La saison du renouveau

Auteur: Anne-Marie Montgomery

Aimez-vous le printemps?

Moi, j’adore, surtout que je vis au Québec, où les hivers sont longs et froids!

Certes, l’hiver a une beauté qui lui est particulière. Le paysage se peint de multiples teints bleutés, reflets du soleil et du ciel sur cette neige omniprésente qui couvre le pays comme un duvet…

Il y a un silence, l’hiver… Tout semble dormir…
Jusqu’au printemps… La saison de l’éveil et du renouveau.

La neige fond tranquillement pour révéler une tapisserie multicolore : l’herbe se dote d’un vert nouveau, les tulipes et les perce-neiges annoncent l’arrivée d’une douce chaleur, les arbres et les buissons bourgeonnent de vie.

Les oiseaux se mettent de concert pour nous chanter leur arrivée de leur voyage au Sud. Ils se construisent des nids en l’attente d’une nouvelle couvée, d’une génération à naître. Ils voltigent, ils se regroupent, ils fêtent!

Dans notre quartier, les écureuils et les marmottes sortent de leurs tanières après plusieurs mois de repos pour envahir les cours de nouveau…

Le printemps s’annonce à l’odeur de la mouffette… Mais à mille autres odeurs aussi!

Tout proclame le retour à la vie, après un long repos…

N’est-ce pas la raison que nous voyons des lapins et des œufs un peu partout dans les magasins? Ce sont depuis toujours des symboles de fécondité et de vie…

Je trouve fascinant le fait que c’est au printemps que le Fils Créateur meurt et reprend vie… C’est comme si Dieu avait voulu que la création entière proclame ce don ultime de Vie, offert en Jésus-Christ.

Lorsque j’étais enfant, j’étais fascinée par l’histoire de Pâques. J’enviais tellement les disciples qui avaient vu de leurs yeux le Seigneur. Comme j’aurais aimé l’entendre parler, comme j’aurais aimé le voir accueillir le marginal et le délaissé, guérir les malades, consoler les affligés! Si seulement cela avait été possible!

Mais j’ai vite fait de constater qu’en fait, Dieu m’avait doté d’une faculté qui rendait un tel retour dans le passé possible : mon imagination. Grâce à elle, je pouvais facilement revisiter ce point central de l’Histoire.

En lisant les Écritures, je pouvais m’imaginer…Jésus…

  • pleurant sur Jérusalem, avant d’entrer dans la ville aux clameurs de la foule.
  • célébrant la pâque juive avec ses disciples, lavant leur pieds, rompant le pain, passant la coupe
  • disant : «Ceci est mon corps, brisé pour vous… Ceci est mon sang, le sang de la nouvelle alliance, versé pour vous et pour la multitude, en rémission des péchés.»
  • priant dans le jardin de Gethsémané, ce refuge de paix, plaidant avec son père, exprimant son angoisse, sa tristesse, sa solitude.

Jésus

  • trahi, abandonné, giflé, moqué, malmené, traité injustement par ceux qu’il était venu sauver.
  • trébuchant sur la route du Calvaire, l’objet de ridicule et de rejet.
  • demandant au Père de nous pardonner, du haut de la croix.
  • exprimant sa soif, son abandon.
  • remettant son esprit entre les mains de son Père.

Dans mon imagination, je pouvais…suivre les femmes pour voir Jésus, mort, enseveli dans une tombe à la tombée de la nuit.

  • visiter avec elles la tombe à l’aube le dimanche de Pâques, et ressentir leur désarroi face au tombeau vide : Qui avait volé le corps? Qui nous a pris notre Jésus? Pourquoi a-t-on fait cela?
  • m’imaginer leur crainte, leur émerveillement lorsqu’ils entendent de la bouche d’anges que Jésus est ressuscité, lorsqu’elles le voient de leurs propres yeux et l’entendent de leurs oreilles.
  • voir Thomas, consterné, qui, en voyant de ses yeux Jésus ressuscité et glorieux, s’écrie : «Mon Seigneur et mon Dieu!»

Oui, mon imagination me permet de revivre l’histoire de la Passion. Mais je peux aussi m’inspirer de l’imagination des autres, en regardant des films comme Jésus, en lisant des romans comme Ben-Hur ou des allégories comme Le lion, la sorcière et le garde-robe, qui m’aident tous à comprendre combien cette résurrection est merveilleuse et transformatrice!

Chaque année, à Pâques, je me retourne vers le passé, et je vous invite à faire de même. En cette saison de renouveau, pourquoi ne pas prendre le temps de revisiter la Passion? Pourquoi ne pas célébrer non seulement le renouveau de la nature, mais aussi la vie éternelle que la mort et la résurrection de Jésus rendent possibles pour nous…

Ce printemps, célébrons non seulement la vie, mais la VIE!

Print


Aucun commentaire

Afficher vos commentaires