Une bonne sensation de repos

Auteur: Suzanne Benner

reposJe me sens alternativement suffisamment  ou pas suffisamment au repos. Laissez-moi vous expliquer. Je traverse des périodes d’agitation quand j’ai l’impression qu’un travail me donnerait plus de but dans la vie ou qu’un déménagement mettrait du piment dans mon existence. Et puis j’ai des périodes où tout va bien. J’aime mes voisins, nous avons de bons revenus et les enfants sont heureux.

J’ai découvert que le fait d’être toujours satisfait n’est pas forcément une bonne chose. L’insatisfaction est souvent le signe mental, non pas d’un changement, mais plutôt un rappel que nous ne sommes pas des citoyens de la terre, mais que “nous sommes citoyens des cieux, d’où nous attendons aussi comme Sauveur le Seigneur Jésus-Christ” (Philippiens 3:20). Quand mon âme ne trouve pas le repos, c’est parce que j’aspire à quelque chose que je ne trouverai jamais sur terre. Inversement, nous sommes souvent trop à l’aise avec notre vie terrestre, oubliant que nous sommes faits pour bien plus que cela.

Les héros de notre foi n’ont pas construit de maisons avec garage pour trois voitures, ils vivaient sous des tentes, parce qu’ils savaient que notre vie n’est pas éternelle. Ils se considéraient comme des “étrangers et voyageurs sur la terre” (Hébreux 11:13).

Me considérer comme une étrangère sur terre transformerait la façon dont je vis.

“Mais maintenant ils en désirent une meilleure, c’est-à-dire une céleste. (Hébreux 11:16). J’ai besoin de commencer à chercher un pays meilleur, où la justice règnera, où Jésus est Seigneur, où l’on connaît la vérité et où l’on vit par elles.

Au lieu d’aspirer au jour où les enfants auront fini l’école et où je pourrai enfin avoir du temps pour moi, j’ai besoin d’aspirer au jour où je serai avec Jésus. J’ai besoin d’augmenter mes aspirations en me focalisant sur Jésus. Je dois fortifier mes attentes en vivant ici comme une étrangère. Mais comment fait-on pour vivre comme une étrangère? La parole de Dieu donne des instructions précise:

  1. S’abstenir de pécher. “Bien aimés, je vous exhorte, comme des étrangers et voyageurs sur la terre, à vous abstenir des convoitises charnelles qui font la guerre à l’âme.” (1Pierre 2:11)
  2. Etre sans ego. Nos émotions personnelles ne doivent pas définir la façon dont nous vivons. “Voici ce que je dis, frères, c’est que le temps est court; que désormais ceux qui ont une femme soient comme n’en ayant pas, ceux qui pleurent comme ne pleurant pas, ceux qui se réjouissent comme ne se réjouissant pas, ceux qui achètent comme ne possédant pas,…” (1Corinthiens 7:29-30)
  3. Ne pas être obnubilé par les possessions, mais être au contraire généreux.“… ceux qui achètent comme ne possédant pas, et ceux qui usent du monde comme n’en usant pas, car la figure de ce monde passe.” (1Corinthiens 7:30-31)
  4. Aimer et honorer Dieu; être saint. “Et si vous invoquez comme Père celui qui juge selon l’œuvre de chacun, sans favoritisme, conduisez-vous avec crainte pendant le temps de votre séjour sur terre.” (1Pierre 1:17)
  5. Admettre son statut de voyageur et aspirer à l’Avènement du Seigneur Jésus-Christ. “… reconnaissant qu’ils étaient étrangers et voyageurs sur la terre. Ceux qui parlent ainsi montrent qu’ils cherchent une patrie. S’ils avaient eu en vue celle d’où ils étaient sortis, ils auraient eu le temps d’y retourner. Mais maintenant ils en désirent une meilleure, c’est-à-dire une céleste. C’est pourquoi Dieu n’a pas honte d’être appelé leur Dieu, car il leur a préparé une cité.” (Hébreux 11:13-16)

“Aussi gémissons-nous dans cette tente, désirant revêtir notre domicile céleste” (2Corinthiens 5:2)

Dieu saint, aide-moi à comprendre ce que signifie vivre comme une étrangère sur la terre. Aide-moi à ne pas être attrapée ou consumée par les choses temporaires qui m’environnent. Fais-moi, au contraire, vivre pour toi et aspirer au retour de Jésus. Amen.

Print


Aucun commentaire

Afficher vos commentaires