Relooking spirituel

Auteur: Tonya Ruiz

ruiz“I learned the truth at 17, that love was meant for beauty queens…” (j’ai appris la vérité à 17 ans, que l’amour est destiné aux reines de beauté). C’est ce qui passait à la radio en 1975. J’étais maigre et j’avais 12 ans. Et je croyais qu’en devenant belle ma vie serait parfaite.

Quatre ans plus tard, à 16 ans, j’ai été choisie parmi plus de 200 filles pour aller à Paris et devenir mannequin de mode. Mon agent m’a dit: “Tu as comme passeport pour le succès ton corps ultra mince, tes cheveux blonds et tes yeux bleus.” Le magazine Teen a écrit une article sur ma vie: “L’histoire de la réussite d’un mannequin – comme dans les films!”

Mon exaltante vie de star était ponctuée de danses, de beuveries, d’aventures et de fêtes. Je vivais à toute allure. Je n’aurais jamais pensé que mes excès de boisson et de nourriture pourraient affecter mon apparence. “Tu a l’air bouffie et fatiguée!”

Qui est Jésus? Le connaissez-vous?

Des questions? Parlez-nous-en!

Un matin, je suis allée à une prise de vue. Le coiffeur m’a méticuleusement arrangé les cheveux en un chignon élégant. J’ai enfilé la robe qui m’attendait. Les assistants ont réglé la lumière et j’ai pris ma place. Le photographe m’a scruté de haut en bas et a déclaré: “Non. Ca ne va pas. Vous pouvez rentrer chez vous.” J’ai été dévastée par ce premier rejet. Cela m’a fait ‘effet d’un coup de poing dans l’estomac. En rentrant à la maison, je me suis consolée avec une énorme barre chocolatée.

J’étais refusée à cause de mon poids

Six mois plus tard, j’étais seule dans un appartement à New York. Un soir, ma mère m’a appelé: “Valérie, ton agent nous a appelé et nous a dit que tu avais pris du poids et que tu étais devenue grosse. Tonya, est-ce que c’est vrai?”
“Oui”, répondis-je en pleurant. “Et je suis horrible.”

A 16 ans, je pesais 54 kilos et demi pour 1m73, ce qui était énorme. C’était 4 kilos et demi de plus que sur les photos de mon book. Les kilos traîtres, qui me rendaient bouffie, m’empêchaient de devenir un top model.

Chaque fois que je me pesais, c’était une torture. Si j’avais été une personne normale, j’aurais été mince, mais je ne l’étais pas selon les standards de l’industrie de la mode et certainement pas non plus pour mon agent new-yorkaise, Eileen Ford. Un jour, après un jeûne de huit jour, je me suis présentée à l’agence et je lui ai dit: “Regarde, j’ai maigri.” Je pesais 52 kilos et demi. Elle m’a toisée du regard et m’a répondu sans ménagement: “Tu es encore grosse. Perds encore 2 kilos”.

Je ne maîtrisais plus mon alimentation. Plus j’essayais de perdre du poids, plus je mangeais. Je me consolais en m’achetant des crèmes glacées. Je mangeais toute une boite de céréales suivie de quatre litres de crème glacée avant de prendre des laxatifs par poignées. Je me mettais la tête dans les toilettes et j’essayais de me faire vomir. J’ai pris des pilules pour maigrir afin d’accélérer mon métabolisme, ainsi que des diurétiques pour me débarrasser de toute eau indésirable. Je voulais avoir un look parfait. Mais mon alimentation était hors contrôle, de même que ma vie. Je ne pouvais être heureuse qu’en étant mince.

J’étais désespérée de mon apparence et j’étais obsédée par la nourriture. Quand je scrutais mon reflet dans le miroir, c’était comme si j’étais dans un palais de glaces. Ma vision était déformée. Ce que je voyais ne représentais pas la réalité. Quand je me regardais dans le miroir, je n’étais plus Cheryl Ladd, mais mademoiselle cochonne. A un moment donné, j’ai perdu le sens des réalités. Ce que je valais, aux yeux de mon agent et aux miens, dépendait de mon apparence. Et puisque je n’étais pas parfaite, je ne valais rien.

A la recherche de réponses

Pendant les deux années suivantes, j’ai voyagé et j’ai fait plus de 120 000 kilomètres pour mon travail de mannequin de mode. Je me servais de la nourriture, de l’alcool, des pilules et des hommes pour remplir le vide que je ressentais en moi. Ma vie de star et d’exaltation s’était évanouie depuis longtemps. J’ai cherché dans plusieurs églises et philosophies nouvel âge, j’ai lu des livres sur la recherche de soi ainsi que mon horoscope chaque jour, dans l’espoir de trouver des réponses aux questions que je ma posais. Mais je n’ai rien trouvé. Mon poids et mes émotions jouaient aux montagnes russes. A l’âge tendre de 18 ans, âge où les jeunes filles normales terminent l’école et commencent leur vie, j’ai décidé, après avoir bien réfléchi, que le suicide était ma seule option. Avant de me tuer, j’ai quitté la Suisse et pris un vol pour l’Amérique, afin de faire mes adieux à ma famille.

Quelques semaines après mon retour, une de mes amies m’a appelée et m’a invitée à venir à l’église avec elle. La veille au soir, elle m’a parlé de Jésus. “D’abord je mets ma vie en ordre, et ensuite je l’accepterai comme mon seigneur,” lui ais-je répondu. “Accepte-le d’abord comme Seigneur,” a-t-elle renchéri pour m’encourager. “Il t’aidera à mettre de l’ordre dans ta vie.”

Le lendemain matin, le pasteur a demandé: “Est-ce que vous avez un vide dans votre vie? Est-ce que vous avez tout essayé mais ressentez quand même ce vide? Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle. Est-ce que vous voulez la vie éternelle? Est-ce que vous voulez que votre vie soit remplie de signification?”

J’avais l’impression qu’il s’adressait à moi personnellement. Malgré tout ce que j’avais acquis et accompli, j’étais toujours à la recherche de cette part de vie qui me manquait. Je me suis demandée comment il pouvait si bien me connaître. C’était la première fois que j’entendais quelqu’un expliquer aussi simplement la vérité et comment devenir chrétien. Il a parlé de la façon dont je pouvais recevoir Jésus dans ma vie. Et c’était exactement ce que je voulais faire. Je le voulais pour qu’il puisse, comme me l’avait dit mon amie, m’aider à mettre ma vie en ordre.

Nouvelle personne en Christ

Auparavant, je n’avais entendu parler de la mort de Jésus uniquement d’un point de vue historique. Je ne pensais pas que cela me concernais personnellement. Cette nuit-là, j’ai réalisé que Jésus était mort pour moi. J’ai couru à l’autel, je me suis agenouillée et je l’ai accepté comme mon Seigneur. Depuis ce jour, ma vie a pris une nouvelle direction. Dieu m’a guéri physiquement et émotionnellement. Quand j’ai arrêté de malmener mon corps avec des médicaments, l’alcool et les régimes, j’ai retrouvé la santé.

Il y a huit ans, j’ai commencé à écrire ma biographie et à parler de choses dont je n’avais pas parlé pendant des années. En tant que mère, je me demandais comment je pourrais bien enseigner à mes enfants à se regarder à travers les yeux de Dieu. Je ne voulais pas qu’il se comparent avec les standards de beauté impossibles à atteindre que les médias diffusent à travers les publicités, les affiches et les couvertures de magazines.

Se rendraient-ils compte que la valeur qu’ils avaient pour Dieu ne se mesurait pas en poids ou avec des traits et des membres finement ciselés? Comment faire pour leur transmettre ce message en même temps que le fait qu’ils devaient prendre soin de leur corps? Parce que le corps qu’ils avaient était à la fois unique et merveilleusement créé par Dieu.

Un soir, en les bordant dans leurs lits, je leur ai lu dans la bible 1 Samuel 16: 7: “L’Eternel ne considère pas ce que l’homme considère; l’homme regarde à ce qui frappe les yeux, mais l’Eternel regarde au cœur.”

A travers les années, j’ai encouragé mes enfants à cultiver la beauté, la beauté intérieure. Mes filles aînées font maintenant des études bibliques. Elles aussi sont allées en Europe, mais en tant que missionnaires et non pas comme mannequin. Mes deux fils grandissent chaque jour un peu plus.

Il n’y a pas très longtemps, j’ai eu une insomnie. Il faisait froid dehors, mais j’étais bien au chaud dans mon lit au côté de mon mari. Il m’enlaçait si fort que je sentais les battements de son cœur et que son souffle chaud caressait mon visage. J’étais comblée et en paix. Si je m’étais suicidée dans la solitude de cette chambre d’hôtel 22 ans auparavant, j’aurais manqué tout cela. Aujourd’hui, les souvenirs douloureux que me hantaient, les peines, la colère et l’amertume n’ont plus de pouvoir sur moi comme ils en avaient avant. J’aime l’Ecriture Jérémie 29: 11 “Car je connais les projets que j’ai formés sur vous, dit l’Eternel, projets de paix et non de malheur, afin de vous donner un avenir et de l’espérance.”

De temps en temps, je voudrais bien redevenir jeune et mince. Je voudrais que mon ventre ne repose pas à côté de moi quand je dors sur le côté. Heureusement, je sais que la beauté physique n’est que chair et donc temporaire, mais que la vraie beauté vient de la profondeur de l’âme. Je me repose dans la pensée que Dieu ne m’aime pas à cause de la taille de mon jean, de la condition de ma peau ou du reflet de mon miroir. Mais il m’a tellement aimée, qu’il a envoyé son Fils unique mourir pour moi. Je suis, réellement, précieuse à ses yeux.

Précieuse aux yeux de Dieu

Vous êtes précieuse pour Dieu. Vous êtes le produit de son travail, une œuvre unique et d’une seule sorte. Les grands couturiers signent leurs créations. Même la poupée Barbie a son poinçon “Mattel” dans le dos. Dieu a créé chacun de nous. Et chacun de nous porte sa marque “Façonné par Dieu, céateur original “.

Avez-vous des problèmes d’amour propre? Avez-vous des problèmes de compétition avec les standards de ce monde? Cela n’est pas nécessaire. A travers Jésus-Christ, nous avons toutes la liberté de vivre selon le plan parfait que Dieu a pour chacune de nous.

De la même que vous avez reçu Jésus-Christ en vous par la foi, Dieu a aussi promis de donner à tous les croyants la puissance du Saint Esprit, de façon à ce que nous puissions vivre librement la vie paisible qu’il veut que nous vivions. Pour cela, il vous faut simplement lui demander avec foi et recevoir la promesse qu’il vous a faite (Actes 1:8).

Dieu désire être la force de changement de notre vie. Il veut nous aider à nous sentir mieux à propos de nous-même, plus excitée face au futur, plus reconnaissante pour nos êtres chers et plus enthousiaste dans notre foi.

Si vous recherchez une solution au chaos de la vie, demandez à Dieu d’être la force dont vous avez besoin pour être plus confiante en vous-même, en meilleure harmonie avec ceux qui vous sont chers et plus efficace dans votre travail. Pourquoi ne pas faire cette simple prière et, par la foi, inviter Dieu à vous remplir de Son Esprit?

Cher Père, j’ai besoin de toi. Je reconnais que j’ai péché contre toi en dirigeant ma vie comme je l’entends. Je te remercie d’avoir pardonné mes péchés par la mort de Christ sur la croix. J’invite maintenant Christ à reprendre sa place sur le trône de ma vie. Par la foi, je te demande de me remplir de ton Esprit Saint selon ton commandement et ta promesse qui se trouvent dans ta Parole. Je prie ceci dans le nom de Jésus. Comme expression de ma confiance, je te remercie d’avoir repris la direction de ma vie et de me remplir du Saint-Esprit. Amen.

Si vous avez fait cette prière, nous aimerions être informés de votre décision! Cliquez sur le bouton suivant, et nous vous enverrons de l’information par courriel pour vous aider à croître dans votre vie spirituelle. Il nous fera plaisir de répondre à toute question que vous pourriez avoir.

Print


Aucun commentaire

Afficher vos commentaires