Panier percé

Auteur: Anne Bersot

panierperceC’est tout jeune que l’on voit déjà comment quelqu’un gère ses « richesses ». Je me trouvais dans une boutique de souvenirs où mes enfants m’avaient traînée après la visite d’un château de la Loire. Je regardais avec amusement les grappes de touristes italiens, japonais, russes, se presser autour de la caisse pour payer leurs « trésors » en pur plastique made in china. Mes filles étaient en admiration devant une vitrine de chaussures miniatures en porcelaine. Je commençais à avoir chaud et ce genre de lieu m’inspire plutôt un réflexe de fuite qu’une pâmoison devant les étalages de porte-clés fluorescents.

J’étais là pour faire plaisir à mes filles. Leur grand-mère avait donné à chacune de l’argent pour s’acheter un petit quelque chose. La première a passé tout son argent en crème glacée et bonbons. La deuxième a gardé ses sous, ne trouvant rien à son goût ou dans ses moyens, et la dernière a acheté une jolie pièce de monnaie de collection représentant le monument visité. La crème glacée de la première a fondu et s’est évaporée dans son estomac, les euros de la deuxième croupissent toujours au fond de son porte monnaie et ne servent à rien puisque de retour de l’autre côté de l’Atlantique, on paye en dollars, et la médaille de la troisième brille de tout son éclat sur un présentoir dans sa chambre, rappelant chaque jour quelle belle journée nous avons passée là.

Pourquoi se faire du souci? Dieu est là!

Besoin de prière? Nous pouvons aider

Et nous chrétiennes, comment gérons-nous nos « richesses » et où les investissons-nous ? Je ne parle pas d’argent seulement, mais de toute l’abondance que nous avons reçue par grâce : notre intelligence, nos talents, notre temps, les « chances » que la vie nous a données.

Le monde se sert de toute cette abondance pour s’amasser des trésors périssables, il investit ses talents dans des carrières éphémères, place son argent dans des œuvres vaines, et passe son temps à courir après du vent. Jésus nous dit de ne pas nous faire avoir par ce piège, mais de nous amasser des trésors dans le ciel et d’y attacher notre cœur. On peut très bien faire une carrière, avoir de l’argent et travailler, sans pour autant en faire le but de notre vie, y trouver la motivation de nos décisions, et y focaliser toute notre énergie.

Il ne nous demande pas de nous priver de toutes ces choses, mais de ne pas y mettre notre cœur. On les a, tant mieux, on ne les a pas ou plus, tant pis ! Ce n’est pas ça qui est important. L’important c’est le trésor de perles précieuses que j’amasse en servant fidèlement mon Seigneur et mon église, sans chercher mon intérêt, en obéissant sans rechigner à la volonté de mon Père, en faisant mes délices de Sa Parole, en faisant du bien à ceux que Dieu a placés autour de moi. Ce sont toutes ces choses-là les vrais trésors, ceux qui portent un fruit éternel et qui seront récompensés.

Et vous ? Êtes-vous plutôt un panier percé ou une sage économe du capital qui vous est confié ? Où placez-vous votre trésor ?

Matthieu 6 :19 : Ne vous amassez pas des trésors sur la terre où la teigne et la rouille détruisent, et où les voleurs percent et dérobent ; mais amassez-vous des trésors dans le ciel, où la teigne et la rouille ne détruisent pas, et où les voleurs ne percent ni ne dérobent. Car là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur.

Print


Une réponse à “Panier percé”

  • josiane says:

    merci pour l’édification. ce verset je ne le comprenais mal et je l’avais mal interprété. la je retiens que les trésors dans le ciel ce sont les récompenses reçues de Dieu suite à nos bonnes oeuvres accomplies ici bas envers le prochain et en servant fidèlement notre Dieu.
    que le Seigneur vous bénisse!

Afficher vos commentaires