Un pas de foi : partager l’Évangile avec les voisins à Noël

Auteur: Michelle Taylor

« Seigneur, pourquoi voulais-tu que nous déménagions ICI? » C’était là la question que je me posais depuis que mon mari et moi avions quitté la maison dans laquelle nous vivions pendant plus de 24 ans pour déménager dans une maison à dix kilomètres de là. Dans notre ancien voisinage, je connaissais tout le monde. Dans notre nouveau voisinage, après 8 mois, je ne connaissais que deux voisins et je voyais rarement les autres.

Un matin, pendant mon culte personnel, j’écoutais une prédication au sujet d’Apocalypse 3, qui parle de l’église de Philadelphie. Le prédicateur expliquait qu’à l’époque, Philadelphie était un village à la frontière de l’empire que les Romains avaient établi pour répandre la loi et la culture romaines dans la région. De même, l’église de Philadelphie devait faire connaître les voies de Dieu à la région. C’est alors que la pensée m’est venue : « Seigneur, est-ce possible que tu nous aies mis ici pour te faire connaître dans ce voisinage? »

Qui est Jésus? Le connaissez-vous?

Des questions? Parlez-nous-en!

J’ai prié à ce sujet pendant une semaine, en devenant de plus en plus convaincue que Dieu voulait que je partage l’Évangile avec les dames du voisinage. Comme je n’avais aucune idée de comment procéder, j’ai téléphoné à une bonne amie qui travaillait pour un organisme chrétien, car je savais qu’elle avait organisé plusieurs événements évangéliques. J’ai partagé avec elle ma conviction que je devrais partager l’évangile dans mon voisinage (environ 47 maisons), en lui demandant conseil. Elle a suggéré que j’organise un déjeuner chez nous, que j’y invite tous les voisins et que j’y présente l’Évangile. Elle m’a passé un livre anglais, Entertaining for Eternity, écrit par son amie Nan McCullough, qui contenait beaucoup d’idées à ce sujet. (Voir aussi www.entertainingforeternity.com) J’ai lu le livre et j’ai même parlé avec Nan, qui a suggéré que j’organise un brunch de Noël, puisque c’est la saison idéale pour parler de Jésus. Nan a offert d’être conférencière pour l’événement.

Cela m’inquiétait. Je ne suis pas souvent hôtesse. Que faire si personne ne vient? Qu’en penseraient mes voisins? Me penserait-on fanatique? Cela offenserait-il mes voisines? Chercheraient-elles à m’éviter à l’avenir?

J’ai appelé tout de suite une bonne amie qui est convaincue de l’efficacité de la prière. Je lui ai partagé ma conviction et mes craintes au sujet du brunch de Noël. Je lui ai demandé si elle voudrait bien venir chez moi le jour du brunch pour prier pendant l’événement. J’ai aussi contacté plusieurs autres amis chrétiens pour leur demander de prier régulièrement pour l’événement.

Quatre semaines avant le brunch, je luttais toujours avec mes craintes. Ce dimanche-là, notre pasteur a parlé de l’importance de soumettre notre vie entière au Seigneur. Je craignais tant la réaction de mes voisins; j’ai constaté que c’était le cas parce que je m’intéressais plus à ma réputation qu’à celle de Dieu. J’ai décidé de mettre ma réputation entre les mains de Dieu. J’ai confessé mes craintes et mon égoïsme dans ce domaine. Je savais qu’il me demandait d’organiser cet événement, et j’ai décidé de me fier à lui pour les résultats : il en était le responsable.

J’ai fait imprimer des invitations et je me suis promenée de porte en porte pour les livrer. À chaque maison, je me suis présentée à la femme en question en exprimant le souhait de pouvoir l’accueillir au brunch. Les réponses étaient variées. Toutes les femmes étaient polies; certaines étaient très enthousiastes, mais la plupart étaient hésitantes et surprises à la fois. J’ai essayé de me rappeler tous les noms et visages pour pouvoir accueillir chacune par nom le jour du brunch.

Des 47 personnes invitées, 33 ont répondu à l’invitation — 25 pour dire oui, 8 pour dire non. J’étais si contente!

Le jour du brunch arriva. Les femmes arrivaient tranquillement; c’est alors que j’ai constaté que la plupart d’entre elles ne se connaissaient pas, mais étaient bien heureuses de se rencontrer ensemble. J’avais étalé les différents plats dans la salle à diner : tout le monde s’est servi pour ensuite aller s’asseoir dehors autour des tables que j’avais installées dans la cour. Sur chaque table se trouvait une question imprimée sur une carte : « Quel est votre tradition ou votre souvenir de Noël préféré? » Cette question a servi à encourager le partage.

Après le repas, tout le monde s’est assemblé au salon. Une pianiste a joué et chanté un cantique de Noël. Ensuite, elle nous a invitées à chanter d’autres cantiques avec elle. Nan, notre conférencière, a parlé pendant une vingtaine de minutes au sujet du sens de Noël. Elle a parlé de la tradition de Noël qui consiste à offrir des cadeaux, pour ensuite parler du don que Dieu nous a offert : son Fils. Elle a clairement expliqué que, comme pour tout autre cadeau, pour recevoir Jésus, il faut l’accepter. Elle m’a ensuite demandé d’expliquer comment j’avais accueilli Jésus Christ comme Sauveur. Les femmes écoutaient très attentivement nos partages. Une fois que j’avais terminé, Nan a invité les femmes à ouvrir leur cœur à Jésus, en expliquant comment faire. Elle a prié à  voix haute, en invitant toutes celles qui voulaient confier leur vie à Jésus à prier avec elle silencieusement. Nous avons ensuite passé des cartes de commentaires en invitant les femmes à nous dire ce qu’elles avaient pensé de l’événement.

Ensuite, nous avons passé au café et au dessert et avons continué nos échanges. Chaque femme a reçu un petit sac-cadeau à son départ qui contenait un biscuit de Noël et le livret Connaître Dieu personnellement. Elles m’ont remerciée chaleureusement pour l’invitation et semblaient touchées par le message et l’hospitalité.

Après leur départ, Nan et moi avons lu les cartes de commentaires. J’ai pleuré en les lisant. Sept femmes avaient indiqué qu’elles avaient confié leur vie à Jésus. Quatre ont indiqué le désir de se joindre à un groupe de discussion biblique. Les autres ont toutes indiqué qu’elles connaissaient déjà Jésus personnellement. TOUS les commentaires étaient positifs : « Un bel événement. » « J’ai eu beaucoup de plaisir et j’ai compris des choses. » « Quelle belle occasion de faire la connaissance des autres femmes du voisinage. » « Une belle façon de débuter la saison de l’avent. » « Cela a mis l’accent sur le vrai sens de Noël. » « Très inspirant. Merci! »

Je suis très contente d’avoir obéi au Seigneur et organisé ce brunch. Cela dépassait mes capacités, mais Dieu a utilisé ma faiblesse pour manifester sa puissance. J’étais là à le regarder travailler, étonnée qu’il me donne le privilège de participer à son œuvre. La puissance de la prière était si évidente. Je suis contente que mes voisines aient appris que je vis une relation personnelle avec Jésus-Christ. J’espère que cela permettra un dialogue plus profond avec elles à l’avenir. Dieu a commencé à me montrer pourquoi il voulait que nous déménagions ici. J’ai hâte de découvrir de plus en plus ses plans pour nous!

Comment organiser un tel événement Préparatifs de Noël

Print


Aucun commentaire

Afficher vos commentaires