéit pas à ses commandements, c’est un menteur et il n’y a pas de vérité en lui. Par contre, celui qui obéit à sa parole est un homme dont l’amour pour Dieu est véritablement parfait. Voici comment nous pouvons savoir que nous sommes unis à Dieu : celui qui déclare demeurer uni à Dieu doit vivre comme Jésus a vécu. » (I Jean 2.1-6)

D’après ce passage, celui qui se déclare chrétien, mais qui ne désire pas obéir à la volonté de Dieu peut légitimement se demander s’il a réellement confié la direction de sa vie à Jésus-Christ. C’est vrai que nous ne pouvons rien ajouter au sacrifice du Christ mort sur la croix pour nous, mais ce qui est vrai du point de vue de Dieu (Romains 8.1), ne devient une réalité dans notre vie que si nous acceptons de confesser nos péchés à Dieu, conformément à sa volonté. Le chrétien qui résisterait à ce commandement, refusant de reconnaître son péché et de se détourner de ce qui déplaît à Dieu, s’effondrera bientôt sous la culpabilité et la frustration. Dieu ne pourra pas servir de lui comme témoin et le diable l’accusera avec succès. Ses prières resteront sans réponse et son témoignage sera stérile.

Il est impossible de mener une vie sainte tout en attristant l’Esprit de Dieu! Dès l’instant où le Saint-Esprit vous fait prendre conscience d’un péché, confessez-le à Dieu. N’attendez pas un instant de plus. Respirez spirituellement : expirez en reconnaissant votre faute, mais ne vous livrez pas à l’introspection. Ne partez pas à la recherche systématique de vos péchés secrets… Attendez plutôt que le Saint-Esprit vous révèle lui-même ce qui a déplu à Dieu… et quand il l’aura fait, confessez-le immédiatement…

En conclusion, si vous désirez être prêt à témoigner efficacement de votre foi en Jésus-Christ, ne laissez pas s’accumuler dans votre vie des péchés dont vous avez conscience et que vous auriez refusé de confesser.

ASSUREZ-VOUS D’ÊTRE REMPLI DU SAINT-ESPRIT

Honorer Jésus-Christ dans notre cœur, comme notre maître, n’est-ce pas lui laisser toute la place, toute la direction de notre vie? Ainsi donc, « honorer le Christ dans notre cœur », c’est vivre en étant rempli du Saint-Esprit!

Dans les précédents livres de cette série, nous avons développé longuement ce sujet si important pour une vie chrétienne victorieuse et fertile à la gloire de Dieu. Voici les livrets qui développent le ministère du Saint-Esprit :

Livret 3 : La découverte de la plénitude du Saint-Esprit

Livret 4 : La marche quotidienne dans la plénitude du Saint-Esprit

 

Rappelons toutefois ici quelques points fondamentaux :

 

UN COMMANDEMENT ET UNE PROMESSE

« Soyez remplis du Saint-Esprit » (Éphésiens 5.18) est un commandement. Dieu ne nous laisse aucun choix à ce sujet. Il commande à tout chrétien de vivre dans cette attitude. La plénitude du Saint-Esprit n’est pas une option supérieure de la vie chrétienne réservée à certains chrétiens prédestinés ou à certaines périodes de notre vie, mais elle est l’attitude normale de vie à laquelle Dieu s’attend pour chacun de ses enfants.

À ce commandement apparemment fort exigeant est attachée une promesse :

« Voici pour quoi nous avons une pleine assurance devant Dieu : nous savons qu’il nous écoutera si nous demandons quelque chose de conforme à sa volonté. Ainsi, comme nous savons qu’il nous écoute quand nous lui présentons une demande, nous savons aussi qu’il nous accorde ce que nous demandons. » (I Jean 5.14-15)

Est-il difficile de s’approprier la plénitude du Saint-Esprit? Non! Il suffit de la demander à Dieu et de se l’approprier par la foi. Ce n’est pas à nous de nous remplir du Saint-Esprit, mais à Dieu de le faire… Et Dieu s’empressera de le faire dès que nous lui en manifesterons le désir. Dieu ne violera jamais notre volonté en ce domaine, il ne nous forcera jamais à accepter la plénitude du Saint-Esprit contre notre gré… mais avec quelle joie il sera prompt à nous satisfaire lorsque nous lui en ferons la requête!

UN BAGAGE INDISPENSABLE

Envoie-t-on un soldat au front face à un ennemi redoutable, sans bagage ou sans arme? Non, bien sûr, car ce serait l’exposer à coup sûr à la défaite et à la mort. Le témoignage est aussi un combat, un combat spirituel contre les forces du mal, contre les esprits méchants dans les lieux célestes (cf. Éphésiens 6.12). Seul le Saint-Esprit est en mesure de livrer cette bataille. Aurions-nous l’audace (ou l’inconscience) de nous présenter face à cet ennemi redoutable? Il vaudrait mieux ne pas le faire, car nous aurions tôt fait de nous faire déchirer.

Avant d’être enlevé au ciel, Jésus lui-même a donné ce même conseil à ses disciples : « Vous recevrez une force quand le Saint-Esprit descendra sur vous. Vous serez alors mes témoins, vous parlerez de moi à Jérusalem, dans toute la région de la Judée et de la Samarie, et jusqu’au bout du monde. » (Actes 1.8) Comme les disciples, n’affrontez pas le combat spirituel qu’est le témoignage sans être rempli du Saint-Esprit. Avec le Saint-Esprit, Dieu vous équipe pour cette mission et vous rend capable de le faire. Agissant à travers vous, le Saint-Esprit saura se servir de vos mains, de vos lèvres, de vos yeux pour rendre témoignage à Jésus-Christ et tourner vers lui les cœurs les plus endurcis. Laissez-le agir à travers vous et vous découvrirez avec émerveillement combien ce qu’il réalise est bon!

ÉQUIPÉ POUR SERVIR DIEU

Soyez rempli du Saint-Esprit et vous serez équipé par Dieu pour le servir comme témoin. Être rempli du Saint-Esprit, c’est remettre avec confiance la direction de notre vie à Dieu, par la foi, ne laissant aucun péché non confessé obscurcir notre relation entre lui et nous. Ne commettez pas l’erreur de croire que vous devez absolument passer par une sorte de grande expérience émotionnelle pour être rempli du Saint-Esprit. Bien des gens attachent tant d’importance à leurs émotions et à la recherche d’expériences touchant leurs sentiments qu’ils marchent en fait plus par la vue que par la foi. « Or, personne ne peut plaire à Dieu sans la foi. » (Hébreux 11.6)

Le fait même de chercher à passer par une expérience émotionnelle équivaut à ne pas faire confiance à Dieu. Si donc, n’ayant aucun péché non confessé dans notre vie, nous nous approprions par la foi la plénitude du Saint-Esprit, nous pouvons savoir avec assurance que nous sommes effectivement remplis du Saint-Esprit, même si nous ne le sentons pas! Ce qui compte ce n’est pas de se fonder sur nos sentiments ou nos émotions, mais sur la Parole de Dieu et ses promesses.

REMETTEZ À DIEU LA DIRECTION DE VOTRE VIE

Selon ce qui vient d’être dit, êtes-vous rempli du Saint-Esprit? Dans le cas contraire, n’hésitez pas, priez à l’instant même : « Seigneur Jésus, je te confie toute la direction de ma vie; dirige mon existence entière. Je ne veux diriger aucun domaine particulier. Sois le Maître de ma vie. Par la foi, je reçois de toi la plénitude du Saint-Esprit. Utilise-moi, comme tu le voudras, pour témoigner de toi. »

Si vous avez exprimé cette prière, soyez assuré que Dieu vous a, dès à présent, rempli du Saint-Esprit. Croyez-le, par la foi, avec ou sans émotion, simplement parce que vous avez placé votre confiance en Dieu et en sa Parole, qui en sont dignes.

Maintenant que vous être rempli du Saint-Esprit, vous voilà spirituellement prêt à rendre témoignage de votre foi à Jésus-Christ. Soyez-en sûr : Dieu vous donnera des occasions de le faire et ce, avant longtemps! Il est donc grand temps maintenant de nous préoccuper du second aspect de notre présentation : la préparation pratique au témoignage!

 

PRÉPARATION PRATIQUE AU TÉMOIGNAGE

« Soyez toujours prêts à répondre à tous ceux qui vous demandent des explications… »

Nous avons dit tout à l’heure qu’il ne viendrait jamais à l’idée d’aucun général d’armée d’envoyer sans arme ses troupes au front. De même, il ne lui viendrait pas à l’idée d’envoyer ces mêmes troupes avec un armement sophistiqué, mais dont elles ne sauraient pas se servir! Ne seraient-elles pas alors dans la même situation que précédemment quand elles étaient sans arme, incapables de réagir et de faire face aux sollicitations adverses?

 

ÊTRE PRÊT, C’EST ÊTRE PRÉPARÉ

Nous qui passons de longues années à l’école pour nous préparer à exercer un métier, quel temps, quel investissement sommes-nous prêtes à faire pour nous préparer à l’exercice de notre plus haute mission spirituelle : celle de rendre témoignage de notre foi à nos contemporains? La merveilleuse façon de nous savoir toujours prêts à communiquer notre foi à quiconque nous le demande est de nous être entraînés au préalable à le faire. Avons-nous déjà pris le temps et la peine de réfléchir aux explications qu’il convient de donner à une personne pour lui faire part du message de la Bonne Nouvelle? Savons-nous présenter l’identité de Jésus-Christ à une personne athée, agnostique, pratiquante? Indifférente ou militante? Jeune ou âgée? Que répondrons-nous aux questions qui nous sont si souvent posées pour faire obstacle à notre présentation de l’Évangile, par exemple :

  • Prouvez-moi l’existence de Dieu;
  • Si Dieu était réellement un Dieu d’amour, il ne permettrait pas autant d’injustice et de souffrance dans le monde;
  • Jésus n’est pas le Fils de Dieu;
  • J’ai toujours vécu une vie honnête, cela ne suffit-il pas? Si Dieu me condamnait, moi, pour la façon dont j’ai conduit ma vie, alors, il lui faudrait condamner les 9/10e de l’humanité et il ne lui resterait pas grand monde dans son paradis!

Ces quelques réflexions n’éveillent-elles aucun souvenir en vous? Sûrement, dans le passé (peut-être même récent) y avez-vous été aux prises lors d’une conversation. Pourtant, derrière chacune de ces affirmations se cachent des incompréhensions, des besoins légitimes auxquels nous devons apporter une réponse, mais laquelle?

Il est hors de question dans ce présent livret d’apporter la réponse à ces problèmes et de vous donner la formation pratique pour le faire. Le livret entier n’y suffirait pas! Mais renseignez-vous à ce sujet. Plusieurs instituts ou écoles ou organismes proposent des cycles de formation spécialisés dans tel ou tel domaine (catéchèse, cure d’âme, encadrement des jeunes, groupes de maison, etc.)

CAMPUS POUR CHRIST, par exemple, propose plusieurs cycles de formation sur le témoignage et l’édification des nouveaux convertis. Si cela vous intéresse, contactez-nous : nous nous ferons une joie de vous donner de plus amples renseignements et d’étudier avec vous les modalités pratiques dans lesquelles cette formation pourrait être dispensée.

 

ÊTRE PRÊT, C’EST ÊTRE DISPONIBLE

Être prêt, c’est aussi être disponible lorsque l’occasion de témoigner se présente. Nous sommes si souvent pris au dépourvu, laissant passer des occasions précieuses que Dieu place sur notre chemin! Soyons donc disponibles, prêts en toutes circonstances si nous voulons être utilisés par Dieu comme ses témoins. Demeurons en Jésus-Christ à chaque instant. Laissons-le marcher à travers notre corps, penser à travers notre esprit, aimer par notre cœur, parler avec nos lèvres. Alors, il nous utilisera pour transformer la vie d’autres êtres humains, car c’est ainsi qu’il a choisi d’annoncer au monde le message de la Bonne Nouvelle. Il ne cherche que les ouvriers pour le faire!

« Suivez-moi, et je ferai de vous des pêcheurs d’hommes », nous dit Jésus. (Marc 1.17)

Notre responsabilité est de suivre Jésus, mais c’est la sienne de faire de nous des pêcheurs d’hommes! Alors, ayons confiance : si nous obéissions à Dieu, il nous utilisera sûrement dans ce sens!

<précédent <index> suivant>

D’après le livre :

How to Witness in the Spirit

de Bill Bright©1972, 1981, Campus Crusade for Christ

© Texte : équipe de Campus pour Christ — France, 1984

75, rue Étienne Richerand 69003 LYON

Adaptation : Dominique Frèrebeau et Annie Husson

Print


Aucun commentaire

Afficher vos commentaires