S’abandonner

Auteur: RuthAnn Raycroft

sabandonnerPar  Jénnifer MacPherson et Ruth Ann Raycroft, traduit de l’anglais par Marie-Agnes Van Peuter

Comme beaucoup d’autres chrétiens, je lis ‘la Bible en 1 an’. Récemment, en lisant Deutéronome, j’ai perdu patience avec les Israélites.

« Comment ne peuvent-ils pas voir ce que Dieu veut faire pour eux ? »

Cela semblait être une perte de temps. Ils ont erré, ronchonné, se sont plaints, alors que pendant ce temps, Dieu voulait leur donner la Terre Promise. Ils se sont fait du souci, se sont disputés et ont cherché des solutions. Ils ont tout essayé par leurs propres forces alors qu’ils voyaient encore et encore la fidélité de Dieu. J’ai été frappée de voir combien je ressemble à ces Israélites.

Fatigué? Stressé? Abandonnez-vous entre les mains de Dieu

Besoin d'en parler? Écrire à un mentor
Est-ce que j’autorise Dieu à diriger ma vie et son Esprit à travailler au travers de moi ?Tout au long du Deutéronome, on retrouve le même commandement : aimer et obéir au Seigneur :

Deutéronome 6.4-5 : « Écoute, Israël ! L’Éternel, notre Dieu, est le seul Éternel.   Tu aimeras l’Éternel, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta force. »

Deutéronome 8.6 :  « Tu observeras les commandements de l’Éternel ton Dieu, pour marcher dans ses voies et pour le craindre. »

Deutéronome 10.12 – 13 : « Maintenant, Israël, que demande de toi l’Éternel, ton Dieu, si ce n’est que tu craignes l’Éternel, ton Dieu, afin de marcher dans toutes ses voies, d’aimer et de servir l’Éternel, ton Dieu, de tout ton coeur et de toute ton âme; si ce n’est que tu observes les commandements de l’Éternel et ses lois que je te prescris aujourd’hui, afin que tu sois  heureux ?»

Deutéronome 11.22 : « … pour aimer l’Éternel, votre Dieu, pour marcher dans toutes ses voies et pour vous attacher à lui. »

Deutéronome 30.20 : « … pour aimer l’Éternel, ton Dieu, pour obéir à sa voix, et pour t’attacher à lui : car de cela dépendent ta vie… »

Je peux voir ce que Moïse essayait de faire comprendre aux Israélites. Ce genre de relation avec Dieu – l’aimer de tout notre être et rester près de Lui – n’est pas basée sur un engagement envers Lui, mais sur l’abandon de soi.

Pour moi, c’est quelque chose de difficile à accepter. Je suis quelqu’un de parole. J’aime prendre action, aller de l’avant, faire bouger les choses. Je veux travailler pour le Seigneur, et pourtant je suis souvent occupée à faire des choses avec mes propres forces, ne laissant pas le contrôle de ma vie au Seigneur. Un engagement, c’est ma décision et mes actions ; l’abandon de soi, c’est Lui et ce qu’il fait dans et par moi.

Avons-nous peur ?

Parfois, nos occupations sont autant d’excuses pour éviter l’endroit calme et silencieux où Dieu peut vraiment nous parler. C’est souvent dans la solitude que nous découvrons les portes fermées, les motivations réelles de nos actions, ainsi que les domaines de notre vie qui n’ont pas encore été abandonnées à Dieu. Nous faisons tout ce que nous pouvons pour trouver quelque chose à faire, plutôt que de rester en Sa présence et écouter ce qu’Il nous dit. De quoi avons-nous peur ? C.S. Lewis a étudié cela dans les Chroniques de Narnia.

« Aslan remettra tout en ordre, comme il est dit dans ce passage d’un poème très ancien :

Le mal se change en bien
Aussitôt qu’Aslan revient,
Au bruit de son rugissement
Disparaissent tous les tourments
Quand il montre ses dents,
L’hiver meurt sur-le-champ
Et dès qu’il secoue sa crinière
Le printemps renaît sur la terre.

Vous comprendrez quand vous le verrez.

Mais le verrons-nous ? demanda Susan.

Eh bien, fille d’Éve, c’est la raison pour laquelle je vous ai amenés ici. Je dois vous conduire à l’endroit où vous le rencontrerez, dit M. Castor.

Est-ce…est-ce un homme ? Interrogea Lucy.

Aslan, un homme ! dit M. Castor sévèrement. Bien sûr que non ! Je vous dis qu’il est le roi de la forêt et le fils du grand empereur d’au-delà-des-mers. Ne savez-vous pas qui est roi des animaux ? Aslan est un lion, le Lion, le grand Lion.

Oooh ! s’exclama Susan. Je pensais qu’il était un homme…N’est-il pas…dangereux ? Cela me fera plutôt peur de rencontrer un lion…

Tu auras certainement peur, ma mignonne, c’est sûr ! dit Mme Castor. S’il existe des gens qui peuvent se présenter devant Aslan sans que leurs genoux tremblent, ils sont soit plus courageux que les autres, soit tout simplement stupides.

Alors, il est dangereux ? dit Lucy.

Dangereux ? reprit M. Castor. Vous n’avez donc pas entendu ce qu’a dit madame Castor ? Dangereux ? Evidemment qu’il est dangereux. Mais il est bon. Il est le roi, je vous le répète. »

Ce n’est pas l’extrait de C.S. Lewis que l’on a l’habitude de prendre en référence, mais ce passage tiré de Le Lion, la sorcière blanche et l’armoire magique illustre bien notre incapacité à comprendre.

Dieu est notre Roi et Il est BON ! Nous ne devons pas craindre de nous abandonner, de permettre à Son Esprit de venir en nous et de nous appuyer sur Lui. Dieu est BON et il veut être bon envers nous ! Si nous voulons avoir une vraie relation avec Dieu, nous devons tout laisser derrière : ‘Car celui qui voudra sauver sa vie la perdra, mais celui qui la perdra à cause de moi la trouvera’ (Mat 16.25). J’ai appris cette leçon à la dure.

En phase avec Dieu
Il y a quelques années, j’habitais en Australie où j’allais à l’institut biblique. En tant que responsable de jeunes dans mon église, je me suis fait des amis. Un jour, ceux-ci m’ont emmenée à la plage pour m’apprendre le ‘body surf’.

Lorsque nous sommes arrivés, la plage était fermée pour cause de mauvais temps. Le vent s’était levé et les courants marins étaient forts.  Le surveillant de baignade était rentré chez lui et il n’y avait plus personne. Ma fierté et mon désir d’apprendre m’ont poussée à y aller quand même. Après plusieurs essais en bordure de plage, j’ai décidé d’aller plus loin pour avoir de plus grandes vagues.

J’avais nagé pendant un moment lorsque je me suis rendue compte que j’étais plus éloignée de la plage que mes amis. Au début, cela ne m’a pas inquiétée. J’ai attendu qu’une vague vienne et me ramène au bord. Il n’y en a pas eu.

J’ai donc décidé de revenir à la nage. Plus je faisais d’efforts, plus j’étais repoussée. Tout en luttant, j’ai commencé à paniquer. J’étais fatiguée. Je voulais me laisser emporter vers le fond – près de 4.25 m – afin de toucher le fond et me reposer. Puis je pousserai de mes pieds pour rejoindre la surface et j’essaierai à nouveau de nager.

J’ai fait cela plusieurs fois, pour réaliser que ça ne me mènerait nulle part. Je pouvais voir mes amis sur la plage qui m’appelaient, mais je ne pouvais pas les entendre. Je savais qu’il n’y avait pas de surveillant de baignade. J’ai conclu que j’allais mourir et j’ai donc arrêté de nager. Je me suis laissée aller.

J’ai abandonné et j’ai laissé l’eau m’emporter. Je ne me souviens pas comment, mais après quelques minutes, j’étais sur la plage. J’avais beaucoup dévié par rapport à l’endroit où j’étais. C’était là qu’avait été mon problème. J’essayais de nager en ligne DROITE vers la plage, par mes propres forces. Le courant m’y ramenait en diagonale, me faisant prendre une direction tout à fait différente de celle que j’avais en tête. Lorsque j’ai cessé de lutter, j’ai rejoint le bord en toute sécurité.

Seigneur, voici, je tiens entre mes mains
Ma volonté – ce qui n’est rien
Car toi seul, O Christ peut comprendre
Que lorsque je te la donne, c’est pour ne rien reprendre.

Trempée de pleurs, tachée de soupirs
Serrée dans mes poings, pour que la beauté la quitte
Maintenant de ton respose-pieds, où elle se prosterne
La prière monte. Que ta volonté soit faite.

D.M. M’Intyre Une vie de prière cachée

Les objectifs que nous nous fixons sont souvent différents des résolutions de Son cœur, de Ses désirs ou de Son Royaume. Il ne nous ramène pas forcement directement à la plage. Il a peut-être une raison de dévier le courant. Nous devons chercher sa volonté.

Dans My Utmost for His Highest (Tout pour qu’Il règne), Oswald Chambers écrit que nous devons lâcher prise avant de pouvoir tenir fermement. C’est seulement en lui abandonnant tout que nous Le laissons nous donner tous les cadeaux qu’Il a pour nous.

Lorsque l’on a Christ, on est riche et satisfait. Il sera notre loyal et prudent serviteur dans toutes choses, ainsi vous n’aurez pas à vous reposer sur les hommes. Car les hommes changent vite et tombent vite ; mais Christ demeure à toujours et reste à nos côtés jusqu’à la fin.
Thomas à Kempis, The imitation of Christ (L’imitation de Christ)

Dans le calme, lorsque nous sommes libérés de nos occupations, nous écoutons Sa voix. Il peut nous dévoiler et condamner les choses qui nous empêchent de nous abandonner vraiment à Lui.

Dans le psaume 86, David prie « je te louerai de tout mon cœur ». Nous sommes tout à Lui lorsque notre cœur est entièrement tourné vers Lui et que nous sommes aussi capables d’aimer les autres. C’est ça l’amour vrai – Son amour débordant dans nos cœurs – cet amour est le Sien, pas le nôtre, – cherchant à donner et non à recevoir ; à comprendre plutôt qu’à être compris ; à réconforter au lieu d’être épaulé.

Dieu a utilisé Aggée pour montrer cela à ce qui restait du peuple d’Israël à Jérusalem. Le Seigneur leur a demandé de reconstruire le Temple, mais ils ont hésité, ont remis le projet à plus tard et ont trouvé des excuses pour ne pas le faire. Ils ont résisté et se sont divisés, sont devenus malheureux, pauvres et affamés. Puis Aggée leur a apporté le message de Dieu : « réfléchissez à ce qui vous arrive » (1.5). À partir du moment où ils s’en sont remis à Dieu, des choses se sont produites. Dieu a renouvelé leur esprit ; Il leur a donné l’assurance de sa fidélité et de ses promesses pour le futur ; Il leur a donné l’unité et l’amitié les uns pour les autres et Il a dit « à partir d’aujourd’hui, je vais répandre sur vous mes bienfaits » (2.19).

C’est lorsque nous sommes dévorés par quelque chose d’infiniment meilleur que nous que nous pouvons vraiment aimer les autres et Lui être utile pour l’avancement de Son Royaume. « Je suis la vigne et vous êtes les rameaux. Celui qui demeure uni à moi et à qui je suis uni, porte beaucoup de fruits, car vous ne pouvez rien faire sans moi ». (Jean 15.5).

Le but n’est pas de réussir, c’est d’être fidèle.  Il ne s’agit pas d’un engagement, mais de s’abandonner.

« Que le Seigneur nous accorde d’être engagés dans les ministères célestes de Sa sagesse afin que nous puissions avancer dans la vraie piété, pour Sa gloire et notre édification. Amen » John Calvin.

Dieu désire être la force de changement de notre vie. Il veut nous aider à nous sentir mieux à propos de nous-même, plus optimistes face au futur, plus reconnaissantes pour nos êtres chers et plus passionantes dans notre foi.

Si vous recherchez une solution au chaos de la vie, demandez à Dieu d’être la force dont vous avez besoin. Pourquoi ne pas faire cette simple prière et, par la foi, vous abandonner à Dieu en L’invitant à vous remplir de Son Esprit?

Cher Père, j’ai besoin de Toi. Je reconnais que j’ai péché contre Toi en dirigeant ma vie comme je l’entends. Je Te remercie d’avoir pardonné mes péchés par la mort de Christ sur la croix. J’invite maintenant Christ à reprendre sa place sur le trône de ma vie. Par la foi, je Te demande de me remplir de ton Esprit Saint selon Ton commandement et ta promesse qui se trouvent dans ta Parole. Je prie ceci dans le nom de Jésus. Comme expression de ma confiance, je Te remercie d’avoir repris la direction de ma vie et de me remplir du Saint-Esprit. Amen.

Si vous avez fait cette prière, nous aimerions être informés de votre décision! Cliquez sur le bouton suivant, et nous vous enverrons de l’information par courriel pour vous aider à croître dans votre vie spirituelle. Il nous fera plaisir de répondre à toute question que vous pourriez avoir.

L’équipe de chretiennes.com attend vos commentaires avec impatience!

Une étude biblique en ligne sur la plénitude du Saint-Esprit

A lire aussi:

À la découverte de la plénitude du Saint-Esprit

Print


2 réponses à “S’abandonner”

  • solange says:

    bjr carol j’ai un mentor elle s’appelle anne marie
    mais suis pas déranger que tu mentretienne aussi. sui une personne qui a vecu plusieurs situations et qui a besoin detre restaurer par le Seigneur. ma vie è faite de peur de manque de confiance comme les israélites. ici j’ai jamais parler à ma communauté de ce que je vis c’est pourquoi votr soutien m’est d’une grande aide. car je veux changé de tout mon coeur

  • carol says:

    Merci Solange, j’ai envoyé ton dernier message à Anne-Marie.

Afficher vos commentaires