Le témoin dirigé par le Saint-Esprit : Partie 3

Auteur: AgapeFrance

SOYEZ UN TÉMOIN EFFICACE

Maintenant que nous avons abordé plusieurs aspects de la préparation au témoignage, ne serait-il pas temps de témoigner concrètement?

PRIER

La prière est très importante dans le témoignage. Si nous voulons que Dieu place devant nous des personnes préparées et qui le cherchent, nous devons prier. Dans notre pays, dans notre ville, dans notre quartier, il y a sûrement des gens qui ont soif de Dieu : nous ne les connaissons pas, mais Dieu les connaît. Alors, demandons-lui de les placer sur notre chemin.

« Dieu ne veut pas qu’aucun ne périsse, mais que tous parviennent à la repentance. » (II Pierre 3.9; cf. I Timothée 2.4) Forts de cette affirmation et de la promesse que Dieu exauce toujours les prières conformes à sa volonté (I Jean 5.14-15), osons lui demander de créer des occasions dans ce sens et nous pourrons être sûrs que, bien vite, il nous l’accordera.

Désirez-vous ardemment que vos proches, ceux que vous aimez, vos voisins, vos collègues de travail viennent à Jésus-Christ? Alors, commencez par faire une liste de prière : demandez à Dieu de les conduire à lui. Dieu et sa Parole ne se contredisent pas. Sa promesse est vraie et digne de confiance. Il vous donnera l’occasion de leur parler de lui, dans la puissance du Saint-Esprit, et il fera germer dans leur cœur cette semence de vie qu’il vous aura permis de répandre pour leur salut (Jean 6.44).

Écoutez à ce propos le témoignage du pasteur africain Kassoum Keïta, qui est aussi équipier de Campus pour Christ en Afrique francophone :

« J’ai fait une fois une liste de prière et cela m’a tellement encouragé que j’ai toujours eu envie de continuer depuis; j’avais écrit tous les noms des membres de ma famille sur un petit carnet, et je commençais à prier régulièrement pour eux. En 1964, Dieu a exaucé ma prière : presque tous mes frères et sœurs se sont donnés au Seigneur. Bien sûr, il reste encore quelques noms sur cette liste, mais j’ai confiance : un jour, Dieu exaucera aussi ma prière pour ceux qui restent! »

Je vous encourage à faire de même. Une telle liste vous aidera à persévérer dans la prière pour toutes les personnes que Dieu placera sur votre cœur. Pendant que vous priez très régulièrement pour eux afin que Dieu les touche et les amène à le connaître, il vous donnera très probablement l’occasion de leur annoncer vous-même le message de la Bonne Nouvelle.

PRIEZ SELON L’ESPRIT

Évidemment, tous ceux qui entendent l’Évangile ne deviennent pas forcément chrétiens. Mais rappelons-nous que prier pour que des hommes et des femmes se tournent vers Jésus-Christ est notre responsabilité, de même que celle de leur parler de lui.

Si nous prions seulement de manière occasionnelle ou superficielle, disant : « Seigneur, sauve tout homme! », nous n’aurons pas beaucoup de résultats! Une telle prière est trop globale, elle ne nous engage pas. Mais mettez-vous à prier pour une ou plusieurs personnes précises, les citant nommément dans vos prières et vous verrez que bientôt vous aurez vous-même l’occasion de leur témoigner! Dieu en aura aussi placé le désir en vous.

Peut-être vous demandez-vous : « Puis-je m’attendre à ce que Dieu conduise à lui toute personne pour laquelle je prie? Si c’est le cas, je n’ai qu’à me promener dans les rues ou visiter les hôpitaux en priant pour chaque personne que je verrai. »

Non, ce n’est pas ce que je veux dire. Lorsque vous marchez dans la plénitude du Saint-Esprit, le Seigneur Jésus, qui demeure en vous, qui est venu chercher et sauver ce qui était perdu et qui connaît ce qui est dans le cœur des hommes, va vous diriger et vous inciter à prier plus particulièrement pour certaines personnes.

Il n’y a que Dieu qui puisse, par le Saint-Esprit, conduire des hommes à la foi et changer leur vie. Mais si, alors que vous marchez et priez selon l’Esprit, le Seigneur vous met à cœur de prier plus particulièrement pour telle ou telle personne, vous pouvez être sûr qu’il a un projet particulier de salut pour elle. En effet, « Dieu agit continuellement parmi vous pour vous rendre capables de vouloir et d’accomplir ce qui est conforme à son propre plan. » (Philippiens 2.13)

LE MOMENT CHOISI PAR DIEU

Tôt ou tard, alors que nous persévérons, cet exaucement viendra, même s’il nous faut attendre plusieurs années : « Dieu ne tarde pas l’accomplissement de sa promesse, comme quelques-uns le pensent. Il use de patience envers nous, il veut qu’aucun ne périsse, mais il veut que tous arrivent à la repentance. » (II Pierre 3.9)

Le temps prévu par Dieu pour l’accomplissement de sa promesse ne correspond pas toujours à celui souhaité par des hommes impatients comme nous! Priez avec persévérance pour des personnes pour lesquelles Dieu vous a mis à cœur de prier et placez votre foi en Dieu pour l’exaucement. Pour vous aider à persévérer dans cette tâche, dressez une liste de prière avec des sujets précis pour des personnes précises. Au fur et à mesure que Dieu répondra à vos prières, notez-en non seulement la date, mais aussi les faits précis se rattachant à cet exaucement. Le fait de vous rappeler ces exaucements fortifiera votre foi et vous encouragera à poursuivre pour les requêtes non encore exaucées.

Ainsi donc, rappelons-nous : « Témoigner, c’est d’abord parler des hommes à Dieu avant de parler de Dieu aux hommes. »

PRENEZ L’INITIATIVE : ALLEZ VERS LES AUTRES

Tous les jours, à chaque instant de la journée, nous côtoyons des personnes… pour quelques minutes parfois ou pour très longtemps le plus souvent. Ces personnes avec qui nous vivions quotidiennement connaissent-elles le Seigneur? Quelqu’un leur a-t-il déjà parlé de lui de façon à ce qu’elles soient en mesure de prendre une décision à son sujet? À nous de prendre l’initiative! Jésus-Christ, qui est venu chercher et sauver ceux qui étaient perdus, veut rencontrer ces personnes-là aussi! Par nos attitudes, nos paroles, nous devons « répandre en tout lieu l’odeur de sa connaissance » (II Corinthiens 2.14), et être des témoins zélés à leurs côtés. N’attendons pas qu’elles-mêmes nous provoquent, car c’est à nous de faire le premier pas : « Allez auprès des hommes de toutes les nations et faites d’eux mes disciples. » (Matthieu 28.19)

Faire le premier pas, c’est faire une allusion à notre foi au cours d’une conversation; c’est poser une question d’ordre spirituel, c’est offrir un livre, un calendrier chrétien; c’est inviter une personne à une soirée, à une projection de films, etc.… C’est aussi allers vers les personnes moins connues en allant les chercher là où elles se trouvent (leurs foyers, les places publiques, les universités, les prisons, les hôpitaux). Toutes ont besoin d’entendre la Bonne Nouvelle. N’attendons pas que ces personnes viennent spontanément à nous ou dans nos églises, car sauf cas rarissimes, elles ne le feront pas! En fait, selon l’ordre du Seigneur, c’est à nous de prendre l’initiative et d’aller vers elles. Prendre cet ordre au sérieux impliquera quelques fausses excuses que nous nous donnons souvent avec bonne conscience, pour nous éviter de le faire : « Je suis trop timide », « Je n’ai pas le temps », « Je n’ai pas de conviction à ce sujet ».

Ces excuses tiennent-elles devant l’ordre du Seigneur? Faut-il une conviction spéciale pour savoir que nous devons rendre compte de notre foi? Face à cette exigence, nous donnons-nous le temps de la mettre à exécution? Cherchons-nous des occasions favorables pour le faire?

L’un des plus grands problèmes de notre vie de témoin est que nous ne prenons pas l’initiative; nous n’allons pas de nous-mêmes vers les autres alors que le témoignage devrait être un mode de vie quotidien! Mais rassurez-vous, il n’est jamais trop tard pour bien faire! Ce que nous n’avons pas expérimenté jusqu’à ce jour, Dieu peut le changer radicalement en très peu de temps. Ainsi, dès maintenant, remerciez Jésus de ce qu’il vit en vous et demandez-lui de se servir de vous pour parler de son amour et de son pardon chaque fois que l’occasion s’en présentera. Renouvelez cette prière chaque jour à votre réveil et vous verrez si vous ne vous trouverez pas disponible pour parler de lui aux personnes que vous rencontrerez!

PARLEZ DE JÉSUS-CHRIST

Je suis moi-même de nature très timide et j’ai parfois bien du mal à parler de Jésus-Christ aux autres.

En lisant la Bible, j’ai découvert que je n’étais pas le seul dans cette situation : même l’apôtre Paul a éprouvé ce problème (ce qui ne l’a pas empêché d’avoir un ministère richement béni et d’être puissamment utilisé par Dieu dans ses activités).

« Quand je suis allé vers vous, frères, pour vous annoncer le témoignage concernant Dieu, je n’ai pas employé un langage compliqué ou des connaissances impressionnantes. Car j’avais décidé de ne rien savoir d’autre, durant mon séjour parmi vous, que Jésus-Christ, et plus précisément, Jésus-Christ cloué sur la croix. C’est pourquoi je me suis présenté à vous faible et tout tremblant de crainte, mon enseignement et ma prédication n’ont pas été donnés avec les paroles habiles de la sagesse humaine, mais avec la manifestation convaincante de la puissance de l’Esprit divin. Ainsi, votre foi ne repose pas sur la sagesse des hommes, mais bien sur la puissance de Dieu. » (I Corinthiens 2.1-5)

Sur quoi ou plutôt sur qui repose la prédication de Paul? Sur Jésus-Christ! Paul ne voulait rien savoir d’autre dans son annonce de l’Évangile que Jésus-Christ, et plus précisément, que Jésus-Christ cloué sur la croix. Ce qui était valable pour l’apôtre Paul l’est aussi pour nous. Si nous désirons que des hommes et des femmes se tournent vers Jésus, c’est de lui que nous devons leur parler. La Bonne Nouvelle de l’Évangile, c’est lui! Le pardon de nos péchés, la guérison de notre âme, c’est lui! Ainsi donc, ne perdons pas notre temps à parler de sujets secondaires, mais parlons de Jésus-Christ. Ne nous contentons pas d’inviter les personnes aux réunions dans nos églises : ce n’est pas sans intérêt, mais ce n’est pas véritablement témoigner. Témoigner, c’est rendre compte de l’espérance qui est en nous et cette espérance à pour nom « Jésus-Christ ». Beaucoup de gens peuvent être hostiles à l’institution de l’Église; bien moins le seront au témoignage vécu de notre relation avec Jésus.

NE LAISSEZ PAS DÉVIER LA CONVERSATION

Lorsque nous parlerons de Jésus, la discussion pourra facilement dévier vers des sujets d’ordre secondaire, n’intervenant pas de façon essentielle dans la compréhension de l’Évangile (création/évolution, éthique chrétienne vis-à-vis l’avortement, l’euthanasie, etc.) Développer à fond ces sujets avec votre interlocuteur pourra l’intéresser, certes, mais cela ne lui donnera pas la possibilité de comprendre réellement le message d’amour et de pardon offert pour lui sur la croix. C’est pourquoi, autant que cela soit possible, veillez à ne pas laisser dévier la discussion hors de Jésus-Christ : sa personnalité, son activité, ses paroles et surtout son œuvre à la croix. Être chrétien, c’est connaître le Seigneur, c’est avoir une relation personnelle avec lui. Dans votre annonce, allez même plus loin encore : offrez à votre interlocuteur une occasion concrète de confier sa vie à Jésus-Christ. En effet, ce n’est que dans la mesure où la personne, pleinement consciente du choix de vie ou de mort placé devant elle, aura pu décider en toute responsabilité d’accepter ou de refuser ce salut, que vous pourrez dire : « Cette personne a vraiment reçu un témoignage. » Difficile à réaliser? Certainement! Une personne ne parvient pas à ce stade de compréhension en une seule conversation. C’est souvent un assez long processus de maturation auquel nous devons être sensibles et sur lequel nous devons travailler. Ne pas laisser dévier nos discussions, rester centrés sur Jésus-Christ, offrir une occasion concrète pour prendre une décision : autant de défis apparemment difficiles à relever. Mais renseignez-vous, il existe plusieurs stages de formation pratique pouvant vous aider dans ce domaine.

UNE EXIGENCE FONDAMENTALE

« Témoigner est bien difficile », entendons-nous souvent autour de nous. « Les gens ne s’intéressent pas à l’Évangile. Ils n’ont aucune quête spirituelle. »

Cette affirmation est-elle vraiment sûre? N’est-ce pas plutôt Satan qui pernicieusement, a introduit en nous cette idée que les hommes ne s’intéressent pas à Dieu? Qu’en est-il de votre propre expérience à ce sujet? Connaissez-vous beaucoup de personnes qui, ayant pu engager une conversation profonde au sujet de la foi, vous aient rejeté? N’étaient-elles pas plutôt intéressées, vous bombardant de questions (ou d’arguments contraires!), signes évidents de leur intérêt?

En fait, Dieu a placé en l’homme une exigence fondamentale à laquelle aucun ne peut se soustraire : la quête de lui. Dieu a créé l’homme pour avoir une relation personnelle avec lui et Dieu a tellement ancré ce besoin dans l’âme de tout être qui vit qu’aucun ne peut y échapper. L’homme pourra être hostile à une pratique religieuse, à un code moral, à une religion qu’il peut juger aliénante, mais parlez-lui de foi, de relation personnelle avec Dieu, de vie transformée, citez-lui les paroles mêmes du Seigneur, et vous verrez alors combien ces mots étanchent la soif de son âme! Suivre Jésus-Christ, connaître Dieu, ce n’est pas suivre une religion, c’est vivre notre vocation même, celle pour laquelle Dieu nous a créés!

CUEILLEZ DES FRUITS MÛRS

Lorsque vous vous attacherez à parler ainsi du Seigneur autour de vous, vous vous rendrez compte que beaucoup de personnes sont ouvertes. Tel fut le cas d’un ami : athée convaincu, militant politique d’extrême gauche, il croyait définitivement classés tous ces « problèmes secondaires de religion », lorsqu’un chrétien vint lui parler, non d’un système, non d’une éthique de vie, mais d’une personne : Jésus-Christ! Face à cette confrontation inattendue, toute son argumentation tomba… Interpellé, il voulut en savoir plus sur ce personnage et commença à lire le Nouveau Testament. La réponse ne se fit guère attendre : découvrant, avec émerveillement, la personnalité de son Sauveur, reconnaissant ses fautes et son besoin de lui, il lui confia quelques mois plus tard la direction de sa vie.

Cet exemple est une bonne illustration des différents cas que nous pouvons rencontrer lors de nos expériences de témoignage. Tous les êtres humains ont un intérêt, quelque part, pour Dieu, mais ils ont construit autour d’eux une carapace d’indifférence ou d’argumentation pour s’en protéger. Celle-ci, plus ou moins épaisse, plus ou moins solide, pourra être plus ou moins difficile à percer. Ces personnes sont en fait comparables aux fruits d’un verger : tous ne sont pas mûrs en même temps. À une certaine époque, certains sont mûrs, d’autres encore verts; c’est aux fruits mûrs qu’on s’intéresse. Quelques jours plus tard, de nouveaux fruits, verts hier, seront arrivés à leur tour à maturité et ainsi de suite. Il en est de même dans notre témoignage chrétien : certaines personnes à qui nous parlerons de Jésus-Christ seront mûres pour une décision, d’autres encore loin de ce stade. Soyons sensibles à cela; soyons disponibles pour les personnes préparées, mais ne nous acharnons pas sur les fruits verts. N’essayons pas de les convaincre à tout prix, à force d’arguments, ne les forçons pas à prendre une décision, ce qui pourrait être un handicap grave pour leur évolution future. Donnez-leur à lire une brochure ou un livre qui peut les aider à avancer; puis priez pour eux. Lorsque Dieu vous fournira l’occasion de les rencontrer, parlez-leur de nouveau. Pendant ce temps, continuons à rechercher les fruits mûrs. Nous en sommes entourés. Dieu travaille dans leurs cœurs par le Saint-Esprit. Ils attendent que quelqu’un leur parle du Christ. Ils ont soif; c’est à nous de leur parler de celui qui leur donnera à boire.

J’ai fait récemment une expérience significative à ce sujet. Assistant à une réunion de mon église, j’y ai rencontré un jeune homme avec qui j’ai engagé la conversation. J’ai remarqué vite son désir d’aller plus loin dans sa démarche vis-à-vis de Jésus-Christ. Sensible à ce besoin qu’il venait d’exprimer, je lui ai présenté le message de l’Évangile à l’aide de la brochure Connaître Dieu personnellement. Interpellé par cette présentation, il a pris la décision de confier sa vie à Jésus-Christ à la suite de cette lecture. Qu’avais-je fait de particulier? C’est Dieu qui avait travaillé son cœur depuis de longs mois, qui l’avait amené à cette rencontre, qui m’avait placé au moment opportun sur son chemin. J’ai simplement été disponible pour lui au moment voulu par Dieu, et ainsi, ce fruit mûr a pu être cueilli pour le Royaume de Dieu!

ATTENDEZ-VOUS À DES RÉSULTATS

Attendez-vous à une réaction favorable de la part des hommes et des femmes à qui vous parlez de Jésus-Christ. Fondez-vous pour cela non sur une sorte d’optimisme béat, mais sur votre confiance en Dieu, sur son amour et sa souveraineté.

Comptez sur sa puissance et appropriez-vous la promesse où il est dit : « Il ne veut pas que qui que ce soit périsse; au contraire, il veut que tous aient l’occasion de se détourner du mal. » (II Pierre 3.9)

Soyez persuadé que parmi vos interlocuteurs, certains confieront leur vie à Jésus-Christ, car le Seigneur qui est venu chercher et sauver ce qui était perdu nous a ordonné d’aller annoncer la Bonne Nouvelle à chaque homme et de faire de toutes les nations des disciples. Jésus déclarait avoir pleine autorité dans le ciel et sur la terre et il a promis d’être présent auprès de ses disciples dans toute la puissance de sa résurrection.

Aujourd’hui, comme au premier siècle, les chrétiens peuvent être sûrs de la présence et de la puissance de Jésus. Ses promesses sont certaines et il honorera le témoignage fidèle de tous ceux qui placent leur confiance en lui.

Les disciples, qui eurent pourtant à affronter une terrible opposition, ont vu la foi chrétienne se développer à un rythme phénoménal! C’est d’ailleurs ce que l’on constate encore actuellement dans beaucoup de pays où le témoignage chrétien est interdit.

Comme l’apôtre Paul, ces chrétiens peuvent dire : « Nous vous avons annoncé la Bonne Nouvelle non seulement par des paroles, mais aussi avec puissance, avec l’aide du Saint-Esprit, et avec l’entière certitude de la vérité de cette Nouvelle. Vous savez comment nous nous sommes comportés parmi vous, pour votre bien. Vous avez suivi notre exemple et celui du Seigneur; vous avez eu beaucoup à souffrir et pourtant vous avez reçu la parole de Dieu avec la joie que donne le Saint-Esprit. » (I Thessaloniciens 1.5-6)

UNE ATTITUDE POSITIVE

En fait, les résultats de notre témoignage seront fortement conditionnés par l’attitude mentale avec laquelle nous l’aborderons. Si nous sommes perplexes, négatifs, ne croyant pas que les personnes puissent être intéressées par notre message, nous les influencerons, malgré nous, et ils refuseront de confier la direction de leur vie à Jésus-Christ.

Si au contraire, remplis d’enthousiasme, nous allons vers les autres avec la certitude que Dieu a déjà préparé leurs cœurs à le rencontrer, nous découvrirons, avec émerveillement, la réalité de cette action de Dieu dans leurs vies.

Comme nous l’avons déjà dit précédemment, tout homme a en fait un intérêt pour Dieu, quelque part en lui : cela fait partie de sa nature profonde. C’est Dieu lui-même qui l’a créé avec ce besoin de lui. Alors, ne tombons pas dans l’erreur, malheureusement trop répandue, de croire que les hommes sont hostiles à Dieu. Non, ils ne le sont pas nécessairement! Ils peuvent être hostiles à des rites, à des pratiques, à un système, à l’Église en tant qu’institution. À nous donc de nous adresser à eux de la bonne façon, évitant tous ces pièges et leur parlant de la seule personne dont ils ont réellement besoin : Jésus-Christ! Présentons-leur Jésus-Christ (et lui seul!) dans la puissance du Saint-Esprit et nous verrons que beaucoup accepteront son amour et son pardon. « Vous dites, vous : encore quatre mois et ce sera la moisson. Mais moi je vous dis, regardez bien les champs : les grains sont mûrs et prêts pour la moisson. » (Jean 4.35)

Osons croire cette affirmation de Jésus lui-même! Aujourd’hui encore, l’Esprit de Dieu travaille et prépare le cœur de nombreux êtres humains à rencontrer Jésus-Christ! Alors, faisons-lui confiance. Laissons-nous conduire par lui dans notre responsabilité de témoin, croyant qu’il se servira de sa Parole, de nos attitudes et de nos actions pour attirer les personnes préparées à lui. Toutes les personnes à qui nous parlerons ne prendront pas automatiquement une décision, mais nous pouvons être sûrs que tout ce que nous aurons accompli ne restera pas sans effet et contribuera, tôt ou tard, à construire le Royaume de Dieu.

« Personne ne peut plaire à Dieu sans la foi. En effet, celui qui s’approche de Dieu doit croire qu’il existe et qu’il récompense ceux qui le cherchent. » (Hébreux 11.6)

LE SUCCÈS DANS LE TÉMOIGNAGE

Savez-vous ce qu’est le succès dans le témoignage?

Le succès dans le témoignage consiste simplement à annoncer Jésus-Christ dans la puissance du Saint-Esprit, en laissant les résultats à Dieu.

C’est Dieu qui amène des personnes à lui par l’action de son Esprit. C’est lui qui les enseigne et les touche au plus profond de leur cœur par l’impact de sa Parole, citée à bon escient :

« Car la Parole de Dieu est vivante et efficace. Elle est plus tranchante qu’aucune épée à deux tranchants. Elle pénètre jusqu’au point où l’âme et l’esprit se rencontrent, jusqu’au point où les jointures et la moelle se touchent. Elle juge les désirs et les pensées du cœur de l’homme. Il n’est rien qui puisse être caché à Dieu. Tout, dans l’ensemble de la création, se trouve à nu et à découvert devant ses yeux, et c’est à lui que nous devons tous rendre compte. » (Hébreux 4.12-13)

C’est Dieu qui agit : les résultats lui appartiennent. Notre seule responsabilité est d’aller vers les autres pour leur annoncer Jésus-Christ avec l’autorité de sa Parole et dans la puissance du Saint-Esprit.

ÉPILOGUE

« La pluie et la neige tombent du ciel, mais elles n’y retournent pas sans avoir arrosé la terre, sans l’avoir rendue fertile, sans avoir fait germer les graines. Elles procurent ainsi ce qu’il faut pour semer et ce qu’il faut pour manger. Eh bien, il en est de même pour ma parole, pour ma promesse : elle ne revient pas à moi sans avoir produit d’effet, sans avoir réalisé ce que je voulais, sans avoir atteint le but que je lui avais fixé. » (Ésaïe 55.10-11)

Que Dieu vous bénisse et suscite par votre témoignage une abondante moisson pour sa gloire dans notre pays.

<précédent <index>

D’après le livre :

How to Witness in the Spirit

de Bill Bright©1972, 1981, Campus Crusade for Christ

© Texte : équipe de Campus pour Christ — France, 1984

75, rue Étienne Richerand 69003 LYON

Adaptation : Dominique Frèrebeau et Annie Husson

 

Print


Aucun commentaire

Afficher vos commentaires