L’excellence à votre portée

Auteur: Kathy Kreiner-Phillips

kathyIl y a vingt ans, du haut de son podium olympique, Kathy Kreiner écoutait l’hymne national canadien joué en son honneur.

On venait tout juste de placer la médaille d’or autour de son cou, et le drapeau canadien se dressait dans ce décor de montagnes autour d’Innsbruck en Autriche. Une vague d’émotion et de fierté envahit le cœur de tous les Canadiens.

Kathy venait de skier la descente de sa vie et avait remporté le slalom géant sur la favorite allemande Rosi Mittermaier. L’adolescente originaire de Timmins, en Ontario, venait d’être promue championne olympique. En un instant, elle devint une héroïne nationale et la coqueluche de tous les Canadiens. Kathy exultait, mais ce ne fut que petit à petit qu’elle commença à intégrer sa victoire. Son rêve d’enfance était devenu réalité. Elle avait 18 ans et elle venait de gagner la médaille d’or des Jeux Olympiques.

La science et le Dieu personnel : La conciliation est-elle possible?

Tu veux en parler? Écrire à un mentor

Vingt ans plus tard, Kathy Kreiner-Phillips est une psychologue sportive et travaille comme entraîneuse auprès de sportifs de niveau international. Elle se sert de son expérience personnelle pour rappeler à des hommes et à des femmes de tous horizons que les rêves peuvent devenir réalité. Elle motive les autres à  rechercher l’excellence dans tous les domaines de la vie parce que « la médaille d’or des Jeux Olympiques n’est peut-être pas à la portée de tout le monde, mais l’excellence l’est ».

Pour obtenir l’excellence au niveau personnel, il faut un rêve, beaucoup de travail et de détermination, ainsi que le soutien et l’encouragement des autres. Cela ne peut s’atteindre qu’en élaborant un plan de jeu individuel auquel on se consacre, et en adoptant une attitude de vainqueur qui permet d’aller jusqu’au bout. L’histoire de Kathy montre des principes clés qui pourraient vous aider à réaliser votre rêve, quel qu’il soit.

  1. Rêvez grand – l’excellence commence toujours avec une vision.
    La première fois que Kathy a pensé à une médaille d’or olympique, ce fut en 1968, pendant qu’elle regardait les Jeux Olympiques de Grenoble en France où elle a vu la skieuse Nancy Greene capter l’attention du monde entier en gagnant la médaille d’or. Le père de Kathy, qui était médecin et qui travaillait pour l’équipe des skieurs canadiens, avait rapporté à la maison des films et des histoires personnelles des Jeux Olympiques et de la victoire de Nancy. Kathy était fascinée. Et c’est en regardant les séquences éraillées que le rêve de Kathy est né dans son cœur.
  2. Planifiez des objectifs réalisables à court terme pour jalonner la route.
    Ce rêve olympique aurait pu sembler impossible à atteindre pour bien des gens, mais pas pour une fillette de dix ans pleine de cran. Kathy a commencé à suivre l’équipe de ski canadienne dès l’âge de 11 ans et a participé aux jeux panaméricains à l’âge de 13 ans. Les voyages étaient fatigants et Kathy était souvent absente de chez elle, mais elle savait que cela faisait partie du travail régulier nécessaire à l’obtention d’une médaille d’or.

    A 14 ans, alors que les autres filles traînaient dans les centres commerciaux et ne pensaient qu’aux garçons, Kathy franchissait une nouvelle étape pour la réalisation de son rêve en devenant la plus jeune participante des Jeux Olympiques de Sapporo au Japon. A 16 ans, elle gagna sa première Coupe du Monde.

    Chacun de ces évènements montrait ses progrès et ajoutait une pierre à l’édifice de son objectif. Kathy est convaincue qu’il faut à la fois fixer des objectifs à court terme et revoir ceux déjà accomplis pour que nos efforts restent dirigés et orientés vers le but à atteindre. Sans cette stratégie, nous avons tendance à ne penser qu’au rêve et à perdre de vue ce que nous devons faire chaque jour pour y parvenir. Même s’il semblerait parfois que l’on s’écarte du plan initial, revoir les objectifs permet de revitaliser un plan fatigué.

    L’instant décisif de la carrière de Kathy vint avec l’approche des Jeux Olympiques de 1976. Le moral de l’équipe féminine de ski canadienne était au plus bas, alors Kathy décida de s’entraîner seule de son côté. Deux semaines avant les Jeux Olympiques, Kathy rendit visite à un ami en Allemagne. A sa grande surprise, il fut l’instrument qui l’a aidée à regagner une attitude de gagnante. « Il m’a redonné confiance en moi et a accru ma concentration mentale en me posant des questions comme : “Veux-tu gagner? A quoi vas-tu penser quand tu seras dans le bloc de départ? A quoi penseras-tu quand tu dévaleras la pente? ” »

    C’est en réfléchissant à ces questions que Kathy a décidé qu’elle « aimait bien l’idée de gagner ». Les deux amis établirent immédiatement une stratégie mentale qui lui permettrait de gagner cette course olympique. Jusque là, Kathy n’avait pas vraiment passé de temps à travailler son mental, mais elle raconte : « Le fait de développer une stratégie mentale a été le facteur crucial qui m’a permis de me recentrer sur l’objectif, de me régénérer et de me redonner de l’énergie. » Quand Kathy rejoignit son équipe pour les olympiades, elle avait l’impression d’être une nouvelle femme avec non seulement un rêve, mais aussi  un plan très spécifique pour réaliser son rêve.

  3. Ne perdez pas votre rêve de vue.
    Pendant l’année difficile du circuit de la Coupe du Monde en 1975/76, quelques équipières et proches amies de Kathy, incluant sa sœur Laurie, ont pris la décision de s’arrêter à la fin de la saison. Le découragement commençait aussi à gagner Kathy. « J’étais sur le point de réaliser mon rêve », raconte Kathy, « et, pendant un instant, c’était comme si j’avais oublié ce qu’il était. A ce moment-là, j’étais sur le point de tout laisser tomber. »

    Quand on poursuit un rêve, il y a toujours des barrières. Le rêve en soi peut donner suffisamment de motivation pour la plupart des journées, mais, quand les choses deviennent difficiles, on a besoin de l’encouragement et du soutien des autres. Kathy reconnaît l’importance du soutien des autres. « Ma sœur, Laurie, était toujours là pour me pousser, pour m’encourager et pour s’entraîner avec moi. Mon père m’a donné la possibilité de poursuivre mon rêve, et mes entraîneurs ont nourri mon rêve et m’ont aidé à croire en moi-même. Ma mère était l’héroïne silencieuse, car elle était toujours là pour moi quand je rentrais à la maison. »

    Plusieurs facteurs permirent de donner à Kathy les compétences et l’assurance dont elle avait besoin pour réaliser son rêve : son entraînement, ses objectifs à court terme, sa persévérance, sa détermination et sa volonté de changer son plan de jeu. Le jour où elle dû affronter son défi olympique à Innsbruck, elle était prête. « Je me sentais comme dans un film. J’avais tellement répété que j’étais prête à skier la descente victorieuse. Sur la ligne de départ, je me souviens avoir pensé, en regardant la foule : «  Ils ne le savent pas encore, mais aujourd’hui je vais gagner. »

  4. Donnez vos rêves à Dieu.
    Kathy était trop occupée à skier pour passer beaucoup de temps à penser à Dieu. Mais elle se sentait souvent attirée vers Dieu et les choses spirituelles. La veille au soir de la course olympique, Kathy a regardé un film qui l’a troublée et qui l’a fait pleurer – et se demander si ce n’était pas Dieu. Le lendemain, sur le télésiège qui la montait sur la montagne, elle se souvient avoir prié cette courte prière : « Dieu, si tu es réellement là, fais ce que tu veux avec moi aujourd’hui et je serai heureuse avec ça. »

    Elle dit maintenant : « Rétrospectivement, je crois que Dieu a honoré ma prière. Je crois que Dieu m’a permis de réaliser mon rêve et m’a attirée à Lui pendant que je le faisais. » Bien que Kathy ne soit devenue chrétienne que plusieurs années plus tard, elle dit maintenant que « la performance, les pertes, les victoires, les buts et les rêves sont tous envisagés d’une manière différente quand ils sont en tout premier lieu offerts à Dieu. » Résultat : Kathy croit que la réussite de n’importe quelle performance sera assurée si nous disons d’abord à Dieu : « Je vais faire de mon mieux. Fais ce que je ne peux pas faire moi-même. »

    Kathy Kreiner vit maintenant à Vancouver Nord avec son mari Dave Phillips, lui-même skieur de niveau international, et leurs trois enfants. Kathy et Dave animent des séminaires basés sur leurs expériences sportives; ils motivent les gens afin que ceux-ci réalisent une représentation parfaite en affaires, et pour qu’ils recherchent l’excellence dans tous les domaines de leur vie.

Quels sont vos rêves ? Les avez-vous soumis à Dieu ? Selon la Bible, le pouvoir de Dieu est à l’œuvre en nous (Ephésiens 3 : 20).  Ce pouvoir est le Saint-Esprit qui est venu vivre en vous quand vous avez cru que Jésus-Christ pouvait vous sauver.

Dieu désire être la force de changement de notre vie. Il veut nous aider à nous sentir mieux à propos de nous-même, plus optimistes face au futur, plus reconnaissants pour nos êtres chers et plus enthousiastes dans notre foi.

Si vous recherchez une solution au chaos de la vie, demandez à Dieu d’être la force dont vous avez besoin pour être plus confiant en vous-même, en meilleure harmonie avec ceux qui vous sont chers et plus efficace dans votre travail. Pourquoi ne pas faire cette simple prière et, par la foi, inviter Dieu à vous remplir de Son Esprit?

Cher Père, j’ai besoin de toi. Je reconnais que j’ai péché contre toi en dirigeant ma vie comme je l’entends. Je te remercie d’avoir pardonné mes péchés par la mort de Christ sur la croix. J’invite maintenant Christ à reprendre sa place sur le trône de ma vie. Par la foi, je te demande de me remplir de ton Esprit Saint selon ton commandement et ta promesse qui se trouvent dans ta Parole. Je prie ceci dans le nom de Jésus. Comme expression de ma confiance, je te remercie d’avoir repris la direction de ma vie et de me remplir du Saint-Esprit. Amen.

Si vous avez fait cette prière, nous aimerions être informés de votre décision! Cliquez sur le bouton suivant, et nous vous enverrons de l’information par courriel pour vous aider à croître dans votre vie spirituelle. Il nous fera plaisir de répondre à toute question que vous pourriez avoir.

Print


Aucun commentaire

Afficher vos commentaires