Relations superficielles ou vraies amitiés?

Auteur: Delphine Gauvain

Ne te poses-tu jamais cette question : “Mais comment aux temps des Actes, les chrétiens pouvaient se voir absolument tous les jours pendant des mois et des mois, partageant tout, priant sans cesse ensemble, sans (excusez moi l’expression) se prendre la tête?” Il y a des personnes avec qui naturellement je peux développer une amitié. Leur personnalité semble s’harmoniser tellement naturellement avec la mienne que de passer du temps en leur présence n’est que pure joie…Mais que faire lorsque, dans mon église, je rencontre régulièrement une sœur avec qui sincèrement parlant “c’est pas trop ça !”…

Peut-être  rencontres-tu une sœur que tu dois voir régulièrement à cause d’un ministère que vous  accomplissez  ensemble ou d’un groupe maison ou de prière. Le temps passant, tu  commences à ressentir sournoisement un désir de t’éloigner ou de faire tout ce qui est possible pour avoir le moins de conversation avec elle!  Parfois nous sommes aveuglées par nos faiblesses, un voile est sur nos yeux…

Aimer comme Jésus : Est-ce possible?

Vous voulez changer? Parlez-nous-en!
Nous pensons parfois : “Tout le monde devrait m’aimer, je suis une personne tellement gentille, je fais tout ce qui est en mon pouvoir pour entretenir de bonnes relations…”

Mais de la même manière que les gens nous tapent parfois sur les nerfs, n’oublions pas : cela peut être réciproque! Nous ne sommes pas parfaites!  Tout comme notre colonne vertébrale est cachée à notre regard, nous ne réalisons pas que nos faiblesses, défauts et manquements si faciles à trouver dans les autres, sont là béants!   Il y a comme une “pancarte” accrochée à notre dos, “paresseuse, calomnieuse, orgueilleuse…” et toutes les personnes qui  se rapprochent de nous peuvent la voir, imposante… mais nous sommes, nous mêmes, trop occupées à pointer du doigt celle de la voisine!

Nous avons toutes été, au moins une fois, blessées dans nos relations d’amitié ou autre, ces tempêtes passées, nous  nous sentons  prudentes, méfiantes et distantes.  Il est toujours facile de faire connaissance : au premier abord, tout est nouveau et tout beau : on s’invite à la maison, on mange ensemble, on prie ensemble mais parfois, lorsque le temps s’écoule, cette personne auparavant tellement intéressante  commence à dévoiler sa personnalité et ses traits de caractère. Ses anecdotes ne nous font plus rire, on s’attache à analyser tout ce qu’elle dit au travers de lunettes noires ; une soirée pourtant super nous semblera gâchée à cause d’un petit détail sur lequel nous nous fixons.Nous ne regardons plus son beau sourire, son hospitalité incroyable, sa douceur, mais nous nous attardons de plus en plus à sa “pancarte”…

Allons nous jeter l’éponge sur cette personne dès que sa « pancarte » est dévoilée? Allons nous nous contenter de collectionner des  relations superficielles, du tout nouveau tout beau, ou allons nous développer cette relation?  Allons nous apprendre à nous  aimer, à pardonner et à nous supporter les uns les autres afin de donner aux autres une opportunité de faire un bel impact dans nos vies ? “Je vous exhorte donc (…) à marcher d’une manière digne de la vocation qui vous à été adressée, en toute humilité et douceur, avec patience. Supportez-vous les uns les autres avec amour, en vous efforçant de conserver l’unité de l’Esprit par le lien de la paix.” Éphésiens 4.1-3

Print


Aucun commentaire

Afficher vos commentaires