Pourquoi moi, Seigneur!

Auteur: Susan Martinuk

Alors que les larmes coulaient de mes yeux, j’étais contente que la salle d’échographie ait été dans la pénombre.  Le commentaire  de la part d’une infirmière n’était qu’une remarque irréfléchie. Les mots eux-mêmes étaient inoffensifs, mais ils avaient le pouvoir de me transpercer le cœur parce qu’ils étaient l’écho de mes sentiments. Pourquoi Dieu permettait-il que la maladie vienne détruire ma vie et ma carrière?

Ce jour-là, j’avais trouvé difficile d’arriver à l’hôpital à midi  afin de faire faire  des échographies aux femmes qui souffrent d’infertilité. En route, un automobiliste qui pensait que le feu rouge était vert avait heurté l’arrière de ma voiture. Je souffrais maintenant d’un mal de tête atroce qui amplifiait la souffrance que je ressentais déjà à cause d’une maladie chronique.

À la recherche du bonheur durable? Découvrir la voie de la joie


Des questions au sujet de Dieu? Parler avec un mentor

Tout ce que je pouvais faire c’était m’asseoir et noter des observations, sourire aux patients et faire semblant d’être vivante quand il me semblait que tous les membres de mon corps mouraient et désiraient mourir. Parfois, des choses arrivent qui viennent changer nos vies et rien n’est plus pareil. Je parle souvent de ces tel jours-là comme de «jour des jours», bien que mon «jour des jours» ait duré trois longues et pénibles années.

Cette époque a commencé le lendemain de la soutenance de ma thèse de maîtrise. Je me suis réveillée avec une violente migraine, une grippe intestinale et un rhume. Au début, les médecins et mes amis croyaient que ce n’était que l’effet de la tension des dernières semaines. Ils étaient certains que je n’avais qu’à me reposer et que tout rentrerait dans l’ordre.

Mais ce ne fut pas le cas. Pendant huit mois, j’ai vécu la frustration d’une lutte contre la fatigue et la maladie chronique. J’étais presque toujours épuisée, bien que j’ai eu de temps à autres quelques jours de répit. J’avais l’impression d’être constamment grippée et j’ai perdu 16 kilos. Après quelques temps, on m’a diagnostiquée comme souffrant du syndrome de fatigue chronique, c’est-à-dire une fatigue permanente accompagnée d’un système immunitaire déprimé.

L’ironie dans tout cela, c’est que malgré ma maladie, ma thèse de doctorat a connu un grand succès. Parce que nous étions les premiers enquêteurs à observer et noter le processus de l’ovulation humaine, nos études ont gagné une attention nationale et mondiale. Des opportunités se présentaient partout. Je connaissais le succès que je recherchais depuis si longtemps, mais j’étais trop malade et trop épuisée pour en jouir. Ce fut donc avec une frustration croissante que j’ai constaté que je ne pouvais pas atteindre les buts qui me tenaient le plus à cœur.

Dotée d’une personnalité du type A, j’avais besoin des défis que me présentait le travail pour me sentir bien dans ma peau. Quand je n’ai plus autant travaillé, mon amour propre a beaucoup souffert et je suis devenue très déprimée. Mes relations se détérioraient parce que j’étais trop épuisée pour m’y investir et trop fâchée pour être proche de qui que ce soit, surtout de ces personnes qui avaient assez d’énergie pour jouir d’une vie productive. Je ne pouvais plus fonctionner comme avant et, selon moi, si je ne pouvais plus tout faire, je ne voulais plus vivre.

Comme résultat, mon cœur est devenu ténébreux. Mon esprit criait vers Dieu: «POURQUOI?» Pourquoi vivais-je un tel tourment? Si Dieu m’avait abandonné à la mort, que je meure. Mais si je devais vivre, qu’il me guérisse et me permette de fonctionner comme une personne normale.

Pour la première fois de ma vie, je n’avais aucun contrôle sur les circonstances. Et, à bout de forces, je n’avais qu’un seul espoir: trouver de l’aide, quelque chose ou quelqu’un qui était plus grand que moi.

L’auteur C.S. Lewis dit que la souffrance est le mégaphone dont Dieu se sert pour éveiller un monde sourd. C’est vrai. Je ne me tournais pas beaucoup vers Dieu quand j’étais en bonne santé, occupée, capable… Je savais qu’il existait, mais ce n’est que lorsque je me suis retrouvée sans ressources que j’ai vraiment commencé à chercher Dieu et à crier vers Lui du plus profond de mon être.

Me tourner vers Dieu a été le premier pas de ma guérison. La guérison intérieure a commencé lorsque j’ai abandonné ma frustration et ma colère face à ma maladie et à mon incapacité à faire ce que je voulais. Elle a commencé lorsque j’ai constaté que mon amour propre ne dépendait pas de mon succès académique ou de ma capacité de production. Et, en reconnaissant mon incapacité de m’aimer quand j’étais malade, j’ai goûté à l’amour de Dieu pour moi dans mes moments de plus grande faiblesse. La guérison intérieure a commencé quand j’ai cessé de lutter contre les circonstances.

Depuis, j’ai dû choisir de me fier quotidiennement au fait que Dieu est souverain et qu’il va utiliser cette maladie pour accomplir ses buts pour moi. La plupart du temps, je puis me fier au fait que son amour et sa puissance me suffisent.

Mais il y a d’autres fois où je dois lutter pour me confier à lui. Et c’est pendant ces moments-là que je suis reconnaissante envers les amis qui me rappellent que la douleur et la souffrance ne diminuent en rien la puissance de Dieu. Il peut guérir instantanément et miraculeusement. Mais nous vivons dans un monde imparfait et ce n’est qu’en reconnaissant notre souffrance et notre besoin de lui que nous pouvons découvrir le merveilleux pouvoir de guérison de Dieu.

Chaque pas que j’ai pris pendant mon voyage de réconciliation avec Dieu m’a permis de guérir un peu au niveau physique. Cependant, je vois maintenant la guérison de Dieu comme un processus beaucoup plus profond et complet que la simple guérison du corps physique. En effet, c’est la guérison émotionnelle et spirituelle qui me permettent de trouver la paix et le contentement, quel que soit mon état physique.

Ma lutte contre le syndrome de fatigue chronique est la chose la plus difficile que j’aie eu à traverser. Et, bien que je ne m’en sois pas rendu compte au début, c’est grâce à elle que j’ai connu un cheminement avec Dieu qui a transformé ma vie. Ce cheminement a changé mes priorités et m’a enseigné à mettre mon espoir en Dieu pour accomplir quoi que ce soit, plutôt que de dépendre de mes propres talents et compétences.

Et vous? Quelles luttes affrontez-vous seules? Vous demandez-vous où se trouve Dieu en ce temps de souffrance?

Dieu désire être la force de changement de notre vie. Il veut nous aider à nous sentir mieux à propos de nous-même, plus excitée face au futur, plus reconnaissante pour nos êtres chers et plus enthousiaste dans notre foi.

Si vous recherchez une solution au chaos de la vie, demandez à Dieu d’être la force dont vous avez besoin pour être plus confiante en vous-même, en meilleure harmonie avec ceux qui vous sont chers et plus efficace dans votre travail. Pourquoi ne pas faire cette simple prière et, par la foi, inviter Dieu à vous remplir de Son Esprit?

Cher Père, j’ai besoin de toi. Je reconnais que j’ai péché contre toi en dirigeant ma vie comme je l’entends. Je te remercie d’avoir pardonné mes péchés par la mort de Christ sur la croix. J’invite maintenant Christ à reprendre sa place sur le trône de ma vie. Par la foi, je te demande de me remplir de ton Esprit Saint selon ton commandement et ta promesse qui se trouvent dans ta Parole. Je prie ceci dans le nom de Jésus. Comme expression de ma confiance, je te remercie d’avoir repris la direction de ma vie et de me remplir du Saint-Esprit. Amen.

Si vous avez fait cette prière, nous aimerions être informés de votre décision! Cliquez sur le bouton suivant, et nous vous enverrons de l’information par courriel pour vous aider à croître dans votre vie spirituelle. Il nous fera plaisir de répondre à toute question que vous pourriez avoir.

Print


Une réponse à “Pourquoi moi, Seigneur!”

  • verite says:

    Si Anu/allah/jehovah/Yahvé/bouddha/jésus/Lucifer/satan/saturne/chronos/fenrir (c est la meme personne) te fait souffrir c est normal il aime pas voir l humanité heureuse, il la detruit depuis 4000 ans. Alors plus tu souffres plus il rigole et quand en plus tu viens lui faire une priere il doit vraiment rire et je dirai meme jouir de ca, sanguinaire comme il est cet emasculé …
    Bref cette infamie rendra gorge bientôt, il a déjà perdu beaucoup lui et ses légions retiennent l humanité en otage sur Terre et essayent de detruire le plus d ames possible.
    Ton Père qui t a créé est Shiva/EA/Enki/Promethee/ptath/ARYA/SATYA, si tu te tournes vers lui tu auras surement de meilleurs résultats car il vibre dans ton adn(tu sais le soi disant adn poubelle…) et il est le père de ton ame.
    Je parle de mon experience personnel 🙂
    SHIVA est le grand destructeur du mal avec sa femme Kali/Parvati/Durga/Lakshmi
    Nous sommes leurs enfants chéris et dans un futur proches ils reprendront cette belle terre ou nous sommes retenu en otages, il doit donc agir en douceur ( pas comme le swat, gign ou autre groupe terroriste gouvernemental qui eux tirent dans le tas sans se soucier des otages)
    Que l amour de Shiva transcende ton adn et que la lumiere jaillisse dans ton esprit.

Afficher vos commentaires