L’ordre missionnaire de Jésus-Christ : Partie 5

Auteur: AgapeFrance

METTONS-NOUS EN MARCHE

La plupart d’entre nous, même si la motivation à agir est forte, nous retrouvons souvent bloqués par des critères d’ordre pratique, des «comment?» «Comment m’engager personnellement dans l’accomplissement de l’ordre missionnaire?»

Certains diront : «Oui, je suis convaincu que les hommes sont perdus en dehors du Christ. Oui, j’ai la certitude que beaucoup d’hommes et de femmes autour de moi, dans ma ville, mon pays et dans le monde entier, sont prêts à recevoir Jésus-Christ comme leur Sauveur et Maître. Je suis prêt à obéir à mon Seigneur et à être disponible entre ses  mains pour participer à l’accomplissement de l’ordre missionnaire du Christ. Mais que dois-je faire pratiquement? Par quel bout dois-je commencer?»

Alors, rassurez-vous tout de suite : il y a sûrement quelque chose de possible à faire!… Et c’est ce que nous allons examiner concrètement dans les paragraphes qui suivent, d’abord à un niveau strictement individuel, puis au niveau d’un plan d’action plus large qui cherche à atteindre tout notre pays.

NOTRE ENGAGEMENT INDIVIDUEL

Cet engagement individuel est la clef de voûte, la pierre angulaire de ce fabuleux projet, car si nous ne nous mettons pas en marche personnellement, l’accomplissement de l’ordre missionnaire ne restera qu’un rêve irréalisé. Une telle entreprise ne peut s’accomplir que par la participation active et dynamique de toues les forces vives du peuple de Dieu. Comment le faire? Voici quelques directives, quelques marches que vous pourrez gravir l’une après l’autre en toute sécurité :

DONNONS À DIEU LA PRIORITÉ DANS NOTRE VIE

Cette place prioritaire, c’est celle qui doit lui revenir de fait. Mais y sommes-nous fidèles? Sans même que nous nous en rendions compte, tellement de choses encombrent parfois nos vies.

«Un soldat en service actif ne s’embarrasse pas des affaires de la vie civile.» (II Timothée 2.4) Beaucoup de choses peuvent freiner, voire même paralyser notre zèle pour Dieu. Nous vivons dans une société d’abondance : nos yeux et nos oreilles sont envahis de sons et d’images publicitaires qui n’ont d’autre but que de créer en nous des besoins artificiels afin de nous pousser à les satisfaire. Peut-être sans nous en rendre compte, bien des soucis et aspirations matérielles ont pris la première place dans notre vie. Si tel est le cas, nous devons y remettre de l’ordre et rendre à notre Seigneur la première place, c’est-à-dire situer toute ambition personnelle après lui et son service. Cela sera-t-il vraiment un sacrifice? Non, car il n’y a rien de comparable, aucune expérience, qui puisse être mise sur le même plan que de chercher d’abord le Royaume et la justice de Dieu (Matthieu 6.33), que d’abandonner au Christ la direction totale de notre vie (Galates 2.19-20), que de faire ce qu’il nous demande (Matthieu 7.21) et que d’être un instrument à travers lequel il change les vies (II Corinthiens 3.2-3). C’est là que se trouve la vie la plus belle, la plus noble, la raison d’être d’une authentique vie d’homme.

VIVONS DANS LA PLÉNITUDE DU SAINT-ESPRIT

Les disciples étaient des hommes ordinaires, de la même pâte que nous, mais ils furent bouleversés par la puissance du Saint-Esprit agissant en eux. Ce que le Seigneur accomplit depuis 2000 ans, il peut le faire encore aujourd’hui pour nous, oui nous, chacun individuellement… si nous le lui demandons et le laissons agir! Être rempli du Saint-Esprit, ce n’est pas un plus dans la vie chrétienne, mais une condition de base, une nécessité absolue pour le service du Maître. Nous ne pourrons jamais produire quoi que ce soit de solide pour Dieu si nous ne remplissons pas d’abord cette condition. (Pour un développement approfondi à ce sujet, revoyez les thèmes 3 et 4 de cette série, qui y sont consacrés). Pour être utiles dans les mains du Seigneur, il nous faut d’abord être bien fermes au sujet de notre relation avec Jésus-Christ et puiser notre force dans la plénitude du Saint-Esprit. Soyons sûrs de lui appartenir, d’être son enfant. Apprenons à avoir foi en ses promesses, à nous confier en lui pour chaque aspect de notre vie. Ne comptons plus sur nos propres forces pour obéir au commandement de Dieu, mais puisons nos ressources dans l’union avec Christ (Éphésiens 6.10). Soyons remplis de toute la puissance de l’Esprit de Dieu. C’est le Seigneur lui-même qui nous le demande (Éphésiens 5.18).  C’est pourquoi nous pouvons être sûrs qu’il répondra à notre requête (I Jean 5.14-15).

Et finalement : «Je vous demande de vous offrir vous-mêmes comme un sacrifice vivant, réservé à Dieu et qui lui est agréable. C’est là le véritable culte que vous lui devez. Ne vous conformez pas aux habitudes de ce monde, mais laissez Dieu vous transformer par un changement complet de votre intelligence. Vous pourrez alors comprendre ce que Dieu veut; ce qui est bien, ce qui lui est agréable et ce qui est parfait.» (Romains 12.1-2)

Venons à lui avec confiance : il guidera nos pas d’obéissance avec amour et bonté pour notre bien et le service de son Église.

PRIONS AVEC CONFIANCE

«Si l’Éternel ne bâtit la maison, ceux qui la bâtissent travaillent en vain.» (Psaume 127.1)

Souvenons-nous que l’accomplissement de l’ordre missionnaire est le travail du Seigneur lui-même. Avant d’entreprendre quoi que ce soit dans  ce domaine, venons à lui pour en parler et recevoir ses directives. Lui seul peut nous donner la sagesse des actions à entreprendre et nous révéler aussi la façon de les accomplir. «Seigneur, que veux-tu que je fasse? Dis-moi comment atteindre ma famille, mes voisins, mon quartier, mes collègues de travail. Prépare les cœurs de chacun à te rencontrer et guide-moi dans chaque étape de cette moisson pour toi.» Le Seigneur est fidèle. S’il nous envoie, il nous donnera les moyens pratiques de travailler pour lui et préparera les cœurs. C’est pourquoi, remettons-nous en toute confiance entre les mains du Maître de la moisson qui veut que tous les hommes soient sauvés (I Timothée 2.6). Allons à la découverte des œuvres que Dieu a préparées d’avance pour nous! Éphésiens 2.10)

Tout au long de sa vie terrestre, à chaque décision importante (Luc 6.12-16), à chaque étape de sa vie (Luc 9.18-20; Luc 9.28-36; Jean 16.26; Jean 17.9-20), Jésus s’est tourné vers son Père dans la prière. Si Jésus éprouvait ce besoin, combien plus devrions-nous, nous aussi, le ressentir et le vivre!

ÉTABLISSONS UN PLAN D’ACTION

Maintenant, le moment est venu de rendre les choses concrètes et applicables. Aussi prenons une feuille de papier et faisons la liste de toutes les personnes à qui nous pourrions présenter l’Évangile.

Pensons d’abord aux membres de notre propre famille, car c’est là que notre témoignage est prioritaire. Pour ceux qui nous sont proches, ceux qui nous voient vivre tous les jours, c’est la qualité même de notre vie qui importe. C’est pourquoi, vivons une vie chrétienne épanouie, remplie du fruit de l’Esprit (Éphésiens 5.16-26), et nous offrirons un témoignage puissant, la vie nouvelle que Dieu donne à ses enfants.

Pensons à nos relations maintenant, nos collègues de travail. Comment pourrions-nous nous y prendre? Y a-t-il d’autres chrétiens dans nos bureaux, nos ateliers, nos universités? Il est important de chercher à le savoir pour les rencontrer, prier ensemble, partager nos idées d’action et agir de concert pour toucher nos lieux de vie. Ouvrons nos maisons à ceux qui nous entourent, nos voisins, nos collègues de travail. Une bonne tasse de café aide à faire connaissance, puis au cours de la discussion, il serait aisé de partager en toute simplicité qui est Dieu pour nous et ce qu’il a fait dans notre vie. S’ils sont réceptifs, créons des petits groupes de réflexion sur des thèmes qui les intéressent : la communication dans le couple, l’insécurité, nos priorités dans la vie, l’éducation des enfants, etc. En discutant ces thèmes d’intérêt général dans une optique chrétienne, ils prendront peu à peu confiance à la Bible, découvrant la sagesse dont elle est empreinte et constatant que le christianisme offre des réponses concrètes et saines aux problèmes de la vie quotidienne. Leur réticence envers la foi s’estompera peu à peu au point d’accepter un groupe de réflexion plus approfondie sur le message de l’Évangile lui-même. Si vous désirez plus de renseignements au sujet des possibilités d’animation de ces divers types de groupes, contactez-nous : nous pourrons vous proposer plusieurs séries de rencontres soit sur des thèmes généraux, soit sur les évangiles proprement dits. Mais surtout ne négligez pas ces possibilités, car elles répondent d’une façon remarquable aux attentes sociologiques et spirituelles de nos contemporains.

Nous venons de faire la liste de toutes les personnes auprès de qui le Saint-Esprit nous pousse à parler de notre foi. Ceci est bien, mais ce n’est pas suffisant, car ceci n’est que de l’addition spirituelle… et c’est à la multiplication que le Seigneur nous convie. Alors, prions encore et réfléchissons maintenant à d’autres chrétiens autour de nous que nous pourrions encourager dans leur foi et préparer à devenir à leur tour des témoins. Cela, c’est de la multiplication spirituelle! N’agissons pas seuls : pensons aux autres membres de notre église, formons avec eux une équipe pour l’évangélisation, l’enseignement des enfants, le contact des adultes, l’enseignement des nouveaux convertis, etc. Mettons-nous à la disposition de notre pasteur et encourageons d’autres membres à s’engager eux aussi dans l’accomplissement de l’ordre missionnaire.

PRÉPARONS-NOUS MINUTIEUSEMENT

Avant de nous lancer dans une quelconque entreprise, prenons le temps de nous former. Il ne viendrait à l’idée de personne de se lancer au volant d’une voiture sans avoir appris le code de la route! Alors, si l’accomplissement de l’ordre missionnaire est véritablement important pour nous, il faut nous donner les moyens pratiques d’y travailler le mieux possible. L’animation de groupe par exemple, ou le travail auprès des enfants, etc. ne sont pas des choses forcément innées et nous devons prendre le temps de nous former avant de les entreprendre pour les accomplir le mieux possible. Le Seigneur mérite le meilleur de ce que nous pouvons offrir. L’Évangile a trop souvent été ridiculisé par des personnes de bonne volonté, peut-être, mais qui, par leur manque de savoir-faire ont déçu ou découragé leurs interlocuteurs. Il n’y a aucune honte à se former : cela n’est pas anti-spirituel, car être rempli du Saint-Esprit n’est pas une excuse pour le dilettantisme! C’est pourquoi, apprenez tout ce qu’il est possible d’apprendre pour vous rendre plus efficace dans l’accomplissement de vos buts. Des milliers de laïcs, d’étudiants, des dizaines de pasteurs ont reçu beaucoup d’aide à travers les week-ends de formation et l’étude de matériel d’évangélisation que nous offrons . Ils ont pu ainsi se sentir mieux équipés pour :

  • Expérimenter dans leur vie personnelle l’amour et le pardon de Dieu, la marche quotidienne dans la puissance du Saint-Esprit;
  • Expliquer leur propre démarche spirituelle et leur rencontre de Jésus-Christ à d’autres personnes;
  • Partager le message de la Bonne Nouvelle simplement et avec efficacité, en offrant à leur interlocuteur la possibilité de recevoir Jésus-Christ dans sa vie;
  • Savoir entamer une conversation spirituelle;
  • Répondre aux objections les plus courantes à la foi chrétienne;
  • Animer un petit groupe de réflexion biblique pour l’évangélisation;
  • Conduire un groupe d’édification pour aider des jeunes chrétiens à grandir dans leur foi.

Pour tous renseignements complémentaires, écrivez-nous : nous nous ferons une joie de répondre à votre appel.

ADOPTONS UNE NOUVELLE FAÇON DE VIVRE

Pour accomplir l’ordre missionnaire et réaliser notre plan d’action, il est indispensable que nous prenions l’initiative dans le témoignage. Le véritable témoin n’attend pas les occasions, il les recherche et les provoque par ses conversations, ses invitations, ses activités, ses cadeaux, ses visites, etc. Maintenant que nous avons dressé la liste de toutes les personnes à qui nous aimerions parler du Seigneur, prions pour chacune d’entre elles… et surtout, allons! Allons vers elles en toute confiance, selon que le Seigneur nous y a mis à cœur. Nous serons étonnés du résultat. Je me souviens à ce propos de la pharmacienne de mon quartier à qui, sous l’impulsion du Saint-Esprit, je devais parler. Mais comment faire? Ce n’est pas facile d’engager une conversation de cet ordre entre deux clients, deux boîtes d’ampoules ou de suppositoires! Et pourtant, la conviction était là : je devais trouver une occasion! Celle-ci me parvint sous la forme d’une invitation à une conférence qui, pensais-je, pourrait peut-être l’intéresser. Quand enfin je lui présentai le carton (en ayant prié à l’avance qu’il n’y ait pas d’autres clients à ce moment-là dans le magasin!), j’appréhendais un peu sa réaction, mais j’étais prête… Et sa réaction fut déconcertante : « Oh, c’est vraiment gentil », me dit-elle, mais comment avez-vous deviné que ce genre de sujet m’intéressait? » Trois mois plus tard, elle confiait sa vie au Seigneur, et maintenant, elle étudie régulièrement la Bible en ma compagnie. Déjà, elle pense elle aussi à parler de sa foi autour d’elle, dans sa propre famille.

Parler de notre foi doit devenir quelque chose de naturel, une façon de se comporter naturelle. Considérons chaque personne que nous avons l’occasion de rencontrer comme quelqu’un que le Seigneur place sur notre chemin pour se faire connaître à elles. Lorsque ces personnes se convertissent, ne les abandonnons pas : au contraire, continuons à les voir assidûment pour les aider à croître dans leur foi. Un jeune bébé a besoin des plus tendres soins au début de sa vie pour survivre : le lait lui est indispensable. Il en est de même pour les nouveau-nés dans la foi, et il serait criminel de les abandonner. Donnons-leur le lait dont ils ont besoin. Enseignons-leur à leur tour à être des témoins et engageons-les aussi dans le processus de multiplication spirituelle qui atteindra le monde. Petit à petit, au fur et à mesure que nous progresserons dans notre plan d’action, le Seigneur augmentera notre foi. Ne nous satisfaisons pas du statu quo, du train-train quotidien. Rêvons grand pour le Seigneur!

N’ayons pas peur de faire le maximum pour faire rayonner l’Évangile à travers les médias (radio, télévision, journaux, magazines, minitel). Dieu honorera notre esprit d’initiative et notre audace. Investissons toutes les citadelles influentes dans le monde culturel, médiatique, politique, économique, afin que partout la lumière se répande et que le sel donne du goût.

Où que nous soyons, qui que nous soyons, laïc ou pasteur, ouvrier ou cadre, fonctionnaire ou homme d’affaires, femmes au foyer ou artisan, si nous sommes disponibles, le Seigneur nous utilisera à sa gloire pour changer le visage du monde!

<<Précédent <Retour à l’index> Suivant>>

 

D’après le livret How to Help Fulfill the Great Commission, de Bill Bright

©1972,1981, Campus Crusade for Christ

©Texte français : Équipe de Campus pour Christ— France, 1985

111, av. de Dr Rosenfeld— 93230 ROMAINVILLE

Adaptation : Francis et Annie Husson, 1985

Révision pour Internet : Anne-Marie Montgomery, Pouvoir de Changer, 2011

Citations bibliques extraites de La Bible en français courant, édition de la Société Biblique française, 1982

Print


Aucun commentaire

Afficher vos commentaires