Les chrétiens devraient-ils participer à Halloween?

Auteur: Darren Hewer

Halloween approche à grands pas. Pour certains chrétiens, c’est un temps effroyable de l’année. Pour d’autres, ce n’est qu’une fête bénigne.

Comme enfant grandissant dans un foyer non chrétien, j’aimais beaucoup Halloween. Cependant, ce n’était pas à cause des costumes ou des images macabres associées à la fête. Ce qui m’épatait, c’était premièrement et avant tout une chose : les friandises gratuites! Mais aujourd’hui, en tant que chrétien, j’avoue que je trouve cela dérangeant de voir de petits enfants habillés en sorcière ou en diable.

Croyez-vous que les chrétiens devraient participer à Halloween? Je ne me demande pas ici si les chrétiens devraient accueillir tout ce qui est macabre. Je ne crois pas que nous devrions célébrer les forces du mal. Ce que je me demande, c’est si les chrétiens devaient y participer du tout, ou s’ils devaient plutôt décider d’ignorer la fête complètement.

Aimer comme Jésus : Est-ce possible?

Vous voulez changer? Parlez-nous-en!

Il est plus facile d’ignorer la fête si nous n’avons pas d’enfants. Mais si tous les petits amis de vos enfants sortent pour Halloween et que vous l’interdisez à vos enfants, ils voudront en connaître la raison. Peut-être faut-il plutôt faire la distinction entre nos intentions aujourd’hui et l’historique de l’événement ? Cette fête peut-elle être célébrée tout en étant sanctifiée pour Dieu?

Bob et Gretchen Passantino, du site anglais Answers in Action, suggèrent cette démarche aux parents chrétiens :

Les chrétiens doivent réfléchir à Halloween et décider comment ils vont réagir à cette fête en tant qu’individus et en tant que famille. Les chrétiens devraient éviter toute participation à des événements qui pourrait miner à leur foi ou déshonorer Jésus-Christ. Un bon principe à suivre est de chercher des façons d’être une voix positive qui honore le Christ au sein du paganisme et du laïcisme. Chaque chrétien doit agir en pleine assurance de conscience à ce sujet.

Quelle est votre opinion de Halloween? Le célébrez-vous? Permettez-vous à vos enfants de sortir faire du porte-à-porte en quête de bonbons?

Lire aussi:

Une chandelle qui s’éteint?

Halloween

Print


3 réponses à “Les chrétiens devraient-ils participer à Halloween?”

  • bella says:

    Les Américains dépensent 2,5 milliards de dollars pour l’Halloween chaque année. Il s’agit de la deuxième fête la plus importante après Noël. Quelle est la véritable origine de l’Halloween? S’agit-il simplement de plaisir inoffensif, ou de quelque chose de différent? Comment cela est-il entré dans nos mœurs? Devrions-nous y participer?
    Trick or treat, traduit librement par friandises ou bêtises! Lorsque ces mots sont prononcés par les enfants, ils ravivent la mémoire de bien des adultes. Ce sont des souvenirs de déguisements en vampires, fantôme, sorcière, monstre ou fée. On se rappelle le porte-à-porte méthodique en criant ces trois petits mots et les sacs qui se remplissaient de bonbons, de pommes, noix et autres babioles. Certains se rappelleront avoir faits des «défilés» ou avoir fêté et jouer des tours aux voisins comme mettre du savon dans leurs fenêtres ou décorer leurs arbres à l’aide de papier de toilette ou encore jouer au baseball avec leur boîte aux lettres.
    Hé oui! Entendre ces trois mots chez les enfants fait souhaiter aux adultes de redevenir aussi des enfants.
    On peut se dire «après tout, qui a-t-il de mal avec l’Halloween?» La majorité des gens croient qu’il ne s’agit que d’un jeu d’enfant inoffensif, un peu comme le sont Noël et les anniversaires de naissance. Plusieurs se demandent: «Qui a-t-il de mal à s’amuser un peu»?
    En plus d’enseigner aux enfants qu’il est correct de mendier pour obtenir quelque chose plutôt que de travailler pour le gagner, cela en fait des extorqueurs (friandises ou bêtises signifie essentiellement «donnez-moi quelque chose ou je vais vous jouer un tour»). L’Halloween avec ses costumes et ses accessoires pour faire peur, ses tours et défilés colorés, peuvent avoir l’air de jeux innocents, toutefois ses traditions, ses coutumes et pratiques tirent leurs racines d’un passé beaucoup plus sombre, sinistre et démoniaque que vous ne pouvez le réaliser.

    D’où vient au juste l’Halloween? Quelle en est l’origine? Comment en est-il venu à être célébré à ce point, surtout aux États-Unis? Et qu’en pense Dieu? Voit-Il l’Halloween comme un jeu propre et innocent?
    Pour trouver les réponses, nous devons nous rappeler l’histoire de l’Halloween. Nous allons voir qu’elle est remplie de coutumes païennes déguisées en traditions chrétiennes
    Satan aveugle le monde.

    La majorité des gens ne croit pas que Satan existe, ce qui d’ailleurs fait bien son affaire. Son but est de maintenir les habitants de son monde, de sa société, aveugles à ses mensonges et à ses tromperies (II Cor 4:4; Apoc 12:9). Il utilise même des faux ministres, qui semblent être des ministres de lumière, mais qui sont en réalité les ministres des ténèbres de Satan.

    Paul a écrit, «Et cela n’est pas étonnant, puisque Satan lui-même se déguise en ange de lumière. Il n’est donc pas étrange que ses ministres aussi se déguisent en ministres de justice» (II Cor 11:14-15). Satan nous veut tellement embourber dans les coutumes et pratiques de ce monde, son monde, que lorsqu’on nous révèle la pure vérité au sujet de l’Halloween, nous haussons les épaules et disons, «je ne fête que pour m’amuser, quel mal y a-t-il à cela?»

    Pendant toute l’histoire humaine, Satan a toujours réussi à trouver une façon de mettre une séparation entre l’homme et Dieu (És 59:1-3) en l’attirant vers différents péchés et de fausses idées qui peuvent sembler correctes, c’est-à-dire innocentes et inoffensives, mais qui sont en opposition directe avec ce qu’Il nous demande de faire! Jérémie a dit: «Je le sais, ô Éternel! La voie de l’homme n’est pas en son pouvoir; ce n’est pas à l’homme, quand il marche, à diriger ses pas» (Jér 10:23) et, «le coeur est tortueux par-dessus tout, et il est méchant: qui peut le connaître?» (17:9). Il en a été de même lorsque l’Église catholique a essayé d’introduire en douce les étranges pratiques païennes des Celtes et des Romains. Cela a eu comme résultat la consécration de fausses doctrines sataniques en leur attribuant une nature «chrétienne». C’est le cas de l’Halloween qui est truffée de dissimulations et de faussetés.

    Malgré cela, même après toutes les preuves historiques et les informations bibliques présentées, il y en aura toujours qui continueront de voir l’Halloween comme un simple jeu inoffensif d’enfant. Rien ne peut les convaincre du contraire. Tout comme un sépulcre blanchi (Matth 23:27), l’Halloween peut d’abord sembler resplendissante en surface, mais aux yeux de Dieu elle est remplie de toutes les sortes de saletés et de souillures spirituelles imaginables qui puent littéralement à ses narines (És 65:5).

    Aucun homme ou organisation religieuse n’a le pouvoir de «blanchir» l’Halloween pour la déclarer chrétienne. Dieu révèle l’Halloween exactement pour ce qu’elle est.

    • Paola says:

      Merci beaucoup pour vos appréciations, votre réponse est plus riche que la publication originale. Je l’ai partagé sur mon mur de facebook. Que Dieu vous bénisse

  • bella says:

    La préhistoire de l’Halloween.

    Commençons par les anciens Celtes qui vécurent il y a 2000 ans dans ce qu’on appelle de nos jours, l’Irlande, la Grande-Bretagne et le Nord de la France. Les Celtes étaient des adorateurs païens de la nature qui avaient un grand nombre de dieux, incluant le soleil qui, croyaient-ils, réglementait leur travail et leurs périodes de repos. Ils croyaient qu’il entretenait la Terre en conservait la beauté et faisait croître leurs récoltes.

    Les Celtes célébraient leur nouvelle année le 1er novembre qui marquait la fin de la récolte et de l’été (la saison du soleil), et du début de l’hiver froid et sombre qui arrivait (la saison du froid et de la noirceur).

    Du 31 octobre jusqu’au 2 novembre, les Celtes célébraient un festival d’une durée de 48 heures, la vigile de Samhain (on prononce «Sô-Inne»). Ils croyaient que Samhain, le dieu païen des morts, rassemblait les âmes de ceux qui étaient morts pendant la dernière année et décidait quelle forme ils prendraient l’année suivante. Ces âmes pouvaient aussi bien avoir un corps humain ou être condamnées à vivre dans des animaux (les âmes ou les esprits les plus méchants prenant la forme de chats). En espérant tromper Samhain et lui faire donner des sentences plus légères, les adorateurs celtes essayaient de le soudoyer en offrant des prières et des cadeaux.

    L’Encyclopédie Britannique dit ce qui suit: «Samhain (fin de l’été celte), une des fêtes du calendrier les plus importantes et les plus sinistres de l’année celte. Lors de Samhain, célébrée le 1er novembre, on croyait que le monde des dieux était rendu visible aux yeux de l’humanité et que ces dieux jouaient des tours à leurs adorateurs humains. Il s’agissait d’un temps plein de danger, rempli de frayeur et d’événements surnaturels. La période était remplie d’offrandes et de sacrifices de toutes sortes. On les croyait essentiels, car sans eux, les Celtes pensaient qu’ils ne pourraient surmonter les périls de la saison et résister aux actions des dieux. Samhain fut un important précurseur de l’Halloween.

    La nuit du 31 octobre, la veille du Nouvel An, les Celtes, après avoir fait les récoltes et les avoir engrangées en prévision de l’hiver, commençait leur fête. D’abord, ils éteignaient les feux de cuisine dans leurs maisons. Puis les druides (les prêtres celtes) se rencontraient au sommet des collines dans les profondes forêts de chênes (ils considéraient les chênes comme sacrés), et préparaient d’énormes feux sacrés afin d’effrayer les mauvais esprits et honorer leur dieu soleil. Ensuite, les gens brûlaient de leur récolte et de leurs animaux en sacrifice à leurs dieux tout en dansant autour alors que la «saison du soleil» les quittait et que la «saison de la noirceur» faisait son apparition. Les Celtes portaient des costumes faits de peaux et de têtes d’animaux, et se prédisaient l’avenir. Le matin suivant, ils rallumaient leurs feux de cuisine à partir des feux sacrés pour se dégager des esprits méchants et être protégés pendant la saison hivernale.

    «Dans l’ancienne Grande-Bretagne et en Irlande, la veille du festival celte de Samhain était observée le 31 octobre, à la fin de l’été. C’était l’occasion pour un des anciens festivals du feu d’effrayer les mauvais esprits à l’aide d’énormes feux allumés sur les collines… On disait que les âmes des morts revisitaient leur maison en ce jour et ce festival d’automne acquit ainsi une signification sinistre alors que les fantômes, sorcières, lutins, chats noirs, fées et démons de toutes sortes se promenaient tout autour. De plus, l’Halloween était considérée comme la période la plus favorable à la divination en ce qui concerne les mariages, la chance, la santé et la mort. (Encyclopédie Britannique – C’est nous qui traduisons).

Afficher vos commentaires