Démenager, deuxième partie: s’intégrer dans sa nouvelle église

Auteur: Anne Bersot

Oui, c’est entendu, votre ancien pasteur était le meilleur, l’équipe d’école du dimanche avec laquelle vous travailliez là-bas était idéale, mais dans cette nouvelle église, il y a aussi des gens bien et de belles choses à faire ! Au premier abord, vous n’êtes peut-être pas emballée, mais il y a forcément de bonnes choses à découvrir. C’est votre nouvelle église, mieux vaut partir du bon pied.

Présentez-vous à votre nouveau pasteur : il va voir des têtes nouvelles dans son assemblée, il va vouloir savoir qui vous êtes, alors n’hésitez pas à vous présenter, si possible avec une lettre de recommandation de l’ancien pasteur, ce qui facilitera votre intégration dans les activités de l’église.

Allez vers les gens dès le premier jour : Certaines églises ont un service d’accueil des nouveaux très efficace, mais ce n’est pas le cas partout. Alors n’attendez pas trois mois dans votre coin, pour dire avec amertume : « Bof ! il n’y a pas d’amour dans cette église, j’ai été mal accueillie ». Prenez l’initiative, repérez des visages sympathiques et dites « bonjour, je m’appelle…, je viens de telle ville, nous venons d’emménager ». Posez des questions sur les activités de l’église, les horaires, les spécificités locales. Demandez s’il y a un prospectus d’accueil avec les numéros de téléphone des responsables, un bottin des membres de l’église, etc.

-Trouvez rapidement une place dans une activité de l’église , selon vos disponibilités et vos talents. Si vous ne venez qu’au culte du dimanche matin et que vous restiez dans votre coin sans dire bonjour à personne, il y a peu de chance que vous trouviez votre place et que vous aimiez votre nouvelle assemblée. Faites un effort, la balle est dans votre camp, n’attendez pas tout des autres. Il n’y a rien de tel pour s’intégrer que de faire partie d’une équipe de ménage, de garderie ou d’une chorale…

-Si vous avez des enfants, rencontrez rapidement les moniteurs d’école du dimanche et présentez-vous, établissez le contact.

-Souriez, prenez votre air le plus sympathique : il n’a rien de tel qu’un visage avenant pour faire des connaissances et s’intégrer. Ne vous plaignez pas, ne critiquez pas. Je me souviens d’une personne qui était arrivée dans notre église avec le visage fermé, sans sourire, critiquant tout (dans son ancienne église c’était tellement mieux !!!!). Chaque église a sa “personnalité”, ses façons de faire, c’est à vous de vous adapter à elle, et non le contraire. Cette personne  ne s’est jamais intégrée et elle est repartie ailleurs, pensant que ça irait mieux là-bas, mais tant qu’elle ne changera pas d’attitude, où qu’elle aille, son intégration sera compromise.

Lire la suite la semaine prochaine: Le cas particulier de l’épouse du pasteur

Print


Aucun commentaire

Afficher vos commentaires