Savoir prendre des décisions

Auteur: Steve Marr

Un des points clés de tout dirigeant d’entreprise est la prise de décisions, grandes et petites. Cependant il existe un piège où l’on tombe facilement, celui d’engager des discussions sans fin au lieu d’aller jusqu’au point où la décision doit être prise. Les discussions et les échanges ont une place très importante, mais si nous nous concentrons trop sur le dialogue, et en particulier sur le dialogue inefficace, nous perdons un temps précieux, le nôtre ainsi que celui de nos collègues. Le prophète Elie nous donne une bonne illustration de cela quand il dit: “Jusqu’à quand boiterez-vous des deux côtés? Si l’Eternel est Dieu, allez après lui; si c’est Baal, allez après lui!” (1 Rois 18:21). Elie comprit à cet instant que les questions importantes avaient été définies et qu’il était temps de prendre une décision.

Du deuil, au doute, au dialogue : après le suicide d'un proche

Besoin de prière? Nous sommes là pour toi

Une bonne méthode pour faciliter le processus de la prise de décision consiste à séparer les réunions en trois catégories: celles pour donner l’information, celles pour recevoir l’information et celles pour prendre les décisions. Que ce soit une réunion en tête-à-tête ou en groupe, si vous voulez atteindre une décision, rendez l’objectif clair dès le début de la réunion. Vous pouvez ouvrir la réunion en disant par exemple: “Nous nous réunissons aujourd’hui pour décider de la date de la sortie de notre nouveau produit.” Grâce à cette direction claire, chaque participant sera préparé à contribuer à cette prise de décision.

Encouragez vos collègues à partager leurs points de vue, mais ne permettez pas les redites constantes des mêmes choses. Résumez ce que vous avez entendu et compris que les autres ont dit, et demandez s’il y a encore de nouvelles informations, ou d’autres éléments ou perspectives qui n’auraient pas été échangés. Si certains membres du groupe se sont tus, demandez-leur soit d’approuver les faits présentés, soit de donner un nouveau point de vue. Ensuite, avec tous les faits sur la table, prenez la décision. Le prophète Esaïe écrit: “Donne conseil, fait justice”. (Esaïe 16:3) Faites comme Esaïe et agissez.

Pour optimiser l’efficacité des réunions de prise de décision, vous ressentirez parfois le besoin d’envoyer en avance certaines informations à chaque participant. Faites-leur savoir la nature de la décision que vous désirez prendre et dites clairement que vous demandez à chacun de lire et de comprendre le sujet avant le début de la réunion. Demandez-leur de venir avec des questions et des points de vue qui permettront au groupe d’arriver au terme de la décision, mais qui n’engageraient pas vraiment de discussion. J’ai rencontré des cas où les responsables venaient à la réunion sans avoir lu la documentation à l’avance et essayaient d’entraîner la réunion vers une discussion sur le contenu de la documentation, au lieu d’aller vers la prise de décision. Il m’est arrivé de clore la réunion en expliquant que, puisque certains participants n’avaient pas lu ou étudié la documentation, nous ajournions la réunion jusqu’à une date ultérieure. “La prochaine fois, venez préparés!”

De temps en temps, vous n’aurez pas toutes les informations nécessaires pour faire le meilleur choix. Dans ces cas-là, identifiez et mettez noir sur blanc les informations qui vous manquent. Soit vous rechercherez les réponses vous-mêmes, soit vous le donnerez à faire par d’autres, mais fixez une date limite pour les obtenir. L’apôtre Paul écrit: “Repousse les discussions folles et inutiles, sachant qu’elles font naître des querelles.” (2 Timothée 2:23). Ne perdez pas un temps précieux en réunion sans posséder les informations adéquates.

Une autre perte de temps consiste à discuter des décisions qui ont déjà été prises. En fait, ce qui est nécessaire, c’est de communiquer clairement la décision. A moins que vous ne receviez des retours explicites prouvant que votre décision était mauvaise, contentez-vous d’aller de l’avant.

Certaines choix sont évidents. En fait, dans la plupart des décisions pour lesquelles nous avons suffisamment d’éléments d’information, nous devons simplement faire preuve de jugement et aller de l’avant. Gardez votre temps et votre énergie pour les décisions plus difficiles et plus complexes.

Nous sommes parfois tentés de reporter ou de ne pas prendre de décisions parce que l’on attend soit un ou plusieurs éléments d’information, soit un fait supplémentaire avant de continuer. Le roi Salomon nous instruit de la manière suivante: “Celui qui observe le vent ne sèmera point, et celui qui regarde les nuages ne moissonnera point.” (Ecclésiastes 11:4). De même, Dieu a parlé a Moïse et lui a dit: “Vous avez assez demeuré dans cette montagne. Tournez-vous et partez” (Deutéronome 1:6-7). La prise de décision est une responsabilité clé de tous les dirigeants. En focalisant sur la décision au lieu de s’arrêter aux discussions vaines, nous mèneront nos affaires plus rondement.

Imprimer


2 réponses à “Savoir prendre des décisions”

  • Solène says:

    Prendre une décision n’est pas chose facile ! Étant moi-même chef d’entreprise, je suis chaque jour amené à prendre des décisions. Certaines d’entre elles sont plus difficiles que d’autres et nécessitent une réflexion plus approfondie. Afin de pouvoir prendre du recul, et répondre le plus justement à mes interrogations j’ai fait appel au coaching (jecontacteuncoach.com). Aujourd’hui je reprends confiance en moi et prends mes décisions avec moins d’hésitation.

  • Anne-Marie says:

    La prise de décision est une responsabilité clé de tous les dirigeants. C’est le mot “dirigeant” qui m’inconforte. Nous avons changé de monde et les dirigeants ne sont plus tolérés. Le groupe doit être soudé autour de la décision pour que chacun s’en ressente responsable. Cela vient de l’ambigüité du mot “vous” qui peut être une personne ou un groupe. J’ai donc relu l’exposé avec le mot “tu”.
    Voilà ce que ça donne :
    Pour optimiser l’efficacité des réunions de prise de décision, tu ressentiras parfois le besoin d’envoyer en avance certaines informations à chaque participant. Fais-leur savoir la nature de la décision que vous (le groupe puisque nous travaillons tous dans le même but) désirez prendre et dis clairement que tu demandes à chacun de lire et de comprendre le sujet avant le début de la réunion. Demandes-leur de venir avec des questions et des points de vue qui permettront au groupe d’arriver au terme de la décision, mais qui n’engageraient pas vraiment de discussion. J’ai rencontré des cas où les cadres venaient à la réunion sans avoir lu la documentation à l’avance et essayaient d’entraîner la réunion vers une discussion sur le contenu de la documentation, au lieu d’aller vers la prise de décision. Il m’est arrivé de clore la réunion en expliquant que, puisque certains participants n’avaient pas lu ou étudié la documentation, nous ajournions la réunion jusqu’à une date ultérieure. “La prochaine fois, venez préparés!”. On fixe la date de la prochaine réunion et la personne qui présidera la prochaine séance.
    De temps en temps, vous (le groupe) n’aurez pas toutes les informations nécessaires pour faire le meilleur choix. Dans ces cas-là, identifiez et mettez noir sur blanc les informations qui vous manquent. Chacun s’adjuge en fonction de ses connaissances ou compétences soit tu rechercheras les réponses mais tu risques d’être jugé comme méfiant, personnel, voire autoritaire mais fixez une date limite pour les obtenir.

    “Tournez-vous et partez” je note que c’est Dieu qui prend la décision, lui seul est responsable. Il n’appartient pas à l’homme de diriger ses pas. Alors vous comprenez que lorsque je vois le mot “dirigeant” je rigole doucement.

Afficher vos commentaires