Mon mari ne partage pas ma foi

Auteur: Natalie June Reilly

salutmari

J’ai vécu mentalement cette scène dix mille fois : Barry, mon mari, rentre à la maison et m’annonce qu’il a une surprise pour moi. Il me demande quelle est la chose que je désire le plus au monde. Je suis d’abord interloquée, puis quand je le regarde dans les yeux, je sais. Il n’a pas besoin de le dire, mais il le dit quand même : « J’ai confié ma vie à Jésus-Christ. »

Pourtant, après des années d’espoirs, d’attentes et de prière, ce n’est toujours qu’un joli rêve.

Il y a vingt-huit ans que nous nous sommes rencontrés et que nous nous sommes mariés. Cela avait été un coup de tête. Il aimait mes cheveux alors roux et mes yeux verts, et j’aimais ses épaules larges et son sens de l’humour. En plus, je me sentais si bien avec lui! Nous n’étions pas croyants et ne savions pas ce que l’avenir nous réserverait.

Nous pensions juste que ce serait une bonne idée de vivre ensemble. Avoir une relation personnelle avec Jésus-Christ était la dernière chose à laquelle nous pensions!

Les trois premières années de notre mariage furent une succession de fêtes et de parties de softball, couronnées par la naissance de notre première fille. Ensuite, presque sans m’avertir, Dieu m’a invitée à vivre une relation personnelle avec lui. J’avais entendu quelques chrétiens au bureau parler de Dieu et je leur avais posé quelques questions. Car bien que je sois allée à l’église pendant mon enfance, je ne connaissais rien à la Bible et à la délivrance du mal offertes par Jésus. Et puis un jour, après une longue conversation avec Rita, une collègue de bureau, j’ai prié une prière toute simple : « Jésus, délivre-moi! » Et cette prière a changé définitivement ma vie et mon mariage, tel que je le concevais.

Malheureusement pour Barry, je suis devenue instantanément une  odieuse « fanatique de Jésus ». Je n’ai pas partagée ma nouvelle foi avec mon mari avec amour et douceur — j’ai poussé, forcé et enfoncé. Croyez-moi, j’ai écrit le manuel de comment ne pas amener votre conjoint à Christ. Je ne parlais pas, je prêchais. Je n’exprimais pas paisiblement ma nouvelle foi, je criais sous tous les toits chaque nouveau changement dans ma vie. Je disais : « Regarde ce que Dieu a fait dans ma vie! Regarde comme je suis devenue aimante et humble! » Je priais à haute voix en sa présence et faisais en sorte qu’il sache qu’il était un pécheur destiné à l’enfer. J’ai même emballé des tracts d’évangélisation avec son repas de midi. J’ai aussi ajouté un verset biblique à chacune des notes que je lui écrivais.

Barry, et c’est tout à son honneur, est resté d’une patience exemplaire. En général, il évitait mes déchaînements religieux en allant faire en tour en voiture. De temps en temps, il se fâchait  et me criait d’arrêter de lui parler de toutes ces histoires de Jésus. Barry m’a avoué qu’il avait jeté à la poubelle les tracts parce que cela le gênait vis-à-vis de ses amis. De temps en temps, son visage s’assombrissait et il disait qu’il voudrait bien voir sa « vielle femme » revenir, sans Jésus.

Nous sommes bientôt devenus comme chiens et chats. Je me disais que tous nos problèmes étaient causés par son manque de foi. Je m’imaginais que si nous étions tous les deux chrétiens, la vie serait alors toujours en rose. J’ai même été plus loin en n’écoutant que de la musique chrétienne, en laissant traîner des bibles dans tous les coins de la maison, et en pleurant et en le suppliant de venir à l’église avec moi. Barry m’y accompagnait de temps en temps, mais alors, au lieu de me réjouir de sa présence, je mordillais nerveusement mon crayon et priais que ce soit Le Grand Jour. Pendant les trajets de retour en voiture, je l’interrogeais et lui demandais : « Qu’as-tu pensé du sermon? As-tu aimé la musique? » » C’était pas si mal », répondait-il. « Est-ce qu’il reste assez de dinde dans le frigo pour le déjeuner? »

Pendant le reste du trajet, je restais silencieuse et ravalais mes larmes et mes paroles de colère. Comment ne se rendait-il pas compte de son besoin de Jésus? Je fulminais. Alors voyant ma déception, Barry me tapotait la main et me disait : « Écoute, je crois en Dieu, mais pas de la même manière que toi. » Ce n’était pas du tout ce que je voulais entendre.

Et puis quelque chose d’inattendu s’est passé. J’ai lu un livre sur la prière d’intercession et j’ai tout d’un coup compris. Je me suis dit : « Voilà! Je vais prier pour Barry pendant quatre-vingts ans s’il le faut. Et je vais l’aimer. Point final. »

Cela fait vingt-cinq ans. Et je prie toujours pour lui. Et je l’aime toujours. Mais je ne suis plus isolée dans ma tour à attendre désespérément que le salut de mon mari  vienne tout améliorer. Au contraire, j’ai décidé que si cela devait prendre quatre-vingts ans, il vaudrait mieux que ces années soient les meilleures possible pour nous deux en dépit de nos différentes croyances.

Au début de ma conversion, je pensais que Dieu avait fait une erreur en me convertissant avant Barry. Mais je sais maintenant que Dieu ne fait jamais d’erreur. Comme je n’étais pas chrétienne quand j’ai épousé Barry, je n’avais pas volontairement désobéi à Dieu. Ma situation est donc ordonnée par Dieu. Cela me permet de lever le pied de la pédale religieuse avec Barry.

La façon dont je vois les choses, c’est que Dieu a un plan pour chacun de nous. Et malgré tous mes efforts, je ne peux pas transformer le cœur de quelqu’un d’autre. Je ne peux ni contraindre, ni flagorner, ni supplier mon mari de devenir chrétien. En réalité, quand j’essaie de le faire, je ne réussis qu’à le braquer. Et quand je commence à le harceler, il grimpe dans son camion et s’en va rouler sans but pendant des heures.

Il y a longtemps que j’ai décidé que c’était le travail de Dieu de changer les cœurs. Cette décision me permet de poursuivre ma relation avec Dieu sans me charger du fardeau de convertir mon mari. Tout ce que je dois faire, c’est l’aimer et profiter de la vie avec lui. C’est le plan de Dieu pour moi, et il me donne toute la grâce dont j’ai besoin pour le faire.

Cela ne veut pas dire que je ne me sens pas seule de temps en temps ou que je suis parfaite. L’autre jour, j’ai attrapé Barry par la manche et j’ai crié en le regardant droit dans les yeux : « Ne vois-tu pas Jésus en moi? » Étonné par l’ironie de la question, il a rit et ma répondu : « Oui. » Cela m’aide de me souvenir que Barry n’est pas mon ennemi, mais mon mari. Je suis autant pécheresse que lui, peut-être plus parce que j’ai le pouvoir de dire non au péché et que je ne le fais pas.

Quand celui que vous aimez n’aime pas Dieu

Voici quelques choses que j’ai apprises au cours de ces vint dernières années :

  1. Vivez au présent. Je ne m’attends pas à ce que la vie soit toujours en rose. Au contraire, j’accepte les choses comme elles sont, en misant sur ce qui est bon (par exemple profiter de la compagnie l’un de l’autre et faire des plans ensemble pour le futur) et en priant concernant ce qui ne va pas. Cela signifie que je vais parfois dans un bar avec Barry et que j’ai plaisir à y boire un soda et à lui faire ainsi savoir que je l’aime tel qu’il est. C’est ce que Jésus ferait.
  2. Vivez honnêtement. Mon mari connaît mes problèmes et quand je trébuche, il sait que je me bats contre la peur que je ne puisse résister à la tentation d’acheter un ballon si j’entre dans un magasin de sport, et que je craque souvent, même si je ne le veux pas. De cette manière, il peut constater que la vie chrétienne n’est qu’une question de grâce, et non pas une série de règles rigides. Chaque changement en moi ne provient pas de mes efforts, mais de Christ vivant en moi.
  3. Honorez votre mariage. Je fais attention à ne pas dire du mal de Barry à qui que ce soit et quand il est à la maison, je fais de lui ma priorité. Cela veut souvent dire ne pas aller à des sorties où je désire ardemment aller. Je cherche des occasions de manifester mon respect pour lui et de l’encourager, persuadée qu’il est un cadeau de Dieu pour moi.
  4. Priez, priez, priez. La prière me lie à la présence, la puissance, la sagesse et la consolation de Dieu. Mon passage préféré des Écritures à prier est Ezéchiel 36.26 — que Dieu prenne le cœur de pierre de Barry et le remplace par un cœur de chair. Un autre de mes passages préférés est Esaïe 30.21 : « Tes oreilles entendront derrière toi la voix qui dira : “voici le chemin, marchez-y!” Car vous iriez à droite, ou vous iriez à gauche. » Bien qu’il soit difficile de noter des réponses à mes prières pour Barry, j’ai pu remarquer au fil des ans de véritables modifications d’attitudes vis-à-vis des choses spirituelles. Nous parlons souvent de Dieu ouvertement et librement.
  5. Trouver un soutien spirituel. Entourez-vous de femmes qui vont prier avec et pour vous. Joignez-vous aussi à un petit groupe pour étudier la Bible. Allez à l’église aussi souvent que vous le pouvez.
  6. Ne perdez jamais espoir. Dieu offre à tous son cadeau de salut et de vie éternelle. Certains choisissent de l’accepter, d’autres, non. Mais tous ceux qui décident de recevoir ce cadeau le font dans le temps que Dieu a choisi pour eux, pas dans le temps que nous choisissions. Dieu sait ce qu’il fait.

Malgré tout, je suis parfois découragée. Quelquefois, je m’assieds dans mon fauteuil marron et je me demande si Dieu entend mes prières. Ou bien je compte les couples à l’église et cela me fait souffrir parce que peu d’entre eux connaissent ne serait-ce que l’apparence de mon mari. Ou bien j’entends le témoignage de la conversion d’un mari et je me demande pourquoi le mien ne se rend toujours pas compte de ses besoins. Mais il y a des fois où Barry montre plus de foi que moi. C’est une blague entre nous. Je suis celle qui dit que j’ai la foi et il est celui qui la vit.

Il me demande toujours pourquoi je me fais du souci pour tout. « Dieu prend toujours soin de nous », dit-il. Barry sait quasiment toujours ce qu’il faut faire pour le bien de notre famille. Je crois que mon mari est béni parce que Dieu nous voit comme une seule chair. Dieu a promis de me diriger, alors il dirige aussi mon mari. Je n’ai pas de me tracasser. Dieu est souverain sur tout.

La vérité, c’est que je ne verrai peut-être jamais Barry aller à l’église. Cela dit, j’ai l’espoir de le voir au paradis.  Je sais qu’il vient de la main du Dieu d’amour qui ne donne que le meilleur à ses enfants.

Print


3 réponses à “Mon mari ne partage pas ma foi”

  • Ginette says:

    Je connais cette vie. Ce temoignage est édifié parceque nous devons retenir que c’est le Seigneur qui contôle tout et pas nous; nous n’avons donc pas le pouvoir de changer nos maris en les forçant à croire comme nous mais plutôt en priant, et Dieu ferra le reste car il est au contrôle.

    Soyez bénis.

  • Mapromesse says:

    Bonjour,
    Bien aimé, ce que je vis semble plus difficile, en ce sens que mon mari et moi nous sommes rencontrés à l’eglise mais il m’y a abandonné avec notre fils de 2 ans. Je vis cela comme un début de divorce et c’est tres duuuuuuuuuuur pour moi. Il fréquente une autre église et je me demande que ferra notre fils à l’age de la raison.
    Vos conseils svp !
    Que Dieu vous soutienne !

    • Eugénie says:

      Très édifiant comme témoignage.
      J´ai moi aussi appris avec le Seigneur que la meilleur arme pour ammener les ames a Christ est de vivre une vie qui reflète Christ et ainsi par le silence sans avoir a trop parler tu vas marquer les gens et ils vont ainsi s´interesser à savoir comment tu fais…
      La douceur, patience, maitrise de soi sont très important je pense lorsque nous voulons qu´un proche ou un etre chère acquiert le SALUT Ce n´est pas toujours facile à maitre en pratique, mais avec l´aide du Saint Esprit nous pouvons y arriver.

      Je pense aussi que Mapromesse devrait elle aussi faire confiance à Dieu pour son époux, peut etre Dieu veut a travers ce changement d´église lui apprendre de nouvelles choses, selon les paln de Dieu pour votre maris. NE vous faite pas de souci et faie confiance..DEMANDER DE L´AIDE AU ST ESPRIT POUR Y ARRIVER; CAR PAR SES PROPRES FORCES C´EST DIFFICILE DE GARDER SON CALME…
      QUE DIEU VOUS BENISSE

Afficher vos commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.