Quels sont vos rêves?

Auteur: Angele Vermeersche

Quels sont vos rêves ?

Que veux-tu que je fasse pour toi…

Que cherchez-vous ?

C’était une pub pour une marque de voiture. Un homme parle : “Je suis un homme heureux : j’ai une femme merveilleuse, des enfants sensationnels, des amis extraordinaires, une maison magnifique, et nous passons des vacances dans des lieux sublimes… (silence)… mais je n’ai plus de rêve, plus de désir.”

Avons-nous encore des rêves, des désirs? Cela change quoi d’en avoir ou de ne pas en avoir ? Les vivants en ont, les morts n’en ont plus !

On nous a peut-être dit de nous méfier de notre cœur, alors nous avons essayé de l’ignorer, de le dompter ou de nous passer de lui. Or le plus grand ennemi de notre cœur n’est pas la passion ni le désir, mais l’apathie : se contenter de miettes alors que le banquet nous est ouvert, se contenter de contrefaçon alors que nous avons accès à l’authentique.

Vous aimeriez être formé comme disciple?

Adressez-vous à l'un de nos mentors

Un ennemi a dit que la vie d’ici est la seule et la vraie, après quoi, plus rien. “Faut pas rêver”, dit-il “tu serais déçu.” Et notre cœur l’a cru et a tenté de survivre dans un entre-deux, nostalgique d’hier, insatisfait d’aujourd’hui et frileux devant un futur qu’il n’ose plus désirer !

Or c’est une vie où le cœur n’est plus nécessaire puisqu’il n’y a pas d’enjeu, ni d’horizon d’ailleurs. Elle est vidée de sa substance parce que désertée de tout Désir, de toute passion. C’est le suicide de l’âme.

Mais Dieu a placé dans le cœur de chacun un élan extraordinaire: la pensée de l’éternité (Eccl. 3:11). C’est le Désir, avec un grand “D”, qui est la source de toutes les quêtes du monde, de nos aspirations les plus nobles mais aussi de nos chagrins les plus profonds. C’est lui qui nourrit un refus viscéral à nous laisser abattre, c’est lui qui nous fait pressentir un ailleurs au-delà des apparences et qui fait qu’on ne va pas rêver de l’océan à côté d’une flaque d’eau. Il nous fait bouger. Mais si, dans un moment de découragement, l’ennemi nous dit que l’océan n’a jamais existé, qu’advient-il de notre désir ?

“Un espoir différé rend le cœur malade, mais un désir accompli est un arbre de vie.”
Proverbes 13:12

“Nos os sont desséchés ! Notre espérance s’est évanouie, notre vie est brisée.” Dis-leur : Je vais ouvrir vos sépulcres et je vous ferai remonter de vos tombes, ô mon peuple. Je mettrai mon Esprit en vous et vous revivrez… alors vous reconnaîtrez que moi, l’Eternel, j’ai parlé et agi…”  Ezéchiel 37:11-14 BS

Alors parce que Christ a traversé notre mort et est ressuscité, Dieu va nous faire passer de la mort à la vie et le cœur nouveau que nous recevons est au diapason du cœur même de Dieu. Le Désir intense d’éternité qui habite celui, celle qui est né de nouveau est à la démesure de Celui qui l’y a placé. C’est grandiose !

“Mon cœur dit de ta part : Cherchez ma face ! Je cherche ta face, ô Eternel !” Psaume 27:8

“J’écouterai ce que dit Dieu… “Psaume 85:9

“Voici ce que je veux repasser dans mon cœur, ce qui me donnera de l’espérance. Les bontés de l’Eternel ne sont pas épuisées, ses compassions ne sont pas à leur terme ; elles se renouvellent chaque matin.” Lamentations 3 :21-23

Jésus sait que la vie humaine ne suffit pas à combler le cœur et là où celui-ci s’est laissé gagner par la résignation, il va oser une question, tout à fait embarrassante d’ailleurs. Attend-il une réponse, ou est-ce nous qui avons besoin d’écouter nos lèvres prononcer l’aspiration profonde de notre cœur ?

“Que veux-tu que je fasse pour toi?” Marc 10:51

“Veux-tu être guéri ?” Jean 5:6

“Que cherchez-vous ?” Jean 1:38

En effet, la passion de Dieu est une porte ouverte sur du possible, sur de l’inattendu, une invitation à reprendre le voyage, à quitter nos chemins de mort pour nous engager dans la cohérence avec la Vie.

“Ils trouvent dans leur cœur des chemins tout tracés.” Psaume 84:6

Alors…
“Garde ton cœur plus que toute autre chose, car de lui viennent les sources de la vie.” Proverbes 4 :23

Inspiré de Les trésors du cœur, John Eldredge, Ed. Farel, 2002

Print


Aucun commentaire

Afficher vos commentaires