Une nouvelle confiance

Auteur: Idelette McVicker

Nous sommes sur un sol sacré
Otez vos chaussures de confiance en soi.
Votre complet rouge de pouvoir.
Déposez votre attaché-case.
Enlevez vos bijoux.
Oubliez les bavures de fin de journée de votre mascara et de votre rouge à lèvres.
Oubliez les miroirs. Au contraire,
Maintenant enlevez votre Moi-même.
Personnalité. Laissez tomber. Oui, les réalisations aussi.
Vos talents. Tous ces petits parades si particuliers.
Et, juste pour un instant, ôtez votre charme.
Voila, vous êtes à coeur nu,
honnête, devant Dieu

Cacher la confiance en soi derrière un mur

Qui est Jésus? Le connaissez-vous?

Des questions? Parlez-nous-en!

J’ai toujours cru que j’avais de l‘assurance. Entrer dans une pièce l’air assurée, le menton en l’air, le ventre rentré, les épaules en arrière, capable de parler à tout le monde – c’était mon concept de la confiance en soi. L’attitude? Je l’avais. Et je croyais fermement que j’avais quelque chose d’unique à offrir au monde.

Mais je savais au plus profond de moi-même que cela n’était pas forcément de la confiance en soi.  En cherchant à comprendre la nature fondamentale de ma confiance en moi-même, j’ai découvert qu’elle prenait racine dans ma personnalité. Elle paraissait puissante et profonde comme la mer, mais l’écume de ses vagues venaient en fait se jeter contre la haute muraille de mon moi réel.  Et l’autre côté de la muraille demeurait sec, intouché par les vagues.

Je m’en suis rendue compte le jour où j’ai commencé à être plus à l’aise quand je m’adressais à une salle bondée que quand je me mettais en situation de vulnérabilité avec une amie. Comme c’était difficile de partager mes problèmes, mes peurs et mes déceptions avec ma meilleure amie! Je ne pouvais pas ouvrir mon cœur. Je répondais à ses questions en me cachant derrière des réponses toutes prêtes. Ensuite, je préférais écouter. Je me rends compte que j’écoutais beaucoup. Mais je savais que, malgré toute la noblesse attachée à cette attitude, ce n’était pas vraiment honnête. J’avais l’habitude d’écouter afin de rester dans la position d’observatrice et de conserver une distance rassurante. Je ne laissais pas la relation s’épanouir de façon équilibrée en m’exprimant à part égale. Je parlais, oui, mais sans réellement me dévoiler. La vérité est que je ne me sentais pas digne de partager mes problèmes avec qui que ce soit. Prendre le temps d’une amie. Lui demander de l’amour et de la compassion. Avoir quelqu’un pour m’écouter. Je n’avais pas l’assurance de me “dénuder” devant ceux que j’aimais. De dévoiler mes fautes et mes erreurs.

Je n’avais pas l’assurance que moi – sans la moindre de mes contributions et de mes dons – pieds nus et en pleine honnêteté – j’étais suffisamment merveilleuse pour être aimée. En plus, c’était bien plus facile et sans danger d’écouter, de réconforter et de donner.

Un mensonge était entré dans ma vie. Le mensonge d’avoir besoin de gagner l’amour à travers ce que je pouvais accomplir. Le mensonge de faire au lieu d’être.

Enveloppée de vérité

Et puis Dieu a commencé à souffler la Vérité dans mon esprit, par Sa Parole:

“Je te loue de ce que je suis une créature si merveilleuse.” (Psaume 139, 14).

Le Seigneur m’a dit, “Avant que je t’aie formé dans le ventre de ta mère, je te connaissais, et avant que tu sois sorti de son sein, je t’avais consacré, je t’avais établi prophète des nations.” (Jérémie 1, 14).

Le choix de Dieu était basé sur Son appel et non sur quelque choses qu’ils avaient fait (Romains 9,12).

Enfin, je comprenais. Cette vérité que Jésus ne m’aimerais pas plus qu’Il ne l’avait fait à cause de ce que je ferais, brûlait dans mon cœur. Que je sois dans mon canapé ou en pleine action dans une mission, que je rate tout, que je réussisse, que j’aime, que je réalise mes rêves, que je régresse, que je profite, que je travaille avec les sans-abri ou que je regarde des films toute la journée… rien ne pourrait changer Son amour pour moi. Son amour ne dépendait pas de mes performances, mais de Sa nature. C’était gratuit. Sans condition. Paradoxalement, au moment où je suis entrée dans cette nouvelle liberté, j’ai eu envie de faire des choses pour Dieu. Non parce que je me sentais obligée de les faire, mais parce que je voulais les faire. Je débordais tellement de gratitude et d’amour pour la merveille qu’Il était, que je voulais redonner au monde un peu des valeurs qu’Il avait ancré en moi.

“Si nous avons confiance en nous parce que nous avons été créés par un Dieu d’amour – parce que nous sommes des enfants de Dieu, créés à l’image du Père – alors nous allons trouver le désir d’accomplir quelque chose avec nos talents,” a écrit Alan Loy McGinnis. (traduction libre)

Revêtu de confiance en soi

Au fur et à mesure que l’intégrais la vérité, je faisais de plus en plus l‘expérience de la plénitude. Des rivières d’eaux vives commençaient à jaillir de tout mon être, frappant à tour de bras contre les murs que j‘avais bâtis. Une nouvelle vie émergeait en moi: enthousiasme, joie, et oui, confiance en soi. Libérée et rendue puissante par l’amour divin.

Cette confiance me disait que j’étais une enfant du Roi des rois. Dieu aspergeait ma tête avec des pensées d’abondance – bien loin de la pénurie, de la jalousie, des peurs et des doutes. Cette confiance me disait que je valais quelque chose, que j’étais belle et précieuse aux yeux de mon Père. (Je suis une fille du Roi des rois!) Cette confiance me disait que je pouvais être vulnérable et être encore aimée. Cette confiance me disait que je pouvais me moquer de moi-même parce que je n’avais pas besoin d’être parfaite. Cette confiance me disait que ma mission était de reflêter la couleur de Dieu dans le monde.

Débarassée de la moindre once de mes propre capacités, honnête devant mon Roi, assurée de Son amour, je disais, “Oui.”

Et vous?

Et vous? Votre vie déborde-t-elle d’eau vive? Vivez-vous avec l’assurance que donne la connaissance de qui vous êtes en Jésus-Christ? Avez-vous la confiance en vous que vous voulez avoir?

Dieu désire être la force de changement de notre vie. Il veut nous aider à nous sentir mieux à propos de nous-même, plus assurées  face au futur, plus reconnaissantes pour nos êtres chers et plus enthousiastes dans notre foi.

Si vous recherchez une solution au chaos de la vie, demandez à Dieu d’être la force dont vous avez besoin pour être plus confiante en vous-même, en meilleure harmonie avec ceux qui vous sont chers et plus efficace dans votre travail. Pourquoi ne pas faire cette simple prière et, par la foi, inviter Dieu à vous remplir de Son Esprit?

Cher Père, j’ai besoin de toi. Je reconnais que j’ai péché contre toi en dirigeant ma vie comme je l’entends. Je te remercie d’avoir pardonné mes péchés par la mort de Christ sur la croix. J’invite maintenant Christ à reprendre sa place sur le trône de ma vie. Par la foi, je te demande de me remplir de ton Esprit Saint selon ton commandement et ta promesse qui se trouvent dans ta Parole. Je prie ceci dans le nom de Jésus. Comme expression de ma confiance, je te remercie d’avoir repris la direction de ma vie et de me remplir du Saint-Esprit. Amen.

Si vous avez fait cette prière, nous aimerions être informés de votre décision! Cliquez sur le bouton suivant, et nous vous enverrons de l’information par courriel pour vous aider à croître dans votre vie spirituelle. Il nous fera plaisir de répondre à toute question que vous pourriez avoir.

Print


Aucun commentaire

Afficher vos commentaires