Vivre le deuil

Auteur: Gail Rodgers

Traduit de l’anglais par Jean Hubert Fotso

La douleur est une expérience unique. C’est un processus aussi particulier que les personnes qui sont touchées. Bien entendu, il y a des phases prévisibles… mais la perte d’un être cher est une expérience très personnelle.

Récemment, mon père nous a quittés. Il est difficile de croire que cela est arrivé il y a seulement deux mois. J’ai traversé des moments difficiles pendant ces quelques semaines. J’ai éprouvé des émotions contradictoires. Je comprends mieux aujourd’hui que le temps et la vie sont un don de Dieu. Le plus important n’est pas de bien commencer, mais de bien terminer. Ainsi, ceux qui viendront après nous trouveront un exemple à suivre. Nous n’apportons rien dans ce monde, et nous n’en emporterons rien. Mais nous laisserons tous un héritage pour la génération suivante.

L’héritage de mon père

Je présenterai, intentionnellement et avec précision, les trésors que mon père a déposés dans ma vie. Je ne voulais dévoiler que ces qualités que je copierai de lui, maintenant qu’il n’est plus là. J’ai ressorti quatre vertus de l’héritage légué par mon père. Je voudrais que cet héritage reçu de lui fasse partie de ma vie quotidienne.

1. BONNE HUMEUR : Papa aimait raconter des blagues (et souvent une blague amusante!). Il était très futé et pouvait faire rire n’importe qui, en très peu de temps. Pour papa, la bonne humeur était très importante et de nombreux moments étaient illuminés par son sens de l’humour. Même les infirmières des soins à domicile pourraient confirmer que son sens de l’humour est resté intact bien qu’il fût paralysé de la hanche jusqu’aux pieds pendant plusieurs mois.

Je me souviens qu’un jour, un travailleur, en entrant, lui a demandé : « Monsieur, que savez-vous ce soir? » Papa a rapidement répondu : « Bon, je sais davantage sur rien, et très bientôt, je saurai tout de rien. »

Au fur et à mesure que le temps passe, la sagesse m’enseigne à regarder le bon côté de la vie.  Je vois la joie qu’il y a à mettre un sourire sur le visage d’une autre personne et l’importance de rire plus souvent, même quand la vie est difficile.

2. COURAGE : Papa a toujours bien accepté sa maladie; il parlait rarement de sa santé, ne s’en plaignait jamais et menait paisiblement sa vie. Son courage face au traitement nous avait toujours surpris. J’espère relever avec le même courage tous les défis que je rencontrerai sur mon chemin. Le courage signifie trouver de la joie dans les choses simples de la vie, même face à l’adversité.

3. BON PÈRE DE FAMILLE : Papa travaillait beaucoup. Il pourvoyait à tous les besoins de la famille. On dit que ce qu’un père peut faire de plus important pour ses enfants, c’est d’aimer leur mère. Papa était un modèle à cet égard. Son mariage avec maman a duré 63 ans. Nous sommes reconnaissants envers Dieu d’avoir permis à maman d’être aux côtés de papa jusqu’à son dernier souffle.

En grandissant, j’ai toujours vu papa traiter maman avec amour et respect. Même au cours de ces dernières semaines, quand maman entrait souvent dans sa chambre, il disait : « N’est-elle pas belle! »  Il l’aimait de tout son cœur. Alors, je garderai avec moi cette sagesse qui consiste à valoriser ceux qu’on aime et le leur faire savoir.

Nous, les enfants et petits-enfants, sommes très reconnaissants pour l’héritage d’amour que maman et papa nous ont légué. Nous voulons préserver cet amour durable dans un monde où cette forme de fidélité devient une valeur de plus en plus rare.

4. FOI : Papa nous a laissé un héritage de foi. Papa croyait en Dieu a avait accepté Jésus-Christ comme son Sauveur personnel. Il ne parlait pas beaucoup de sa foi. Il ne dirigeait pas d’études bibliques, ni ne faisait pas de prières éloquentes, mais il avait la foi, et il le montrait à travers sa générosité envers les missionnaires et sa grande gentillesse envers les autres. Il a été pendant 50 ans le trésorier de l’église. Il était toujours là pour boucher un trou sur le mur de l’église ou mettre une nouvelle couche de peinture.

Pendant que nous grandissions, la foi a fait la différence dans notre maison, et elle continue de faire la différence dans ma vie aujourd’hui en raison de l’exemple de papa et de maman.
Pendant ces derniers mois, au moment d’aller nous coucher, nous tirions souvent un verset biblique de leur boîte à versets et le lisions ensemble avant de prier. Une nuit, papa a prié en termes simples, mais profonds, comme suit : « Seigneur, merci pour toutes les bonnes choses que tu permets dans nos vies. » Sa gratitude envers Dieu, malgré sa paralysie, nous en a beaucoup enseigné.

Si je serre ces trésors paternels dans mon cœur, ils m’aideront le restant de ma vie.

N’oubliez jamais votre sens de l’humour.
Ne perdez jamais courage, même face à une difficulté.
Valorisez ceux que vous aimez et dites-le-leur.
Ayez foi en Dieu.

Si vous avez perdu un être cher, retenez une ou deux valeurs de sa vie, que vous pourrez garder dans votre cœur avec leurs souvenirs. J’ai constaté que c’est un bon moyen de surmonter la perte, de valoriser son héritage et d’être plus fort parce que mon père les a vécues. Je prie que cela vous aide également si vous avez perdu un proche. Que Dieu vous bénisse!

Avez-vous perdre un être cher?  Aimeriez-vous en parler avec un mentor en ligne?

Á lire aussi:  Mon fils, qui est au  ciel

Après le suicide d’un proche

 

 

Print


Aucun commentaire

Afficher vos commentaires